Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Willermoz roturier : une première explication

22 Juillet 2014 , Rédigé par mcyvard Publié dans #Rites et rituels

 

Pourquoi, lorsque l'on a les moyens financiers d'être anobli ne pas acheter une charge qui offre cet anoblissement ? revoyons la hiérarchie de base : écuyer, la pire des situations
enviée par le bourgeois, méprisée par ceux qui sont nés et puis, il y a écuyer et écuyer
il faut être "écuyer" dans une famille qui a déjà pris rang dans la noblesse, soit en servant au palais, soit en servant à l'armée ou dans la justice... pour commencer à recevoir un début de reconnaissance donc, pour écuyer que l'on soit et officiellement, on n'aura pas plus
d'accès à la noblesse véritable pour autant chevalier, pas mieux
et ceux qui estiment que les premiers maçons furent adoubés par un  chevalier à la chevalerie sont dans le même cas que ceux qui se font  adouber dans un hôtel par un noble titré et reconnu parfois par amitié. Soyons sérieux, en plus de l'adoubement qui ne fait pas le sang bleu, le rang est nécessaire, rang qu'il faut pouvoir tenir.
J'ai sur le mont (localité Hersin Coupigny) de Coupigny l'exemple d'un chevalier qui est allé aux croisades, vivant sur une terre noble, ses descendants devenus simples "cultivateurs" ne réclamaient plus rien de l'état auquel ils pouvaient prétendre en pauvres nobles, mais
préféraient vivre de leurs cultures.
Willermoz est un commerçant qui sait bien que l'achat d'une "noblesse" ne lui permettra plus de commercer s'il veut tenir rang de gentilhomme or, son commerce a du lui paraitre plus important que la noblesse qui ne lui aurait sans doute rien donné de plus que ses charges de grand bourgeois dans sa ville, et par exemple, il aurait pu accéder à une noblesse dite de cloche offerte par les magistratures aux "maires" des villes. S'il ne l'a pas fait, sa famille posait-elle problème, les origines sont parfois importantes pour l'accès à une charge noble de qualité... le prix peut s'avérer dissuasif, même avec une belle fortune. Par ailleurs, ses fréquentations fraternelles devaient lui offrir les mêmes ressources.
Est-ce qu'une noblesse légale lui convenait, à lui? n'était-il pas mieux placé en commerçant qui pouvait vendre ses produits à ses frères nobles?
Final : l'un de ses papiers montre-t-il un intérêt réel pour la noblesse offerte par le roi et ses charges ?

Partager cet article

Commenter cet article