Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Tubalcain ou Touval-Qayin

15 Décembre 2012 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Genèse IV 22 : « Sella enfanta aussi Tubalcaïn, qui eut l’art de travailler avec le marteau ; et qui fut habile en toutes sortes d’ouvrages d’airain et de fer... »
Tubal-Caïn (Touval-Qayin) est le fils de Lamech, descendant de Caïn et comme tel, il appartient à la dernière génération réprouvée depuis le meurtre fratricide d’Abel.
Genèse IV 24 : « On vengera sept fois la mort de Caïn ... »

Les enfants de Lamech constituent la septième génération, auquel l’age du maître fait référence : « 7 ans et plus » (7 jours de la création sous la forme 6+1).
Il est un rapport entre le meurtre d’Abel par Caïn et celui d’Hiram par les trois mauvais compagnons, car le nom Hiram est la forme apocopée de Ahiram signifiant en hébreu « mon frère est élevé », une référence a la mort primaire considérée comme une exaltation.
La Parole est perdue, mais la Connaissance d’Hiram Abi se retrouve en grande proportion chez Tubalcaïn, cette Connaissance fondamentale est celle de la forge, le travail des métaux, connaissance des réactions chimiques par la chaleur ou par l’exposition aux rayonnements lumineux.

La parole ne chante plus des louanges à la gloire du Très Haut car elle sert un pouvoir éphémère. C’est l'inspiration caractérisant Hiram Abi qui n'est plus, la Déconstruction nécessaire à la résolution de la complexité de la régénération devient Destruction « futile » et apparaît irrémédiable.
La 7ème génération doit cependant clôturer le cycle de la malédiction et pour ce faire elle doit se fondre dans un corps de substitution.

Tubalcaïn, le forgeron
Touval-Qayin étymologiquement « Touval (ou tevel) vient à la fois de yaval (« rivière ») et de balal (« confondre ») ; Quant à Qayin, il signifie « forgeron » et « chanteur ». Touval-Qayin se traduit donc par « confusion du forgeron » et par « confusion du chanteur »
Les lettres MB évoque le forgeron, car le mot sacré prend également la forme de Mak Bena (en syriaque), originellement le marteau, référence au prolongement du bras de Tubalcaïn, qui a la particularité de présenter simultanément une potentialité autant édificatrice « oedificantis percussio » que destructrice, meurtrière « interfectio ».

C’est la connaissance du travail des métaux, qui permet la génération des briques élémentaires nécessaire à l’apparition de la Vie. Car à l’origine de la vie, ces briques chimiques élémentaires ont été obtenues par des très hautes températures (+3000°) appliquées sur des métaux ou formées par photo oxydation du fer ferreux.

La connaissance des métaux (héraldique), par l’attribution de valeurs symboliques suivant leur nature, symbolise la Connaissance Universelle :
Airain : Symbole de jugement Divin, de détermination du Mal, de perception. Argent : Symbole de grâce, de rédemption, de rectification.
Fer : Symbole de servitude, de l’attachement à la matérialité et de l’immanence.
Or : Symbole de ce qui est Divin, de la panacée et de l’immortalité, de la transcendance
Tubalcaïn produit toutes sortes d’objet d’Airain et de Fer, l’Argent et l’Or ne lui sont pas accessibles, là est, sa confusion, qu’il faut traduire par son imperfection.
Cependant la compétence de Tubalcaïn est un pré-requis à toute démarche d’objectivation de la Connaissance.

Le travail de l’Airain, synonyme de Jugement, est intimement en rapport avec la Justice, quant à celui du Fer, synonyme de l’Immanence, il conduit vers la Vérité.
Dans la Tradition ésotérique, Justice et Vérité sont les composantes de la Conscience, qui siège dans le cœur de l’Homme et que le compagnon Maçon cherche à sonder.
La substitution de l’Être parfait
Pour la recomposition de la perfection originelle, le rachat de la 7ème génération, équivaut à l’alliance Tubalcaïn (Touval Qayin) avec ses deux demi-frères issue de l’ombre (leur mère est Ada) Jabel (Yaval) et Jabel (Youval) et sa sœur Noëma (Naamah).
Genèse IV 20 « Ada enfanta Jabel, qui fut père de ceux qui demeurent dans des tentes, et des pasteurs » 21 « Son frère s’appelait Jubal : et il fut le père de ceux qui jouent de la harpe et de l’orgue »

L’Être, assimilable à la perfection, est reconstitué par trois réalités corporelles, Corps physique, Ame et Esprit.

Jabel (Yaval) parce qu’il évoque le fluctuant par la rivière, la mobilité des nomades vivant sous les tentes, est le Corps Physique qui passe, Corps Éthérique. Jubal (Youval) évoque la sensibilité par la musique, l'orgue par son souffle, la harpe par sa résonance sont associés à la musique religieuse, est l’Âme liée aux sentiments, le Corps Animique, Corps Astral.
Tubalcaïn (Touval Qayin) détenteur de la puissance créatrice, est l’Esprit, Corps Mental.
L’isolation de la composante créatrice spirituelle, par le meurtre, par l’action du Mal, est un signe de la proximité de l’Esprit au 3ème Degré du REAA, en même temps qu’elle crée un manque qui justifie la substitution future.
La reconstitution triadique est une constante de la Tradition ésotérique universelle, ont la retrouve par exemple au travers de la divine triade hindoue TRIMURTI.
Là où tout est rupture, conflit et distorsion, la réunion possible et constructive de trois dimensions, la destruction, la conservation et la création est un heureux présage.

Les premiers pas vers la substitution prend la forme d’une conscience des dualités, qu’il faut dépasser, transcender, par une mise en évidence de l’Esprit, puissance créatrice unificatrice, en un mot « Tubalcaïn ».
Tubalcaïn est la Conscience que le Maître Maçon doit acquérir, cette mise en évidence, cette conscientisation, par laquelle nous pouvons avancer dans la construction d’un temple que nous percevons sensible et de moins en moins corporel.

J’ai dit

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article