Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

York : Exhortation Maître

3 Mars 2011 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #chevalerie

Chacun de nos trois degrés à son devoir prédominant. Pour vous Apprenti Maçon, votre devoir envers Dieu, pour vous Compagnon, votre devoir envers votre prochain, pour vous M\M\ votre devoir envers vous-même. Il ne peut pas y avoir d'inversion dans l'ordre de ces devoirs, car la Franc-Maçonnerie ne contredit ni la nature, ni la Révélation dans l'ordre de son enseignement. Dieu vient toujours en premier, car en lui nous vivons, évoluons et possédons notre être propre. Après vient notre prochain, parce que Dieu lui-même l'a ordonné dans les dix commandements écrits de sa propre main Divine. Nous-mêmes venons en dernier parce que sans notre devoir envers Dieu, nous n'aurions pas la force d'accomplir quoi que ce soit, et sans notre devoir envers notre prochain nous n'aurions pas la Règle d'Or qui nous montre ce que nous nous devons à nous-mêmes.

 

Votre qualité d'homme ne dépend pas de votre situation mais de votre caractère. L'établissement de même que la reconnaissance de votre vraie qualité d'homme est entre vos mains. Trop de gens pensent que la réputation suffit à l'assurer ; ne vous attendez pas à cela.

 

Cherchez la vraie nature de l'homme et ensuite rendez-la exemplaire. N'ayez pas deux personnalités, une pour vos Compagnons et une autre pour votre vie privée.

 

Soyez un homme de vérité, aussi bien chez vous qu'en dehors. Dédaignez de vous abaisser vous-même parce que la porte de la notoriété vous est fermée. Laissez même votre solitude tenir compagnie à l'homme de bien qui est en vous. Parlez le même langage aux hommes que celui que vous employez avec votre mère.

 

Regardez les femmes avec le même regard que vous voudriez que les hommes regardent vos sœurs. Ressentez le langage grossier comme une atteinte à votre bonne éducation. Demandez que l'on vous traite respectueusement, mais commencez par vous respecter vous-même. Il n'est rien de plus intolérable que de vous abaisser vous-même à un plus bas niveau moral. Elevez les autres jusqu'à vous, mais refusez de descendre, même une seule marche, vers eux.

 

Ne mesurez pas votre importance par vos titres ou votre argent, mais par la force de votre caractère et la rectitude de votre langage. Faites toujours comprendre aux autres que c'est un homme de bien qui est devant eux. Les enseignements de ce degré vous montrent qu'il est de votre devoir d'atteindre le plus haut niveau de vos possibilités. C'est votre devoir d'homme parmi les hommes, de fils, de mari ou de père, de citoyen de cette grande République, de M\M\, de glorieux aboutissements de toutes les créatures, car l'homme véritable est l'image humaine du Dieu des Maçons.

 

Mon F\, votre zèle pour l'institution de la Franc-Maçonnerie, les progrès que vous avez faits dans la connaissance du mystère, et votre obéissance à nos règles vous ont désigné comme un sujet digne de notre bonté et de notre estime. Vous êtes maintenant lié par le devoir, l'honneur et la gratitude et devrait demeurer fidèle à notre confiance, maintenir la dignité de votre caractère en toutes circonstances, et de renforcer, par le principe et l'exemple, l'obéissance à toutes les règles de notre Fraternité.

 

En tant que M\M\, vous êtes autorisé à corriger les erreurs et irrégularités de vos F\ moins bien informés, et de les protéger d'un manque de fidélité. Garder intacte et pure la réputation de la Fraternité doit être votre soin constant. Vous devez toujours inculquer la bienveillance universelle et, par votre propre conduite, donner le meilleur exemple à ceux moins bien informés que vous. Vous devez protéger les Anciens Landmarks de la Fraternité, confiés à vos soins ; ne jamais permettre qu'ils soient transgressés, et ne jamais autoriser une déviation des usages établis et des coutumes de la Fraternité.

 

Votre vertu, votre honneur et votre réputation sont les garants de la dignité de l'état qui est maintenant le vôtre. Donc, ne laissez aucun motif vous détourner de votre devoir, violer vos vœux ou manquer à votre parole, mais soyez sincère et fidèle, et imitez l'exemple de l'artiste célèbre que vous avez représenté ce soir.

 

Ainsi, vous vous rendrez digne de l'honneur que nous vous avons conféré et mériterez la confiance que nous avons mise en vous.

 

Partager cet article

Commenter cet article