Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Vers la réunion de la famille du REAA en France. Décision majeure du SCPLF.

3 Septembre 2014 , Rédigé par Jean-Laurent Turbet Publié dans #histoire de la FM

Une nouvelle aube se lève pour le REAA

Une aube nouvelle se lève pour le Rite Ecossais Ancien et Acceptéet pour la maçonnerie humaniste, régulière et spiritualiste de Tradition en France.

Tant de choses ont été dites, le plus souvent sans fondement, depuis plusieurs mois. La désinformation a joué à plein ainsi que la diffusion de fausses nouvelles.

La Grande Loge de France (GLDF) devra, au mois de décembre prochain, valider un certain nombre de points qui ne sont que la transposition « en droit interne » de mesures qui ont déjà été votées, par les députés de la GLDF, lors des convents précédents.

Sur la question « sensible » des visites, tout est réglé depuis l’adoption du « Protocole de visites et d’échanges maçonniques » adopté avec plus de 90% des voix des députés de la GLDF, en même temps que le traité fondateur de la CMF, en juin 2013. Il n’y a rien de nouveau dans ce qui est proposé en décembre. C’est d’ailleurs ce que le Convent de juin 2014 a également voté à 81%, à savoir que «dans le respect des principes de la Grande Loge de France, les frères ont la liberté de voyager ». Alors que des rumeurs et des interprétations fantaisistes fleurissent.

Idem pour les principes de Régularité. Ces principes, qui sont ceux de la Franc-Maçonnerie Universelle sont, de tout temps, les principes du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

Faut-il une nouvelle fois les rappeler ? 

• l’invocation du Grand Architecte de l’Univers, 

• la présence en Loge des Trois Grandes Lumières: le Volume de la Loi Sacrée exposé et ouvert avec l’Equerre et le Compas, 

• la souveraineté exclusive sur les grades symboliques, 

• l’indépendance vis-à-vis de toute structure maçonnique de hauts grades, 

• la non- mixité dans les travaux rituels, 

• l’interdiction de discussions politiques ou religieuses, 

• le caractère progressif et spirituel de la démarche maçonnique. 

Ce sont bien les « landmarks », les bornes de notre rite.

Ce qui signifie donc qu’en deçà de ces principes, il n’est plus possible de parler de Rite Ecossais Ancien et Accepté.

Les cinq Grandes Loges européennes signataires de la Déclaration de Bâle de juin 2012 considèrent la Grande Loge de France comme régulière, ce que, de fait, elle est, à la fois par rapport à ses principes et par rapport à son histoire.

Il convient juste qu’elle adapte ses règlements généraux en fonction des textes votés préalablement par les députés de la GLDF concernant la Confédération et les Grandes Loges Européennes la reconnaîtront, en même temps que la Confédération.

Là encore une confusion est savamment entretenue entre Régularité et Reconnaissance pour introduire le doute dans l’esprit des frères.

Et, last but not least - nous le verrons – la question que posent certains frères c’est « Pourquoi voter pour finaliser la CMF alors que la Grande Loge Unie d’Angleterre reconnait de nouveau la Grande Loge Nationale Française ? »

Cette question est perverse à plus d’un titre. Surtout parce qu’elle laisse croire que le but de la CMF était d’être reconnue par la GLUA.

Alors que depuis juin 2012, dans chacune de leurs déclarations, dans chacun de leurs textes les frères en charge des discussions pour créer la CMF ont déclaré n’avoir aucun rapport – ni officiel, ni officieux, de quelque nature que ce soit – avec des responsables de la GLUA. Que la reconnaissance de la GLUA n’était absolument pas à l’ordre du jour.

Que la seule reconnaissance qui était visée était celle des 5 Grandes Loges Européennes signataires de la déclaration de Bâle.

Et pourtant, malgré ces dénégations constantes et répétées, des « esprits chagrins » n’ont cessé de tenter de persuader les frères de la Grande Loge de France que le but ultime (et évidemment secret) était la reconnaissance de la GLUA.

Que n’a-t-on entendu de frères répéter qu’ils ne voteraient pas pour la CMF pour ne pas « passer sous les fourches caudines de Londres » alors qu’il n’en a jamais été question ! Cela s’appelle tout simplement de l’intox…

Mais maintenant au moins les choses sont claires.

La Grande Loge Unie d’Angleterre a de nouveau reconnu la Grande Loge Nationale Française (GLNF), ce qui est sommes toutes logique.

Dans une déclaration commune du 21 août 2014, les Grandes Loges britanniques déclaraient notamment que « À l'heure actuelle la Grande Loge Unie d’Angleterre et les Grandes Loges d'Irlande et d'Ecosse n’envisagent pas de reconnaitre une autre Grande Loge en France et ne le feront pas dans le futur sans l’accord de la Grande Loge Nationale Française ».

Elles levaient là clairement une hypothèque qui n’avait de fait jamais eu d’existence, sauf dans l’esprit de ceux qui, depuis le début, voient d’un mauvais œil la création de la Confédération Maçonnique de France.

D’ailleurs certains auraient pu penser que la GLNF aurait retenue certaines leçons de sa période de « déreconnaissance londonnienne » et qu’elle aurait dorénavant un esprit d’ouverture et de rassemblement avec la Franc-Maçonnerie régulière de tradition. D’ailleurs un certain nombre de propos de son Grand-Maître, Jean-Pierre Servel, dans la période de « non reconnaissance » auraient pu le laisser penser.

Ce qui a pu aussi  alimenter les choses est la possibilité exprimée par les 5 grandes loges européennes de reconnaître à la fois la CMF et la GLNF. Mais c’est parfaitement leur droit. La CMF n’entend pas donner des leçons à des grandes loges amies en leur disant qui elles ont le droit de reconnaître ou pas. Les 5 Grandes Loges sont libres de reconnaitre les obédiences qu’elles souhaitent.

Mais que nenni. A peine « re-reconnue » par Londres la GLNF renoue avec ses travers, ses mauvais penchants et son dogmatisme. Il aurait pu en être autrement. C’est le choix de ses dirigeants… Tout en le déplorant nous ne pouvons que le constater.

L’une des premières tâches a été de « mettre au pas » les juridictions de Hauts Grades et de les soumettre à l’obédience.

Toutes se sont plié au diktat des dirigeants de la GLNF… toutes sauf le Suprême Conseil pour la France du Rite Ecossais Ancien et Accepté (SCPLF) qui n’entend pas capituler devant la GLNF et être dirigé par elle.

Il faut dire que les deux tiers des effectifs du SCPLF se trouvent au sein de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique de France(GL-AMF) obédience constitutive de laConfédération maçonnique de France(CMF), avec la Grande Loge de France et la Grande Loge Indépendante de France(GLIF).

C’est donc la tentation de la vengeance et du règlement de comptes qui prévaut à la GLNF. Le SCPLF et les frères du Rite Ecossais Ancien et Accepté sont tenus pour responsables de la « crise » de la GLNF et sont considérés pour beaucoup en interne à la GLNF comme « ingérables ».

Il vaut mieux donc s’en séparer ou créer un organisme de hauts grades du REAA « à la main » de l’obédience et qu’elle pourra de fait contrôler.

Ce qui est totalement en contradiction avec les règles de la régularité. En effet si l’obédience doit avoir une totale « indépendance vis-à-vis de toute structure maçonnique de hauts grades », l’obédience doit aussi respecter l’indépendance de la juridiction qui doit – elle aussi – s’administrer en toute liberté.

C’est par exemple le système qui prévaut pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté depuis 1904 entre la Grande Loge de France et le Suprême Conseil de France (SCDF) grâce notamment à l’action de Gustave Mesureur, à l’époque Grand-Maître de la GLDF. Totale indépendance des deux structures qui vivent et agissent en amitié, mais en toute indépendance l’une par rapport à l’autre.

Il faut également rappeler à ceux (forts peu nombreux) qui ne le sauraient pas, qu’une crise majeure a eu lieu en 1964 à la GLDF et au SCDF. Plusieurs centaines de frères et plusieurs dizaines de loges sont allés à la GLNF et ont créé le SCPLF.

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté en France s’est donc trouvé séparé entre ces différentes structures alors qu’il avait été uni au moins depuis 1821 jusqu’en 1964.

Les actuels dirigeants de la GLNF pensaient certainement que les frères de Rite Ecossais Ancien et Accepté allaient plier et « rentrer dans le rang », après quelques menaces.

Déjà l’annonce avant les vacances que le Souverain Grand Comité de la GLNF, dans sa séance du 18 octobre prochain, prendrait acte de la création d’une structure de hauts grades du REAA.

Puis la lettre du 29 août 2014 du Grand-Maître Jean-Pierre Servel déclarant que l’appartenance à la GNLF et au SCPLF sont désormais « incompatibles ».

Le Grand-Maître demande donc « aux Frères de la Grande Loge Nationale Française qui en sont membres, de suspendre la fréquentation de toute structure relevant du Suprême Conseil pour la France du Rite Écossais Ancien et Accepté et ce, avant le 15 novembre 2014 ».

La rupture est donc consommée.

D’autant que – loin d’aller la corde au cou à Canossa repentant – le Souverain Grand-Commandeur du Suprême Conseil pour la France,Jean-Luc Fauque,  vient d’écrire le 2 septembre 2014 aux membres de sa juridiction une lettre d’une qui donne des perspectives inespérées il y a quelques années encore pour le rassemblement de l’Ecossisme en France.

Fidèle à l’esprit de l’Ecossisme il rappelle que « Nous n’avons jamais fermé et ne fermerons jamais, sous aucun prétexte ni injonction de quiconque, l’accès de nos ateliers à  tout Maître Maçon d’un Corps maçonnique régulier ».

Ce qui est important de savoir pour les frères de la Grande Loge de France :

« Dans   l’hypothèse, où  les cinq Grandes Loges Européennes précitées confirment définitivement en fin d’année, la reconnaissance de la Confédération Maçonnique Française, notre Juridiction, conformément à ses statuts et règlements, est légitimement fondée à recevoir dans ses ateliers tous les Maîtres Maçons de cette Confédération et de la Grande Loge Nationale Française ».

Pour la première fois depuis 1964 est évoqué des relations entre les frères du SCDF et du SCPLF :

« Nous avons dans cette perspective, établi des contacts avec les Frères du Suprême Conseil de France aux fins d’étudier les modalités qui permettraient de travailler ensemble, au développement du Rite Ecossais Ancien et Accepté sur le territoire Français.

Les destins de nos deux Suprêmes Conseils sont liés.

Les événements que vous connaissez, ont conduit, en 1964, à une séparation. Aujourd’hui, l’histoire sollicite de nouveau les Maçons Ecossais Français et ouvre l’espérance d’un développement futur du Rite à la hauteur de ses origines et de sa deuxième place dans le concert maçonnique mondial ».

Concernant Jean-Pierre Servel, le Grand-Maître de la GLNF, le constat est clair et sans appel : « Il emboîte ainsi, les pas de ses prédécesseurs qui ambitionnaient la domination d’un Collège des Rites, sur le modèle de celui   du Grand Orient de France. Comme la tentative avortée de 2007 de main mise sur le Suprême Conseil. L’histoire de la Grande loge Nationale Française est une longue succession de conflits et de schismes. Ces tentatives sont vouées à l’échec. Elles sont incompatibles avec l’esprit initiatique traditionnel de l’Ordre Ecossais.

Toute Juridiction est,  en vertu de ses constitutions,  totalement souveraine. Les considérations mises en avant par le Grand Maître SERVEL pour justifier  sa prise de position, sont purement politiciennes.

Il surfe sur des confusions entre régularité, reconnaissance et relations en  amitié qui débouchent sur des ukases incompatibles avec la liberté de choix et de conscience du Maçon Ecossais. Notre Juridiction s’interdit toute pression sur la liberté de  conscience de ses membres qu’elle considère comme essentielle et qu’elle s’oblige à respecter avant toute autre considération ».

« La Maçonnerie Française peut-elle encore se permettre un psychodrame de scission ? Ne pas chercher une solution à des affrontements purement politiques fait de notre maçonnerie une marionnette indigne des valeurs traditionnelles ! Les injonctions du Grand-maître de la GLNF vis-à-vis des Frères sont non seulement, incompatibles avec les idéaux de liberté de conscience maçonnique mais aussi avec les règles civiles des associations de 1901 ».

Et Jean-Luc Fauque de conclure : « Mes Très Chers Frères, nous avons aujourd’hui rendez-vous avec l’histoire. Soit, les Maçons Ecossais se laissent attirer vers une aventure sans avenir pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté, en adhérent au projet de la Grande Loge Nationale Française et en obéissant aux injonctions de son Grand Maître. Soit, conscients de l’importance et du sens qu’ils donnent à la démarche initiatique, participent avec enthousiasme et détermination, au développement du Rite Ecossais Ancien et Accepté dans le cadre de ce nouveau contexte, inédit sur notre territoire.

Le Suprême Conseil pour la France, s’investira totalement dans cette voie et il est intimement convaincu que tous unis dans ce projet historique, nous saurons, sans dévier de nos valeurs, écarter les difficultés que nous pourrions rencontrer.

Nous comptons sur vous pour réussir ce défi que nous offre l’histoire ».

Oui le souverain Grand Commandeur du SCPLF a raison : les Francs-Maçons écossais de la Grande Loge de France et de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique de France ont aujourd’hui rendez-vous avec l’Histoire.

Et cette histoire commune s’inscrit nécessairement dans le cadre de la Confédération maçonnique de France.

Non pas pour « passer sous la domination de Londres » comme certains le faisaient faussement accroire. Pas plus d’ailleurs que « sous la domination » d’une autre obédience maçonnique française.

Une Grande Loge de France indépendante, clairement indépendante, fidèle à son histoire, à son rite, à sa tradition dans l’union avec ses frères de la Confédération maçonnique de France.

Pour aussi avoir comme but, à court ou moyen terme de voir réunis – enfin ! – les frères écossais séparés depuis la scission de 1964.

C’est possible. C’est à portée de main. Les frères de la GL-AMF comme de la GLDF y sont prêts. Quelle mission exaltante! Retrouver enfin l’unité perdue de la famille écossaise depuis trop longtemps séparée. Dans le respect de l’histoire des uns et des autres. Sans rien brusquer. Dans la fraternité absolue.

Avec comme Devoir de faire vivre et prospérer le Rite Ecossais Ancien et Accepté dans sa beauté initiatique avec un esprit de rassemblement, d’unité, d’amour fraternel.

Je me souviens de ces quelques lignes d’un texte du Conseil Fédéral de la Grande Loge de France dans sa déclaration du 13 juin 2012 :

Le Conseil Fédéral (…) « rappelle que la Grande Loge de France s'est toujours inscrite, depuis son origine il y a près de trois siècles, dans la pure tradition de la Franc-maçonnerie universelle et des principes fondamentaux de l'Ecossisme ».

et

« fait sienne la volonté du Grand Maître de n'exclure de cette recomposition aucun Frère, quelles que soient sa pratique et son Obédience ».

Cela démontre bien la cohérence de la démarche.

C’est bien de cela dont il s’agira en décembre 2014 pour les frères de la GLDF. Réunir ce qui est épars. Consolider un projet d’union et de fédération d’une maçonnerie humaniste, spiritualiste, régulière et de tradition en France aujourd’hui.

Les enjeux sont posés. Ils sont clairs. 50 ans après il s’agit d’effacer définitivement la séparation de 1964. Quel beau cadeau d’anniversaire que ce serait là !

Il n’y a plus qu’à attendre la réponse des frères de la GLDF. 

Jean-Laurent Turbet 

Source : http://www.jlturbet.net/

Partager cet article

Commenter cet article