Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles récents

Consitoire

19 Octobre 2012 , Rédigé par GCG GODF Publié dans #Rites et rituels

OUVERTURE DES TRAVAUX

Tous les FF.°. sont habillés dans le parvis intérieur, le Grand Maître des Cérémonies ayant allumé préalablement toutes les bougies. La salle une fois préparée  sur l'invitation du Grand Maître des Cérémonies les frères se rassemblent en silence dans les parvis. Le T S et VM  pénètre seul, puis les frères conduit par le Grand Maître des Cérémonies se présentent au passage, l'un après l'autre et entrent main gauche sur le cœur. Arrivés devant le Président (qui se tient au pied de son Trône) saluent en s’inclinant et prennent leurs places respectives. Le Consistoire n'est éclairé que par la lumière des bougies.

Le TS et VM. Prenez place mes frères Fidèles Gardiens.

Illustre Grand Orateur, le Consistoire est-il au secret ?

Le Grand Orateur : Les Allées sont désertes, nul bruit n'y résonne, les portes sont closes. Nous pouvons nous livrer à notre oeuvre.

Le TS et VM. Illustre Grand Inspecteur, quel âge avez-vous ?

Le Grand Inspecteur : Je ne compte plus.

Le TS et VM : Quel est votre emploi ?

Le Grand Inspecteur : Combattre pour l’établissement de la Vérité

Le TS et VM : Quelle heure est-il ?

Le Grand Inspecteur :  Nous sommes en parfaite sûreté. Il est minuit pour le monde profane mais le soleil luit au cœur du Consistoire.

Le TS et VM : Puisque nous ne craignons pas d'être interrompus, donnez avis que nous allons reprendre nos travaux et que le Consistoire va s'ouvrir.

Nous pouvons nous occuper avec assurance de notre œuvre.

Le TS et VM  : rappe un coup du pommeau de son épée, que répète le Grand Inspecteur.

Le TS et VM : Que toute pensée profane s'éloigne de ce lieu ! Avec une bougie de transfert il prend la flamme au feu éternel puis: Il allume la première bougie et dit : Que la Sagesse, nous éclaire et nous guide!

Seconde bougie: Que la Vérité, écarte de nous toute obscurité !

Troisième bougie: Que la Charité nous donne la paix intérieure !

Quatrième bougie: Que la Force, suivant la Loi, nous accorde ce qui est juste !

Il éteint alors la flamme d'appoint et dit: Que l’éclat de l’Harmonie, nous illumine, car c'est en elle, depuis l'origine jusqu'à la fin des temps, que résident le savoir, la volonté et la perfection de toutes choses ! Suivant la Lois dès cet instant, que l'œuvre se poursuive car c'est avec fidélité et suivant les traditions que nous voulons accomplir notre Devoir ! Que le haut s'unisse au bas! Que le bas s'unisse au haut ! Afin que règnent la Paix, l'Harmonie et la Lumière ! Prenez place mes FF, les travaux du Consistoire ont repris. Grand Chancelier, veuillez nous communiquer le compte rendu de notre dernière assemblée.

Le Grand Secr. TS et VM et vous tous mes frères Fidèles Gardiens. Ceci fait

Le TS et VM. Mes frères Fidèles Gardiens, avez-vous des observations à produire ? Frère Grand Orateur, quelles sont vos conclusions ?

Le Grand Orateur. Favorable à l'adoption.

Le TS et VM. Mes frères Fidèles Gardiens, veuillez donner la caution du Consistoire. (ceci fait) Le compte rendu est adopté.  

RECEPTION

Il faut installer dans les parvis une table et trois sièges.

Le Candidat, est mis en méditation dans une salle durant l’ouverture.

Le moment venu le Grand Maître des Cérémonies conduit le récipiendaire dans les parvis intérieurs du Consistoire et arrive devant la petite table ou se trouve assis le TS et PM, son Parrain et le Grand Orateur. Le récipiendaire reste debout. Après quelques instants de silence puis le TS et VM lui pose les questions suivantes:

Le TS et VM. Mon frère, vous avez parcouru un long chemin pour venir jusqu’à la porte du Consistoire, et vous avez dû sonder les replis de votre conscience.

Que vous ont apporté les initiations que vous avez vécues jusqu'à ce jour ?

Le Candidat : ……………………

Le TS et VM.  Qu'espérez-vous de votre admission qui vous sera peut être accordée

Le Candidat: ……………………

Le TS et VM : Mon frère Grand Orateur, vous qui êtes le fidèle gardien , ce frère vous semble-t-il prêt à prendre part à nos travaux ?

Le Grand Orateur : Ce frère, malgré ses qualités indéniables, sa fidélité à l'Ordre et sa volonté de chercher la Vérité, ne me semble pas encore prêt pour nous rejoindre. Il me semble préférable qu'il continue à méditer pendant un long temps et qu'il poursuive son travail dans son assemblée !

Le TS et VM : Mon frère Grand Orateur, je connais votre rigueur et votre souci de n'admettre aux travaux de ce Consistoire que des frères. ayant atteint un degré de conscience très élevé, mais vous me semblez sévère concernant notre Frère que nous connaissons depuis longtemps, demandons donc l'avis de son parrain.

Le Parrain : TS et VM, je me porte garant de l'intégrité et de la fidélité de notre Frère  et je suis convaincu que son désir de servir notre Consistoire est sans aucune retenue et qu'il est animé du désir de se perfectionner sans cesse, je sollicite donc, humblement votre accord pour qu'il puisse participer à nos travaux.

Le PPM : frappe avec le pommeau de son épée et dit :

Qu'il en soit ainsi !

Le TS et VM, le Parrain et le Grand Orateur retournent dans la salle du Consistoire. Le Grand Maître des Cérémonies accompagne le candidat une fois les trois officiers en place. Ils entrent et s’arrêtent .

Le Grand Inspecteur : TS et VM, un maçon trouble la méditation du Consistoire.

Le Grand Expert. Qui se manifeste ?

Le G.Maît. des Cérémonies : C'est un Très illustre Prince, Chevalier du Royal Secret de son état, nommé secrètement, qui est sincèrement attaché à l'Ordre.

Il voit avec tristesse les souffrances de l'humanité depuis la mort de son maître et humblement, il sollicite la faveur d'être admis au Consistoire.

Le Grand Inspecteur : Répète la réponse au TS et VM. C'est un Très illustre Prince du Royal Secret de son état, nommé secrètement, qui est sincèrement attaché à l'Ordre. il voit avec tristesse les souffrances de l'humanité depuis la mort de son maître et humblement, il sollicite la faveur d'être admis dans le Consistoire.

Le TS et VM. Puisqu'il possède les qualités nécessaires et que son Parrain s'est porté garant, le Grand Orateur permet son avancée en ce Consistoire. Le Grand Maître des Cérémonies le tient et le guide par l’épaule gauche : devant le TS et VM, il s'incline devant le Delta.

Le TS et VM : Inclinez vous devant la source de cette lumière, qui inspire les travaux de notre Ordre depuis le début. Combien sont étonnants les rayons de lumière qui éclairent à l'Orient.

Gloire soit rendue à son nom, maintenant et à jamais ! Respectable Chevalier, pénétré de l'obligation qui, de toutes les autres, est la plus sérieuse et la plus importante à laquelle l'homme puisse se soumettre vous sentez la persuasion des terribles peines que l’Ordre inflige à tous ceux qui la violerait.  Le Candidat, les mains sur la bible, prononce l'obligation suivante:

Obligation :

Moi, engage solennellement ma parole d'honneur et sacrée, je jure et promets sincèrement sur ce glaive, en présence du Grand Architecte De L’Univers que je ne révèlerai jamais les secrets et mystères de la sublime distinction que je suis prêt à recevoir.

En outre, je jure de suivre strictement les statuts, constitutions et règlements de ce grade, d’en garder un secret absolu, et d’en remplir tous les devoirs, diligemment, fidèlement et sans partialité, faveur ni affection.

Que j'inculquerai nos devoirs envers notre prochain, autant qu'il sera en mon pouvoir, par mes paroles et mes actions. Je suis intimement persuadé que la Vertu peut seule nous rendre respectable et heureux.

Si je venais à manquer à ces devoirs, je prends conscience que je devrais en assumer les toutes les conséquences que l’Ordre m'imposera. Après l'obligation le PPM lui met l'épée dans la main droite en disant :

Le PPM : Respectable Chevalier, tendez le bras droit devant vous, nous plaçons dans vos mains une arme, dont nous enseignons de ne jamais faire usage. Mais seulement de vous en servir contre les ennemis de l'Ordre. Elle symbolise également les pouvoirs qui vous sont transmis, voyez la difficultés et le poids que ces devoirs représentent pour celui qui doit commander. Le Candidat doit tenir son épée bras tendu, pointe en l'air un temps suffisant pour qu'il en sente tout le poids    

Vous pouvez baisser votre bras.

Relevez-vous ! Grand Maître des Cérémonies venez prendre à l'autel le Feu de l’Ordre afin que notre nouveau SUBLIME GARDIEN puisse s’en pénétrer. Le Grand Maître des oeuvres  prend le feu sur l'autel, il tient la bougie à hauteur de ses yeux et dit:

Le Candidat : Ainsi que le Feu éternel règne dans le tout. C'est par ce feu que je participe à la chaîne des initiés.

Une harmonie pure et élevée m'unit aux frères de l'Ordre. Puis en disant:

PAR CE FEU, JE REGENERE MON ESPRIT, JE RAVIVE LA FLAMME DE MON ARDEUR, AFIN QU'ELLE DEVIENNE INEXTINGUIBLE.

Le Grand Juge : Lui pose la main droite sur la tête et dit lentement :

Souvenez-vous : « Transmettre l’esprit des symboles est le premier des devoirs, transmettre l’esprit de notre art de vivre et de construire est la science des sciences, l’Art Royal. Consacrez lui tous vos efforts. » Ceci fait, le Grand Maître des Oeuvres lui rend son épée puis rapporte le feu  et regagne sa place.

Le TS et VM lui dit:  Je vous lie pour l’éternité à l'Ordre, et je vous reçois   SUBLIME ET FIDELE GARDIEN.

Qu'elle vous rappelle toujours les obligations solennelles que vous avez contractées envers l'Ordre.

Parvenu à la dernière classe du Cinquième Ordre considérez qu’il ne s’agit pas d’un nouveau grade que nous vous avons communiqué mais proposé une alliance avec un Devoir éternel.

En nous rejoignant vous devenez un esprit immortel partie de l’esprit de ce feu que nous avons manifesté à vos yeux et qui vous habite maintenant. Jurez de ne jamais abandonner cette voie.

Le Candidat : Je le jure.

Le TS et PM. Je vous revêts maintenant de votre sautoir auquel une seconde rosette violette s’ajoute : elle marque notre gouvernement au nom de l’Ordre . Prenez place parmi nous au siège de……. Votre arrivée parmi nous ne crée pas votre place, mais elle ne fait que compléter notre Consistoire vers le nombre parfait de neuf. Le nouvel arrivant prend le siège vacant et en assure les fonctions. Je vous félicite sincèrement que vous ayez eu le désir d'arriver au sommet du secret maçonnique.

En effet, c'est de ce point élevé, que vous pourrez, avec plus de compassion, porter vos efforts sur une humanité qui languit encore dans l'ignorance, courbée sous les préjugés et la superstition.

Depuis que, Souverain Prince Rose Croix, pasteur vigilant, vous avez accepté la haute mission d'éclairer les hommes, d'écarter tout ce qui divise les esprits, de professer tout ce qui peut unir les cœurs.

Vous voici devenu Fidèle Gardien, votre mission s'agrandit; c'est un sacerdoce plus élevé qui vous est confié; il vous place au rang des propagateurs de la vérité. Vous devez être un des rayons de ce flambeau, l'auguste et bienfaisant Ordre des Francs Maçons.

Vous devez aussi guider et éclairer les Loges, gardien de la LOI, de la DOXA, vous leur recommanderez surtout de n'ouvrir nos mystères qu'aux esprits libres et ornés, aux élus du cœur et de la pensée, et de na pas déchirer les voiles du mystère devant ceux qui ne peuvent voir, devant des intelligences qui ne savent point comprendre.

Nous n'avons d'autres mystères que dans la manière de contribuer à rendre les hommes heureux et vertueux.

Nos méditations doivent prendre un essor plus élevé. Nous ne développons que ce que l'antiquité a institué, car mon frère cherchez au fond des choses, fouillez dans les mystères d'Isis, d'Osiris, de Pythagore, mais que votre raison et votre conscience soient toujours vos ultimes juges.

CLOTURE DU CONSISTOIRE

Le TS et PM : Grand Inspecteur, quel âge avez-vous ?

Le Grand Inspecteur : Je ne compte plus.

Le TS et PM : Quel est votre emploi ?

Le Grand Inspecteur : De combattre pour l’établissement de la Vérité

Le TS et PM : Quelle heure est-il ?

Le Grand Inspecteur : Le Soleil du matin illumine le Consistoire.

Le TS et PM  : Puisque le Soleil s'est levé pour illuminer le monde, levons-nous mes frères pour répandre dans l'esprit de ceux qui sont dans les ténèbres, l'effulgence de la lumière maçonnique et pour être un exemple de vertu dans le monde.

Annoncez que je vais fermer le Consistoire et suspendre l’assemblée .Il frappe un coup avec le pommeau de son épée . Le TS et PM  éteint chaque bougie à l'inverse de l'allumage, puis dépose la flamme de la bougie de transfert au feu éternel et dit alors: Que la Lumière reste en nous et nous guide sur la voie droite! Qu'elle nous permette de ne pas nous perdre dans les ténèbres ! Qu'elle nous illumine et nous donne la paix. Suivant la Loi, je suspend les travaux ! Le Grand Maître des Cérémonies conduit les frères dans les parvis intérieurs. Les frères quittent la salle un à un et s'inclinent  lorsqu'ils passent devant le TS et PM et  ils échangent alors le baiser de Paix avec lui.

Lire la suite

Consécration au Conseil Philosophique du Cinquième Ordre Rite Français Moderne

19 Octobre 2012 , Rédigé par Grand Chapitre Général du Grand Orient de France Publié dans #Rites et rituels

Tous les IP entrent dans la salle obscure seulement éclairée par les bougeoirs que portent les 3 premiers officiers.

Une fois chacun en place.

Le TS et VM   Quelle heure est-il ?

Le G Insp : Le point du jour paraît.

Le TS et VM   Nos travaux reprennent force ! Illuminons le Conseil Philosophique de ALETHEIA sous le titre distinctif de la VRAI SAGESSE. Le G Insp       prend un bougeoir et allume quatre bougies les plus basses Que l’Amour de l’humanité préside à nos décisions. Le G Orat      prend un bougeoir et allume quatre autres bougies Que la Vérité anime nos travaux. Le TS et VM prend un bougeoir et allume la dernière bougie Que la Paix et l’unité rassemblent tous ceux qui désirent servir l’Ordre. Mes Frères Unissons nos mains dans le cercle fraternel .Tous les Frères unissent leurs mains sans croiser les bras.

Le TS et VM   Que la Foi nous soutienne

                        Que l’Espérance nous guide

                        Que la Charité rayonne de nos cœurs                     

Prenez place mes Frères.

L’ordre du jour de notre assemblée appelle la réception de notre Très Illustre Frère Nous allons y procéder. Très Illustre Grand Expert allez chercher notre Frère. La salle est seulement éclairée par le Chandelier à neuf branches et par les bougeoirs. Le Très Illustre Frère est introduit sans décor et sans gant et reste près de la porte. Le candidat salut en s’inclinant comme à l’accoutumé.

Le TS et VM   Le Conseil Philosophique est assemblé aujourd’hui pour vous recevoir en son sein. Cette réunion témoigne de votre persévérance, puisque vous parvenez au terme de votre démarche. Ayant parcouru ce chemin pour arriver jusqu’à nous, nous considérons aujourd’hui que votre esprit et votre cœur sont libres de toute attache particulière. Dans son assemblée, le Conseil Philosophique rassemble et coordonne sous son principe forces et moyens pour obtenir un bien plus général. Etes vous disposé à coopérer à ce but par tous les moyens qui sont en votre pouvoir ?

Le TIM : Oui, le suis.

Le TS et VM   Depuis votre entrée dans la Franc-Maçonnerie, on a exigé de vous le serment de garder inviolablement le silence sur ce qui concerne l’Ordre. Avant d’aller plus avant, sachez que vous êtes appelé à l’observer encore plus strictement sur tout ce qui concerne le Conseil Philosophique, notamment ses membres et ses modalités de réunion. Etes vous dans cette disposition ?

Le TIM : Oui, je le suis. Le Maître des Cérémonies  le conduit auprès du TIGM

Le TS et VM   Posez votre main droite sur le crâne et veuillez lire votre première obligation :

Obligation      

J’engage solennellement, devant cette assemblée, ma parole d’honneur, sacrée et sincère. Je jure et promets de suivre strictement les statuts et les délibérations de cette assemblée et de remplir avec impartialité tous les devoirs d’un Illustre Prince.

J’appose volontairement et sans contrainte ma signature sur le dit engagement.

Que la force et la volonté pour l’accomplir dans tous ses points, pour la gloire de l’Ordre, ne m’abandonnent pas.

Le TS et VM   Que le Grand Architecte de l’Univers protège notre entreprise et nous garde en équité et en droiture. Puis les autres membres sortent car nul n’a jamais assisté à la réception d’un Illustre Prince. Cela fait : Le T.I.M. se dispose pour le serment suivant les indications du G.M. la main droite sur la bible et la main gauche couverte par la main gauche du G.M.

Le TS et VM   Apprenez que la plus infime indiscrétion pourrait nous détruire et ensevelir notre entreprise. Persistez-vous dans votre demande qui vous liera à nous pour toujours ?

Le TIM : Oui …Après un long silence…

Le TS et VM   Je vais lire vos promesses, vous direz, je le promet et je le jure.                                    Promettez-vous et jurez-vous sur ce que vous avez de plus cher et de plus sacré de pratiquer les oeuvres de charité et de ne jamais dire à personne qui vous a reçu et en quel lieu ?

Le TIM  : Je le promet et je le jure.

Le TS et VM    Promettez-vous et jurez-vous d’être de bonne foi et en conséquence, de ne jamais recevoir en ce Conseil un Frère qui ne serait pas un ami intime?

Le TIMJe le promet et je le jure.

Le TS et VM   Promettez-vous et jurez-vous que toujours et avec toute la douceur d’esprit dont vous êtes capable, vous aiderez vos frères dans le besoin comme dans l’adversité ?

Le TIMJe le promet et je le jure.

Le TS et VM   Promettez-vous et jurez-vous de toujours régler vos paroles sur la vérité ?

Le TIM : Je le promet et je le jure.

Le TS et VM   Promettez-vous et jurez-vous de voyager à la gloire et pour le progrès de notre idéal et d’obéir en tout point à tout ce qui sera ordonné ou prescrit par le  TS et VM auquel vous jurez obéissance ?

Le TIMJe le promet et je le jure.

Le TS et VM : Promettez-vous et jurez-vous d’être patient dans l’adversité de ne jamais recevoir dans ce degré un homme qui ne serait pas totalement libre ?

Le TIM : Je le promet et je le jure.

Le TS et VM   Enfin, promettez-vous et jurez-vous de participer assidûment à nos travaux, et de garder inviolablement les ultimes secrets que je vais vous confier ?

Le TIM : Je le promet et je le jure.

Le TS et VM : Par les sept serments que vous venez de prêter et en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés et transmis, je vous reçois Illustre Prince des Maçons, Prince du Royal Secret, Sage et Vrai Maçon. Veuillez gravir symboliquement ces degrés mystérieux car aujourd’hui, vous ne pouvez plus reculer. Le GM donne ensuite l’accolade à l’IP

Le TS et VM   Apprenez que ces degrés que vous venez de gravir sont lourds de sens. Celui de l’histoire, celui de l’Ordre Maçonnique, jamais à l’abri des trahisons et des dévoiements depuis qu’un jour, Hiram, Maître des Maîtres, trouva une mort affreuse sur le chantier du Temple.          

Votre discrétion prouvée dans les degrés précédents vous a valu de recevoir l’entière lumière et il ne vous reste plus rien à désirer que l’effet de votre obéissance au Consistoire dirigé par le TS et VM, nos chefs et les grands élus de l’Ordre qui viennent aujourd’hui de vous octroyer cette faveur.           

Vous voici maintenant au rang de ceux qui sont Elus pour le Grand Œuvre. Les délicieux parfums de vos actes et de vos obligations vous transporteront vers le vrai bonheur auquel vous aspirez, ce que je souhaite bien sincèrement. Le GM se déplace, et va frapper un grand sur la porte du Conseil pour appeler les membres du conseil philosophique qui rentrent et prennent place A ce moment on allume la salle.

Le TS et VM   Saisissez à présent des deux mains, les deux poignards qui sont posés sur la table.         Et croisez les sur votre poitrine. L’un figure la protection que nous devons aux innocents, l’autre nous indique la juste punition des parjures. Le GM porte son glaive et le pose au croisement des deux poignard.

Le TS et VM   Devant vos Amis Intimes, que votre cœur soit juste et votre détermination Sans faille. Le GM pose son glaive, puis : Je vous rend votre sautoir auquel s’ajoute maintenant une rosette violette. Désormais les gants vous seront inutiles pour participer à nos travaux. Je vous invite à prendre place au siège qui vous a été préparé. Plus rien ne nous retenant au Conseil, je vais en suspendre les travaux. Il s’approche du chandelier et éteint successivement les 8 bougies

Le TS et VM   Que toute trace de ce qui vient de se passer disparaisse au regard de ceux qui n’appartiennent pas à notre Conseil. Travaillons en lieu sûr à rétablir secrètement le Temple idéal. Que le souvenir de cette cérémonie reste à jamais gravé dans nos mémoires. Il éteint ensuite la 9ème.

Le TS et VM   Allez de par le monde et que la lumière qui s’éteint maintenant, s’allume en chacun de nous. Répandez-la avec discernement et sagesse.

Que le Grand Architecte de l’Univers favorise notre dessein !

Que la Paix soit avec vous. Les IP se retirent en silence.

Lire la suite

Conseil Capitulaire du Cinquième Ordre Rite Français Moderne

18 Octobre 2012 , Rédigé par Grand Chapitre Général du Grand Orient de France Publié dans #Rites et rituels

Les membres du Conseil Capitulaire s’assemblent et se décorent dans la salle de réunion. Ils se disposent autour de la table. Ils restent debout pendant que le Gardien du seuil allume les neuf étoiles rouges avec la blanche qui reste par principe toujours allumée.

Le Président : Très Illustres Frères reprenons les travaux de l’Assemblée du Cinquième Ordre…. Il salue de part et d’autre les Frères assemblés en s’inclinant, lesquels répondent de la même manière.

Frère Chancelier, veuillez donner le compte rendu de notre dernière assemblée.

Le Frère Chancelier donne lecture du compte rendu des derniers travaux, lesquels sont adoptés en la forme habituelle, après une éventuelle discussion. (éventuellement) Très Illustre Frère Gardien du seuil, veuillez introduire les Frères visiteurs que vous installerez à mes côtés. Debout Très Illustres Frères. Ceci fait, après avoir souhaité la bienvenue aux Frères visiteurs, on passe à l’ordre du jour.

Le Président : l’ordre du jour appelle l’étude de la question présentée par le Très Illustre Frère……….Ou l’intégration du S.P.R.C……… au sein du Cinquième Ordre

Intégration d’un S.P.R.C. au Conseil Capitulaire du Cinquième Ordre

Pour être reçu au Cinquième Ordre, il faut répondre aux conditions définies dans le règlement particulier de cet Ordre. Le jour de la réception, il est demandé au Frère de rédiger un nouveau testament philosophique suivant le document qui lui sera préalablement remis.

Le Président : Lors de notre dernière assemblée vous avez accepté de recevoir au Cinquième ordre le SPRC…….. Si personne ne réclame la parole, il va y être procédé. Le silence régnant, Très Illustre Frère Gardien du seuil introduisez le Bien Aimé Frère………. afin qu’il reçoive de cette assemblée les marques de notre reconnaissance.

Vous me ferez parvenir son testament philosophique. Le Frère est introduit, il porte les décors du quatrième Ordre. Il est placé devant la table où se trouve les deux coupes.

Mon Bien Aimé Frère, le Conseil Chapitral du Cinquième Ordre Provence Fidélité, a accepté de vous admettre en son sein afin de participer à la mission qui va vous être exposée. 

Le Cinquième Ordre confère aux SS.PP.RR.CC. qui en sont porteur, la qualité pour aider leurs Frères et faire régner dans toutes les assemblées la paix et la concorde. pour favoriser personnellement la régularité dans les travaux aux différents degrés des Chapitres. pour être une composante individuelle dynamique et novatrice de réflexion au sein des hauts grades du Rite Français des Modernes.

Le Cinquième Ordre a la particularité d’être un Ordre ouvert aux SS.PP.RR.CC., au seul regard de leur zèle et de leur dévouement. Il ne constitue en aucune manière un passage obligé pour l’ensemble des SS.PP..RR.CC.

Si l’initiation traditionnelle de la Maçonnerie des hauts grades du Rite Français s’arrête au Quatrième Ordre, le Cinquième Ordre n’en constitue pas moins le sommet du Rite.

Non seulement il renferme tous ses enseignements mais il regroupe en son sein l’ensemble des courants de l’Ecossisme. Il en constitue une assemblée d’étude, de pratique et un conservatoire de la tradition maçonnique.

En qualité de membre de ce Conseil des Sages, il situe chacun de ses membres au niveau le plus fort dans l’exercice de la responsabilité, de la pratique des vertus et de la connaissance maçonnique.

Sachez que nos anciens règlements établis en 1784, précisent que le Cinquième Ordre comprend tous les grades physiques et métaphysiques de tous les systèmes et particulièrement ceux adoptés par les associations maçonniques en vigueur. Cette disposition place bien le Cinquième Ordre, dans l’esprit des rédacteurs de l’époque, comme le conservateur des rituels des hauts grades.

Le Cinquième Ordre est subdivisé en trois classes : Le Conseil Capitulaire, le Conseil Philosophique et le Consistoire.

En prêtant votre obligation, vous serez seul avec votre conscience, limité seulement par votre propre liberté.

Cependant, sachez si cela peut adoucir votre solitude que nous partageons le poids de cette charge.

Mon Frère, rompez le signe d’ordre que vous ne reprendrez plus dans cette assemblée. Veuillez ôter vos décors, puis vous découvrir et vous déganter. Etendez la main droite et portez la main gauche sur le cœur.

Très Illustres Maîtres debout.

Mon Bien Aimé Frère, veuillez lire votre obligation :

Le postulant : Moi………………. Régulièrement investi des pouvoirs et des obligations de la charge des SS.PP.RR.CC. je promets sur cette épée et devant cette assemblée de me dévouer à la garde, à la transmission des Ordres du Rite Français et des hauts grades écossais.

Je promets également et jure sans équivoque ni réserve de garder secret tout ce que je verrai, entendrai, ou ferai dans cette assemblée sous peine d’être exclu de cette chaîne d’union. Que le Grand Architecte de l’Univers me soit en aide.

Le Président : Un moment de silence…

Je prends acte de votre promesse. 

Les devoirs qui vous attendent sont doubles, vous devrez rayonner autour de vous en gardant un silence absolu sur votre appartenance, sur nos travaux et tout ce qui touche le cercle intérieur.

Le silence est une discipline morale d’autant plus méritoire qu’elle est difficile à maintenir et qui exige l’abandon de toute ostentation.

Le silence est la vertu par excellence. Le propre du sage est de se taire, tout en gardant : l’esprit, le cœur et les yeux ouverts

Regantez-vous mon Frère.

Avant de procéder à votre intégration, Méditez encore les images symboliques qui vont être évoquées.

Très Illustre Frère Gardien du seuil, veuillez accompagner notre Bien Aimé Frère, après lui avoir remis l’étoile du cherchant. Le F Gardien du seuil le conduit successivement dans les quatre directions cardinales en commençant par le nord-ouest, ensuite le sud ouest, puis le nord-est et enfin le sud-est. Il s’arrêtera devant chaque figuration. Chaque figuration est présentée par un Membre de l’Assemblée. A l’issue de chaque présentation, le candidat allumera l’étoile liée à chacune de ces dernières.                                   

Le premier : L’Aigle (étoile bleue)

Il est celui qui vole au plus haut et le seul qui plonge son regard dans le soleil. Au plus élevé de l’échelle invisible reliant ce qui est en haut et ce qui est en bas, le Maître d’œuvre a le devoir d’éprouver l’ensemble des matériaux de l’entreprise commune et d’exercer sa Vigilance.

Le deuxième : Le Phénix (étoile noire)    

Seuls demeurent ceux qui renaissent sans-cesse. Ceux qui s’arrêtent, et se fixent sont condamnés au vieillissement et à la mort.

C’est le principe de la recherche permanente qui en voyageant symboliquement, nous invite à cette transformation et nous rappelle à la Persévérance.

Le troisième : L’Etoile Flamboyante (étoile verte)

Elle est l’emblème du Génie qui élève aux grandes choses et aujourd’hui avec plus de raisons encore, elle est le symbole de cette lumière d’espérance aux rayons de laquelle nous pouvons connaître la Vérité et exercer la Justice.

Le quatrième : L’arbre fleuri (étoile rouge)

L’initiation est un art et une science conduisant chacun au cœur de son jardin intime où réside l’arbre mystérieux.

Cet arbre est le pilier essentiel du Temple de l’homme que nous bâtissons inlassablement et qui ne sera jamais achevé.

Aussi, le Maître d’œuvre est avant tout animé par l’esprit d’une entreprise commune et fraternelle.

A cet instant, la pierre cubique s’est changée en rose, elle symbolise particulièrement l’Amour de l’Humanité.

Le Président : Persévérance, Vigilance, Justice, Vérité, Amour de l’Humanité, sont depuis le début, les lumières successives de votre démarche. J’éclaire aujourd’hui La Sagesse pour découvrir et comprendre le trait unique qui relie chacun de nous au plan parfait. (étoile blanche)

Elle illumine de façon éclatante, les lois immuables de notre entreprise ainsi que la finalité de l’œuvre. Le Président prend l’épée, se dirige vers le récipiendaire et pose cette dernière sur la tête.

Le Président : A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, par les pouvoirs que me délègue le Consistoire, ultime assemblée de l’Ordre au sein du Rite Français des Modernes, je vous reçois au Cinquième Ordre et membre de ce Conseil Capitulaire, pour exercer pleinement les devoirs que vous venez de contracter. Le F. Gardien du seuil lui tend le verre

Le Président : A présent, buvez de cette eau ; ce fût votre premier geste au sortir de la caverne du Premier Ordre. Ceci fait :

En construisant, rappelez-vous sans cesse de la fragilité des édifices humains.

Partageons cette coupe de vin en mémoire de votre réception au Quatrième Ordre .Ceci fait :

Dans la solitude, souvenez- vous de la force que renferme notre idéal, quand il est partagé. Je brûle symboliquement le testament que vous venez d’écrire et que nous n’avons pas lu. Le temps égare ou efface les écrits des hommes, mais ce qui a été confié au feu perdure indéfiniment.

Il sera à jamais le secret que nul ne pourra partager avec vous. Je vous demande d’en méditer le sens. Ceci fait :

En se consumant, ce testament vous rappelle le premier geste que vous avez accompli au moment d’entrer dans l’Ordre des Francs-Maçons et il vous indique qu’un jour, nous retournerons d’où nous sommes venus, quelle que soit notre situation. Le Président lui remet à présent le sautoir

En vous remettant ce sautoir, je vous libère de tous vos engagements ce qui n’efface pas leurs contenus. Votre conscience et votre sens moral sont vos seuls guides et vos seuls juges.

Allez maintenant recevoir le baiser de paix de chacun des membres du Conseil et que je vous donne à présent.

Prenez place Très Illustres Maîtres. Ceci fait, on procède à la suspension des travaux.

Le Président :  Avez-vous des propositions à faire pour le bien de l’Ordre ?

 Ceci fait : Le Frère Gardien du seuil éteint les 5 bougies de couleur dans l’ordre inverse ou elles ont été allumées.

Puis le Président dit en éteignant les 9 étoiles rouges en commençant par les plus basses et en remontant deux par deux : Très Illustres Frères séparons-nous, avec au cœur le sentiment que rien ne pourra entraver la marche de nos travaux ni la sérénité de nos décisions .Que partout on nous reconnaisse pour la qualité de nos actes et l’humilité de nos paroles. Je déclare suspendus les travaux du Conseil Capitulaire du Cinquième Ordre … (Il éteint la dernière bougie) Le Président salue les Frères qui lui rendent le salut.

Lire la suite

Le Rite Français

18 Octobre 2012 , Rédigé par Grand Masonic Orient of Ireland Publié dans #Rites et rituels

Le Rite français, également appelé parfois Rite moderne, est un rite maçonnique pratiqué sous différentes formes et par plusieurs obédiences françaises.

Histoire

Le Rite français est intimement lié à la naissance de la franc-maçonnerie en général et en France en particulier. Les exilés britanniques apportent le rite des Modernes qui sera traduit, progressivement, en français. Mais si cette forme hybride ne connaît encore le nom de Rite Français, c'est bien pour se distinguer des systèmes dits écossais que celui-ci se forme. Afin d'assurer une franc-maçonnerie à dimension nationale, le Grand Orient de France organise l'uniformisation des rites « modernes » hexagonaux dès 1782. En 1785, le modèle est fixé pour les trois premiers degrés en « loge bleue » qui connaissent une forte influence anglaise en distinction toujours des rites écossais. En 1801, un imprimeur peu scrupuleux diffuse le rite sous le titre : Le Régulateur du Maçon, qui contient d'ailleurs de nombreux rajouts et rectifications par rapport aux cahiers officiels du G.O.D.F, qui eux étaient délivrés contre argent sonnant et trébuchant, et uniquement aux Loges de l'obédience qui en faisaient la demande par écrit. Plusieurs réformes du rite vont être entreprises. En 1858 s'impose le Rite français dit « Murat», qui revient aux fondements des Constitutions d'Anderson sans pour autant transformer durablement le rite, car le texte n'est guère différent de celui du Régulateur. Après la rupture de 1877, le Grand Collège des Rites du Grand Orient de France décide d'une nouvelle réforme. Celle-ci aura lieu en 1879 où sont évincés du Rite français les formules à connotations religieuses dont, par exemple, la référence au Grand Architecte de l'Univers et les devoirs envers Dieu. La commission dirigée par Louis Amiable en 1866 conclura la forme adogmatique du rite en lui donnant une teinte positiviste. On parlera après cette date du Rite français dit « Amiable ». Ce dernier connaîtra quelques rectifications de moindre importance en 1907 pour rester ensuite tel quel jusqu'en 1938. 1938 voit l'initiative du Grand Maître Arthur Groussier du Grand Orient de France pour une nouvelle réforme du rite. Il s'agit d'une tentative d'un retour aux sources après la somme des rajouts et des suppressions qui rendirent le Rite français quelque peu illisible ,et surtout dénué de son âme. La version définitive du Rite français dit « Groussier » sera achevée en 1955 sous l'autorité de Paul Chevalier. Dans les années 1960-70, plusieurs maçons - dont René Guilly - en quête de la lettre originelle du rite opéreront une nouvelle tentative afin de réanimer le caractère initiatique et symbolique de celui-ci. La volonté de pratiquer ces rituels sans aucun « ajout » ultérieur, sans modification ni influences externes, a fait la spécificité de ce rite. Comme disait Roger Girard: « la spécificité du rite français, c'est justement de ne pas en avoir ». Il est ainsi indiscutable que ce rite est sans doute le plus conforme à celui qui était pratiqué en Angleterre dès le premier quart du xviiiesiècle et, en France, dans la 2e moitié du xviiie siècle. René Guilly sera à l'origine de la création d'un chapitre de Rite Français Traditionnel, chapitre toujours existant aujourd'hui au sein de la Loge nationale française. En 1974, naitra un autre chapitre à Paris, sous l'impulsion d'un membre de la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra. Ce dernier conduira à la création du Souverain Collège du Rite Français Traditionnel, à vocation pluri-obédientielle. Les recherches d'autres maçons les conduisent au Brésil, où le Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil leur accordera une patente, afin d'établir le Grand Chapitre Français (GCF) en 1989. Au sein du GODF c'est avec la refondation du Grand Chapitre Général du Grand Orient de France, en 1999, détenteur des patentes des ordres de sagesse, qui débute le renouveau du Rite français en 3 grades et quatre ordres + 1, tels que codifiés dès 1784. Le Cinquième Ordre a été reconstruit officiellement le 24 Septembre 1999 par Jean-Pierre Duhal, président de la chambre d'Administration du Grand Chapitre Général du GODF, et Gérard Pourpour, Président de la Chambre du Rite.

Pratique du rite au  sein des obédiences

Le Rite Français est pratiqué au sein de nombreuses obédiences maçonniques, dont le Grand Orient de France, où il est majoritaire à 80 % dans les trois premiers grades (Apprenti-Compagnon-Maître). En 1973, le GODF a remis la patente du Rite Français à la Grande Loge féminine de France.L'obédience féminine a donc développé une version du rite français dans plusieurs styles. En 1999, le GODF a remis la patente des Ordres de Sagesse et en 2001 a été créé le Grand Chapitre Général Féminin de France. Précisons en outre que le rite Français (travaillant selon le Régulateur du Maçon de 1801) est également présent à la Grande Loge nationale française depuis 1979. Les Frères Maîtres « réguliers » au Rite Français peuvent intégrer les Ordres de Sagesse du Grand Chapitre français. On le trouve sous ses diverses dénominations et réformes au sein de ces obédiences dont le Rite Moderne Français rétabli ou Traditionnel, Groussier, etc. Hors de France, le Rite français est diffusé en Belgique, au Luxembourg, au Brésil, aux Pays-Bas, en Suisse, en Espagne, au Portugal, en Roumanie, en Bulgarie, en Italie et Irlande. Il existe de manière plus minoritaire dans d'autres pays, surtout ceux dans lesquels le Grand Orient de France a implanté des loges.

Le système du Rite français est un régime en trois grades et quatre Ordres:

En  loge bleue  : 1 Apprenti 2 Compagnon 3 Maître

Quatre ordres : Premier Ordre : Élu secret Deuxième Ordre : Grand Élu écossais Troisième Ordre : Chevalier d'Orient Quatrième Ordre : Souverain Prince Rose-croix, Parfait Maçon libre, Grand commandeur du Temple (au GODF) et Quatrième Ordre : Chevalier de l'Aigle, Parfait Maçon Libre sous le nom de Rose-Croix (au Grand Chapitre Français)

Il existe un cinquième Ordre, prévu dès l'origine du Rite. Ce cinquième Ordre est mentionné dans la première version du Régulateur de 1801. Il est pratiqué au Grand Chapitre Général du Grand Orient de France, au Grand Chapitre de France, au Grand Chapitre Français, au Grand Chapitre Général Féminin de France et au Sublime Conseil du Rite Moderne pour la France. Son rituel ultime (sur les 81 rituels qui sont soumis à l'étude des Maçons de cet Ordre) au Grand Chapitre Général du Grand Orient de France est celui de "Sublime Philosophe Inconnu", au Grand Chapitre Français celui de "Chevalier de l'Aigle Blanc" et au Sublime Conseil du Rite Moderne pour la France celui de "Chevalier de la Sagesse".

Spiritualité

Le Rite français, dans sa version pratiquée au Grand Orient de France, est souvent considéré comme le rite maçonnique le plus « laïc ». Le Rite Français est en fait le plus fidèle à celui de la Grande Loge de Londres, rite fondateur de la Franc-maçonnerie spéculative. Il perpétue notamment quelques fondamentaux, dont la position des colonnes J et B, la disposition des chandeliers autour du tapis de loge, les batteries en 2 coups brefs et un plus long, l'entame du pied droit, etc..., toutes choses que la Grande Loge des "Anciens", changea, par la suite.

Rite français rétabli

Le Rite français rétabli (ou Rite français traditionnel) est une variante de la famille des rites français. Il repose sur l'idée de restaurer un Rite français le plus proche possible des anciens rituels de la Grande loge des Modernes. Il s'inspire en particulier des premiers rituels « français » publiés par le GODF en 1786 et du Régulateur du Maçon de 1801.Il cherche donc à dégager le Rite français des évolutions qu'il a connues au cours des XIXe et XXe siècle, en particulier au sein du Grand Orient de France.Son caractère composite fait qu'il en existe de nombreuses versions suivant les obédiences voire les loges.

Grand Masonic Orient of Ireland

Source : http://www.gmoirl.com/fr/rituals.html

Lire la suite

Grand Chapitre Général du Grand Orient de France Rite Français : rituels courts de transmission du V° Ordre(2)

17 Octobre 2012 , Rédigé par GCG GODF Publié dans #hauts grades

Réception dans la deuxième Arche  

Le T\S\et V\M\Il est de tradition de se nommer face à notre Assemblée ;  Quel est  votre Grade, et votre Titre ?

Le postulant  : Je suis Chevalier de l’Univers, Prince de la Lumière, et les miens m’honorent de ce titre.

Le T\S\et V\M\Cela est trop peu pour ouvrir l’accès à notre Collège, Mais encore ?

Le postulant : Je suis chercheur de vérité et cette dernière tracera mon chemin et mon engagement. Je ne sais qu’en partie, le contenu de votre mission, mais je m’engage, à œuvrer dans le but de construire la Dignité Humaine.   

Le T\S\et V\M\ Dans son assemblée, le Grand Collège du Rite rassemble et coordonne sous son principe, forces et moyens pour obtenir un bien plus général. Il garde et enrichit l’Arche du Cinquième Ordre. Outre la mémoire du Rite, nous travaillons à la compréhension du sens et de l’unité de cette langue universelle faite de symboles. Le Grand Expert  le conduit auprès du T\S\et V\M\

Le T\S\et V\M\Debout, vous tous et à l’ordre TT\Ill\ FF\ Maîtres du Temple

Mon Frère, posez votre main droite sur cette épée et veuillez lire votre première obligation :

Obligation     

J’engage solennellement, devant cette assemblée, ma parole d’honneur, sacrée et sincère.

Je jure et promets de suivre strictement les statuts et les délibérations de cette assemblée et de remplir avec impartialité tous les devoirs d’un Prince du Souverain Sanctuaire, Maître du Temple.

Je jure et promets d’être le gardien fidèle du contenu de l’Arche du Cinquième Ordre. Cette Arche est le conservateur de tous les manuscrits et rituels pratiqués avant 1782 et en particulier les 81 grades et degrés retenus par le grand Chapitre Métropolitain en 1787. J’appose volontairement et sans contrainte ma signature sur le dit engagement. Que la force et la volonté pour l’accomplir dans tous ses points, ne m’abandonnent pas.

Le T\S\ et V\M\ Reprenez vos Places TT\ Ill\ FF\

Le plus dur reste à faire. Seriez-vous capable de fouler au pied les symboles les plus sacrés s’il s’agissait de sauver une vie ? 

Le postulant : Le respect de l’Humanité ne souffre aucun compromis. J’y suis prêt, car un symbole ne peut avoir de réalité qu’à l’instant où je lui en accorde.

Le T\S\et V\M\Votre réponse est juste, elle vous permet d’avancer plus avant. Après un long silence…

Le T\S\ et V\M\ Je vais lire la suite de votre engagement, vous direz, à la fin je le promets. Saisissez à présent des deux mains, les deux poignards qui sont posés sur la table. Croisez- les sur votre poitrine. L’un figure la protection que nous devons aux innocents, l’autre nous indique la juste punition des parjures. Le Très Sage et Vrai Maçon  porte son épée et la pose au croisement des deux poignards.

Le T\S\et V\M\ Debout et à l’Ordre Très Illustres Frères

Promettez-vous de toujours régler vos paroles sur la vérité et de rendre ainsi la justice ? De voyager à la gloire et pour le progrès de notre idéal et d’obéir en tout point à tout ce qui sera ordonné ou prescrit par notre assemblée que toujours et avec toute la douceur d’esprit dont vous êtes capable, vous aiderez vos frères en humanité dans le besoin ? D’être patient dans l’adversité, de conjuguer réflexion et action pour réaliser les buts d’un humanisme mis au service d’une société plus juste et plus éclairée ?

Le postulant : Je le promets.

Le T\S\ et V\M\ Par les serments que vous venez de prêter et en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés et transmis par le Chrysopeion, je vous reçois et reconnais  Illustre Prince des Maçons, Sage et Vrai Maçon, Prince du Royal Secret, connus sous le titre distinctif de Prince du Souverain Sanctuaire, Maître du Temple.

Sois et demeure !

Prenez séant Très illustres Frères.

Que ce titre soit pour vous le symbole de la détermination à l’action comme du courage  qui vous seront encore nécessaires pour la mener à bien. Il ne vous reste plus rien à désirer que l’effet de votre obéissance aux serments que vous venez de prêter.

Soyez le gardeur vaillant de l’Arche symbolique de tous les grades du Cinquième Ordre du Rite Français et le détenteur du secret d’Hérédom.

Le T\ Ill\ Orateur : L’Hérédom est la cité mythique d’Ecosse. On la dénomme à la fois montagne blanche, forteresse des initiés ou lieu d’éternité. Elle est à l’origine de l’Ecossisme mythique du Chevalier de Ramsay reprise par le légendaire Chapitre de Clermont et pierre fondatrice du Rite Français. Elle est en fait la tradition initiatique sauvegardée par l’imaginaire des hommes, mais elle est peut-être aussi réalité d’une cité terrestre, guidée par les idéaux de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui ont construit les Droits de l’Homme. Le T\S \et V\M\ lui  donne ensuite l’accolade.        

Le T\S\ et V\M\Vous voici au rang des Elus pour le Grand Œuvre. Nul mieux que vous ne possède aujourd’hui entre ses mains l’expertise de tous nos enseignements.

Le T\S\et V\M\TT \Ill\FF\Maîtres du Temple, debout et à l’ordre ! Par le signe, et l’acclamation en l’honneur des nouveaux Princes du Sanctuaire, Maître du Temple !

Le G \Orat\ Heredom !

Le T\S\et V\M\Garde et Défends !... 

Les TT\ILL\ FF\ Vivat !... Vivat !... Vivat !... 

Le T\S\et V\M\Prenez séant Très Illustres Frères

Réception dans la troisième Arche  

Le G\M\des C\T\S\  et V\ M\ ,  voici un T\Ill\ F\  Maître du  Temple Qui se présente à nous pour travailler la Chrysopée. Le récipiendaire reste debout. Après quelques instants de silence puis le T\S\ et V\M\ lui pose les questions suivantes:

Le T\S\ et V\M\Même initié, nul ne peut pénétrer en ce lieu si l’un d’entre nous ne le guide et si notre fraternité ne l’y autorise. Qui es-tu ?…

Le Candidat  : Il y a de cela longtemps, vous m’avez appelé et l’un de vous m’a alors tendu la main. Je suis ce que j’ai reçu et gardé. Je suis Frère des gardiens de toutes les marques contenues dans l’Arche.

Le T\S\ et V\M\Prouvez ce que vous ont apporté les initiations que vous avez vécues jusqu'à ce jour ?

Le Candidat : Je sais tailler  les images, élever les colonnes, fondre les métaux. Je suis celui qui tombé, fut relevé par ses Frères, afin que je devienne l’Architecte bâtisseur d’une nouvelle société.

Le T\S\ et V\M\ Puisqu’il a forgé, taillé, défendu, qu’il partage nos idées ; puisqu’il a fait de ses signes les outils pour bâtir la société que nous espérons tous, enfin puisqu’il a su comprendre que l’Humanisation est le but ultime de l’Initiation ; alors qu’il soit des Nôtres !... Le Grand Maître des Cérémonies le tient et le guide par l’épaule gauche : devant le T\S\ et V\M\

Le T\S\ et V\M\Pénétré de l'obligation que vous allez prêter  qui, de toutes les autres, est la plus sérieuse à laquelle l'homme puisse se soumettre, vous sentez la persuasion des terribles peines que l’Ordre inflige à tous ceux qui la violerait.  Le Candidat, les deux mains sur l’épée, prononce l'obligation suivante:

Obligation :

Moi,……………..éclairé par cette lumière infinie, engage solennellement ma parole d'honneur et sacrée, je jure et promets sur ce glaive que je ne révèlerai jamais les secrets et mystères de la sublime distinction que je suis prêt à recevoir.

En outre, je jure perinde ad cadaver de suivre les statuts, constitutions de ce grade, d’en garder un secret absolu, et d’en remplir tous les devoirs, diligemment, fidèlement et sans partialité, faveur ni affection. Si je venais à manquer à ces devoirs, je prends conscience que je devrais en assumer toutes les conséquences que l’Ordre m'imposera. Après l'obligation le T\S\ et V\M\  lui met l'épée dans la main droite en disant :

Le T\S\ et V\M\ Très illustre Frère, tendez le bras droit devant vous, nous plaçons dans vos mains une arme, dont nous enseignons d’en faire usage seulement contre les ennemis de l'Ordre et de l’Humanité.

Elle symbolise également les pouvoirs qui vous sont transmis, voyez la difficulté et le poids que ces devoirs représentent pour celui qui doit commander. Rappelez-vous : nos épées ne nous ont jamais trahis. Le Candidat doit tenir son épée bras tendu, pointe en l'air un temps suffisant pour qu'il en sente tout le poids Vous pouvez baisser votre bras..

Le Grand Orateur : Ayant fait le tour par la droite, lui pose la main droite sur la tête et dit lentement : la connaissance du Plan parfait de l’œuvre, l’honneur et la vaillance du Chevalier, ainsi que la maîtrise du ministère sont aujourd’hui réunis en vous. Le T\S\ et V\M\  en lui posant son épée sur la tête  lui dit : je vous lie pour l’éternité à l'Ordre.

Par la vérité qui construit la force universelle, par l’amour de la Philosophie qui en établit la Sagesse, par la Fraternité en l’Intelligence qui en construit la Beauté, je vous reçois et reconnais au Grade, Degré et Titre de la Dernière Arche, en tant que Sublime Philosophe Inconnu.

Prenez séant, Très Illustres Frères Sublimes Philosophes.

Cette Assemblée est la passerelle entre les cheminements différents.

Parvenu en cette Jérusalem de l’esprit considérez qu’il ne s’agit pas d’un nouveau grade que nous vous avons communiqué mais proposé une alliance avec un Devoir éternel.

Le T\S\ et P\M\Recevez  la puissance de commander et de rayonner. Je vous revêts de votre sautoir auquel je joins le bijou du Chrysopeion : il marque notre gouvernement au nom de l’Ordre.

Prenez séant parmi nous. Très Ill\ Grand Orateur, communiquez-lui la légende et le Secret.                                              

Le Grand Orateur : La Terre des Philosophes est délimitée par des pierres, qui portent toutes la même marque et gravées de la même citation : « Il n’y a d’Initiation que la Réalité !... ».

Par ces mots, le Trismégiste, le Trois fois Sage, nous a donné et indiqué le point ultime de l’Initiation. Ce dernier devint l’héritage commun de tous les Initiés et le trésor sacré de l’Humanité.

Ce lieu, qui aujourd’hui est le vôtre, est habité par la plus simple des vérités, celle qui transforme le regard d’un Homme et en fait l’égal des dieux.

Ce Chrysopéion recèle quelques secrets, identiques en tous points au mythe de l’Hérédom situé à l’aplomb de Kilwinning. « La vie, partout est à l’œuvre dans l’Univers, elle est l’argent du Sage !... »

« La Matière et l’Esprit sont une même et unique chose ; ils forment les outils parfaits du Sage, qui seul, a le pouvoir de transformer toute chose en un objet précieux!... »           

« Le symbole est clef de l’intelligence, du langage et de la pensée. Il est l’eau des Sages car il est le code universel du vivant !... »

La légende qui signe l’Arche est symbole de l’esprit libéré, celui qui commande au passage entre les mondes et établit les ponts entre les deux natures de l’univers humain. Cet esprit du signe, clef hermétique, affirme sa victoire sur toutes les ignorances, les superstitions ou les Sectarismes.  Un silence…

Le T\S\ et P\M\ Vous avez accepté la haute mission d'éclairer les hommes, d'écarter tout ce qui divise les esprits, de professer tout ce qui peut unir les cœurs. C'est de ce point élevé, que vous pourrez, avec plus de force, porter vos efforts sur une humanité qui languit courbée sous les préjugés et la superstition. Je vous félicite pour votre ardeur d'arriver au sommet de l’art maçonnique : au couronnement de la maçonnerie. Nos méditations doivent prendre un essor plus élevé, développons que ce que l'antiquité a institué, car mon frère cherchez au fond des choses, fouillez dans les mystères d'Isis, d'Osiris, de Pythagore, de Platon, mais que votre raison et votre conscience soient toujours vos ultimes juges. Vous avez pénétré dans l’arcane de la Maçonnerie. Ici et maintenant et cela à jamais vous appartenez à cette élite d’homme qui ont fondé leur action sur la responsabilité.  

Suspension des travaux du CHRYSOPEION  

Le Grand Orateur  : Très Sage et Vrai Maçon, la parole est close par le silence des Initiés.

Le T\S\ et V\M\ Grand Inspecteur, quel âge avez-vous ?

Grand Inspecteur : Je ne compte plus.

Le T\S\ et V\M\Quel est votre emploi ?

Grand Inspecteur : De travailler à la propagation de la Vérité.

Le T\S\et V\M\Qu’emportez-vous pour y parvenir ?

Grand Inspecteur : Les Clés de la Maçonnerie.

Le T\S\et V\M\On nous retrouverons-nous ?

Grand Inspecteur : A Kilwinning !

Le T\S\et V\M\ Que cache ce lieu ?

Grand Inspecteur : les deux antiques colonnes du Temple d’Enoch encadrant la porte de l’infini. Le T\S\et V\M\ Quelle heure est-il ?

Grand Inspecteur : Le soleil de l’Eternité illumine le Chrysopeion.

Le T\S\ et V\M\Le Chrysopeion va  suspendre son assemblée mais l’œuvre continue.

Debout et à l’ordre ! Très Illustres Frères SS :. PP :. Par  l’acclamation de demande  et celle de réponse...Le signe sera le même pour l’Ordre et le Grade. Il  servira pour la reconnaissance. L’acclamation se fait en deux temps :

Le T\S\ et V\M\Il n’y a d’Initiation que la réalité !...

Les SS\ PP\ II\Vivat ! … Vivat !... Vivat !...

Le T\S\ et V\M\Suivant la Loi, je suspends les travaux !

Le Grand Maître des Cérémonies conduit les frères dans les parvis intérieurs. Les frères quittent la salle un à un et saluent le T\S\ et P\M\

Lire la suite

Grand Chapitre Général du Grand Orient de France Rite Français : rituels courts de transmission du V° Ordre(1)

17 Octobre 2012 , Rédigé par GCG GODF Publié dans #hauts grades

Tous les FF\sont habillés dans le parvis intérieur, le Grand Maître des Cérémonies ayant allumé préalablement toutes les bougies. La salle une fois préparée :

Sur l'invitation du Grand Maître des Cérémonies les frères se rassemblent en silence dans les parvis. Le T\S\ et V\M\pénètre seul, puis les Frères conduits par le Grand Maître des Cérémonies se présentent au passage, l'un après l'autre et entrent. Arrivés devant le Président (qui se tient au pied de sa chaire dans le sanctuaire) saluent en s’inclinant et prennent leurs places respectives.  

Le  G\M\des C\  Très Illustres Frères, Sublimes Philosophes, l’un après l’autre, avancez dans les pas déjà tracés et prenez place sur l’une ou l’autre des Créations. Une fois que les SS\PP\  seront installés, le T\S\ et V\ M\  déclarera :

Le T\S\ et V\M\ Très Illustres Frères, sublimes Philosophes :

« Il n’y a d’autre Initiation que la Réalité ! ». Car c’est  par sa conscience éclairée, que l’Homme est relié à l’Essence de l’Univers ! Un silence

Le T\S\ et V\M\ Illustre Grand Orateur, le Chrysopeion est-il en sûreté pour parfaire notre tâche ?

Grand Orateur:  Les Allées sont désertes, nul bruit n'y résonne, les portes sont closes.

Le T\S\ et V\M\Illustre Grand Inspecteur, quel âge avez-vous ?

Grand Inspecteur  Je ne compte plus.

Le T\S\ et V\M\ Quel est votre emploi ?

Grand Inspecteur Agir !

Le T\S\ et V\M\ Cependant notre tâche doit être précisée afin que nous sachions au nom de quel principe nous sommes réunis.

Grand Inspecteur  La vie est le principe qui nous rassemble, et induit notre tâche : celle de protéger chaque être en tous lieux et en chaque instant.

Le T\S\et V\M\Existe-t-il une heure en notre lieu ?

Grand Inspecteur  Non, Il est minuit pour le monde profane mais le soleil luit en permanence au cœur des Sublimes Philosophes Inconnus.

Le T\S\ et V\M\Puisque nous ne craignons pas d'être interrompus, révélons l’Arche et annonçons nos titres.

Grand Inspecteur  Nous sommes ceux qui gardent, nous sommes ceux qui défendent  la Chrysopée nous sommes ceux qui connaissons le secret qui unit la voûte étoilée à la caverne et la matière de l’esprit à l’esprit de la matière de sorte à ne plus former qu’une seule et même Etoile.

Le T\S\ et V\M\ Nous allons reprendre notre recherche au sein du Chrysopeion.

La Sagesse, nous éclaire et nous guide !

La Force, suivant la Loi, nous accorde ce qui est juste !

L’éclat de l’Harmonie des mondes nous illumine. C'est en elle, depuis l'origine jusqu'à la fin des temps, que résident le savoir, la volonté et la perfection de toutes choses ! Que le haut s'unisse au bas! Que le bas s'unisse au haut !

Debout  et à l’ordre! SS :. PP :. Par l’acclamation de demande  et celle de réponse...L’ordre est de porter les deux mains à plat, l’une sur l’autre, main droite sur main gauche. L’index et le médius pris en griffe avec les pouces. On ne se met pas à l’ordre pour parler ou circuler. L’acclamation se fait en deux temps :

Le T\S\ et V\M\Il n’y a d’Initiation que la réalité !... 

Les SS\ PP\ II\ Vivat ! … Vivat !... Vivat !...

Prenez séant, les travaux du Chrysopeion ont repris.

Le T\S\ et V\M\L’ordre du jour appelle la réception d’un S\P\R\C\, Grand commandeur du Temple aux trois Arches du V° Ordre…  

Réception dans la Première Arche  

Le M\ de l’Arche Très Illustre Frère Gardien du seuil introduisez le Bien Aimé Frère………. afin qu’il reçoive de cette assemblée les marques de notre reconnaissance. Vous me ferez parvenir son testament philosophique. Le Frère est introduit, il porte les décors du quatrième Ordre et se tient à l’Ordre. Il est placé devant la table où se trouve les deux coupes et une épée.

Le M\ de l’Arche : Le V° Ordre confère aux SS\PP\RR\CC\ Grands Commandeurs du Temple qui en sont porteur, la qualité pour aider leurs Frères par l’exemple et favoriser dans toutes les assemblées la paix et la concorde, pour être une composante individuelle dynamique et novatrice de réflexion au sein des Ordres de Sagesse du Rite Français.

L’initiation traditionnelle et historique de la Maçonnerie des Ordres de sagesse du Rite Français pourrait s’arrêter au Quatrième Ordre. Cependant, le V° Ordre dans ses trois Arches, constitue le sommet du Rite Français et se reçoit par transmission. Sachez que le texte historique de Roëttiers de Montaleau en 1782, fondateur du V° Ordre, précise : « Il  comprendra les grades physiques et métaphysiques de tous les systèmes et particulièrement ceux adoptés par les associations maçonniques en vigueur.

Cette disposition place bien le V° Ordre, dans l’esprit des codificateurs de l’époque, comme le conservateur des rituels des hauts grades. Il est l’espace sommital et ultime de la maçonnerie, il en est le couronnement. Il constitue dans ses différentes Arches, une assemblée d’étude, un conservatoire de la tradition maçonnique ainsi qu’un laboratoire pour l’homme libre. Il considère également ceux qui reconnus par leurs pairs ont parcourus des chemins différents mais équivalents et également respectables.

Le V° Ordre se compose de trois Arches : Le Grand Cénacle, le Souverain Collège du Rite et le Chrysopéion.

Rompez maintenant le signe d’ordre que vous ne reprendrez plus dans cette assemblée.

Veuillez ôter vos décors, et vous déganter. Etendez la main droite et portez la main gauche sur le cœur.

Très Illustres Frères Princes Chevaliers debout et à l’Ordre.

Mon Bien Aimé Frère, veuillez lire l’obligation de la Première Arche :

Le postulant : Moi………………. Régulièrement investi des pouvoirs et des obligations de la charge des S.P.R.C., Grands Commandeurs du Temple, sur cette épée et devant cette noble assemblée souveraine,

je promets et je jure, pour ma mission intérieure, de me dévouer à la garde et à la conservation des Secrets de la 1ère   Arche du V° Ordre.

Je promets, pour ma mission extérieure, d’être l’artisan infatigable d’une humanité plus éclairée. Je promets également d’aimer mon prochain et de le traiter à égalité de droits en considération de sa seule qualité d’homme. Je promets enfin de garder le silence tout ce que je verrai, entendrai, ou ferai dans cette assemblée sous peine d’être exclu de cette chaîne d’union. Que cette épée se retourne contre moi si je faillis à ces engagements. Un moment de silence…

Le M\ de l’Arche  : Je prends acte de votre promesse.

Prenez séant TT \Ill\ FF\Princes Chevaliers.                            

En formant un nouveau maillon de cette chaîne, vous devenez, au même titre que chacun de nous, le Primus Inter Pares .

Le M\de l’Arche :  Persévérance, Vigilance, Justice, Vérité, Amour de l’Humanité, sont depuis le début, les lumières successives de votre démarche.

J’éclaire aujourd’hui la Sagesse pour découvrir et comprendre le trait unique qui relie chacun de nous au plan parfait. (Le Maître de l’Arche éclaire l’étoile blanche qui se trouve à sa gauche) Le M\de l’Arche prend l’épée, se dirige par la droite vers le récipiendaire et lui pose cette dernière sur la tête.

Le M\ de l’Arche :  A la Gloire de l’idéal de perfection, par les pouvoirs que me délègue le Chrysopéion, Arche ultime du Cinquième Ordre au sein du Rite Français, je vous reçois, constitue et élève  au grade et titre de Chevalier de l’Univers, Prince de la Lumière membre de ce Grand Cénacle, pour exercer pleinement les devoirs que vous venez de contracter. Le Président prenant un de ses gants sur la table donne au postulant un soufflet en lui disant :

Le M\ de l’Arche  : Et cela afin que tu te souviennes !

 Le F\Gardien du seuil lui tend la coupe d’eau

Le M\ de l’Arche :  A présent, buvez de cette eau ; ce fût votre premier geste au sortir de la caverne du Premier Ordre. Ceci fait :En construisant, rappelez-vous sans cesse de la fragilité des édifices humains.

Le F\ Gardien du seuil  lui tend ensuite la coupe de vin après avoir repris la première coupe.

Partageons cette coupe de vin en mémoire de votre réception au Quatrième Ordre. Ceci fait :

Dans la solitude, souvenez- vous de la force générée par notre idéal, quand il est partagé.

Le M\ de l’Arche : Prenez séant Très Illustres Frères.

Je brûle symboliquement le testament que vous venez d’écrire et que nous n’avons pas lu.

Le temps égare ou efface les écrits des hommes, mais ce qui a été confié au feu perdure indéfiniment. Ceci fait :

Le M\ de l’Arche : En se consumant, ce testament vous rappelle le premier geste que vous avez accompli au moment d’entrer dans l’Ordre des Francs-Maçons. Il vous indique qu’un jour, nous retournerons d’où nous sommes venus, quelle que soit notre situation et que seuls nos actes et nos réalisations comptent.

Votre réception comme Chevalier de l’Univers, Prince de la Lumière  œuvre  aux ultimes enseignements de notre Ordre.

Tout ce que vous venez de vivre dans cette cérémonie de réception a un double but : d’abord, par un rappel symbolique, sceller définitivement en vous comme un destin immuable toute la démarche de l’Ordre des Franc- Maçons de Rite Français, Rite de fondation de la Maçonnerie du Siècle des lumières.

Vous orienter ensuite vers l’ultime secret de notre Ordre qui est l’action. Il s’est mis en marche pour libérer le Temple de l’humanité de l’obscurité qui l’étreint encore. Vous avez l’impérieux devoir d’être le Maître d’œuvre de ce projet universel en vous inspirant des valeurs que nous avons éclairées : vous devenez l’Architecte de ce Temple.

Le M\de l’Arche : Debout et à l’ordre  TT\Ill\ FF\ Princes Chevaliers

Par le signe et l’acclamation en l’honneur des nouveaux Chevaliers de l’Univers, Princes de la Lumière.                     

 Le M\de l’Arche : Que l’Ordre demeure !

Les TT\Ill\ FF\    Vivat, Vivat, Vivat !……

Le M\ de l’Arche : Prenez séant Très Illustres Frères.

 

 

Lire la suite

Rite Français : cérémonie de remise de la distinction de Chevalier de la Sagesse

16 Octobre 2012 , Rédigé par GCF Publié dans #hauts grades

S. C. Je déclare ouvert le Conseil des Chevaliers de la Sagesse. Le Suprême Commandeur se lève et dit :

S. C. Implorons le G.A.D.L’U., debout mes Frères, découvrez-vous et au signe de Bon Pasteur.

Souverain Architecte de l’univers, Toi qui pénètres les replis les plus cachés du cœur des mortels, purifie nous du feu sacré de Ton amour, guide et dirige nos pas dans les sentiers de la vertu, donne à notre esprit un discernement sain pour pouvoir partager l’ivraie du bon grain, veuille exalter notre esprit à cet instant où nous implorons Ta divine bonté. En toi est la Vraie Sagesse, à laquelle nous aspirons et que nous espérons acquérir avec l’aide de Ta grâce. Elle fera la force et la beauté du Temple que nous voulons Te consacrer, car elle purifiera nos cœurs dans lesquels nous désirons sans cesse que Tu viennes résider.

Prêtez maintenant attention au T.I.F. Grand Orateur.

G.O. « Toute sagesse vient de Dieu et elle est avec lui avant tous les siècles. Le Verbe de Dieu au plus haut des cieux est la source de la Sagesse. Il la répand sur tous ses ouvrages. »

S. C. A l’exception des FF. qui doivent être décorés du bijou de Chevalier de la Sagesse, prenez place mes Frères.

Très Excellents Grands Maîtres des Cérémonies, veuillez faire placer à l’Occident les FF. qui doivent prêter leur serment. Cela étant fait, le S. C. poursuit :

S. C. Mes FF., vous allez maintenant prêter, en tant que Chevaliers de la Sagesse, l’obligation commune à tous les FF. qui exercent, à des titres divers, des fonctions de haute responsabilité dans le Grand Chapitre. Auparavant, nous allons une dernière fois attirer votre attention sur les étapes de la carrière que vous avez parcourue depuis votre entrée dans l’Ordre maçonnique, et sur les vertus qui vous y ont été enseignées, vertus qui trouvent toutes leur principe, leur unité et leur fin dans la Sagesse divine.

S. C. T. E. F. premier Grand Maître des Cérémonies, faites avancer notre T.I.F. …, doyen de la Chambre des Grades, afin qu’il ouvre devant nos FF. le Livre des Chevaliers de la Sagesse, en leur expliquant ce que renferme chacune de ses pages. Le premier Grand Maître des Cérémonies va quérir le doyen de la Chambre des Grades pour l’amener au centre de la salle du Conseil. Le T.I.F. désigné ouvrira le livre et en tournera au fur et à mesure chaque page, sceau après sceau, devant les FF., le plus haut placé dans la hiérarchie du G. C. F. étant au centre. Les autres FF. regarderont et écouteront. Quand le doyen de la Chambre des Grades sera devant l’Arche et le livre, le premier Grand Maître des Cérémonies fait avancer les FF. à ses côtés.

D. C. G. Mon F., la première page intérieure de ce livre vous présente les colonnes et les deux lettres J. et B. Elles vous remémorent votre entrée dans l’Ordre et la fermeté d’âme que vous avez eu dans le moment de votre initiation, ce qui vous a permis de devenir à votre tour une pierre d’ornement de l’Ordre et de parvenir à la qualité de Chevalier de l’Aigle Blanc et du Pélican ou de Rose-Croix.

D. C. G. La deuxième page vous présente l’Etoile Flamboyante que vous avez découverte lors de votre passage au grade de Compagnon et qui ne vous a plus quitté, afin de vous guider sur le chemin de la Vérité et de faire de vous une étoile brillante. La devise « Lux in tenebris » indique que la vraie Lumière brille jusqu’au fond des ténèbres, pour nous en retirer et nous conduire à toute perfection.

D. C. G. La troisième page vous présente le tombeau de notre Respectable Maître Hiram, pour vous rappeler qu’il est difficile d’échapper aux pièges que l’ignorance tend tous les jours aux hommes les plus vertueux. La fermeté dont il fit preuve, en aimant mieux être assassiné que se rendre à la persuasion de ses agresseurs, illustre comment la Science, ornée de la Sagesse, fait seule l’homme Saint.

D. C. G. La quatrième page vous présente deux coupables prenant la fuite à travers les rochers et se précipitant dans une fondrière. Ce tableau vous rappelle que l’homme doit toujours se regarder comme s’il avait un poignard pointé en permanence sur ses reins et la géhenne ouverte sous ses pieds car le ciel ne laisse jamais le crime impuni. Il vous annonce que l’Elu, en opposant l’humilité à l’orgueil, avance dans le chemin de la vertu, et progresse vers la victoire en poignardant ses propres passions.

D. C. G. Les chérubins qui ornent la cinquième page enseignent aux Grands Elus à connaître et contempler Dieu, à recevoir les plus hauts dons de sa lumière, à accueillir en soi la plénitude des dons qui rendent sage et à les communiquer ensuite grâce à l’effusion de cette Sagesse même, qui les a comblés de ses bienfaits.

D. C. G. Les outils brisés, le Temple détruit, l’épreuve de la captivité qui figurent symboliquement sur la sixième page, enseignent mon F. que si vous éprouvez des contrariétés, si le malheur vous poursuit, si des revers inattendus vous accablent, votre cœur doit rester ferme au milieu de la tempête, comme un rocher battu par les vents. La force de supporter sa destinée, le courage de se plier à sa condition, d’en être satisfait, la paix de l’âme qui naît d’une confiance sans borne en la justice du Souverain Architecte des mondes, voilà l’honneur du Chevalier que les misères humaines ne pourront plus atteindre. C’est ainsi que Zorobabel peut triompher et annoncer aux Sages que l’imposture et le mensonge sont mis en fuite.

D. C. G. La Rose qui fleurit sur la croix, sur cette septième page, appelle l’homme à étreindre en ses bras étendus l’humanité souffrante, pour la réchauffer à son cœur aimant, où la Parole a reçu vie. A ce moment l’homme est la croix où fleurit la Rose. Lorsqu’il croise ses bras sur sa poitrine et qu’il poursuit son chemin, c’est pour y recueillir l’agneau égaré, le soigner, le protéger, le prendre dans ses bras et, comme l’a fait le Bon Pasteur, le ramener à la Maison du Père. Et sa vie entière sera sous le signe de cet Amour ; le Divin en pleine gloire s’est révélé dans l’homme, la Charité est née en lui. La Rose et la Croix ne sont plus qu’un : pour toujours. Le D.C.G. fait prendre au récipiendaire le bijou et le coussinet blanc placés au cœur de la rose puis le remet au premier Grand Maître des Cérémonies. Il  présente alors le texte figurant en huitième page, sur la troisième page de couverture.

D.C.G. Mon F., lisez. Le F. lit à haute voix :

« Dès l’éternité je fus fondée, dès le commencement, avant l’origine de la terre. Quand l’abîme n’était pas, je fus enfantée, quand n’étaient pas les sources jaillissantes. Avant que fussent implantées les montagnes, avant les collines, je fus enfantée, Avant qu’il eût fait la terre et la campagne et les premiers éléments de la poussière du monde. Quand il affermit les cieux, j’étais là, quand il traça un cercle à la surface de l’abîme, Quand il condensa les nuées d’en haut, quand il fixa les sources de l’abîme, Quand il assigna son terme à la mer – et ses eaux n’en franchiront pas le bord -, Quand il affermit les fondements de la terre, j’étais à ses côtés comme le maître d’œuvre. »

S. C. « Au commencement était la Parole, et la Parole était auprès de Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement auprès de Dieu. Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise. » Le D.C.G. referme le livre et, montrant la première page de couverture, reprend.

D.C.G. « Je suis l’alpha et l’oméga, Celui qui est, qui était et qui vient. » Le premier Grand Maître des Cérémonies porte le bijou posé sur son coussin, le D. C. G. amène devant l’autel, assisté du deuxième Grand Maître des Cérémonies, l’ensemble des FF. qui doivent être assermentés. Marchant à pas libres, il fait agenouiller le premier, à deux genoux et la main sur le livre de la Sagesse. Les autres posent la main sur l’épaule du premier, ou sur celle de celui qui est devant eux. Le Suprême Commandeur frappe un coup de maillet et dit :

S. C. A l’ordre, mes FF. Tous les FF. qui ne prêtent pas le serment se mettent debout, découverts et à l’ordre de Bon Pasteur.

S. C. Mes FF., déclinez vos noms et prénoms et répétez après moi.

Moi,     ,en présence du Grand Architecte de l’univers, du Grand Chapitre Français ici assemblé en son 4e ordre et de tous mes FF. Chevaliers Rose-Croix, je jure et promets sincèrement sur la Bible que je crois être vraiment la Parole Sacrée de l’Eternel, d’observer fidèlement tous les devoirs d’un Franc-Maçon, et d’en pratiquer toutes les vertus, qui viennent de m’être rappelées. Je jure de les mettre constamment en oeuvre dans l’exercice des fonctions qui m’ont été confiées ou qui pourront l’être à l’avenir par le Grand Chapitre Français, et de n’avoir en vue, dans toutes mes démarches, que le bien de l’Ordre, celui de mes Frères, et la gloire du Grand Architecte de l’univers. Qu’il Lui plaise de m’éclairer de Sa divine Sagesse et de m’être en aide pour me maintenir dans ma fidélité à tous mes engagements, pour la plus grande gloire de son Saint Nom.

Relevez-vous, mes Frères. Les FF. assermentés se relèvent. Le premier Grand Maître des cérémonies les conduit l’un après l’autre, selon leur rang, à la droite du Suprême Commandeur. Celui-ci les revêt l’un après l’autre du bijou ; toutefois il n’en donnera l’explication qu’une fois, avant de le remettre au premier des FF. concernés, cette explication valant pour tous.

S. C. Mon Frère, j’attire de nouveau votre attention sur le bijou qui vous distingue comme membre du 5° ordre. En qualité de Chevalier de la Sagesse, vous le porterez désormais autour du cou, suspendu à ce ruban. Ce bijou, vous le savez, ne représente autre chose que les armes du Grand Chapitre Français, réunissant les symboles des quatre ordres, mais il est porté par un aigle, cet aigle que vous avez déjà vu dans le grade suprême de Chevalier Rose-Croix, où il est comparé à la divine Puissance. Que celle-ci, mon Frère, vous prenne sous l’ombre de ses ailes, et qu’elle vous donne la force de remplir fidèlement tous vos devoirs. Vous porterez dans nos assemblées un second bijou, sur lequel est inscrite en lettres d’or la Parole Sacrée, avec en son centre cette rose qui fleurit en vous. Cette rose est entourée des neuf lettres du mot SAPIENTIA, sagesse. Elles signifient que la Sagesse Suprême préside aux travaux du Conseil et l’éclaire de ses rayons. Après avoir revêtu chaque Frère de ses bijoux, aidé par le D. C. G. si le nombre de récipiendaires est important, le Suprême Commandeur lui donne le baiser de paix des Chevaliers Rose-Croix (par deux), en lui disant :

S. C. La Paix soit avec vous. Quand tous les FF. ont reçu leurs bijoux, le Suprême Commandeur dit :

S. C. Très Excellents Grands Maîtres des cérémonies, veuillez reconduire nos FF. à leurs places. Prenez séance, mes Frères. Quand les FF assermentés ont repris leurs places, le Suprême Commandeur dit :

S.C. Mes Frères, prêtez attention au Très Illustre Frère Grand Orateur. Mon Très Illustre Frère, vous avez la parole. Le Grand Orateur adresse à tous les FF. le discours suivant : Mes Très chers Frères, Lorsque, profane encore, vous fûtes placé dans la chambre des réflexions, vous avez fait le choix du pain, de l’eau, de la lumière et de la vie, rejetant les emblèmes de stérilité qu’étaient le sel, le soufre et le crâne. Depuis ce moment déjà lointain, vous avez suivi avec constance, sinon toujours avec facilité, la voie dans laquelle vous étiez entré, et dont le livre qui vous a été montré tout à l’heure vous a retracé les étapes, les épreuves et les enseignements. A travers ces étapes, comme par autant de degrés, vous êtes enfin parvenu au grade suprême de Chevalier Rose Croix, dans lequel vous avez appris à connaître la nouvelle Loi et les trois vertus qui en sont les colonnes et les principes. Soutenu par la Foi au front serein, l’Espérance aux regards consolateurs et la Charité au cœur enflammé, vous êtes devenu digne de connaître la Parole sacrée et de contempler la rose mystique. Conservez, mon cher F, plus que jamais intacte votre confiance en cette voie intérieure et secrète qui vous a conduit jusque là, qui permet de redonner forme aux outils et de rendre son éclat à l’Etoile Flamboyante. Nous avons ce soir attiré spécialement votre attention sur un des aspects les plus fondamentaux des enseignements qui sont contenus dans ce grade suprême, à savoir celui qui concerne la Sagesse. Comme toutes les autres vertus la Sagesse prise absolument est un attribut divin, et de façon dérivée une vertu humaine. Mais elle enveloppe aussi en elle-même toutes les autres vertus, comme elle enveloppe tous les êtres, car c’est par elle que le Grand Architecte a tout conçu avant que de créer. Prise en son essence, elle reste éternellement cachée dans le sein de la Divinité, et la Parole, dont nous parle le Livre saint sur lequel vous avez prêté tous vos serments, est sa manifestation. Elle a été à vos côtés dès le début de votre carrière maçonnique, où l’on vous présenta la triade Sagesse, Force, Beauté, pour vous enseigner que la première est la source et le principe des deux autres, et elle vous a ensuite accompagné tout au long du chemin que nous avons évoqué. La sagesse est pour l’homme le premier des sept dons de l’Esprit Saint. C’est un reflet de la Sagesse divine que Dieu a mis en lui en le créant. De là procèdent les six autres dons qui sont l’intelligence, le conseil, la vaillance, la science, la crainte de Dieu et la piété. L’intelligence est la connaissance intime que nous avons du projet de Dieu sur nous et de notre destinée spirituelle. Le conseil, lié aux vertus de justice, de tempérance et de prudence, est le jugement qui nous permet de discerner en toutes choses ce qui est conforme à ce projet et ce qui lui est contraire. La vaillance, liée à la vertu de force ainsi qu’à celles de foi et d’espérance, est l’ardeur que nous mettons à réaliser ce projet divin, et cette confiance en Dieu grâce à laquelle nous résistons au découragement qui peut parfois nous tenter. La science est la connaissance de nous-même, de notre nature, de notre état et de nos rapports avec l’univers, science qui produit plutôt l’humilité que l’orgueil et qui, jointe au don de conseil, nous permet d’oeuvrer au mieux à la réalisation du projet divin. La crainte de Dieu est la conscience que nous avons de Sa transcendance absolue, du mystère de Son essence, et de notre dépendance totale vis à vis de Lui de qui nous tenons l’être. La piété, liée à la vertu de charité, est la communion intime avec ce Dieu transcendant qui est en même temps Amour, et qui est le principe de l’amour mutuel qui nous unit les uns aux autres quand nous sommes ensemble en communion avec Lui. Soyez donc convaincu que ce n’est pas sans raison que les professeurs de l’art des Sages, les vrais Maîtres, adoptèrent pour chef celui dont vous avez occupé un jour le trône, celui auquel l’Eternel dit : « Parce que tu ne m’as demandé ni une longue vie, ni des richesses, ni la mort de tes ennemis, j’ai fait selon ta parole, je t’ai donné un cœur sage. » Soutenus par cette confiance et cette conviction, redoublons tous ensemble d’efforts et travaillons avec constance et patience. Nous soutiendrons ainsi, à leur tour, le zèle de tous les Maçons, persuadés qu’ils seront, par notre exemple, que l’art qu’ils professent doit les conduire dans le sanctuaire de la vérité, par la pratique des vertus et la grâce du Grand Architecte de l’univers.

S. C. Mon T.I.F. Grand Orateur, je vous remercie. Cette lecture termine la cérémonie de remise de la distinction de Chevalier de la Sagesse. Si plus rien n’est à l’ordre du jour, on procède à la fermeture des travaux du Grand Chapitre en son 4e ordre. Elle peut aussi être suivi des travaux du Sublime Conseil, auquel cas le Suprême Commandeur poursuit ainsi :

S. C. Très Excellents Grands Maîtres des Cérémonies, veuillez conduire dans les salles extérieures les FF. qui ne sont pas membres du Sublime Conseil.

Lire la suite

Rite Français : cérémonie de remise de la distinction de Chevalier de l’Aigle Blanc

16 Octobre 2012 , Rédigé par GCF Publié dans #hauts grades

Les travaux du Grand Chapitre étant ouverts au 4ème ordre, le Suprême Commandeur fait remplacer, le cas échéant, les Grands Officiers qui ne seraient pas déjà titulaires de la distinction, afin qu’elle puisse leur conférer en même temps qu’aux autres récipiendaires. Cela fait, il dit :

 S.C. Je déclare ouvert le Conseil des Chevaliers de l’Aigle Blanc. Très Excellents Grands Maîtres des Cérémonies, veuillez faire placer à l’Occident les Frères qui doivent porter leur serment. Cela étant fait, le S.C. poursuit :

S.C. Mes Frères, vous avez, pour certains d’entre vous, déjà prêté une obligation relative à vos fonctions particulières dans le Grand Chapitre Français. Vous allez maintenant porter, en tant que Chevaliers de l’Aigle Blanc, l’obligation commune à tous les Frères qui exercent à des titres divers des responsabilités dans le Grand Chapitre. Auparavant, nous allons attirer votre attention sur les vertus que vous devez tous pratiquer dans la voie qui vous a déjà été tracée par le grade de Chevalier Rose Croix. Ces vertus vous aideront à mettre concrètement en œuvre les trois grandes colonnes de la nouvelle Loi qui vous a été enseignée dans ce grade suprême du Rite Français : Foi, Espérance, Charité. (Un temps)

S.C.Très Excellent Frère premier Grand Maître des Cérémonies, faites avancer notre Très Illustre Frère -----, doyen de la Chambre des Grades, afin qu’il fasse gravir à nos Frères l’échelle mystérieuse des Chevaliers de l’Aigle Blanc, en leur expliquant ce que renferme chaque échelon.

Le premier Grand Maître des Cérémonies va quérir le doyen de la Chambre des Grades pour l’amener au centre de la salle du Conseil. Le deuxième Grand Maître des Cérémonies déplie le tapis sur lequel figure l’échelle. Le T.I.F. désigné en fera gravir chaque échelon au F. le plus haut placé dans la hiérarchie du G.C.F., en lui donnant au fur et à mesure les explications. Les autres FF. regarderont et écouteront.  Le doyen de la Chambre des Grades amène le F. au pied du tableau où est figure l’échelle mystérieuse, et, en lui montrant les deux montants, lui dit :

 D.C.G. Mon Frère, cette échelle est composée de deux montants et de sept échelons. Le premier montant s’appelle Oheb Eloah, ce qui signifie l’amour de Dieu. Vous devez aimer Dieu de tout votre cœur, de toute votre force et de tout votre esprit. (Un temps) D.C.G. Le second montant s’appelle Oheb Qerobo, ce qui signifie l’amour du prochain. Vous devez aimer votre prochain comme vous-même. Il lui montre le premier échelon et dit :

D.C.G. Le premier échelon se nomme Tsedakah et signifie la pratique de toutes les œuvres de miséricorde. Mon Frère, gravissez cet échelon. Le F. se tenant sur le premier échelon, le G.M.C. lui montre le deuxième et lui dit :

D.C.G. Le deuxième échelon s’appelle Shor Laban, ce qui veut dire littéralement ‘‘taureau blanc’’. Il signifie la candeur de nos actions. Mon Frère, gravissez cet échelon. Le D.C.G. procèdera de même pour les échelons suivants.

D.C.G. Le troisième échelon se nomme Moteq. Il signifie la douceur du caractère. Mon Frère, gravissez cet échelon.

D.C.G. Le quatrième échelon s’appelle Emounah. Il signifie ‘‘foi’’, et aussi la vérité qui règle nos discours. Mon Frère, gravissez cet échelon.

D.C.G. Le cinquième échelon se nomme Amal Sagui. Il signifie ‘‘grand labeur’’, et aussi l’avancement dans la route des cieux. Mon Frère, gravissez cet échelon.

D.C.G. Le sixième échelon s’appelle Sabbal. Il signifie la patience dans l’adversité. Mon Frère, gravissez cet échelon.

D.C.G. Le septième échelon se nomme Shemor Binah Tebounah . Il signifie la prudence à garder les secrets qui nous sont confiés. Mon Frère, gravissez cet échelon.

Quand le F. a gravi le septième échelon, le D.C.G. l’amène à  pas libres devant l’autel, où il reste d’abord debout. Les G.M.C. font gravir l’échelle successivement à tous les FF. qui doivent prêter le serment, dans l’ordre hiérarchique sans répéter les explications, et ils les amènent chacun à leur tour devant l’autel, où ils restent debout. Quand tous les FF. sont devant l’autel, le D.C.G. fait agenouiller le premier, à deux genoux et la main sur le livre de la Sagesse. Les autres posent la main sur l’épaule du premier, ou sur celle de celui qui est devant eux. Le Suprême Commandeur frappe un coup de maillet et dit :

S.C.  A l’ordre, mes Frères.

Tous les FF. qui ne prêtent pas le serment se mettent debout, découverts et à l’ordre de Bon Pasteur. 

S.C. Mes Frères, déclinez vos noms et prénoms et répétez après moi. Moi, --------, en présence du Grand Architecte de l’univers, du Grand Chapitre Français ici assemblé en son 5° ordre et de tous mes Frères Chevaliers Rose-Croix, je jure d’observer fidèlement tous les devoirs d’un Franc-Maçon, et d’en pratiquer toutes les vertus, qui viennent de m’être rappelés. Je jure de les mettre constamment en oeuvre dans l’exercice des fonctions qui m’ont t confies ou qui pourront l’être à l’avenir par le Grand Chapitre Français, et de n’avoir en vue, dans toutes mes démarches, que le bien de l’Ordre, celui de mes Frères, et la gloire du Grand Architecte de l’univers. Qu’il Lui plaise de m’être en aide pour me maintenir dans ma fidélité à tous mes engagements. Relevez-vous, mes Frères.

 Les FF. assermentés se relèvent. Le premier Grand Maître des Cérémonies les conduit l’un après l’autre, selon leur rang, à la droite du Suprême Commandeur. Celui-ci les revêt l’un après l’autre du bijou ; toutefois il n’en donnera l’explication qu’une fois, avant de le remettre au premier des FF. concernés, cette explication valant pour tous.

S.C. Mon Frère, je vous revêts du bijou qui vous distingue comme membre du 5° ordre et Chevalier de l’Aigle Blanc. Ce bijou, vous le voyez, ne représente autre chose que les armes du Grand Chapitre Français, réunissant les symboles des quatre ordres, mais il est porté par un aigle, cet aigle que vous avez déjà vu dans le grade suprême de Chevalier Rose-Croix, où il est comparé à la divine Puissance. Que celle-ci, mon Frère, vous prenne sous l’ombre de ses ailes, et qu’elle vous donne la force de remplir fidèlement tous vos devoirs.

Après avoir revêtu chaque Frère de son bijou, aidé par le D.C.G. si le nombre de récipiendaires est important, le Suprême Commandeur lui donne le baiser de paix des Chevaliers Rose-Croix (par deux), en lui disant :

S.C. La Paix soit avec vous.

S.C.Très Excellents Grands Maîtres des Cérémonies, veuillez reconduire nos Frères à leurs places. Prenez séance, mes Frères. Quand les FF. assermentés ont repris leurs places, le Suprême Commandeur dit : S.C. Mes Frères, prêtez attention au Très Illustre Frère Grand Orateur. Mon Très Illustre Frère, vous avez la parole. Le Grand Orateur adresse à tous les FF. le discours suivant : G.O.Très Excellents Frères maintenant assermentés, et vous tous, Frères Chevaliers Rose Croix, la distinction qui vient d’être conférée, soit à vous-mêmes, soit devant vous à vos Frères, sous le nom de Chevalier de l’Aigle Blanc, n’est pas un grade qui serait au-dessus de celui de Chevalier Rose Croix. En effet, comme on vous l’a dit lors de votre réception à ce grade, celui-ci est le dernier du Rite Français, et sa nature est telle qu’il ne peut pas y en avoir d’autre au-dessus de lui : il en est le nec plus ultra. Non, cette distinction n’est pas un grade, puisqu’elle est confère à tout Frère qui exerce à un titre ou à un autre des fonctions de responsabilité au sein du Grand Chapitre, au moment où il prend son obligation, et en présence de tous les Chevaliers Rose Croix. Mais cela ne signifie pas que les formes cérémonielles dans lesquelles elle est conférée soient dépourvues de contenu initiatique. Les grades que les fondateurs de notre Rite réunirent dans le cinquième ordre, non dans l’intention qu’ils soient conférés en tant que grades, mais seulement pour qu’ils soient étudiés, ne font que développer, éventuellement dans un langage différent et sous des angles de vue particuliers, des enseignements initiatiques qui sont tous déjà contenus en leur essence dans le grade de Chevalier Rose Croix. C’est à une famille de ces grades du cinquième ordre que sont empruntées les formes cérémonielles dans lesquelles la distinction de Chevalier de l’Aigle Blanc est conférée. Elles remontent à un grade de Chevalier Elu qui fut pratiqué en France autour de 1750 et dont le rituel nous est parvenu. Elles sont donc bien enracinées dans la tradition maçonnique française du XVIIIème siècle. Elles ne constituent qu’une partie du rituel de Chevalier Elu, mais une partie qui a paru mériter spécialement d’être connue de vous par les enseignements initiatiques qu’elle renferme. Que les Frères qui viennent de recevoir cette distinction se rappellent toujours ce que leur a dit le Suprême Commandeur : les vertus qui vous sont enseignes par les montants et les échelons de l’échelle qu’on vous a fait gravir, vous aideront à mettre concrètement en œuvre les trois grandes colonnes de la Nouvelle Loi, Foi, Espérance, Charité, et cela particulièrement dans l’exercice des diverses fonctions dont vous êtes chargés. Et vous tous, Frères Chevaliers, retenez, vous aussi, ces paroles, qui s’adressent pareillement à tous. Méditez ces vertus chacune en les toutes fidèlement, conformément à ce que cette disposition vous enseigne. Méditées et pratiquées ainsi, ces vertus vous aideront tous à mettre en œuvre les trois grandes colonnes de la Nouvelle Loi dans toutes les circonstances de votre vie.

Ce discours termine la cérémonie de remise de la distinction de Chevalier de l’Aigle Blanc. 

S.C. Le Conseil des Chevaliers de l’Aigle Blanc est fermé.

Lire la suite

Vème Ordre

16 Octobre 2012 , Rédigé par GCGF Publié dans #Rites et rituels

Le Cinquième Ordre est avant tout une étape, l’ultime étape de l’initiation maçonnique, celle qui conduit vers la Connaissance suprême par une étude approfondie des symboles qui fondent les plus hauts grades en vigueur dans tous les rites.

Cette quête de la connaissance ne permet pas de limiter le Cinquième Ordre au périmètre initiatique d’un grade : c’est pourquoi il est un Ordre dans lequel sont rassemblés, étudiés, pratiqués autant que faire se peut, les degrés les plus élevés et les plus illustres collationnés par ces rites.

Le Cinquième Ordre est réservé aux Frères qui ont retrouvé la parole perdue, et qui cherchent à découvrir au-delà du miroir leur miroir - quel monde peuple la république des ombres.

Le Cinquième Ordre n’étant pas un grade mais un niveau de capacité d’étude et de compréhension de tous les grades existants, il n’a pas d’appellation particulière.

Par voie de conséquence, ses membres ne portent pas de titre distinctif ce qui est la marque de la plus grande humilité. Néanmoins, et pour des raisons de convenance, ils sont reconnus sous la dénomination de « Très Illustres et Parfaits Maîtres ».

Tous réunis, ils représentent l’Assemblée Universelle du Cinquième Ordre.

En assemblée tenante, ils constituent également un laboratoire de la pensée où sont abordés librement, par une approche philosophique appropriée, les préoccupations de l’homme dans sa recherche du bonheur au sein d’une société qu’il souhaite meilleure et plus fraternelle.

Mais cette grande richesse de grades, cette grande diversité de rites (…tous les systèmes…),pose aussi un problème : celui d’en appréhender tout leur contenu. C’est-ce qui a amené les refondateurs du Grand Chapitre Général de France à faire évoluer le parcours à l’accession à ce Cinquième Ordre, en décidant que tout Frère nouvellement admis dans cet Ordre, doit préalablement s’investir au sein de la CHAMBRE des GRADES dans la recherche et la connaissance la plus large possible des 81 grades qui constituent le patrimoine du Rite, avant d’être admis par la suite à la CHAMBRE des RITES, pour y parfaire, in fine, ses connaissances maçonniques universelles, en participant à des séminaires d’étude et d’approfondissement des autres rites, en premier lieu les rites les plus couramment en usage dans la Franc-maçonnerie moderne.

Le Cinquième Ordre comprend au maximum 81 titulaires parmi lesquels sont élus les Grands Officiers d’Honneur, et les Grands Officiers Généraux qui composent le Bureau du Grand Directoire du Grand Chapitre Général de France.

Le Cinquième Ordre est dirigé par un Conseil des Sages (9membres) assistés par trois Grands Officiers d’Honneur. Il est présidé par le Grand Chancelier, Grand Conservateur du Rite.

Le Cinquième Ordre n’a pas de frontière territoriale ni obédientielle. Sa vocation universelle le conduit à recevoir les plus hauts dignitaires et les plus hauts responsables des juridictions de hauts grades activant d’autres rites que le Rite Moderne, pour travailler et réfléchir ensemble sur des sujets de leur choix et, peut-être, penser la Maçonnerie de demain, au moment où beaucoup de Frères se noient dans des océans d’ennui dans le cadre de leurs structures maçonniques habituelles devenues, dans bien des cas, des continents d’inertie.

Source : http://grandchapitregeneraldefrance.org/Vordre.html

Lire la suite

La prodigieuse survivance des Ordres de Sagesse français au Portugal et au Brésil

16 Octobre 2012 , Rédigé par Jean van Win, Ve Ordre, Gr 9 Publié dans #Rites et rituels

Le texte qui suit est un extrait de la présentation Power Point donnée le 12 juin 2011 par le Souverain Grand Inspecteur Général du Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil le T.I.F. José Maria Bonachi Batalla, lors du Convent de Barcelone.

En 1793, des loges travaillaient au Portugal, sous une influence très forte des loges de Paris.

Il y en avait à Porto et à Coimbra, dont faisaient partie des étudiants des provinces d’Outre Mer, dont le Brésil.

En 1797 se créa la première loge brésilienne. Une frégate française, à l’ancre dans la baie de Bahia, fonde la loge Les Chevaliers de la Lumière, à Salvador de Bahia.

En 1801, la première loge régulière du Brésil fut La Réunion, fondée à Rio de Janeiro. Puis la loge Ile de France, dans l’océan indien, sous l’égide du Grand Orient de l’île Maurice, qui pr om ouvait un idéal politico social.

En 1802 se crée le Grand Orient du Portugal, avec son premier Grand Maître[26]. En 1807, le 30 novembre, le général français Junot, membre de l’armée de Napoléon Bonaparte, envahit le Portugal, entre dans Lisbonne et supprime la Régence.

En 1815, fondation au Brésil de la loge Le C om merce et les Arts, sous l’égide du Grand Orient du Portugal. Elle travaille au Rite Moderne, selon la Constitution de 1806 de cette obédience.

En juin 1822, la loge Le C om merce et les Arts crée deux loges : l’Union et la Tranquillité, et l’Espérance de Niteroi. Elles travaillent au Rite Moderne.

Ces trois loges métropolitaines fondent alors le Grand Orient du Brésil (GOB) et continuent de travailler au Rite Moderne. Le GOB reçoit une lettre de Constitution du Grand Orient du Portugal.

Dès le 12 juillet 1822, le Grand Orient du Brésil, lors de sa cinquième session, se réfère à un système en 7 grades et

procède à l’élévation de plusieurs frères au 4e grade, soit le 1er Ordre d’Elu Secret des grades philosophiques du Rite Moderne.

Ce rite moderne était le rite officiel du Grand Orient de France, du Portugal et du Brésil.

Le 23 juillet 1822, le Grand Orient du Brésil, lors de sa septième session, donne à nouveau le grade d’Elu Secret, 1er Ordre du Rite Moderne, à plusieurs frères.

Lors de la même session est conféré le grade 7, Chevalier Rose Croix, IVe Ordre du Rite Moderne, au Grand Maître José Bonifacio de Andrade e Silva.

En 1822, l’indépendance du Brésil est intimement liée à la fondation du Grand Orient du Brésil.

Cette même année, le prince régent D. Pedro I est initié en la loge Le C om merce et les Arts, le 2 août 1822. Il adopte le n om de Guatimozim, le dernier empereur aztèque mort en 1522.

En septembre 1822, D. Pedro I proclame l’indépendance du Brésil. Il devient Grand Maître du Grand Orient du Brésil.

D. Pedro I, devient alors Rose Croix, grade 7, IVe Ordre des grades philosophiques du Rite Moderne. Ce rite est resté celui du GOB pour tous les travaux des autres corps maçonniques, des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

En résumé :

Transmission historique et légitime du Rite Moderne au Grand Orient du Brésil

Le Grand Orient du Brésil est né en 1822 au Rite Moderne. Il fut constitué par la loge « C om ercio e Artes », qui elle-même fut constituée par le Grand Orient Lusitanien, mieux connu de 1815 à 1822 c om me « Grand Orient du Portugal, du Brésil et Algarves », ce dernier ayant été constitué en 1804 par lettre patente du Grand Orient de France (appendix 1).

Le Grand Orient du Brésil fut reconnu entre 1822 et 1832 par le Grand Orient de France, la Grande Loge Unie d’Angleterre, et les Etats-Unis d’Amérique.

La patente que possédait alors de Grand Orient Lusitanien avait été transmise au Brésil à la loge « C om ercio e Artes » qui elle-même l’a ensuite transmise par scissiparité aux autres loges, futures fondatrices de l’obédience.

Hauts Grades : le procès-verbal de la séance du Grand Orient du Brésil du 12 juillet 1822 confirme explicitement l’adoption par l’obédience de la franc-maçonnerie en Sept Grades, ce qui figure déjà dans le procès-verbal du 15 mai 1822 de la loge « C om ercio e Artes », qui pratique les Hauts Grades dans son chapitre associé, selon la coutume générale de l’époque (Chapitre 3, article 1 et Chapitre 13, articles 1 et 2).

Les pouvoirs, concédés par lettre patente par le Grand Orient du Portugal, du Brésil et Algarves, appartenaient donc par filiation à l’obédience Grand Orient du Brésil, qui s’est créée par scissiparité de la précédente, ce qui impliquait le transfert de la totalité de ses devoirs et de ses droits légitimes, dont celui, traditionnel et imprescriptible, de les concéder à son tour.

Le Grand Orient du Brésil pratique aujourd’hui six rites officiels :

Le rite adonhiramite

Le rite brésilien

Le rite écossais ancien et accepté

Le rite moderne

Le rite Schröder

Le rite d’York

Le Rite Moderne se structure c om me suit :

jusqu’en 1999, 7 grades dont 3 symboliques et 4 philosophiques.

les grades 4 à 7 (Ordres I à IV) : l’Elu, l’Elu Ecossais, le Chevalier d’Orient et de l’Epée, le Chevalier Rose Croix, réunis en des chapitres régionaux.

Depuis 1999, ont été activés les grades 8 et 9 du Ve Ordre, soit :

Le 8e grade, Chevalier de l’Aigle Blanc et Noir, Inspecteur du Rite ;

Le 9e grade, Chevalier de la Sagesse, Grand Inspecteur du Rite.

Le 8e grade du Ve Ordre se pratique en un Grand Conseil Kadosch philosophique.

Le 9e grade du Ve Ordre se pratique au sein du Suprême Conseil du Rite Moderne, juridiction nationale dirigeant tous les grades philosophiques.

Correspondance des Grades et des degrés.

Grade 9 33e degré du REAA

Grade 8 30e degré du REAA

Grade 7 Rose Croix 18e degré du REAA

Grade 6 Chevalier d’Orient 15e degré du REAA

Grade 5 Elu Ecossais 14e degré du REAA

Grade 4 Elu Secret 9e degré du REAA

En 1972, le Grand Orient du Brésil a signé un traité d’alliance et d’amitié avec le Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil.

En 1992 a été célébré le 150e anniversaire de la fondation du Suprême Conseil du Rite Moderne pour le Brésil.  

 

En 1999, c’est de ses mains que le Grand Chapitre Français a reçu des patentes pour les Ordres I, II, III, IV du Rite français.Tout ceci remonte, in fine, au Grand Chapitre Général du Grand Orient de France, né à Paris en 1784, ce que personne au monde ne conteste.

Mais le Suprême Conseil du Rite Moderne du Brésil est resté le seul et unique chef d’ordre du Rite Moderne ayant eu une activité ininterr om pue dans la maçonnerie universelle de Rite Moderne à travers tout le XIXe et le XXe siècles, l’autorisant à se dénommer le Suprême Conseil du Rite Moderne ou Français. Source : http://montaleau.over-blog.com/

Lire la suite