Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Vincere aut Mori

9 Juillet 2012 , Rédigé par Bruno M\ Publié dans #Planches

« VINCERE AUT MORI » est la maxime latine qui est résumée par les 3 lettres « V.A.M » inscrites sur le baudrier du Maître Elu Secret , et que l’on peut traduire par « Vaincre ou mourir » .

Cette devise rappelle bien sûr celle des gladiateurs romains dont le sort final dans l’arène était la victoire ou la mort . Or, ces combattants jusqu’au boutistes n’étaient pas des hommes libres comme le sont les Elus Secrets ; ils étaient contraints de se battre jusqu’à la mort pour le seul bon plaisir d’un peuple ou d’un empereur .

Mais plongeons nous dans notre rituel du 1er Ordre pour voir si cette notion de « Vaincre ou mourir » est expliquée . La réponse ne m’a parue qu’ évoquée, surtout au grade de Maître ;
En effet, la mort de notre Maître Hiram assassiné par 3 Compagnons dans le Temple nous enseigne, je cite :
« Salomon instruit du crime affreux qui lui avait privé d’un ami … se livra à la plus vive douleur : il jura qu’il tirerait une vengeance éclatante d’un forfait aussi noir » .

Cette vengeance m’a été suggérée lors de mon passage dans la chambre de réflexion du 1er Ordre où j’ai pu lire : « le crime ne peut être impuni » ; Cà y est, tout est dit ! Mais qui doit agir et comment pour châtier les assassins de notre maître Hiram ? A ce moment, seules ces interrogations me viennent à l’esprit .

Ce désir de revanche se révèlera lorsque, attaché devant la Chambre du Conseil, on m’a fait « demander grâce d’être le vengeur d’Hiram » . Je devais donc être celui-ci, l’Elu .
Tout commence à se mettre en place : le 1er Ordre m’entraîne dans un acte de vengeance afin de faire en sorte que la dépouille mortelle de notre Maître puisse reposer en paix pour l’éternité .

Je m’apprête donc à commettre un crime, puisque celui-ci ne peut rester impuni ; moi qui, comme vous tous mes FF., avais bu le calice d’amertume jusqu’à la lie, me voici investi d’une mission tout aussi amère symboliquement « Vaincre ou mourir » .

Le fait d’associer ces 2 vocables terribles avec le serment maçonnique relève d’un curieux paradoxe . D’une part, des actes guerriers et victorieux et de l’autre, l’Amour et la Fraternité .

Une question qui me taraude alors, c’est vaincre de quoi et de qui ? les élus partis à la recherche des assassins, et Joaben en particulier, ne savent pas encore qu’ils n’auront pas à tuer ces mauvais compagnons mais leur quête ne leur fera commettre aucun acte qui pourrait les déclarer vainqueurs .

On nous a toujours enseigné que Dieu est Amour, alors pourquoi appeler à la vengeance ? Ce paradoxe doit nous amener à comprendre que « combattre , c’est aimer » .
En d’autres termes, il faut « vaincre pour le Grand Architecte de l’Univers ou mourir pour lui » .

Revenons à la recherche des assassins : ces derniers se livrent à une course désespérée vers le néant car poussés par la peur d’être justement punis par la faute qu’ils ont commise .
Tombés dans une fondrière pour 2, caché dans une caverne pour l’autre, ils ne peuvent que soulager leur souffrance morale en se suicidant .

Alors, si les Elus en ressortent vainqueurs, c’est d’eux-mêmes car ils ont bravé leur peur . C’est le sens de la scène de Joaben qui s’en va boire de l’eau à la source pour se remettre de ses émotions . Aucun de ces Elus n’a eu besoin d’utiliser son arme , restant conforme au commandement suprême « tu ne tueras point » .

Cette vengeance sans vainqueur est reprise dans le texte de notre rituel au retour de Joaben et avant que celui-ci ne prenne son obligation : « Tout vous a annoncé la Vengeance, mais l’Ordre est bien loin de vous inspirer un pareil sentiment » .

En conclusion, l’abandon de cette vengeance ne peut être qu’un acte d’Amour . Quel beau message de bonheur et d’Amour fraternel lorsque les compagnons de retour s’exclament : « le crime est puni » sans avoir eu à croiser le fer .

J’ai dit
Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article