Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles récents

Les Métaux et la Mémoire

26 Décembre 2012 , Rédigé par Marc Labouret Publié dans #histoire de la FM

A la mémoire de Henri Labouret (1879-1970),
numismate éminent,
initié à la Lumière du Nord, à l’Orient de Lille, en 1905.

Le jeton et le méreau apparaissent au Moyen-âge. D’abord synonymes, les deux mots désignent peu à peu deux objets d’usage différent. D’une part, le mot de méreau vient à caractériser essentiellement des monnaies de convention : dans son Dictionnaire historique de l’ancienne langue française, au XVIIIe siècle, La Curne de Saint Palaye en cite quelques usages : A l’église pour constater la présence des moines aux offices, au marché pour prouver l’acquittement d’un droit, dans les travaux, les ateliers, pour représenter à la fin de la semaine le prix des journées. Le méreau est donc, notamment, l’ancêtre du jeton de présence, y compris dans les ateliers maçonniques. D’autre part, les jetons servent d’instrument de calcul : dans ce rôle, ils succèdent au calculus, petit caillou dont usaient les Romains. Ils se posent (se « jettent ») sur des abaques, appelés aussi mérelles (d’où aussi le jeu de marelle), ou comptoirs – le mot est resté. Comme les bouliers orientaux, ils facilitent les opérations complexes, auxquelles les chiffres romains ne se prêtent pas. A partir du XVIe siècle, la diffusion des chiffres arabes prive progressivement les jetons de compte de leur utilité. On trouve pourtant encore trace de leur usage désuet dans Molière ou Sévigné, et on édite jusqu’en 1812 des manuels de comptabilité qui expliquent leur mode d’emploi. Mais ils connaissent une mutation, que Diderot explique parfaitement : L’usage des jettons pour calculer étoit si fort établi que nos rois en faisoient fabriquer des bourses pour être distribuées aux officiers de leur maison qui étoient chargés des états des comptes… Ainsi, ils deviennent récompense royale, rémunération qui ne dit pas son nom pour des serviteurs de l’Etat, dont la noblesse interdit de recevoir un vulgaire salaire. L’aristocratie, les parlements, les villes, les
corporations, imitent le roi, et l’usage se répand d’offrir des jetons en cadeau de prestige. Des milliers de petites œuvres d’art témoignent de cette coutume qui dure de la Renaissance à la Révolution et culmine au XVIIIe siècle.

Dans ce contexte, les obédiences et loges maçonniques frappent jeton comme tout le monde, à partir des années 1770. Le but est d’abord de récompenser l’assiduité du travail maçonnique : en 1784, un jeton de la loge de la Parfaite Union, à l’Orient de Valenciennes, porte la mention LABORIS ASSIDUI PRAEMIUM (Récompense du travail assidu). Ce premier usage avéré reste le plus important jusqu’à nos jours, sous des formes diverses.

Aujourd’hui, on appellerait plutôt médailles les pièces de gratification ou de commémoration que l’Ancien Régime désignait du mot de jetton. Au début du XIXe siècle, on trouve indifféremment les appellations de jeton et de médaille pour les mêmes pièces. Thory dit même explicitement, en 1812, qu’on peut considérer comme des médailles les jetons des loges. De plus, ces jetons sont souvent percés et complétés d’une bélière pour être portés en décoration. Deviennent-ils ainsi médailles ? Cessent-ils d’être jetons ? Et si on leur ajoute un ruban pour les porter à la boutonnière, où s’arrête la numismatique, où commence la phaléristique, voire la « cordonnite » ? Autre type de confusion : l’empreinte métallique du sceau de la loge peut être utilisé comme médaille ou bijou. Souvent, ce sont les dimensions de la pièce qui la font classer parmi les jetons ou parmi les médailles. La distinction n’est pas nette. A tout le moins, la limite est floue. N’attachons pas trop d’importance à la dénomination des pièces. Toutefois, nous écartons le terme de méreau : il ne s’emploie guère que pour les jetons paramonétaires du Moyen-âge et de la Renaissance, d’usage populaire ou ecclésiastique.

A partir de 1820, et surtout 1840, on rencontre la mention jeton de présence, notion qui ne se confond pas avec la précédente. Le jeton de présence, sans prétention esthétique et frappé dans les alliages les plus économiques, est seulement un justificatif de l’assiduité, pour éventuellement la récompenser autrement par la suite. Distribué à l’issue d’une séance, il est en fin d’année déduit de la cotisation annuelle suivante. Après les loges maçonniques, les sociétés industrielles et commerciales s’approprient cet usage. Dans plusieurs loges et même au Grand Orient, des jetons avec valeur faciale s’apparentent aux monnaies de nécessité qui pullulent à la fin du XIXe siècle.

On retrouve une valeur d’échange explicite, d’un tout autre esprit, dans les jetons de bienfaisance, échangeables contre des denrées alimentaires, émis par les loges de la Rochelle et d’Oran.

Il est possible que le jeton maçonnique ait aussi servi de signe d’appartenance et de reconnaissance, comme ces pièces décrites par Hennin : Cette pièce et les deux suivantes servaient aux ouvriers qui travaillaient aux démolitions de la Bastille pour être reconnus à l’entrée de leurs ateliers. Celle-ci était pour les chefs des travaux, la suivante pour les ouvriers, et la dernière pour les manœuvres. On peut se trouver en présence de pratiques comparables quand on lit qu’une loge de Rouen exclut un frère en lui retirant ses trois médailles, celles-ci correspondant peut-être aux grades d’apprenti, compagnon et maître… Cette utilisation expliquerait mieux que les autres, somme toute, pourquoi les beaux jetons du XVIIIe et de la première moitié du XIXe siècle se rencontrent dans différents métaux, et souvent percés ou munis d’une bélière pour être portés ou exposés.

Au XIXe siècle, la numismatique maçonnique se spécialise. Des médailles viennent récompenser des mérites divers. L’ancienneté, certes. Mais on connaît aussi des prix de poésie, de musique, de formation professionnelle, décernés par diverses loges de Paris et de Province.

Enfin, et encore aujourd’hui, la médaille vient commémorer un événement ou célébrer un anniversaire. Une inauguration de temple, un congrès, un anniversaire, sont l’occasion d’avoir recours au graveur pour en fixer dans le métal le durable souvenir. Grâce à ces occasions, la numismatique maçonnique reste vivante, même si on peut regretter qu’elle soit moins imaginative et beaucoup moins féconde qu’aux siècles passés.

Incidemment, il est à noter que le terme médaille a gardé ou pris dans les ateliers maçonniques un sens qui excède la numismatique. En effet, on appelle ainsi tout don, en général d’ordre philanthropique, décidé par une loge. Il va sans dire que ces “ médailles ” prennent de nos jours en général la forme d’un chèque. Il s’ensuit qu’à la lecture des comptes-rendus de tenues maçonniques, il ne faut pas toujours prendre au pied de la lettre le terme quand on apprend qu’une loge a décerné une médaille. Il peut s’agir d’une somme d’argent.    
Le premier intérêt du jeton maçonnique réside dans ses qualités esthétiques. Il séduit le collectionneur par sa variété et l’originalité des sujets et des formes rencontrés. Beaucoup de chefs-d’œuvre témoignent de l’histoire de l’art. On sera peut-être plus sensible au charme des pièces les plus anciennes : allégories de l’Ancien Régime, compositions rayonnantes du Premier Empire, trouvailles raffinées de la Restauration. Mais on trouve encore des exemples de l’esthétique de l’Art Nouveau, parfois de grande qualité. Enfin, l’Art Déco, voire l’abstraction, sont aussi représentés en leur temps. Beaucoup des graveurs sont eux-mêmes francs-maçons : Bernier, Jaley, Coquardon, Brévière, Desnoyers, Tattegrain… On ne s’étonnera pas de voir leur signature sur les compositions les plus originales, marquées par leur personnalité, voire leur ferveur - à la différence de celles où l’artisan se borne à suivre un cahier des charges, pour répondre à une commande dénuée pour lui de signification profonde. Malheureusement, un très grand nombre de jetons et médailles se bornent à un vocabulaire symbolique limité et convenu, voire à du texte sans illustration.

Le curieux trouvera ensuite dans les jetons et médailles maçonniques une illustration de l’histoire symbolique. La numismatique éclaire cette branche bien particulière de l’histoire de la pensée, plus et mieux sans doute que la peinture ou la littérature. Car les jetons, dès l’Ancien Régime, dès la Renaissance même, diffusent un vaste répertoire d’images et de devises, que le petit format oblige à condenser, pour le rendre compréhensible par tous avec un minimum de moyens. La Franc-maçonnerie naissante puise dans ce vocabulaire largement connu et compris, qui est aussi celui de l’héraldique et de la sigillographie : foi, lacs d’amour, ouroboros, pélican, astres, cœurs, grenades... Elle l’ajoute au vocabulaire, réel ou supposé, de la maçonnerie de métier : équerre et compas, perpendiculaire et niveau, truelle et maillet (mais en ignorant la boucharde, pourtant plus utilisée auparavant par les maçons et tailleurs de pierre pour représenter leur métier). Enfin, elle prend à son compte la symbolique mystique baroque (triangle, œil, tétragramme, nuées, pélican encore…) et réinvente une symbolique biblique du Temple. Le numismate, et le « jetonophile » surtout, sont bien placés pour faire la part de ces différents registres, et en observer la généalogie et la postérité.

Les jetons et médailles témoignent en outre de l’histoire événementielle de deux siècles chargés de révolutions et de coups d’Etat. Les relations des francs-maçons à la politique, leurs loyalismes successifs et parfois leur participation aux événements trouvent ici une illustration abondante. De Louis XVI à la Seconde Guerre Mondiale, la présence des francs-maçons est attestée dans les épisodes tourmentés de notre histoire, et, faut-il le rappeler, des deux côtés de chaque barricade.

Enfin, à l’évidence, l’histoire proprement maçonnique s’y retrouve donnée à lire. C’est d’une part l’histoire événementielle des loges et des obédiences, des grades et des rites : rassemblements et divisions entre frères ennemis, querelles et retrouvailles, volontés centripètes et forces centrifuges. C’est d’autre part l’évolution de la pensée maçonnique. Si celle-ci peut s’honorer d’une permanence dans les principes, elle s’est confrontée à des contextes politiques et sociaux en transformation constante, et s’est adaptée sans cesse aux réalités. La numismatique nous le prouve en combinant quatre modes d’information : le nom des loges, les légendes explicites, les motifs représentés et enfin leur support matériel.

Les noms des loges expriment les valeurs fondamentales communes du noyau de frères fondateurs. Si on les met en rapport avec la date de fondation des ateliers, ils révèlent la ligne directrice de l’époque. Par exemple, les titres distinctifs du XVIIIe siècle font souvent appel à la sociabilité, ceux du milieu du XIXe siècle à la bienfaisance, ceux de la Troisième République aux valeurs progressistes… En deux cent cinquante ans, ils passent de l’évocation des saints à la revendication de valeurs républicaines, laïques, voire socialistes.

Cette évolution que les noms des loges suggèrent, le langage de l’image la confirme. Les symboles ne changent pas en eux-mêmes, mais leur sélection et leur mise en scène évoluent. Les mots du vocabulaire restent à peu près les mêmes, mais les changements de la syntaxe expriment, de façon plus ou moins limpide, l’évolution de la pensée des francs-maçons français. On distingue ainsi des présentations attachées à une cohérence spatiale, et d’autres qui préfèrent une simple juxtaposition de symboles, comme coupés du monde matériel. Le rayonnement ou la modestie, le plan centré ou non, la présence ou non d’une base où ils sont posés, révèlent des conceptions différentes du lien entre symbole et réalité, comme de la place de l’institution symbolique (la Franc-maçonnerie) dans le monde et la société. L’index thématique en annexe aidera le lecteur désireux de faire ses propres observations.

L’analyse des légendes et devises d’accompagnement complète celle des dessins : Dispersit superbos (Il disperse les orgueilleux) célèbre la chute de l’Ancien Régime, et Post tenebras lux (La lumière après les ténèbres) la Restauration. Si foederis invenies (cherche et tu trouveras) appelle à l’effort individuel, Liberté égalité fraternité à la solidarité de groupe et l’engagement social.

Le métal utilisé même n’est pas sans signification. C’est un critère délicat, puisque souvent le même jeton est frappé dans des métaux différents, sans qu’on en sache toujours la raison. Néanmoins, on peut raisonnablement considérer que l’usage de l’argent, comme du latin et d’un style décoratif recherché, manifestent l’élitisme, tandis que la simplicité du maillechort ou de l’aluminium invitent à la démocratie, aussi explicitement qu’une devise républicaine.

La Franc-maçonnerie trouvera toujours difficilement sa place dans l’histoire générale. C’est la conséquence de sa volonté de discrétion, souvent imposée par son interdiction, voire les persécutions. Pourtant, elle a laissé des traces, qui appartiennent à tous. Nous espérons pouvoir aider à les lire. La Franc-maçonnerie est tradition. Cela veut aussi dire mémoire, et transmission de la mémoire. Pour cette transmission, la numismatique a son rôle à jouer. Certes, le franc-maçon a coutume de dire qu’il faut laisser les métaux à la porte du Temple, entendant par là que les préjugés, les passions et les intérêts profanes ne doivent pas troubler la recherche du vrai et du bien. Mais tous ces petits morceaux de métal n’évoquent-ils pas aussi la chaîne d’union, ces « anneaux de pur métal » qui unissent, dans le temps comme dans l’espace, les maîtres d’hier aux apprentis de demain ?                               

Notre propos n’est pas d’écrire une histoire de plus de l’Ordre maçonnique en France. Il en existe d’excellentes, auxquelles nous avons puisé abondamment, avec le seul scrupule de citer nos sources. Dans la bibliographie, nous y renvoyons le lecteur désireux d’approfondissement. Plusieurs revues de qualité, nationales ou régionales, publient les recherches actives et fécondes des historiens d’aujourd’hui, auxquelles nous avons aussi trouvé matière. Ici, il s’agit plutôt d’archéologie : nous voulons faire parler les objets. Jetons et médailles nous semblent illustrer à merveille tous ces travaux, parfois les compléter, mais jamais les concurrencer. La numismatique apparaît ici plus que jamais dans sa fonction de « science auxiliaire de l’Histoire ». Notre recherche, comme celle de l’archéologue, a porté sur l’identification et la datation des objets. Un rappel historique succinct, chaque fois que c’est possible et utile, vise à replacer les pièces dans leur contexte. Parfois, une anecdote, pas toujours glorieuse, leur ajoute un peu d’épaisseur humaine. Beaucoup d’entre elles ont été émises par des loges dont le passé mérite qu’on s’en souvienne… D’ailleurs, presque toutes les loges prestigieuses ou historiques ont frappé jeton. Citons dès maintenant Les Neuf Sœurs et la Parfaite Estime sous l’Ancien Régime, le Centre des Amis en pleine Révolution, Le Contrat Social et Anacréon sous le Premier Empire, Les Amis de la Vérité sous la Restauration, Bonaparte sous le Second Empire, Alsace-Lorraine et La Clémente Amitié sous la Troisième République…

Pour réaliser l’inventaire le plus complet possible des jetons et médailles maçonniques français émis jusqu’en 1939, nous nous sommes référé aux ouvrages et catalogues déjà publiés, spécialisés ou non. Les volumes du Hamburgische Zirkel Correspondenz (en abrégé HZC) parus autour de 1900 représentent la source la plus importante, avec la descripton de quatre cents pièces. Ils ne font pas double emploi avec les corpus de Feuardent pour l’Ancien Régime, Hennin pour la Révolution, Bramsen pour l’Empire. Les catalogues des marchands numismates ou des ventes aux enchères, y compris sur internet, témoignent des apparitions épisodiques de pièces sur le marché, voire des dispersions de collections. Notamment, les catalogues de la Maison Platt, et surtout celui de 1997, qui présente trois cents jetons et médailles. De même la vente publique, en 2003, à Cannes, du remarquable ensemble réuni par Michel Bonhomme, grand collectionneur prématurément disparu. Cette littérature permet de connaître environ six cents pièces, avec ou sans reproduction, avec ou sans description. Par ailleurs, nous avons pu avoir accès aux principales collections publiques ou privées : en premier lieu le fonds du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale, qui rassemble environ six cents références. Les conservateurs des collections du Musée Gadagne et du Musée des Beaux-Arts de Lyon, ainsi que ceux des principales obédiences maçonniques françaises ont bien voulu nous ouvrir leurs vitrines, voire leurs réserves. La Grande Loge de France rassemble plus de deux cents jetons et médailles, dont certains exceptionnels. Le Grand Orient de France en détient près de cent cinquante. Plusieurs collectionneurs privés enfin nous ont aussi sacrifié de leur temps et partagé de leur savoir. Nous arrivons ainsi à quelque huit cent cinquante cotes, presque toutes accompagnées de description et d’illustration. 290 pièces n’avaient pas encore été publiées, dont des jetons et médailles d’Ancien Régime d’un grand intérêt. Celles déjà connues manquaient souvent de description complète ou d’illustration. Sans aucun doute il en reste à découvrir. Merci aux lecteurs qui nous aideront à combler les lacunes, aux collectionneurs qui détiennent des trésors ignorés et qui voudront bien les faire connaître.

Les frontières elles-mêmes ne sont pas toujours faciles à discerner : qu’est-ce qu’un jeton ou une médaille français ? Ce ne sont certes pas les pièces dont les légendes sont écrites en français : il y en a d’indiscutablement françaises qui sont écrites en latin, ou sans légende. Une médaille strasbourgeoise est en allemand : est-elle ou n’est-elle pas française ? Notre choix a été d’écarter les pièces belges et suisses, souvent remarquables, qui méritent des études respectant leurs contextes spécifiques. Nous retenons les jetons et médailles des anciennes colonies. Nous incluons aussi quelques médailles francophones, qui relèvent de la diaspora maçonnique française en terre étrangère, de Londres à Mexico. Enfin, nous intégrons les pièces maçonniques « napoléonides », qui citent l’Empereur, ou ses frères et soeurs. Pour l’essentiel, ce sont celles que Bramsen décrit dans son Médaillier de Napoléon le Grand.

Non sans remords, nous avons intégré au corpus les pièces que d’autres auteurs ou collectionneurs classent à tort, à notre avis, parmi les maçonniques françaises. Nous expliquons au cas par cas pourquoi nous ne les considérons pas maçonniques, ou pas françaises. Parfois, le doute subsiste. On pourra pour diverses raisons contester telle exclusion – ou telle inclusion : nous nous sommes même autorisé de ces mauvais exemples pour intégrer d’autres jetons non maçonniques, au prétexte qu’ils participent de l’histoire de la Franc-maçonnerie : ceux de l’Hôtel de Soissons, par exemple.

Nous ne suivons pas toujours les usages en numismatique. Nous n’indiquons pas le poids des pièces : puisque le même coin a souvent servi à frapper des jetons dans plusieurs métaux différents, ce poids n’est guère ici une indication d’authenticité. D’ailleurs, autant le poids d’un métal précieux est une importante indication de la valeur d’une monnaie, autant cette information est de peu d’utilité pour un jeton ou une médaille dont la valeur est arbitraire ou symbolique. Dans le même esprit, nous ne nous sommes pas attaché à présenter les pièces dans le meilleur état possible. C’est aussi que notre goût personnel nous fait apprécier la charge émotionnelle contenue dans un jeton qui a circulé, dans une médaille qui a été portée par son récipiendaire. Ils ont participé à la vie de leur loge, et transmettent l’empreinte de nos prédécesseurs sur les voies qu’ils ont tracées. Nos descriptions se veulent complètes mais aussi brèves que possibles : l’image est là presque toujours pour pallier leurs éventuelles approximations. Sous la pression de numismates chevronnés, nous mentionnons le ou les métaux pour lesquels nous connaissons des exemplaires de chaque référence ; mais cette mention ne prétend ni à l’exhaustivité, ni parfois à la rigueur scientifique : la patine aidant, le doute est possible entre cuivre et bronze, cuivre jaune et laiton, les différents alliages blancs ou jaunes des jetons les plus récents, ou le métal principal quand il est recouvert de dorure ou d’argenture. Les auteurs les plus professionnels ne sont pas toujours du même avis : ainsi, Gadoury voit souvent du bronze où HZC et Platt voient du cuivre. Pour près de la moitié de son inventaire, HZC ne mentionne pas le métal, ou bien se contente d’indiquer : métal blanc… Bramsen et Hennin n’en font pas état. Nos indications ne sont pas des certitudes. Enfin, nous nous sommes refusé de mentionner valeur ou rareté. Le marché est variable par essence, voire erratique. Notre connaissance en est partielle et partiale. Nous n’avons pas vocation à peser sur les prix, dans quelque sens que ce soit. Et comment évaluer le cours de médailles exceptionnelles ?

Nous avons été tenté par un classement chronologique. Il présentait plusieurs inconvénients. Hennin et Bramsen prouvent qu’un tel principe pousse à bien des choix arbitraires. En effet, de très nombreuses pièces ne sont pas datées. Pire : celles qui sont datées sont rarement datées de leur émission, mais bien plus souvent de la fondation de la loge, fondation parfois mythique ! Saint-Germain-en-Laye en donne le plus bel exemple. Nous devons considérer les dates mentionnées avec prudence, et rechercher l’époque de la gravure et/ou celle de la frappe à travers d’autres indices, d’autres sources. En outre, il est souvent intéressant de voir rassemblées les pièces qu’une même loge a successivement émises, et leur évolution en fonction des régimes politiques ou des modes esthétiques. La loge Saint-Louis de la Martinique en donne un des exemples les plus significatifs, en remplaçant à quelques années d’intervalle le portrait de Louis XVI par l’aigle impériale, puis par une représentation de Saint Louis. La loge des Admirateurs de l’Univers fournit un échantillonnage daté de la dégradation stylistique au XIXe siècle. Ce ne sont pas des cas isolés. Et, comme le fouilleur date une couche de terrain grâce au tesson typique, certain style ou thème nous permet d’approcher la date de gravure ou de frappe avec une marge d’erreur acceptable : la façade de temple entre deux colonnes est Restauration, l’équerre qui germe en feuilles d’acacia est un marqueur des années 1840.

Un classement géographique par région aurait pu être envisagé, si la répartition des pièces était équilibrée. Or, plus de la moitié sont parisiennes. Vingt-huit orients d’Ile-de-France, souvent en proche périphérie de la capitale, ont frappé médaille ou jeton. Les provinces sont très inégalement représentées : quatre villes représentent 36 % de l’ensemble. Lyon et sa région ont une abondante production, de qualité variable, de la Restauration à la Troisième République. La Normandie se distingue par des jetons nombreux et d’un grand intérêt esthétique et historique, de l’Ancien Régime à la Restauration. Le Nord regroupe quelques jetons anciens et remarquables. Toulouse a émis une quantité non négligeable de médailles et jetons, souvent médiocres. A de rares exceptions près, le reste de la France ne présente que des pièces isolées.

Nous avons donc opté pour un classement principal simple, par ville et loge, proche de celui retenu par HZC ou par le Cabinet des Médailles (reprenant certainement l’ordre du médaillier du Grand Orient, d’où provient le fonds maçonnique). Si cet ordre dissocie malheureusement des pièces apparentées dans le temps, dans l’espace ou dans la thématique, il présente en revanche l’avantage de renouveler presque à chaque page l’intérêt esthétique ou la curiosité. De plus, il crée à l’occasion des rapprochements inattendus. Le Duc de Berry côtoie l’Action Socialiste ; la médaille représentant dans toute sa splendeur le duc de Chartres précède le pauvre jeton des Forgerons de l’Avenir ; ces coïncidences ouvrent des perspectives sur l’essence permanente de la maçonnerie – et sa diversité. Ce principe général de classement souffre quelques exceptions qui devraient se justifier d’elles-mêmes. Notamment, nous avons regroupé chronologiquement les jetons et médailles qui retracent fidèlement chaque étape de l’histoire de l’obédience écossaise. Deux « intermèdes » regroupent quelques pièces sur un critère historique : le premier concerne une approche de la numismatique « para-maçonnique » de la Révolution de 1848 ; le second regroupe la série des médailles qui commémorent l’action des francs-maçons pendant la Commune de Paris.

Les francs-maçons ont parfois employé des médailles gravées à d’autres fins. Par exemple, ils ont fait graver le nom d’un récipiendaire au revers d’une effigie de Marianne, comme pouvait le faire sous la Troisième République toute institution publique ou privée qui délivrait des médailles de récompense. Les couronnes de chêne ou de laurier sont innombrables. De même, des coins de médailles maçonniques « banalisées » (faute d’un meilleur terme), portant des symboles maçonniques élémentaires, étaient disponibles sur le marché : le motif le plus typique en est la composition d’outils entremêlés autour du niveau, proche des « armoiries » que se donne le Grand Orient sous le Second Empire. Elle est souvent affligée d’une faute de perspective dans le dessin de l’équerre qui lui donne un angle obtus. Comment recenser les combinaisons d’équerre, compas et acacia ? De tels revers anépigraphes, aux symboles passe-partout, peuvent se retrouver avec des avers différents, personnalisés par les loges. Quand nous le pouvons, nous classons les unes et les autres aux loges utilisatrices, plus soucieux une fois encore d’histoire des loges que de rigueur numismatique. Nous avons exclu, à tort ou à raison, de nombreuses pièces gravées, et non frappées, qui paraissent exceptionnelles et anecdotiques. Nous n’avons inclus que celles qui figurent déjà dans les répertoires de référence, celles qui nous semblent produites en nombre, et parfois certaines qui ajoutent une information à l’histoire des ateliers qui les ont émises. Le numismate s’y retrouvera toujours. Le profane y éprouvera, nous l’espérons, plus de plaisir.

Les annexes peuvent susciter des approches transversales. On y trouvera : un bref lexique des termes peu usités par les profanes en numismatique ou en Franc-maçonnerie ; un index des personnages cités ; un index thématique et stylistique ; une proposition de parcours historique, attentif à l’histoire de l’art comme à l’histoire générale de France ; les principales références bibliographiques commentées ; des tables de concordance qui permettent de retrouver le classement d’une pièce à partir des principales références bibliographiques.

Nous avons voulu ajouter aux descriptions le plus grand nombre possible d’illustrations. Remercions ici ceux qui nous ont permis de colliger cette abondante iconographie, et en premier lieu le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale qui a apporté avec bienveillance toute l’aide possible. Les musées de la Grande Loge de France, de la Grande Loge Nationale Française et du Grand Orient de France, le Musée Gadagne et le Musée des Beaux-Arts à Lyon, nous ont permis de photographier leurs collections. Les maisons de numismatique Dijon Numismatique, Gadoury, Palombo, Platt, ont accepté que nous utilisions de leurs archives. Quelques collectionneurs privés enfin, dont il faut respecter l’anonymat, et quelques loges maçonniques qui ont su garder des témoignages de leurs prédécesseurs, ont largement contribué à la richesse de l’illustration. A défaut de photographie de l’objet lui-même, quand sa reproduction a déjà été publiée, nous avons repris celle-ci : on retrouvera l’élégance des reproductions gravées anciennes, reprise dans les livres d’époque de Thory, Hennin, Vanhende, ou les Ephémérides des Loges lyonnaises. On reconnaîtra le grain – et parfois le flou – des photos du Hamburgische Zirkel Correspondenz, repiquées dans le magnifique exemplaire de la bibliothèque du Grand Orient de France.

Nos chaleureux remerciements vont aussi à ceux qui ont aidé à améliorer ce travail par leurs remarques, leurs conseils, leurs encouragements, ou les connaissances qu’ils ont bien voulu partager, et plus particulièrement Joël Creusy, Bernard Dat, François Geissmann, Aimé Imbert, Daniel Ligou, Irène Mainguy, François Rognon. Le résultat leur doit d’être moins imparfait. Sans eux, et quelques autres à l’occasion, l’ouvrage comporterait encore plus d’erreurs et de lacunes. Merci aussi à Christian pour ses traductions du latin, Ludger pour ses traductions de l’allemand, François pour les jeux de mots inavouables, Florent pour quelques trouvailles de vocabulaire (dont gourgandine et ichtyomorphe) et Martin pour son soutien moral. Enfin et surtout, ce livre n’aurait tout simplement pas été possible sans l’accompagnement constant, éclairé et patient de Christian Charlet, Pierre Mollier et Daniel Renaud. Avec toute l’indulgence qu’il faut accorder à l’apprenti, ils ont, plus souvent qu’ils ne le pensent eux-mêmes, orienté les recherches, corrigé des erreurs, indiqué des sources documentaires, levé doutes et interrogations, ouvert la porte à d’autres contacts féconds. Nous espérons ne pas trop décevoir leur confiance. Les remerciements sont aussi insuffisants qu’indispensables. Ils peuvent énumérer des apports techniques, non rendre compte de la qualité humaine de ces multiples rencontres. Elles ont toutes enrichi cette recherche pour en faire une passionnante aventure intellectuelle. Elles l’ont parfois transformée en histoire d’amitié.

Source : http://www.marc-labouret.fr/metaux.html

Lire la suite

Les Ordres d'architecture

26 Décembre 2012 , Rédigé par G\ S\,J\-P\ G\ ,O\C,M\ B\ Publié dans #Planches

L'ordre Dorique


Dans les temps les plus reculés, partout dans le monde, les peuplades nomades se déplaçaient librement en érigeant des pierres dressées, symbole de la flamme céleste,
lumière qui éclaire l'esprit humain. Tous avaient en commun une vision unitaire du monde, du visible, à l'inaccessible à l'esprit humain.
Plus tard l'homme imaginatif doublé de sa ferveur religieuse, donna naissance aux Tumulus, Dolmens et bien d'autres créations.
Puis se dressèrent à travers le monde: pyramides, pagodes, basiliques, temples et
cathédrales: ouvrages des compagnons opératifs
Le 2è voyage initiatique invite les compagnons en devenir, à cultiver les 5 ordres d'architecture que sont: le dorique, l'ionique, le corinthien, le toscan et le composite.
5 ordres représentent 5 marches à gravir dans l'évolution du compagnon en construction.
Pour cela et lors de ce voyage, 2 outils symboliques lui sont offerts: la règle, synonyme de la loi morale, dirige notre conduite et le levier qui nous permettra après ciselage, de poser notre pierre en vue de l'érection du Temple symbolique.
L'architecture de la colonne de pierre du F :.M :. Opératif est comparable à l'architecture du corps humain : une base, un corps de pierres ciselées et empilées et un chapiteau, cette colonne a évolué dans l'histoire. Pour la 2è citée : des pieds, un corps soutenu par 33 vertèbres empilées et une tête dotée d'une intelligence qui doit évoluer dans le temps. Cette colonne multi séculaire du F\ M \ Opératif est riche en enseignements; donnons lui la parole.
L'ordre Dorique est le plus ancien des ordres d'architecture grecque : Le Parthénon en Grèce en est le type (447 AV JC). Harmonie des proportions, il est austère, puissant et robuste. Beauté et raison sont étroitement liées dans la colonne Dorique. Elle repose avec simplicité directement sans base sur le soubassement (stylobate).Elle est courte et massive, elle évoque force et grandeur. Sa hauteur est égale à 8 fois son diamètre de base. Son pourtour est creusé de 20 cannelures formant des crêtes vives, réduites à 16 par les Romains qui ajoutèrent une base. Son chapiteau rectangulaire est peu élevé. En fait, les phénomènes de forme qui sont apparus aux différentes époques dans l'architecture et la décoration dans les différents pays, sont tantôt de l'ordre spirituel, comme les proportions ou les styles, tantôt d'ordre plus matériel comme les éléments ornementaux empruntés tri souvent à la nature. Ils participent à la vie sociale et morale comme des êtres animés. Ils l’expriment dans l'image offerte par l'évolution des goûts comme par l'évolution des meurs. 2 colonnes symboliques prennent une place essentielle dans notre Ordre. C'est Hiram de Tyr qui coula les 2 colonnes d'airain pour le temple de Salomon, nous dit le livre des Rois. Il les nomma Jakin et Boaz. Cet artisan était rempli de sagesse, d'intelligence et de science. L'airain, alliage sacré est synonyme d'immortalité et d'inflexible justice. II est aussi le signe de l'alliance indissoluble du ciel et de la terre. Hiram coula aussi un chapiteau pour chaque colonne, orné de 200 grenades où figuraient des lys, le tout relié par 7 chaînettes festonnée.
Boaz signifie « en force » ; Cette colonne est peinte en bleu considéré comme passive, féminine associé à la lune. Elle se dresse à l'intérieur du temple de la loge, à la porte de l'occident, à gauche en entrant, coté nord. C'est la colonne des apprentis dans le silence et la pénombre du septentrion. Du mot Boaz ressort toute la signification du cabinet de réflexion : descente en soi même vers la source de lumière intérieure et profonde. EN FORCE, c'est la force profonde qui vient de cet approfondissement intérieur. Cette colonne nous parle du travail de l'apprenti ; un peu de lumière naîtra du travail au fond de soi permettant la fermentation intérieure et l'éclosion de l’œuf : renaissance de l'apprenti.
Les grenades, fleurs de lys et chaînettes, préfigurent respectivement ordonnées : le cycle de germination des graines en terre au solstice d'hiver et renaissance de l'apprenti. Puis restitution de l'apprenti à la vie pure et enfin notre chaîne d'union où l'apprenti est soutenu par ses frères dans la lente progression de sa construction, vers la connaissance de soi.
Jakin signifie : « qui établira », qui fondera. Cette colonne est de couleur blanche. Elle est considérée comme active et masculine. Associée au soleil, elle est à droite en entrant dans le temple. C'est la colonne du midi, la colonne des compagnons pèlerins, dans le sillage de la pleine lumière. Grenades, chaînettes et fleurs de lys préfigurent sur cette colonne d'autres aspects symboliques: fécondation du monde ensemencé par l'homme ouvert à l'univers, ardeur du F :.M :; vers un idéal commun et enfin : élévation vers le plus haut de la connaissance, vers la perfection, vers le divin.
Jakin nous parle aussi d'autre chose : c'est l'action de la main, du toucher, du façonnage. C'est la main qui sent et qui crée jusqu'à l'aboutissement final. Cette colonne nous parle bien de l'action qui prend la mesure de l'homme et qui agit sur la création dans une oeuvre de perfectionnement cosmique. C'est à la colonne J que le compagnon peut prendre la parole car il a acquit la capacité intérieure de dire une parole : c'est donc là qu'il reçoit son salaire. Boaz et Jakin symbolise l'accession au spirituel en interaction permanente
Approfondissement intérieure de l'apprenti, expression extérieure et action sur le monde du compagnon en progression vers la maturité féconde.
Après la colonne, laissons parler le coeur : C'est par la Foi qui n'est autre que la lumière de l'esprit nourrie par l'Amour, que nous parviendrons avec sagesse et intelligence à insérer notre pierre ciselée; dans notre temple commun, celui d'une société plus humaine ; La parole est donnée à l'ordre Ionique.

 

L'Ordre Ionique


Le sujet de ce soir m'a permis de me replonger sur mes deux années maçonniques passées à vos côtés. Grâce à cela je vais vous livrer mon sentiment profond, mes pensées actives. Je vous livrerai mon travail intérieur, mon voyage vers mon être le plus profond. Ce voyage qui m'a permis et continue encore à établir mon temple intérieur.
L'ordre d'architecture Ionique ;lorsque je me suis penché sur ce sujet, je suis resté perplexe, profane devant la complexité de cette réalisation.
L'histoire nous donne comme origine :
Les Grecs étant passés dans l'Asie mineure sous la conduite d'Ion, un de leurs chefs, voulurent élever un temple magnifique à Ephèse en l'honneur de Diane. lis cherchèrent, pour décorer ce monument, un nouvel ordre d'Architecture qui, sans être moins régulier que le Dorique, offrit un genre de beauté plus délicate, et qui fût susceptible de recevoir plus d'ornements. Comme l'ordre Dorique avait été déterminé sur le corps de l'homme, ils imaginèrent de régler les proportions du nouvel ordre sur la taille plus délicate des femmes Grecques. Poussant loin l'imitation, ils copièrent les boucles de leurs cheveux, ce qui donna lieu aux volutes du chapiteau, et ils cannelèrent les colonnes pour imiter les plis de leurs vêtements. Ce nouvel ordre fut nommé Ionique.
L'ordre ionique est l'un des trois ordres de l'architecture grecque, caractérisé surtout par un chapiteau orné de volutes et une colonne élancée ornée de cannelures profondes et possédant une base moulurée.
Les ordres d'architectures sont le départ de la construction d'édifices toujours présents de nos jours (Acropole, cathédrales,...). La précision de ces réalisations, les matières nobles employées ont permis de les faire perdurer dans les âges et les différentes générations.
La méthode maçonnique sur cet ordre nous a été transmise par nos frères opératifs.
Je pense qu'il faut prendre en compte plusieurs perceptions qu'offre à notre compréhension cet ordre.
Sur un plan maçonnique je pense que nous pouvons prendre l'inspiration du chapiteau ionique et de sa colonne qui pourrait venir du temple d'AthénaNikè qui me dévoile tout d'abord le sentiment de
    RASSEMBLEMENT: La forme d'ensemble du chapiteau rassemble deux formes, relie la face avant et le face arrière de chaque volute.
Cela nous plonge dans le rassemblement des francs maçons et de leurs idées. Nous sommes tolérant et nous nous acceptons tels que nous sommes. Nous sommes liés par notre serment et par notre existence.
Puis un sentiment
    INCOMMENSURABLE: La synchronisation parfaitement symétrique, bien équilibrée donne à la structure une dimension de grandeur et de gigantisme. La colonne si bien tendu, érigée vers l'infini.
Comme le fil à plomb garant d'une profondeur spatiale du zénith au nadir. De notre existence d'homme vers les étoiles vers l'intouchable ou presque.
Maintenant,
    Expression du CONTINU : Les volutes forment un ensemble de courbe continu qui va de l'une jusqu'à l'autre, mais cette courbe est marquée par des étapes qui sont bien séparées: d'abord elle a la forme d'une spirale, puis elle se transforme en souple horizontale un peu creusé au sommet du chapiteau, puis elle devient la spirale opposé sur l'autre côté du chapiteau.
Ces étapes peuvent être rapportées à celles franchit par le franc-maçon tout au long de son cheminement initiatique, du commencement vers l'infini. Du cabinet de réflexion ou une renaissance à lieu pour perdurer vers une progression lente mais constante.
Voyons maintenant un autre sentiment qui m'est propre
    Expression du LIE : le chapiteau est obtenu au moyen de diverses formes bien séparées visuellement qui sont parfaitement liées ensemble par leur emboîtement mutuel.
Nous sommes comme les doigts d'une seule main, nous sommes liés pour la vie. Quoique différents, comme de diverses formes existantes en architecture, nous nous reconnaissons comme frère. II est donc nécessaire de toujours tailler sa pierre de plus en plus adroitement et finement afin de tenter de devenir un homme libre tant dans sa vie maçonnique que dans sa vie profane afin d'apporter sa pierre à l'édifice.
Cette transmission de savoir et d'allégeance nous permet avec force de passer de l'état de franc maçon opérateur à franc maçon spéculatif. Ce message de la tradition transmis depuis des âges nous permet d'asseoir toute notre logique. Nous utilisons des outils de bâtisseurs. Nous taillons notre pierre brute pour approfondir notre pensée. C'est en participant à la construction de l'édifice, du temple que nous contribuons à consolider la franc maçonnerie.
Ces ordres peuvent se rapprocher aux trois colonnes du temple qui peuvent être symbolisées par la sagesse, force et beauté. La sagesse qui dirige et nous guide, la Force qui nous soutient dans toutes nos difficultés et la beauté qui orne notre conscience
La colonne de mon grade est là pour me guider sur le chemin initiatique du compagnon.
II ne faut pas oublier en conclusion que les cinq ordres, le Toscan, le Dorique, l'Ionique, le Corinthien et le Composite correspondent à la base, à la perpendiculaire, au diamètre, à la circonférence et à l'équerre.

 

L'ordre Corinthien


L'évolution de l'architecture grecque nous amène au 3è ordre fondamental qui apparu au Vè et IVè siècle av JC, l'ordre Corinthien. II se caractérise par une colonne à 24 cannelures et 18 rayons, mais pas de base, son chapiteau orné de feuilles d'acanthe d'où émergent 4 volutes, donne à cette colonne d'origine ionique un couronnement bien venu, par son efflorescence de plus en plus haute et touffue.
Ce chapiteau connaît un vif succès car en plus de son aspect esthétique, il résout le problème du chapiteau ionique qui avait l'inconvénient de ne pas être identique sur toutes ses faces et en particulier aux colonnes d'angle. Ce nouvel ordre allie désormais la force à l'élégance, supplantant le dorique majestueux par la simplicité de sa colonne trapue posée directement sur le soubassement, et l'élégance du ionique due à sa colonne élancée reposant sur une base et son chapiteau décoré de volutes en forme de corne de bélier.
Cette évolution, cet embellissement architectural, me ramène sur un plan maçonnique à notre recherche perpétuelle à nous améliorer en travaillant sur notre pierre cubique, en la façonnant coup après coup aidé du maillet et du ciseau, en effet la connaissance acquise en tant qu'apprenti associé à l'énergie, nous apporte la force pour gommer les aspérités, polir ensuite notre pierre nous ouvrant ainsi peu à peu la voix de la sagesse.
II me reviens sans cesse en tête un des symboles de l'apprenti qu'est la perpendiculaire, ce chemin vers le haut et le bas, qui nous est si bien transmis par Hermes Trismégiste dans la table d'émeraude, dont le but essentiel est de ce connaître soi même, pour trouver sa place dans l'univers, et comprendre que le sens de notre quête est la vie par l'amour. Nous passons de la perpendiculaire au niveau en tant que compagnon, nous avons acquis assez de connaissance de l'intérieur comme vers l'extérieur pour enfin envisager une construction sur des bases solides, qui nous permettrons de nous élever vers le ciel comme les colonnes du temple, les compagnons étaient d'ailleurs appelés au moyen âge, les enfants de Salomon, autrement dit nous suivons l'enseignement de nos maîtres, garant de la tradition maçonnique, au service de cette veuve et de ces orphelins.
Le 1er exemple connu de l'ordre corinthien se trouve au temple d'Apollon de Bassae­Phigalie ( fin du Vè siècle). Callimachus, célèbre sculpteur, serait l'inventeur du style corinthien, et Vitruve qui fut un grand constructeur à l'époque de jules César, nous conte dans son livre IV sur l'architecture la touchante histoire du chapiteau corinthien. II compare les proportions des trois ordres grecs à celles de l'homme, la femme et de la jeune fille. La délicatesse de cette jeune fille à qui l'âge rend la taille plus dégagée et plus susceptible de recevoir les ornements qui peuvent augmenter la beauté naturelle.
C'est une projection de l'être humain, de soi même, de l'intérieur vers l'extérieur, chercher sans cesse au fond de soi le meilleur, et ensuite le partager, l'offrir au monde. Je me rends compte que l'art de l'architecture prend comme source d'inspiration les proportions humaines pour les élever en édifices dédier dans la plupart des cas aux dieux, dans le seul but de rapprocher l'homme de Dieu, mais aussi de rapprocher Dieu de l'homme. Non pas que nous ayons besoin de croire qu'il existe un être supérieur et puissant qui créa l'univers, mais croire simplement que nous pouvons nous élever spirituellement pour mieux comprendre notre univers et accepter que nous ne somme qu'un avec lui, nous servant pour cela de nos 5 sens indispensable à notre croissance et notre recherche.
Ce style corinthien traversera le temps et les époques, il connaîtra différentes phases, tantôt enrichi, mêlé, tantôt simplifié ou abâtardi jusqu'à l'aube du 20 ème siècle. On retrouvera au moyen âge l'emploi de colonnes antiques dans certaines basiliques, voire même la juxtaposition, dans une même file de colonnes, de chapiteaux ioniques, composites et corinthiens, de fûts de diamètre, de hauteur et de types variés. Cette diversité liée d'abord à la difficulté de trouver du marbre en quantité suffisante, devient après l'époque carolingienne un véritable goût, et l'on verra des basiliques italiennes devenir de véritables musés d'art antique. Le chapeau corinthien demeurera longtemps la base du décor monumental.
Nous voyons au centre de notre temple, posée sur le pavé mosaïque, les 3 colonnettes, représentant chacune une style et positionnées en loge suivant un ordre architectural mais aussi symbolique.
En effet, la colonne Dorique qui est la plus ancienne, la plus trapue et la plus résistante était vouée au niveau du rez‑de‑chaussée qui porte le poids de l'édifice, on la retrouve en loge à l'orient face au vénérable qu'elle représente, portant lui‑même le poids de notre atelier.
La colonne tonique, plus qui était destinée aux premier étages des édifices se trouve sur la colonne Boaz et face au 1er surveillant qu'elle représente, lui‑même après le vénérable, supportant une partie du poids de l'édifice et surtout du bon accomplissement du travail des compagnons. Enfin La colonnette corinthienne qui était vouée aux second étages des constructions, placée en loge devant la colonne Jakin, est associé au 2é surveillant qui accompagne les apprentis, et assiste le venérable et le 1er surveillant dans nos travaux de loge.
L'art architectural ne cesse d'évoluer à travers les ages, utilisé pour édifié des temples à la gloire des dieux, s'enrichissant toujours plus par la tradition des siècles passés, cet art nous démontre que les croyances et les idées changent et passent, alors que les lois de l'équilibre et de la géométrie restent à jamais, elles sont la vrai tradition de notre construction personnelle, car elles ont l'avantage d'unir les hommes qui recherchent dans l'harmonie du monde, le modèle de leur équilibre intérieur.

 

Ordre Composite et Ordre Toscan


Je prendrai la suite de mes frères en traitant les ordres architecturaux ou l'on peut trouver deux types d'ordres qui sont :
Les ordres GRECS (dorique, ionique et corinthien) et le sujet de mon travail: les ordres Romains (Composite et Toscan).
Je commencerai par la définition de ces différents ordres, puis je vous donnerai mon sentiment personnel car je pense qu'il est plus intéressant qu'une copie mal faite d'ouvrage. Maintenant, en tin que compagnon, vous m'avez donné le droit à la parole.
C'est avec humilité que je vais la prendre car le verbe en est lié. Nous travaillons dans
des Loges de St‑Jean, l'Evangile selon St jean.
Saint Ignace d’Antioche ne parle‑t‑il parle du « Verbe sorti du Silence » ? ...    

Ordre composite

C'est un mélange savant d'ionique et de corinthien, c'est à dire que nous retrouvons en dessous, la volute ionique et au‑dessus une échine taillée en oves.
C'est au 16eme siècle que les architectes imaginèrent cet amalgame car ils en avaient remarqué un exemple dans l'arc de Titus. (cet arc commémore la prise de Jérusalem 70 ans après JC )

L'ordre composite allie la force dans la beauté, le tout supporté par un pilier lisse, blanc donc vierge et le tout posé sur la terre ou fondation : nos racines, le premier voyage que l'apprenti à vécu.
Le compagnon devra donc faire preuve de beauté dans son action.

Ordre toscan

C'est une imitation de l'ordre dorique Grec. Les Romains l'employèrent avant de faire la conquête de la Grèce. Sa principale caractéristique est l'absence de tout ornement, la pureté simple de l'art.
Durant notre initiation au 2e degrés et pendant notre 2e voyage, deux outils nous sont remis
La règle ‑ représentant la loi morale ‑ et le levier ‑ multipliant nos forces.
Nous retrouvons cet alliage dans le composite ( la force et la beauté, levier et règle ).
Nous sommes au grade de compagnon chacun de nous doit transmettre le savoir acquis pendant la période d'apprentissage.
Je citerai Vitruve « une construction ne tient debout que si les règles sont appliquées ».
Comme dans toute société il y a des lois, des règles à respecter, afin que chacun puisse s'épanouir grâce au bienfait de cette forme de liberté donnée.
Par contre comme nous l'indique le rituel « Ses divers styles se sont succédés dans le temps suivant l'évolution du goût des constructeurs, mais tous ont eu pour objet l'harmonie des édifices qu'ils devaient ériger. »
A nous d'adapter notre savoir par rapport à la situation. La recherche de la vérité n'est pas une science exacte car nous ne sommes confrontés qu'à des êtres vivants donc évoluant eux aussi,
à des civilisations et dans des sociétés tributaires des mêmes éléments.
Un, deux et trois . ....La force, la beauté, la sagesse.
Ces ordres d'architecture nous révèlent encore que tout est symboles; oui, mais je découvre une autre face cachée qui est l'élévation de la pensée par la connaissance que définirai par la naissance de l'être. Je suis encore dans cet état latent, c'est pour cela que l'on ne peut pas parler de maîtrise.
Il faut que j'essaye de tout emboîter pour pouvoir poursuivre mon chemin avant de vouloir le partager.
Nous avons dit, Vénérable Maître.

Source www.ledifice.net

 

Lire la suite

Autre Grand Prieuré : GPCTF

26 Décembre 2012 , Rédigé par Thomas Dalet

Grand Prieuré des Ordres Unis Maçonniques, Religieux et Militaires du Temple et du Sépulcre et de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, de Palestine, Rhodes et Malte pour la France (2003).

Grand Prieuré souché sur la GLNF, très discret, dont j’ai été fondateur.  Le site n’est accessible qu’aux membres.

 

Lire la suite

Le Rugby

25 Décembre 2012 , Rédigé par Gérard Durand Publié dans #Planches

L’ordre du jour de ce midi prévoyait une planche sur les dimensions de la vie.

Excusez moi mes frères, mais l’actualité sportive du moment, en l’occurrence, la coupe du monde de rugby, m’incite à oser une comparaison entre ce sport et notre démarche initiatique. 

Je ne parlerai pas en béotien, ayant moi-même, pendant de nombreuses années arpenté les chemins de l’Ovalie au poste de talonneur.

Comme en maçonnerie, c’est un monde où l’on se rencontre plus qu’on ne se croise et qui a tout d’une école de la vie.

Les codes s’acquièrent au fil du temps, sur le pré et dans les vestiaires où la nudité des corps nivelle les différences sociales et révèle peu à peu celle des esprits.

Il s’y raconte des légendes où s’affrontent les grands noms de notre panthéon ; il s’y vit des épopées où les émotions brutales et intenses tissent entre les hommes des liens indéfectibles.

Près de deux siècles après la naissance de ce jeu, novices et initiés partagent une culture faite de règles officielles ou officieuses, d’un langage, de rituels, d’un patrimoine et plus important que tout, un esprit !

Rappelons nous le geste frondeur de l’inventeur opératif du rugby , le jeune William Webb Elis qui , sur un terrain de football prend soudain le ballon à pleine main , et le porte dans les buts adverses , en opposition totale avec les règles du jeu.

Quel culot a-t-il fallut à ce jeune homme pour transgresser ainsi les règles établies de l’Angleterre victorienne !

Quel culot faut-il au franc-maçon dans ce monde moderne, industrialisé, rationalisé, dans ce monde où la technique et la technocratie triomphent pour affirmer que la pensée symbolique garde tout son sens et conserve toute sa valeur, constituant une approche originale de la réalité et que les outils peuvent permettre à l’homme d’aujourd’hui de déboucher sur un mode spécifique de connaissance et permettre de mieux appréhender la vie et de la vivre ?

L’idéal du rugby affirme que «  se mesurer à l’autre fait grandir ».

L’autre, a quinze têtes, trente bras et trente jambes,  est « un partenaire » avec qui l’on se construit dans l’affrontement.

Mais il suffit de coller l’oreille à une porte de vestiaire pour entendre une marée de mots d’une violence inouïe qui nous rappelle que, au rugby, la limite entre partenaire et ennemi est fragile. 

Notre vocabulaire aime jouer avec la métaphore du meurtre et de la guerre :

« Dépecer, découper en tranche, réduire en bouillie, faire de la chair à pâté, broyer, écraser….. » et tant d’autres…..

« Se construire ensemble »…. vraiment ???

Il faut reconnaître que ce combat sportif procède d’un rituel inversé par rapport à la maçonnerie ;

Ainsi devons nous laisser nos métaux (canifs, matraques, poings américains) à l’entrée du temple avant la tenue.

Au rugby, l’adversaire qui nous construit ( ?) devient tout à coup un monstre, très fort , très méchant ou au contraire , nul , vilain et boutonneux…

Mais dès que le match est fini, il est à nouveau un type sympa, plutôt vaillant, avec qui l’on va boire des coups, une bonne ambiance de salle humide en quelque sorte !

La vérité au rugby, comme en maçonnerie, c’est que l’adversaire ou le partenaire nous ressemble terriblement.

Fabien Galthié, célèbre international, répond ainsi à la question :

« Quels joueurs avez-vous le plus admirés » ?

Il en cite quelques uns et termine par ces mot : « Mais en grandissant, les modèles ont disparu. J’ai plutôt cherché à m’accomplir. A partir de 25-26 ans, j’avais surtout, en toute modestie, envie de ressembler à moi-même ». 

La beauté du rugby réside dans l’égalité et la victoire ne vaut que si l’on joue contre un adversaire à sa mesure.

L’idéal du rugby est en cela imprégné des valeurs chevaleresques chères à Coubertin : « Dis moi contre qui tu te bats, je te dirai qui tu es ».

La confrontation avec l’autre permet donc de se situer, de trouver sa place.

On se mesure à un adversaire égal, miroir de soi-même, comme dans le rituel d’initiation, pour affirmer sa propre identité.

L’idéal maçonnique dit : « se construire ensemble » et c’est bien ce qui fait l’essence même du rugby.

En fait, la franc-maçonnerie a joué un rôle déterminant dans l’émergence du sport moderne et l’évolution conjointe du courant humaniste franc-maçon et du rugby dans l’Angleterre du XIX° siècle n’est pas un hasard.

Rappelons pour mémoire qu’en 1723, le Frère James Anderson, écrivit les premières règles ou Principe -les Olds Charges toujours en vigueur aujourd’hui.

Un siècle plus tard , alors que la franc-maçonnerie commençait à exercer son influence dans la société anglaise , un personnage clé établit le lien d’origine entre les francs-maçons et le rugby : Sir Thomas Arnold , proviseur du collège de Rugby de 1828 à 1842 , et franc-maçon de grand rayonnement.

Sous son impulsion, la morale humaniste imprégna le monde de l’éducation en Angleterre, et par extension, le rugby.

Arnold arriva dans une institution affaiblie par une hiérarchie entre élèves très dure : les bizutages étaient violents, les plus jeunes se faisaient régulièrement humilier par leurs aînés qui s’adjugeaient un droit de regard tyrannique sur la vie du collège.

L’école avait reçu de nombreuses plaintes et certains éléments avaient même été exclus à la suite de rébellion contre les professeurs.

Franc-maçon à l’idéal humaniste, Arnold s’employa à changer l’esprit qui prévalait au collège : il mit au cœur de son projet éducatif l’idée d’un code de conduite de gentlemen inspiré des valeurs chrétiennes et adressé à toutes les classes sociales sans distinction de pedigree.

Cependant, s’il perçut l’impératif besoin de réformes, il eut l’intelligence de ne pas s’imposer comme un chef autoritaire et ennemi des étudiants.

Au contraire, convaincu de la justesse de ses principes, il s’appliqua à responsabiliser les élèves, à les considérer comme ses assistants et tenta habilement de changer les mentalités.

Les plus anciens ne devaient par exemple plus considérer  le commandement des plus jeunes comme un droit, mais comme un devoir.

Il fit du rugby un relais indirect de son enseignement.

Sa philosophie de l’éducation influença plusieurs générations d’élèves pour qui le rugby était un aspect essentiel de la vie de l’école.

A la fin de leurs études, les « Arnold’s men » se sentaient presque investis d’une mission messianique et voulaient partager avec la société tout entière les valeurs qui leur avaient été transmises.

Beaucoup d’entre eux continuèrent à prêcher la parole du Head master dans d’autres écoles, d’autres villes, d’autres pays.

Arnold avait de plus toujours encouragé les meilleurs talents à s’expatrier pour établir les principes chrétiens de bon gouvernement dans les nouvelles nations de l’Empire.

Cette dispersion de disciples passionnés de rugby aux quatre coins de la planète explique probablement l’essor du jeu, mais aussi sa survie. 

A Oxford, Cambridge et Rugby, dans toutes les écoles et universités qui connurent les premières le football rugby , le ferment franc-maçon servit de limon nourricier aux pratiquants , insufflant un esprit nouveau à ce sport d’équipe unique.

Dès sa naissance, le rugby s’est confondu avec les valeurs franc-maçonnes de fraternité, liberté et union entre les hommes, aussi différents soient-ils.

Le rugby porte haut et fort ces idéaux, qu’il finit même par incarner.

Il se construit autour d’un pivot moral essentiel chez les maçons : la diversité fait la force.

Une équipe et une Loge n’existent que par la complémentarité des différences, voilà notre fierté.

L’extrême variété des cultures, des morphologies, des tempéraments contribue au bonheur des hommes, à leur épanouissement.

Allons même jusqu’à dire : à leur beauté.

Antoine de Saint Exupéry, lui-même maçon écrivit :

« Si tu diffères de moi, frère, loin de me léser, tu m’enrichis. » 

Dans la pensée maçonnique, la diversité enrichit seulement si les liens se nouent, si l’agrégat, si «  l’égrégore » fait de l’addition des individus, une équipe vivante.

La solidarité, la fraternité, grands idéaux maçonniques sont au cœur du jeu ; impossible de gagner sans l’adhésion totale du groupe, sans le soutien infaillible de ses coéquipiers.

Francs-maçons et rugbymen ont d’ailleurs aussi en commun le plaisir de la fête après l’effort, il y a une grande parenté entre agapes et troisième mi-temps !

Le rugby a pris son élan grâce au souffle des bâtisseurs. Il s’est construit sur leur morale et a trouvé son identité au cœur même de leur langage.

Tout se pense en termes de construction, de poutres maîtresses, de ligne de perspective.

Le vocabulaire rugbystique se colore logiquement de la métaphore architecturale, hautement symbolique de la pensée maçonnique.

En Ovalie, par exemple, on appelle certains stades « les temples » et depuis quelques temps on y construit « des loges » !

Les gens y viennent plus pour faire du business que pour réfléchir ou échanger, mais avouons que la coïncidence est troublante.

Plus sérieusement, la mêlée est souvent appelée « cathédrale » et ce sont bien « des piliers » qui la soutiennent.

Le pilier droit, le numéro 3 est d’ailleurs considéré comme la pierre angulaire de la bâtisse.

La mêlée peut-être envisagée comme l’extension sur le terrain de la loge maçonnique : on s’y prend par les épaules et dans l’obscurité des débats, l’union des forces et des dons produit une alchimie sacrée.

Au sein de ce « tas d’hommes » se partagent les secrets  inaccessibles aux non-initiés.

Sorti de la mêlée, le ballon passe de main en main, saisissante image de la transmission de la connaissance.

Pierre Mac Orlan a dit d’ailleurs :

« Une sortie de mêlée, c’est avec le recul du temps une entrée dans la vie ». 

L’histoire du rugby est en marche, ce jeu d’adolescents crée par des adolescents cristallise les valeurs essentielles pour eux : courage, force physique, fidélité et camaraderie.

Comme le dit l’Evangile de Jean : « on ne verse pas le vin nouveau dans de vieilles outres ».

Le football revisité devient rite initiatique, passage symbolique de l’enfance à l’adolescence et gagne ses premières lettres de noblesses, aux côtés des premiers poils sur le menton, des prix d’excellence et du premier baiser avec la fille du directeur.

Fort de cette place centrale dans la vie du collège, le football rugby modifie les comportements collectifs et les mentalités, d’autant plus que le brassage social vient modifier les recrutements habituels de ces écoles d’aristocrates. 

Vous comprendrez, mes Frères, en ces temps de sports médiatisés, pourquoi j’ai voulu vous faire partager cette belle aventure qui relie depuis près de deux siècles franc-maçonnerie et rugby. 

Pour ma part, à l’adolescence, complexé par ma petite taille et peu sportif, j’ai rencontré un homme qui avait pressenti chez moi une ou deux qualités (mon présentateur en quelque sorte).

Je me suis lancé dans le rugby où j’ai acquis combativité, confiance en moi et cet esprit dont je parlais plus avant et que je revis désormais dans ma Loge.

Vous remarquerez que dans ce sport, les décisions de l’arbitre ne sont pas contestées, pas plus que celles du Vénérable Maître ne le sont dans le Temple.

Bien sûr je fus couvert de bleus , de pansements et de boue ; parfois humilié quand mon équipe se déplaçait au sud de la Loire ; dès Clermont-Ferrand nous n’étions plus de taille , mais qu’importe , nous étions cassés mais indestructibles.

Nous sommes, bien loin des chauvinismes exacerbés, totalement baignés dans les valeurs essentielles de nos Ordres avec en plus, le bonheur et l’enthousiasme du spectateur.

Frères de tous les pays rassemblez vous comme se sont rassemblés les rugby mens de tant de pays ! 

Ah ! Oui, j’oubliais les résultats de la coupe du monde…. 

Cà n’est pas l’essentiel, je suis sûr que la troisième mi-temps mettra tout le monde d’accord !!!

Lire la suite

Tintin et la FM

25 Décembre 2012 , Rédigé par M\ H\ Publié dans #Planches

Vénérable Maître et vous tous mes frères en vos grades et qualités, je vais vous traiter de la planche intitulée, Tintin et la franc-maçonnerie.

Les aventures de Tintin et Milou sont un fil conducteur des âmes et des esprits tendus vers l’équilibre. Elles ont la même force, la même profondeur que les contes, les légendes et les mythes. Le mot aventure a pour racine le sanscrit avantara qui peut se traduire par transformation intérieure, mues, passages.

Le décryptage des dessins d’Hergé constitue un trésor inestimable pour ceux en mal de Sagesse. Il s’agit d’une œuvre qui puise ses sources dans la mythologie, l’alchimie, la franc-maçonnerie et se termine par l’album inachevé, l’Alph-Art, étoile des philosophes.

Il serait trop long de détailler dans cette planche tous les signes qu’Hergé a installé dans ses dessins. J’espère que vous avez en mémoire quelques albums. En ce qui me concerne c’est avec un grand plaisir que je me suis replongé dans les albums de mon enfance, sentant l’odeur un peu moisie des vieux livres d’antan. Nous retiendrons que ceux qui ont un rapport avec notre sujet.

Tout d’abord pour vous convaincre qu’il ne s’agit pas seulement de bandes dessinées pour enfants sages de 7 à 77 ans, nous allons décrire succinctement les personnages essentiels d’Hergé à l’aune de l’Olympe et de ses archétypes. Signalons déjà que les nombres 7 et 77 sont tirés de la Bible et concernent Caïn et sa descendance, en qualité de constructeur de la première ville, l’ancêtre des bâtisseurs.
C’est surtout dans les quatre albums centraux que sont le secret de la licorne, le trésor de rackham le rouge, les 7 boules de cristal et le temple du soleil qu’Hergé a condensé avec humour et profondeur la quête spirituelle d’un homme dégagée de tout dogme et de toute croyance transcendantale.

Tintin c’est Athéna, la déesse au casque d’or à cimier, incarnant la Sagesse, divinité androgyne, dotée d’une éternelle jeunesse, vierge, protectrice des enfants comme Tchang, Abdallah, Zorrino. Tintin est armé dans 18 albums sur 22 comme Athéna, casquée et armée naissant du crâne de Zeus. Il est utile de rappeler que Tintin, avec sa houppe, présente un signe maçonnique évident.

Haddock c’est Dionysos, dieu des défoulements et de l’exubérance, boit-sans-soif et piètre cavalier. Haddock apparaît la première fois dans le crabe aux pinces d’or comme un marin barbu sur un navire noir comme Dionysos surnommé « Pélagios », celui de la mer.

La Castafiore est la déesse Cybèle, vierge et mère à la fois, porteuse d’un nez aquilin et d’une chevelure blonde. Elle chante Faust, opéra ésotérique, dans l’album les bijoux de la Castafiore. Hergé a sélectionné la phrase : « Ah je ris de me voir si belle en ce miroir ». Et lorsqu’elle rit, elle accomplit le rite des mystères, ce fameux « rit » qui unit les F.M. Elle symbolise l’énergie enfermée dans la terre et tient dans sa main droite la fameuse clé qui donne accès aux bijoux, à cet oeuf primordial, cet oeuf d’émeraude, oeuf cosmique, germe primordial.

Tournesol c’est Hermès, dieu coiffé du pétase, chapeau mou, rond à petits bords, à barbe pointue, portant un manteau long de couleur verte. C’est le maître des lettres, des sciences et des inventions, affublées de pieds ailés (patins à réaction), qui tient le caducée à la main, bâton enroulé de serpents ou un parapluie rappel alchimique du principe humide qu’est le mercure. C’est le dieu du discours, Hermès Trismégiste, celui qui a 3 voix, qui est triphone ou « Tryphon ». C’est un dieu lunaire, toujours dans la lune sous le crayon d’Hergé. Tournesol est sourd vis à vis de ce qui ne l’intéresse pas. Les Grecs mettaient l’ouïe sous la tutelle d’Hermès qui était le messager des dieux, sourds aux paroles vulgaires. Hermès conduit les âmes vers la lune pour qu’elles s’y purifient avant de les ramener sur terre pour une nouvelle incarnation. Les aventures du savant sur la lune sont donc prévisibles. Hermès est psychopompe et est comparé à l’Anubis égyptien. Les prêtresses d’Anubis, lors des funérailles du défunt, l’accompagnaient aux cris de « à l’ouest, à l’ouest ». L’obsession du professeur Tournesol pour cette destination s’éclaire. Le pendule de Tournesol est le parfait hiéroglyphe du fil à plomb de Thot-Hermès.
Rastapopoulos est le Ka, qui correspond en Égypte à la force vitale immortelle plus ou moins pure selon le degré de sainteté atteint dans une vie. Ici
Rastapopoulos est au stade le plus bas, celui de l’être instinctif passionnel, représentant hybride de deux dieux, saturne et mars. Il est astro pop(o)ulas, celui qui détruit par la force de l’astre. Dans les cigares du pharaon, très en colère, il lève les deux bras en l’air, signe du ka. Il a le poing fermé, symbolique spécifique de saturne. Dans coke en stock il est en costume blanc, pivoine rouge à la boutonnière, fleur consacrée à Ploutos ou dieu de la terreur, connu sous le nom de Hadès.

Dupond et Dupont ce sont Castor et Pollux, jumeaux nés de l’union d’un dieu et d’une mortelle Léda, dont l’un est d’essence divine, Dupond, fils de Zeus, dios kuroï, Pollux et l’autre d’essence humaine fils de Tundaride, alias Castor. Ils ont une lance, Hergé leur donnent une canne. Ils montent sur deux chevaux, Hergé leur offre une Citroën de même cylindrée. Ce sont des dieux des marins, leur présence sur un bateau était gage de voyage heureux comme dans le trésor de Rackham le Rouge. Ce sont les dieux de l’hospitalité, ils mettaient à l’épreuve les habitants des villes où ils se rendaient en s’y présentant déguisés.

Les Dupondt sont dessinés avec trois poils sur le crâne. Ce sont des maîtres au sens maçonnique du terme, ces derniers étant appelés « trépelus » ou braves à trois poils et portent une canne à la main. Les Dupondt deviennent dans l’or noir, de beaux vénérables à la longue chevelure et à la barbe de prophètes sous l’action de comprimés de N14. Le vénérable dont le nom vient de Vénus, est le Maître qui préside les travaux à la gloire du G.A.D.L.U.

Dans Vol 714 pour Sydney, 714 selon la science kabbalistique des chiffres et des lettres est le G.A.D. L.U.
7 est la septième lettre de notre alphabet, c’est la lettre G.
1 c’est le A
4 c’est le D
L’addition :7+1+4= 12 qui correspond à la lettre L
L’addition : 7+14= 21 qui correspond à la lettre U
C’est bien le G.A.D.L.U.

La connaissance du 714 ne peut se faire qu’au prix d’une très longue initiation. Puisque nous avons que trois ans, nous ne pouvons qu’évoquer ici dans les cigares du pharaon, l’analogie entre l’épisode du tombeau égyptien, ou Tintin frôle la mort et les rites initiatiques aux mystères des prêtres de l’ancienne Egypte.

Un des grands moment du début de l’initiation maçonnique s’appelle le « dépouillement des métaux » qui vient de l’alchimie. Il faut renoncer aux biens terrestres. Ce rôle est attribué dans le secret de la licorne à André Filoselle qui dérobe le portefeuille de Tintin qui se laisse faire. Les Dupondt qui refusent de s’engager sur le chemin dans cet album ont attaché leur porte feuille avec un élastique. Toute l’évolution de l’homme l’amène à passer de l’avidité égoïste à la fraternité. Tintin a cette qualité qui fait discerner chez le profane, le futur initié : il a le « cœur pur », expression fréquente en chevalerie traduisant la pureté des intentions. En termes différents il a le bon profil, c’est-à-dire un désintérêt pour la recherche effrénée de l’argent et du pouvoir.

C’est dans l’île noire, que Tintin sera initié en Ecosse, berceau de la F.M. Il subira les quatre épreuves classiques du feu, de l’air, de l’eau et de la terre. Tintin sera sauvé de la maison en flammes du docteur Muller, qui est un faux-monnayeur. Puis en poursuivant ce dernier, Tintin survivra à un crash aérien. Dans l’île noire, il échappera à la montée de la marée dans la caverne ou il s’est réfugié et en ressortira indemne pour terrasser le « dragon » Ranko. Il s’agit d’une véritable aventure initiatique puisqu’il risque sa vie à chacune de ces étapes. Notons que Tintin se retrouve en écossais après être tombé dans les épines de l’île noire. Il est le lys au milieu des épines, surnom de la vierge. Milou victime des chardons, est initié à l’ordre de St André du Chardon, saint patron de l’Ecosse et patron de l’Ordre de la Toison d’Or.

Le choc est fréquent chez Hergé. Il a une fonction d’éveil brusque qui fait changer de plan.Le choc physique ou mental court-circuite la conscience, et nous branche directement sur l’inconscient. Bas les masques ! En F.M. le choc est essentiel pour passer du monde profane au monde sacré. Les coups de maillet sonores du Vénérable et des deux Surveillants le rappellent aux F.M.

C’est dans l’album les 7 boules de cristal, que Tintin déjà initié va jouer le rôle de parrain du capitaine Haddock dans l’initiation au grade d’apprenti. Il est vrai que la farce cache le message.

Tintin n’hésite pas à forcer l’entrée interdite (au profane) pour rendre visite au général Alcazar dans sa loge car lui seul peut franchir le barrage et conduire son filleul.

Tintin guide Haddock sur les marches d’un escalier à vis, escalier que l’impétrant doit gravir lors de son initiation. En haut de l’escalier, se trouvent un panneau en forme de X, puis une porte à croix en X et un décor en X et une troisième porte en X.

Tintin cherche, demande et frappe comme dans le rituel maçonnique. Tintin frappe quatre coups et la porte s’ouvre sur le général Alcazar, lui-même F.M. qui fait mine de ne pas le reconnaître. Il a beau le dévisager, il ne reconnaît pas son ancien aide de camp. Ce n’est que par l’attouchement spécifique que la mémoire revient à Alcazar.

Hergé va traiter l’initiation de Haddock de façon très drôle. Le capitaine va avaler deux breuvages dont le premier est le breuvage d’amertume, breuvage de l’oubli, conformément au rite. Le futur initié, la vue masquée, le cou ceint d’une corde, oublieux de la notion du temps et de l’espace, fait ses voyages, parsemés d’embûches physiques, et épreuves psychiques.

Il est aidé par un maître, Tintin, qui vérifie que les voyages sont accomplis et surmontés avec courage. Au terme des passages symboliques par la terre, l’air, l’eau, et le feu, il découvre la lumière et reçoit son salaire au pied de la colonne des apprentis.

Hergé dessine la planche à bascule et les fenêtres grillagées typiques de la loge au grade d’apprenti.
Haddock fait son entrée sur la scène du théâtre de couleur bleue, tendue de rouge. Haddock trébuche et tombe dans la timbale, recouvrant la vue, ébloui par l’étoile flamboyante, entouré de ses frères.
Un des serments d’initiation est « j’ai mangé du tambour, et bu de la cymbale et j’ai appris le secret de la religion ». Le tambour, cette grande timbale est le symbole de la cuve d’airain qui se trouvait devant le temple près de la colonne jachin.

Nous n’aborderons pas aujourd’hui en détail dans cette planche au grade d’apprenti, l’album les 7 boules de cristal puisqu’en rentrant dans la villa aux murs verts et tapis verts de M. Bergamotte, nous pénétrons dans une loge verte de Saint André, après un sévère tuilage, décor d’une loge au grade de Maître. Il va s’y dérouler une initiation au troisième degré.

De même dans le Temple du Soleil, Haddock est initié au deuxième degré. Signalons que sur la couverture de l’album les 7 boules de cristal, est dessinée la table d’émeraude qui constitue le texte fondateur de l’alchimie ou Art royal.

Cet album correspond à l’œuvre au blanc, ou petit oeuvre, le Moi se réalise hors de toute tension intérieure, dans la paix avec les autres. Le temple du soleil correspond à l’oeuvre au rouge, ou grand oeuvre, c’est l’aboutissement de l’Homme transcendant les traditions, l’intégration du Soi, l’individu est en communion avec l’Univers.

Ces deux étapes suivent l’étape initiale, l’oeuvre au noir, correspondant à la remise en cause des conditionnements sociaux de l’individu.

Il est donc possible de mettre en parallèle les étapes de l’alchimie et celles d’autres initiations comme celle de la F.M. qui a gardé l’essentiel de la doctrine spirituelle. Toute initiation est une transformation psychique.
Les quatre albums centraux montrent la voie initiatique : la réalisation de l’Homme. Haddock-Tintin-Tournesol, « trois frères unys » en un héros. Tintin est celui qui agit, c’est la main. Haddock est celui qui ressent, c’est le cœur. Tournesol est celui qui pense, invente, c’est le cerveau. Que cherche ce héros ? A s’améliorer lui-même (Haddock), à vivre une spiritualité intense (Tournesol), à agir pour Le Bien , le Vrai, le Juste (Tintin).

Ce héros en trois s’oppose aux faux frères que sont Barnabé et les frères Loiseau. La secte, les pseudos initiations sont les dangers que côtoie Tintin. Pas de pitié pour les membres de la secte Kih-Osh, singerie de l’initiation véritable, mais du respect pour les hommes habités par la quête de la sagesse comme l’inca Huasca.

Hergé établit dans ses quatre albums centraux la construction suivante, constitutive de toute initiation : énigme + voyage + trésor. Hergé nous décrit une énigme : ou est le trésor de Rackham le rouge ? Ou a disparu Tournesol dans les 7 boules de cristal ?
Pour les F.M. l’énigme correspond à l’impétrant enfermé dans le cabinet de réflexion : que va-t-il m’arriver ? Que vais-je faire ?... Il n’y a pas d’initiation sans voyage. Ceux de Tintin présent dans 22 albums sur 24 symbolisent le seul grand voyage qui est intérieur, quête de la sagesse et de l’harmonie.

Le candidat F.M. effectue ses voyages dans le Temple , les yeux bandés du plus difficile au plus calme. Au bout du voyage, le trésor revêt plusieurs formes selon les cultures. Hergé nous montre le trésor de Rackham le rouge dans le château de Moulinsart et le trésor des Incas dans le temple du soleil. Notons que le château de Moulinsart est un lieu symbolique sacré, avatar du temple intérieur, reliant Tintin, Haddock et Tournesol dans la fraternité. Dans le trésor de Rackham le rouge, la crypte du château est agencée comme le temple F.M. c’est-à-dire un carré long avec les colonnes B. et J. et la porte à double battant. Haddock avec sa longue hallebarde ressemble au Maître des cérémonies et Tintin avec son épée, au Couvreur. Tournesol déjà Maître rentre rituellement.

Dans la F.M. le trésor est épuré : Le bandeau tombe du candidat, il découvre la Lumière ! les Frères accueillent leur nouveau frère avec chaleur et attention. Ce frère n’est plus le même car il a franchi victorieusement les épreuves.

De même Haddock n’est plus un marin ivrogne mais un châtelain. Il a mis du temps à tailler sa pierre brute, juguler son ivrognerie.

Le nouvel initié est accueilli comme un enfant dans certaines traditions afin de lui signifier une seconde naissance. La F.M. a gardé ce symbole de l’enfant né à une vie nouvelle. Quand on l’interroge, le jeune apprenti répond : « je ne sais ni lire, ni écrire, je puis qu’épeler... » Hergé reprend ce balbutiement chez certains de ces personnes comme le jeune Zorrino.

Il n’y a pas de véritable initiation sans secret. Tout nouvel initié fait le serment solennel de ne jamais révéler ce qu’il a vu et entendu pendant la cérémonie. Secret et initiation sont liés indissolublement. Ce qu’a découvert l’initié, c’est un trésor. Nos trois amis, Tintin, Haddock et Tournesol prêtent serment de ne jamais révéler le trésor des Incas.
Force est de constater qu’Hergé, alias Georges Remi est un parfait connaisseur du cérémonial F.M. mais aussi de la symbolique rosicrucienne, et de l’alchimie et de C.G. Jung. Il les a manifestement étudiés à fond pour les mettre en scène de façon si déguisée.

Bien sûr nous pourrions évoquer l’hypothèse qu’il ne s’agisse en définitive que d’une oeuvre banale d’un auteur innocent, soumise à notre délire d’interprétation.

Il faut rappeler qu’Hergé a écrit le secret de la licorne pendant la seconde guerre mondiale au moment où des F.M. se faisaient déportés sur dénonciation pour leur appartenance à la F.M. Dans cet album Les Dupondt recherchent la teinturie ou Aristide Filoselle a fait laver sa redingote dans la rue, sous l’enseigne Acacia. Être sous l’acacia c’est être F.M. en exercice dans une loge. Il faut un sacré courage pour signer cet album dans ce contexte.

Je préfère donc l’hypothèse suivante : Hergé est en réalité un Maître, qui déclarait d’ailleurs lors d’une émission de Jacques Chancel : j’ai réalisé l’individuation.

Nous n’avons fait ici qu’effleurer grâce aux auteurs Bertrand Portevin et Jacques Fontaine, l’œuvre secrète d’Hergé tant elle est riche en symboles. Cette oeuvre secrète permet d’éviter de donner des perles aux pourceaux, tout en transmettant de façon inaltérée le message divin. Enfin elle permet d’ensemencer le terreau de la jeunesse pour y faire croître le projet du G.A.D.L.U.

Désormais je ne pourrai plus lire un album d’Hergé sans me demander ce qu’il a bien voulu nous transmettre. Si l’on conserve cet état d’esprit, il peut nous permettre d’aborder notre propre vie, un peu comme un album d’Hergé à la recherche d’événements signifiants, porteurs de sens symbolique et qui nourrissent notre âme.

J’ai dit Vénérable Maître.

Source : www.ledifice.net

Lire la suite

Les différents Suprêmes Conseils en France

25 Décembre 2012 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #histoire de la FM

Suprême Conseil de France (1804/1821) souché sur la GLDF

Suprême Conseil du Rite Ecossais Ancien et Accepté (1804/1815) souché sur le GODF

Suprême Conseil Universel Mixte souché sur le Droit Humain (1899)

Suprême Conseil  pour la France  souché sur la GLNF (1965)

Suprême Conseil Féminin de France souché sur la GLFF (1972)

 

Lire la suite

Les Grands Prieurés Rectifiés en France

24 Décembre 2012 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #histoire de la FM

Le Grand Prieuré des Gaules (1935)

Le Grand Prieuré de France (1962)

Le Grand Prieuré Indépendant de France 

Le Grand Prieuré Indépendant des Gaules (1965)  

Les Grands Prieurés Unis des Trois Provinces (1974)  

Le Grand Prieuré Réformé et Rectifié d’Occitanie (1995)  

Le Grand Prieuré Rectifié de France (2001)  

Le Grand Prieuré Rectifié des Gaules (2012)

 

Ma connaissance du monde RER en France étant limitée, merci de me signaler si j’ai oublié un ou plusieurs Grands Prieurés, ou si j'ai fait des erreurs !

 

Lire la suite

Principes fondamentaux du RER

24 Décembre 2012 , Rédigé par GPRG Publié dans #histoire de la FM

Les trois lettres R.E.R désignent à la fois le Rite Ecossais Rectifié, rite maçonnique réformé et fixé lors du Convent des GAULES en 1778 et le Régime Ecossais Rectifié, qui est le plus ancien "système initiatique" complet, constitué lors du Convent de KOHLO en 1772, réformé lors du Convent des GAULES en 1778 puis adopté par toute l'Europe au Convent de WILHELMSBAD en 1782.

Le Régime Ecossais Rectifié fut mis en sommeil en France en 1828 et les dernières archives de la Vème Province de Bourgogne furent remises au Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie (GPIH) qui avait été créé par le Concordat d'indépendance approuvé par le Convent de BÂLE en 1779 et qui devint de ce fait, le "conservateur" du R.E.R. jusqu'en 1935, date à laquelle le GPIH vint à PARIS, pour y réveiller de façon définitive le R.E.R et restituer ses archives à la France.

Le Régime Ecossais Rectifié est un ordre initiatique chrétien, organisé en 3 classes :

* la Franc-Maçonnerie Rectifiée, réformée une première fois à DRESDE en 1754 avec la Stricte Observance par le Baron de HUND, puis codifiée et réformée une seconde fois à LYON par Jean-Baptiste WILLERMOZ, sur laquelle doivent être obligatoirement souchées les deux autres classes,

* un Ordre de chevalerie, l'ordre des CBCS (Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte) appelé aussi "Ordre intérieur" et qui administre également, par l'intermédiaire du Grand Directoire Ecossais de France, des loges temporaires appelées "loges vertes" en raison de la couleur de leurs décors, pour transmettre le 4ème grade de Maître Ecossais de Saint André,

* un Tiers-Ordre, appelé aussi "classe secrète", organisé en Collège Métropolitain de Profès et Grand Profès, ainsi qu'en Collèges particuliers, mais qui n'a aucune relation fonctionnelle ou hiérarchique sur les classes inférieures et qui ne recrute que par cooptation discrète.

La Dignité de Commandeur de la Cité Sainte (CCS) n'est pas un grade. Elle constitue l'Ordre d'Honneur du Régime Ecossais Rectifié et elle est décernée à des Chevaliers qui ont rendu des services éminents et désintéressés à l'Ordre. Il ne peut y avoir que 9 CCS, symbolisés par les 9 rais du bijou d'Ordre (crachat). Le plus ancien d'entre eux porte la Dignité de Grand-Croix de la Cité Sainte (GCCS) ad vitam et il est seul habilité à conférer la Dignité de CCS sur cooptation unanime de son Chapitre. Des Chevaliers CBCS méritants, en nombre non limité, peuvent se voir décerner la distinction de Gardien de la Cité Sainte (GCS) par le Chapitre de la Cité Sainte réuni sous l'autorité de son Grand-Croix.

Le RER bénéficie de deux documents historiques, exceptionnels de cohérence et de précision, pour ses règles de fonctionnement. Il s'agit :

* d'une part, du CODE MACONNIQUE DES LOGES REUNIES ET RECTIFIEES, adopté au Convent des Gaules en 1778, pour les loges bleues de Saint Jean et les loges vertes de Maîtres Ecossais de Saint André,

* d'autre part, du CODE GENERAL DE L'ORDRE DES CBCS, adopté au Convent de Wilhelmsbad en 1782 pour l'Ordre intérieur.

En vertu du Principe d'exclusivité territoriale, il ne peut exister qu'un seul Grand Prieuré souverain sur un territoire donné. Ce Principe est universellement admis et respecté, non seulement par les Grands Prieurés Rectifiés réguliers mais également par les Grands Prieurés de Knight Templars (KT) et de Knights of Malta (KM). Et seul un Grand Prieuré Rectifié souverain sur son territoire peut délivrer lettre-patente à une obédience maçonnique pour créer et consacrer de nouvelles loges rectifiées et leur délivrer une Charte de constitution leur permettant de pratiquer le RER et de vérifier la validité des rituels rectifiés utilisés par celle-ci.

Les Chevaliers CBCS travaillent en Commanderies, qui sont la cellule de base composée de 9 Chevaliers CBCS au plus et qui s'assemblent en Préfectures. Il faut au moins 3 Préfectures pour ériger un Grand Prieuré Rectifié souverain sur un territoire, administré par son Conseil National. L'organe de gouvernance est le GRAND CHAPITRE, où chaque Chevalier "a voix au chapitre", et qui comprend au complet 45 Chevaliers CBCS, le Grand Prieur élu n'étant que le "primus inter pares". Le respect des délibérations du Grand Chapitre est le "rempart pour se préserver du despotisme" comme le stipule le CODE DES CBCS et comme l'a maintes fois rappelé le GPIH, conservateur du RER depuis 1828.

Il est interdit expressément par le CODE RECTIFIE la constitution de Prieurés « in partibus » c’est-à-dire ne remplissant pas les conditions d’effectifs minimum de CBCS, de Commanderies et de Préfectures requis, afin d’éviter les dissidences et le fractionnement de l’Ordre. Et il n'est pas permis de créer un nouveau Grand Prieuré rectifié lorsqu'un Grand Prieuré rectifié, régulier et souverain préexiste sur un même ressort.

Les constitutions, élections, créations etc... ont lieu au cours des 9 fêtes de l'Ordre réparties selon le calendrier réformé. Les 6 fêtes des Protecteurs de l'Ordre sont réservées à l'Ordre intérieur : Saint Hugues, Saint Georges, Saint Jacques, Saint Bernard, Saint Michel, Saint André.

Les 3 seules fêtes appliquées par la classe maçonnique sont la Saint Jean Baptiste, la Saint Jean l'Evangéliste et la Fête du Renouvellement de l'Ordre.

Source : http://gprg.jimdo.com/principes-du-rer/

Lire la suite

Origine du GPRG

24 Décembre 2012 , Rédigé par GPRG Publié dans #histoire de la FM

Le 20 août 2012, en la fête de Saint Bernard de Claire Vallée, des Chevaliers CBCS réguliers français se sont réunis à LYON, Capitale des Gaules, et ont constaté que le territoire de France était vacant de tout Grand Prieuré Rectifié souché sur des loges RER régulières, depuis la date du 07 juillet 2012. En effet la juridiction du GPRF (Grand Prieuré Régulier de France) a choisi le 07 juillet de quitter la France et de se soucher sur des loges bleues du "Système de Zinnendorf", au sein du FreiMaurer Orden allemand. Or, le FreiMaurer Orden, si respectable soit-il, n'a jamais été une Puissance Rectifiée et n'est pas souverain en France.

Après avoir recueilli selon les anciens usages, l'avis du Collège Métropolitain des Profès Rectifiés, ces Chevaliers CBCS réunis à LYON en nombre et qualités suffisantes, se sont constitués en Commanderies, rassemblées en 3 Préfectures (Neustrie, Ligurie, Occitanie) et ont proclamé la Constitution du Grand Prieuré Rectifié des Gaules (GPRG), souverain en France et souché sur des loges RER régulières de France.

Cette constitution s'est faite conformément au Principe international d'exclusivité territoriale et en respectant scrupuleusement les règles de Constitution priorales du CODE GENERAL DE l'ORDRE DES CBCS, adopté au Convent des GAULES en 1778 et étendu à toute l'Europe au Convent de WILHELMSBAD de 1782. La proclamation a été faite en outre, en rappelant les prescriptions transmises par le Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie (GPIH) qui a restitué à la France ses Archives à NEUILLY en 1935... "pour un réveil définitif du RER en France".

Après la perte de reconnaissance de la GLNF par la Grande Loge Unie d'Angleterre le 12 septembre dernier, la réunion du Grand Chapitre du GPRG a été convoquée comme il se doit chaque année, le 29 septembre 2012 en la fête de la Saint-Michel à NEUILLY.

Compte-tenu de la situation d'éclatement maçonnique sans précédent et de l'absence présente d'obédience reconnue régulière par la GLUA, il a été proposé au vote des Chevaliers CBCS présents de soucher le GPRG sur toutes les loges RER de France constituées régulièrement et appartenant à toute obédience pratiquant le R.E.R de façon régulière, qui soit engagée dans la recomposition du paysage maçonnique français, en vue du retour à la reconnaissance de régularité par la Grande Loge Unie d'Angleterre (GLUA).

Le Grand Chapitre du GPRG a missionné son Grand Prieur, son Visiteur Général et son Grand Chancelier, élus pro-tempore dans l'attente du prochain Convent National, de prendre contact tous les 3 avec les Grands Maîtres de ces Obédiences, en vue de travailler à des accords de reconnaissance mutuelle et de préciser les modalités pratiques de leur coopération dans le respect de leur souveraineté réciproque et des CODES RECTIFIES.

Le Grand Chapitre réuni à NEUILLY a procédé ensuite au rétablissement du Grand Directoire Ecossais de France (GDEF) pour régir les loges de Maîtres Ecossais de Saint André (4ème grade du rite) et dont le Collège d'Officiers Maçonnique sera installé prochainement en la fête de la Saint André, selon les anciens usages et rituels RER authentiques.

Les principes d'accueil, d'ouverture et de reconnaissance sont les mêmes pour le Grand Directoire Ecossais de France que pour le Grand Prieuré Rectifié des Gaules, puisque selon le CODE GENERAL du Convent des Gaules de 1778, les loges de Maîtres Ecossais de Saint André sont dirigées par des Députés Maîtres inamovibles, qui ne sont autres que des Commandeurs élus dans l'Ordre intérieur.

En fonction des circonstances et de l'évolution de la situation en France, le Grand Directoire Ecossais de France pourra passer des accords soit avec des Directoires particuliers ou des Régences Ecossaises relatifs à chaque Obédience maçonnique régulière. C'est ce que fit en son temps, Jean-Baptiste Willermoz avec la Grande Loge des Maîtres Réguliers de LYON et avec le Grand Orient lorsque celui-ci travaillait encore à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.

Il est par ailleurs rappelé que le CODE MACONNIQUE DES LOGES RECTIFIEES du convent des Gaules de 1778, concerne l'ensemble des 4 grades rectifiés de la maçonnerie de métier. Conformément à l'Acte d'Union de 1813 entre les Grandes Loges anglaises des Anciens et des Modernes, autorisant la pratique de l'Arche Royale comme 4ème grade complémentaire au grade de Maître au sein de la Grande Loge Unie d'Angleterre, le Grand Directoire Ecossais de France s'engage à aider et à favoriser toute disposition en ce sens pour le 4ème Grade de Maître Ecossais de Saint André au sein des nouvelles Obédiences françaises, sans exclusive ni obligation cependant, comme ce fut le cas en 1935 lors du réveil définitif du Régime Ecossais Rectifié en France par le GPIH (Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie).

 Source : http://gprg.jimdo.com/origine-du-gprg/

Lire la suite

Grand Prieuré Rectifié des Gaules : une refondation devenue nécessaire

24 Décembre 2012 , Rédigé par GPRG Publié dans #histoire de la FM

La fin du XXème siècle a vu un grand nombre de dérives se produire dans les ordres initiatiques, qui se sont traduites souvent par des modifications statutaires fantaisistes et néfastes. Ainsi la transformation du GPDG en "Grand Prieuré des Ordres Unis" aboutissait à la crise de 2000 et à sa perte de reconnaissance par la GLNF (Grande Loge Nationale Française) puis par tous les Grands Prieurés Réguliers du monde, suite à son accord d'intervisite avec les loges du Grand Orient de France acceptant la mixité en loge et sa transformation ultime, en petite obédience maçonnique multi-rites et multi-grades non reconnue.

La GLNF remplaçait alors ex-abrupto ce "GPDG-Ordres Unis" par 2 associations distinctes, créées elles-mêmes ex-nihilo, d'une part le DNLERF (Directoire National des Loges Ecossaises Régulières de France) et d'autre part, le GPRF (Grand Prieuré Régulier de France).

Dix ans après, la GLNF à son tour, entrait dans une grave crise statutaire qui conduisait à l'élaboration d'un "livre blanc" et au besoin d'une Refondation qui redonne la souveraineté aux loges. Ainsi se constituait la Grande Loge de l'Alliance Maçonnique Française, (GL-AMF) consacrée à TOURS, le 28 avril 2012.

De même, était publiée en date du 25 septembre 2012, la création de la Grande Loge indépendante de France (GLIF) pour regrouper des Loges constituées elles-mêmes en associations du même type et se disant « Grande Loge souveraine pour les grades du Métier dans les rites cérémoniels autres que le Rite Ecossais Ancien et Accepté...» dont notamment, le Rite Ecossais Rectifié.

La GLIF et la GL-AMF sont engagées officiellement, de même que la GLDF (Grande Loge de France) dans le travail de recomposition du paysage maçonnique français, après la perte par la GLNF de sa reconnaissance par les 5 grandes loges européennes (Allemagne, Suisse, Belgique, Autriche, Luxembourg) en juin 2012, puis par les deux autres Grandes loges britanniques en Juillet 2012 (Ecosse, Irlande), en prémisse du retrait définitif de reconnaissance de la GLNF par la GLUA (Grande Loge Unie d'Angleterre) le 12 septembre 2012.

En parallèle, après des hésitations longues et difficiles à comprendre, le GPRF donnait des consignes de démissions de la GLNF ou de ralliement contradictoires, puis décidait de quitter la France le 07 juillet 2012, pour se soucher sur une obédience allemande, aussi respectable soit-elle, mais qui n'a aucune légitimité sur le R.E.R (Rite Ecossais Rectifié) et qui n'a jamais constitué une Puissance Rectifiée, d'autant plus que son fondateur, le dissident Zinnendorf, l'a toujours combattu...

Les membres de ce GPRF se retrouvent désormais souchés sur des loges qui ont fait acte d'obédience au FreiMaurer Orden, qui sont désormais inscrites sous sa matricule et qui doivent obligatoirement ouvrir leurs travaux "sous les auspices du FreiMaurer Orden"...

Devant tant de confusions, un deuxième « Livre blanc rectifié » circulait fin juin 2012 et appelait à une Refondation en France, d'un vrai Grand Prieuré Rectifié souverain qui soit souché sur des loges rectifiées régulières, qu'elle qu'en soit pour l'heure, l'obédience d'appartenance.

En effet, la situation actuelle d'éclatement sans précédent, fait qu'il y a des loges RER régulièrement constituées qui se retrouvent au sein de multiples obédiences travaillant, dans le cadre de la recomposition du paysage maçonnique français, au retour à la reconnaissance de leur régularité par la Grande Loge Unie d'Angleterre : c'est le cas notamment de la GL-AMF, de la GLIF ou même encore la GLDF dont certaines loges peu nombreuses certes, travaillent encore au R.E.R mais sans pouvoir le faire au-delà du 3ème grade, depuis qu'elles ont rallié la GLDF en 1958 et bien qu'elles soient les héritières légitimes de la Grande Loge Rectifiée créée à NEUILLY en 1935. Et cette liste n'est pas limitative.

Le « Livre blanc rectifié » s'attache notamment à redonner la souveraineté aux Commanderies et à respecter la gouvernance du Grand Chapitre dans le respect des CODES RECTIFIES pour se "préserver de tout despotisme" et comme l'a toujours demandé le GPIH (Grand Prieuré Indépendant d'Helvétie). Le GPIH, conservateur du RER depuis 1828, a maintes fois rappelé que seules des Commanderies assemblées en 3 Préfectures minimum peuvent ériger un Grand Prieuré Rectifié régulier, légitime et souverain sur un territoire, qui à son tour, a seul le pouvoir d'autoriser par Traité, une obédience maçonnique de son ressort à délivrer des Chartes pour fonder de nouvelles loges maçonniques au R.E.R. et à valider les rituels rectifiés utilisés.

C'est en plein mois d'août 2012, que ce deuxième travail de Refondation a été entrepris par un groupe de Chevaliers CBCS généreux, aux qualités et au nombre requis, ayant tous entre 20 et 30 ans de maçonnerie rectifiée et soucieux seulement de rebâtir ce qui a été ébranlé, pour transmettre aux jeunes générations, dans la transparence, la légitimité et l'authenticité, ce joyau de fraternité et de bienfaisance, que doit être le R.E.R...

Source : http://gprg.jimdo.com/

Lire la suite