Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles avec #eglise catholique et fm tag

Catholique et Franc-Maçon : 2 engagements complémentaires chez moi

20 Avril 2012 , Rédigé par Jacques Ashmole Publié dans #Eglise catholique et FM

Nombreux sont mes amis catholiques à me dire : "il faut être athée pour être franc-maçon". La loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, ainsi que la propagande et le dogmatisme du Grand Orient de France, sont manifestement passés par là...

Je leur réponds que non ! Bien au contraire, la Franc-Maçonnerie régulière et traditionnelle demande à ses membres la croyance en un Grand Architecte de l'Univers. Elle laisse donc à ses membres la liberté de leur religion. Pour un chrétien, le Grand Architecte de l'Univers c'est Dieu.

Historiquement la Franc-Maçonnerie spéculative a été fondée en 1717 par un pasteur : Jean-Théophile Désaguliers, et ses Constitutions ont été compilées par un autre pasteur du nom d'Anderson. On peut penser que leur voeu le plus cher, dans un premier temps, était de rassembler dans une même fraternité tous les chrétiens (anglicans, réformés et catholiques). Puis cette idée de rassemblement s'est étendue avec le temps à tous les croyants.

La Franc-Maçonnerie spéculative s'inspire de la Franc-Maçonnerie opérative (les batisseurs de cathédrales) qui était chrétienne, et a été fondée par des chrétiens pour rassembler dans un même lieu tout d'abord les chrétiens, puis tous les croyants (juifs, musulmans, hindouistes, bouddhistes,shintoïstes...).

les deux principaux moteurs de la Franc-Maçonnerie sont donc la croyance en un grand architecte de l'univers et l'amour entre les hommes. L'amour et la fraternité sont les valeurs intangibles de cette honorable et vieille Institution.

La Franc-Maçonnerie traditionnelle est une fraternité d'hommes voulant mettre en application le 1er commandement du Christ : l'amour. Elle cherche à améliorer ses membres en cultivant en loge la Vertu et interdit tout ce qui les sépare (métaux, politique et religion).

Dés lors cette fraternité n'a pas une doctrine inconciliable avec celle de l'Eglise catholique. L'opposition de l'Eglise romaine à la Franc-Maçonnerie est vraisemblablement due à des raisons plus politiques et hégémoniques que morales et spirituelles.

L'Eglise romaine a toujours eu des difficultés pour accepter ce qu'elle ne contrôle pas. Il en fut de même par exemple avec le scoutisme à la fin du XIXème siècle : elle interdisait à ses fidèles de mettre leurs enfants chez les scouts; ces associations de jeunes venues d'Angleterre, un pays hostile au Pape, lui semblaient suspectes.

Sur un plan plus juridique que religieux, certains croyants intégristes rappelleront que de nombreuses bulles papales ont condamné la Franc-Maçonnerie. Le canon 2335 du Code de droit canonique du 20 mai 1917 dispose que "les catholiques affiliés à la Franc-Maçonnerie ou d'autres associations du même genre intriguant contre l'Eglise ou les pouvoirs civils légitimes, encourent "ipso facto" l'excommunication réservée au siège apostolique".

Le 23 janvier 1983, un nouveau Code de droit canonique est paru. Le canon mentionnant la Franc-Maçonnerie a disparu. Un nouveau Canon, le 1374, dispose que : "Qui s'inscrit à une association qui conspire contre l'Église sera puni d'une juste peine ; mais celui qui y joue un rôle actif ou qui la dirige sera puni d'interdit."

Le corpus législatif du Vatican est donc clair : sont excommuniés les catholiques qui complotent contre l'Eglise. La Franc-Maçonnerie régulière et traditionnelle n'en fait donc pas partie. Les plus farouches opposants à la Maçonnerie ajoutent tout de même qu'à l'initiative du Cardinal Joseph Ratzinger (l'actuel Pape Benoit XVI), le 26 novembre 1983, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a déclaré l'appartenance à la Franc-Maçonnerie et à l'Eglise romaine incompatible. Ce n'est là ni plus ni moins qu'un appel du pied à l'aile plus intégriste de l'Eglise catholique.

Tout juriste vous répondra que "ne compte que la loi et seulement la loi". Or le canon 1374 du Code de droit canonique promulgué par Jean-Paul II n'a jamais été modifié. La Franc-Maçonnerie n'est donc plus mentionnée dans le Droit Canonique. Elle ne l'est plus que dans des textes ou déclarations qui n'ont pas de portée législative particulière, hormis le fait que celui qui a prononcé l'incompatibilité est actuellement Pape.


Cette modification du Droit canonique est issu des nombreux dialogues entre dignitaires maçons et catholiques. Après la Seconde Guerre Mondiale de nombreux prêtres ont oeuvrés pour un rapprochement entre le Vatican et les Francs-Maçons.

C'est notamment une partie de l'oeuvre du Pére Riquet, un jésuite qui avait résisté et fut déporté à la fin de la Guerre. Lors de sa déportation il a sympathisé avec des juifs, des communistes et des franc-maçons.

Voici également le faire-part de décés de l'abbé Jean-Claude DESBROSSE paru dans le carnet du jour du Figaro du 9 décembre 1999. Il n'est pas rare de croiser un prêtre en Franc-Maçonnerie. Ce prêtre, qui avait reçu l'autorisation de son évéque, y mentionne ostensiblement tous ces titres maçonniques :

« Autun. »

« On nous prie d'annoncer le retour à l'Orient éternel de l'abbé Jean-Claude DESBROSSE, prêtre du diocese d'Autun, Châlon et Mâcon. »

« La messe de funérailles a été célébrée le samedi 4 décembre, en la cathédrale d'Autun. »

« En vertu d'une autorisation accordée en 1980 par l'autorité ecclésiastique, l'abbé Desbrosse était membre, depuis cette date, de la Grande Loge Nationale Française. Il est entré au souverain grand comité de cette obédience en 1994. Il fut membre, plus spécialement des respectables loges suivantes : Atlas 171 (Neuilly), Gislebertus 478 (Autun), Trafalgar 223 (Edimburgh). Il fut également dignitaire de la Grande Loge des maîtres maçons de marque de France, membre de la loge de marque Augustodunum 28 (Autun). Il fut aussi dignitaire des grands chapitres de la Sainte et Royale Arche de Jérusalem de France, d'Ecosse et de l'Etat d'Israël. Il était encore membre du grand prieuré d'Ecosse des chevaliers du Temple et de Malte. Cependant, c'est dans l'ordre Royal d'Ecosse qu'il trouva ses plus grandes joies maçonniques. Il se recommande à la prière de ses frères, compagnons et chevaliers. »

Voici ce qu'en dit l'Express : Ce personnage a été prêtre et franc maçon…Initié à la Grande Loge Nationale Française, le père Desbrosse est decédé voilà bientôt dix ans, le 9 décembre 1999. Outre ses fonctions de responsable des voyages au sein de l’évéché, l’abbé Debrosse était un « illustre frère », appartenant à plusieurs loges, ayant lui même gravi les hauts grades de la Franc Maçonnerie.

Il avait reçu l’accord de l’évêque du diocése Monseigneur Albert Le bourgeois pour étre admis en Franc maçonnerie, dans une obédience « déiste » d’ailleurs

Enfin, vous trouverez également sur le site http://www.croire.com/ une réponse à la compatibilité catholique et franc-maçon:

http://www.croire.com/article/index.jsp?docId=2268101&rubId=187


Voici un passage qui m'a convaincu :

"Éric s’affronte ici à un jugement de fait qui appelle autant de discernement qu’un jugement de valeur. À propos des faits, Blaise Pascal soulignait, dans sa 18e lettre provinciale, qu’il fallait s’en remettre aux constats de ceux qui y sont allés voir : «D’où apprendrons- nous la vérité des faits ? Ce sera des yeux, mon Père, qui en sont les légitimes juges» (2). Il faudrait donc que j’aille voir, pense Éric, ou me fier aux témoignages de mon ami, ou des journaux, ou des maçons déçus, car il y en a certainement, ou des autres qui y trouvent ce qu’ils cherchent. Cette pensée fit surgir une nouvelle question : qu’est-ce que j’irais voir parmi les maçons, que je ne trouve pas dans ma religion? A priori rien, puisque la Franc-maçonnerie n’est pas une religion. Éric reste cependant tenté. Car son christianisme marqué par le MCC se vit dans le monde, non pas un monde choisi et séparé, mais le monde tel qu’il est, et qu’il lui faut aimer à la manière du Christ.

 

Reste l’autorité des pasteurs de l’Église. Cette autorité est nécessaire dans toute organisation, admet Éric. «Il existe une justice maçonnique comme il existe des tribunaux ecclésiastiques, confirme l’ami maçon, car ce qui engage le corps ne peut être aissé à l’arbitraire de chacun.» Pourquoi alors, pense Éric, ne pas m’en remettre à la décision du pontife romain ? Ce qui le conduisait, à regret, à refuser la perche tendue par son ami franc-maçon. Mais un scrupule jaillit en lui, venu de la doctrine de l’Église, traditionnelle depuis saint Thomas d’Aquin, et qui établit le primat de la conscience : «Lorsque la conscience persiste dans son jugement (contraire à celui de l’autorité) après un examen suffisant et des efforts convenables, non seulement elle n’est pas coupable, mais nous avons le devoir de la suivre» . De quoi plaire aux francs-maçons! se dit-il."

Je terminerai sur cette phrase de Saint-Jean qui dans sa 1re Epître, nous indique : "Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère est encore dans les ténèbres. Celui qui aime son frère, demeure dans la lumière, et il n'y a en lui aucun sujet de chute. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres; il marche dans les ténèbres, sans savoir où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux.

source : http://jacquesashmole.blogspot.fr

Lire la suite

Catholique et Franc-Maçon

20 Avril 2012 , Rédigé par Henri BRINCARD Publié dans #Eglise catholique et FM

- Au cours des dernières décennies, la Congrégation pour la doctrine de la foi a rappelé aux catholiques que l’appartenance à un mouvement maçonnique était contraire à la foi chrétienne. J’aimerais savoir pourquoi toutes ces réserves face à la Franc-maçonnerie. ?

Votre question est courageuse. Avant d’y répondre, je voudrais faire, en guise de préliminaire, les remarques suivantes :

1) Il arrive que les hommes soient bien meilleurs que les doctrines auxquelles ils adhèrent. Il faut s’en souvenir lorsque nous rencontrons des francs-maçons. En revanche, c’est toujours le contraire qui se produit lorsqu’il s’agit de l’Evangile. L’Evangile est plus grand que celui qui le professe. Nous comprenons dès lors pourquoi la première vertu chrétienne est celle de l’humilité.

2) Au cours d’un dialogue, il convient de rejoindre le cœur profond de son interlocuteur. Dans ce cœur, en effet, il y a des aspirations qu’une fausse doctrine ignorera. C’est encore le cas des francs-maçons.

3) Les origines historiques de la franc-maçonnerie sont obscures. Dans le cadre de notre émission, je ne puis m’attarder sur elles. Pour éclairer mon propos, il suffit de dire que la franc-maçonnerie, telle qu’elle apparaît au début du 18ème siècle, ne peut revendiquer sérieusement une filiation avec certaines corporations médiévales, par exemple, avec celle des tailleurs de pierres. De telles corporations, en effet, étaient d’inspiration chrétienne. Or les constitutions d’Anderson de 1723, texte de référence pour tous les francs-maçons, ne comportent plus la moindre référence au Dieu révélé en Jésus Christ, révélation reçue, gardée et transmise par l’Eglise fondée sur les apôtres envoyés par le Ressuscité prêcher au monde l’Evangile du Salut. Un orfèvre en la matière, Jacques Mitterrand – qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme célèbre, François Mitterrand, l’affirme nettement dans un livre où il explique les principes fondamentaux de la franc-maçonnerie.

Et maintenant, j’en viens à la question souvent posée : « Peut-on être catholique et franc-maçon ? » Je réponds clairement : non ! La déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi, déclaration engageant fortement l’autorité de l’Eglise, est sans ambiguïtés sur ce point. Elle est du 26 novembre 1983, signée par le cardinal Ratzinger, préfet de cette Congrégation et dit ceci : « On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé étant donné que dans le nouveau code canonique, il n’en est pas fait mention expresse comme dans le Code antérieur. Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due aux critères adoptés dans la rédaction qui a été suivie aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont incluses dans des catégories plus larges.

Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure inchangé parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion. Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature de ces associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci-dessus.

Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal Préfet a approuvé cette déclaration ». Cette déclaration a été précédée par une autre, non moins claire, cette fois de la conférence épiscopale allemande. Faite en 1981, elle est cependant peu connue. C’est pourquoi j’invite mes auditeurs à la lire dans » la Documentation catholique » (n°18O7). On y développe longuement l’incompatibilité fondamentale entre la doctrine de la maçonnerie et les enseignements de l’Evangile.

- Et qu’en disent les francs-maçons ?

La franc-maçonnerie reconnaît elle-même cette incompatibilité. J’en veux pour preuve ce que dit à ce sujet Paul Gourdeau, ancien grand maître du Grand Orient de France. Ecoutons son message : « Ce qu’il est aujourd’hui important de comprendre c’est que le combat qui se livre actuellement conditionne l’avenir, plus encore le devenir de la société.

Il repose sur l’équilibre de deux cultures : l’une fondée sur l’Evangile et l’autre sur la tradition historique d’un humanisme républicain. Et ces deux cultures sont fondamentalement opposées : ou la vérité est révélée et intangible d’un Dieu à l’origine de toute chose ou elle trouve son fondement dans les constructions de l’Homme toujours remises en question parce que perfectibles à l’infini. De cette bataille perpétuelle recommencée avec vigueur depuis quelques temps, Malraux disait hier que le 21ème siècle serait religieux ou ne serait pas. C’est à cette affirmation, c’est à ce défi qu’il nous appartient de répondre. » ( » Humanisme » n°193, octobre 1990).

Faire dire à la franc-maçonnerie ce qu’elle n’a jamais pensé, c’est à l’évidence faire preuve d’une naïveté nourrie d’ignorance, c’est confondre sentimentalisme et générosité. Mais Gustave Le Bon ne disait-il pas déjà : » Beaucoup d’hommes sont doués de raison, très peu de bon sens

- Sur quels points s’opposent l’Eglise catholique et la Franc-maçonnerie ?

J’en vois trois principaux :

A) La franc-maçonnerie prône le relativisme doctrinal. Autrement dit les vérités profondes concernant l’homme et sa destinée ne peuvent être connues avec certitude. A ce sujet, il n’y a donc ni vérité définitive ni vérité universelle. Le croyant, au contraire, affirme : » Jésus Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie. » Mais le croyant authentique ajoutera aussitôt : » Si en Jésus Christ, j’atteins la vérité, cette vérité, je la reçois ; ensuite je suis appelé à la connaître toujours plus ; enfin, ce que j’en connais, je ne le mets pas suffisamment en pratique. C’est pourquoi connaître la Vérité ne signifie pas la posséder, c’est bien plutôt Elle qui me possède ! » Voici quelques conséquences de ce relativisme doctrinal :

a) La connaissance de l’Etre suprême est une connaissance si générale que tout homme peut se faire un dieu selon son idée. » Le grand architecte de l’univers » – comme on appelle Dieu dans la tradition maçonnique – est quelque chose d’indéfini, ouvert à toute compréhension. Autrement dit, chacun peut y introduire sa représentation de Dieu, le chrétien comme le musulman, le confucianiste comme l’animiste ou le fidèle de n’importe quelle religion. Pour le franc-maçon, » le grand architecte de l’univers » n’est pas un être au sens d’un Dieu personnel. C’est pourquoi, il suffit d’une » vive sensibilité religieuse » pour reconnaître son existence. Cette conception d’un Etre suprême, trônant dans un éloignement déiste, veut, bien entendu, saper à la base la foi catholique en Dieu et rendre vaine toute réponse de l’homme à Celui qui se révèle comme un Père plein d’amour et de miséricorde.

b) La franc-maçonnerie, d’une manière générale, refuse jusqu’à la possibilité d’une révélation divine. Certaines obédiences soutiennent que l’intelligence humaine peut affirmer l’existence de l’Etre suprême. Mais aucun franc-maçon n’acceptera jamais que Dieu ait parlé aux hommes, leur donnant une lumière venant des profondeurs de son Amour, une lumière confiée à l’Eglise pour être transmise fidèlement à tous les hommes.

Ajoutons que lorsque une révélation divine est considérée comme acceptable, une telle révélation ne passe en aucun cas par un magistère ecclésial. Elle est livrée à l’appréciation subjective de chacun. Il faut surtout souligner que la franc-maçonnerie verse dans un rationalisme typique du » Siècle des Lumières. » Un tel rationalisme est une infirmité intellectuelle. En effet, quiconque cherche la vérité, l’aime pour elle-même, sans jamais prétendre qu’elle provient de la seule raison humaine. Si la vérité attire seulement en tant que mesurée par l’homme, cette attraction ne cache-t-elle pas un grand orgueil ?

c) La franc-maçonnerie n’admet aucune morale objective et donc universelle. Selon un franc-maçon que je cite : « La morale est essentiellement contingente. Elle évolue ». Nous saisissons mieux aujourd’hui les conséquences funestes d’un tel scepticisme.

B) La franc-maçonnerie refuse toute idée de salut. L’homme se construit par lui-même. Il n’a pas besoin de Dieu pour changer son cœur et trouver le bonheur. Il en va autrement pour le croyant. La foi lui découvre qu’en Jésus Christ, Dieu est venu parmi les hommes pour les sauver. » Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a envoyé son Fils ». Ce salut consiste en une délivrance. C’est un salut de tout l’homme, proposé à tout homme. Jésus Christ sauve en particulier la liberté humaine, abîmée par le péché. Mais en Jésus Christ, la vie divine est aussi communiquée : c’est une vie de lumière et d’amour que « l’œil n’a pas vue et que l’oreille n’a pas entendu ». L’homme est appelé à entrer en communion avec la Trinité divine. Autrement dit Jésus comble et même dépasse les aspirations les plus profondes du cœur humain.

L’opposition farouche de la maçonnerie au salut apporté en Jésus Christ, me fait penser à cette réflexion d’un grand écrivain de notre temps : « Le plus impressionnant aujourd’hui n’est pas que l’homme fasse le mal, c’est-à-dire se détruise et détruise les autres. Le plus effrayant est que l’homme veuille se passer de Dieu pour faire le bien ». Pierre Simon, ancien Grand Maître de la Grande loge, le dit à sa manière : » L’homme est le point de départ de tout chose et de toute connaissance, il est sa propre référence. Seul aujourd’hui, il peut dire ce qui est bon pour l’homme. »

C) Le secret maçonnique est quelque chose que l’Eglise n’a jamais accepté.

Sur ce point, il n’est pas nécessaire d’affabuler : l’existence de ce secret, reconnue par les francs-maçons eux-mêmes, porte gravement atteinte à la dignité de la personne humaine. Le secret maçonnique, en effet, empêche l’homme de s’engager consciemment et librement.

Evoquons brièvement quelques aspects de ce secret : un maçon n’a pas le droit de révéler à un » profane » l’identité de ses frères ; tout au plus peut-t-il – s’il le juge utile – déclarer son appartenance à la franc-maçonnerie.

Il ne peut pas non plus divulguer le contenu de certains travaux auxquels il a pris part au sein de son atelier ni faire connaître aux frères de grades inférieurs les mots de passe, signes ou symboles propres à son grade. Enfin, il existe un secret spécial, fruit d’une initiation aux formes douteuses. L’initiation est censée conduire à une révélation intérieure illuminant celui qui en est l’objet au fur et à mesure qu’il avance sur la voie de la connaissance.

A sa manière la franc-maçonnerie est donc une gnose » au nom menteur » (saint Irénée) avec une dimension occultiste très inquiétante. Ajoutons que les hauts gradés de la franc-maçonnerie présents dans une loge de la base ne révèleront jamais aux membres de cette loge leur » dignité ». On a pu dire à juste titre que la franc-maçonnerie est une » superposition de loges secrètes « .

- Pourtant, certains se revendiquent d’une double appartenance : à l’Eglise et à la Franc-maçonnerie ?

Je suis bien conscient que ce que je viens de dire ne plait pas à tout le monde. Je n’ignore pas non plus qu’un illustre jésuite, le père Riquet – pour ne pas le nommer – a défendu une position différente de celle de l’Eglise. Il l’a même fait connaître dans un livre publié peu de temps avant son décès. A titre personnel, j’ai de l’estime pour le père Riquet.

Je rends hommage à son courage pendant la deuxième guerre mondiale. C’est sans doute, un religieux exemplaire sous beaucoup de rapports. Mais à propos de la franc-maçonnerie, il s’est gravement trompé, probablement abusé par des amitiés nouées en des circonstances difficiles et par une bonne dose de naïveté. A ce propos, il est salutaire de se souvenir que si instruits que nous soyons, nous demeurons fragiles, exposés à de nombreuses erreurs. Un lecteur attentif découvre sans peine que le père Riquet fait preuve de beaucoup de crédulité, par exemple, lorsqu’il affirme que le symbolisme de la franc-maçonnerie peut conduire à la découverte de Jésus Christ !

En revenant à votre question initiale, je tiens à ajouter que les évêques, et moi le premier, nous sommes la voix de l’Eglise dans la mesure où nous agissons en communion les uns avec les autres autour du » serviteur des serviteurs » qu’est le pape. La déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi est une déclaration qui doit éclairer notre action pastorale.

- Après tout ce que vous venez de nous dire, Père évêque, quelle attitude avoir à l’égard des francs-maçons ?

Ma réponse est celle-ci : la franc-maçonnerie constitue un défi qu’il faut relever sereinement et courageusement. Certes, il ne faut pas exagérer l’influence de la franc-maçonnerie ; il ne faut pas, non plus, la sous-estimer. L’attitude d’un catholique agissant en cohérence avec sa foi, doit, me semble-t-il, être la suivante : d’abord la clairvoyance. Cela signifie connaître avec exactitude les véritables objectifs que poursuit la franc-maçonnerie. Ensuite, le désir d’approfondir sans cesse la foi chrétienne. L’ignorance est le grand ennemi de la foi. Enfin, la résolution de suivre de plus en plus fidèlement Jésus Christ. L’exemple est plus convaincant que la seule parole.

Et voici le mot de la fin : notre vraie force est de prendre appui sur Jésus Christ. Lui seul peut changer les cœurs. C’est pourquoi, autant il faut combattre la franc-maçonnerie en rappelant qu’elle est une forme particulièrement nocive de » gnose « , autant il faut poser sur les francs-maçons un regard d’espérance, regard né d’une authentique charité, car » rien n’est impossible à Dieu » !

+ Henri BRINCARD Evêque du Puy-en-Velay

Source : www.chretiente.info

Lire la suite

Franc-Maçonnerie et Eglise catholique : les textes..

19 Janvier 2010 Publié dans #Eglise catholique et FM


Encyclique de s. s. Clément XII à tous les fidèles de Jésus Christ, Salut et Bénédiction Apostolique, du 28 Avril 1738.
"In eminenti"..........
.........Nous défendons sérieusement et en vertu de la sainte obéissance, à tous et à chacun des fidèles de Jésus-Christ, de quelque état, grade, condition, rang, dignité et prééminence qu'ils soient, laïques ou clercs, séculiers ou réguliers, méritant même une mention particulière, d'oser ou de présumer, sous quelque prétexte, sous quelque couleur que ce soit, d'entrer dans les dites sociétés de Francs-Maçons ou autrement appelées, ou de les propager, les entretenir, les recevoir chez soi ;.....

Encyclique de s.s. Benoît XIV du 16 Mars I751
"Providas"
..Nous,........avons décrété de confirmer par les présentes, la susdite constitution de Notre prédécesseur, insérée mot à mot, dans la forme spécifique, qui est la plus ample et la plus efficace de toutes, comme Nous la confirmons, corroborons, renouvelons de science certaine et de la plénitude de Notre autorité apostolique, par la teneur des présentes, en tout et pour tout, comme si elle était publiée de Notre propre mouvement, de Notre propre autorité, en Notre propre nom, pour la première fois ; voulons et statuons qu'elle ait force et efficacité à toujours.

Edit du Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat de s.s. Pie VII, du 13 Août 1814.
Par ces dispositions on entend dire que, pour ce qui regarde la foi interne et les peines ecclésiastiques encourues par ces malheureux qui, pendant le laps de temps qui vient de s'écouler, auraient eu ou auraient à l'avenir, le malheur de faire partie, en quelque manière que ce soit, des agrégations et réunions maçonniques sus-désignées, Sa Sainteté les soumet entièrement et sans exception , aux peines et réglementations statuées par les constitutions susdites de ses prédécesseurs...

Lettre Encyclique de s.s. Pie VII, du 13 Septembre 1821.
" Ecclesiam a Jesu Christo"
.....Nous sommes aussi frappé de l'exemple de Nos prédécesseurs, d'heureuse mémoire, Clément XII et Benoît XIV, dont l'un, par sa constitution "In eminenti" du 28 Avril 1738, et l'autre, par sa constitution "Providas" du 18 Mai 1751, condamnèrent et prohibèrent la société "De'Liberi Muratori" ou des Francs-Maçons, ou bien les sociétés désignées par d'autres noms, suivant la différence des langues et des pays, sociétés qui ont peut-être été l'origine de celle des Carbonari ou qui certainement lui ont servi de modèle
Plût à Dieu que ceux qui avaient le pouvoir en main eussent su apprécier ces décrets autant que l'exigeait le salut de la religion et de l'Etat !

Lettre apostolique de s.s. Léon XII, du 13 Mars 1826.
"Quo graviora"
.........Plût à Dieu qu'ils eussent été convaincus qu'ils devaient voir dans les Pontifes Romains, successeurs de saint Pierre, non seulement les pasteurs et les chefs de l'Eglise catholique, mais encore les plus fermes appuis des gouvernements et les sentinelles les plus vigilantes pour découvrir les périls de la société ! Plût à Dieu qu'ils eussent employé leur puissance à combattre et à détruire les sectes dont le Siège Apostolique leur avait découvert la perfidie ! Ils y auraient réussi dés lors ; mais, soit que ces sectaires aient eu l'adresse de cacher leurs complots, soit que, par une négligence ou une imprudence coupable, on eût présenté la chose comme peu importante et devant être négligée, les Francs-Maçons ont donné naissance à des réunions plus dangereuses encore et plus audacieuses.
On doit placer à leur tête celle des Carbonari, qui paraîtrait les renfermer toutes dans son sein, et qui est la plus considérable en Italie et dans quelques autres pays. Divisée en différentes branches et sous des noms divers, elle a osé entreprendre de combattre la religion catholique

Lettre encyclique de s.s. Pie IX du 9 Novembre 1846 à tous les Patriarches, Primats, Archevêques et Evêques.
" Qui pluribus "
( Note hors texte : Bien que cette encyclique ne mentionne pas explicitement la Franc-Maçonnerie, elle est insérée dans le corps du livre parceque s.s. Pie IX la cite comme faisant partie intégrante des enseignements des papes sur la Franc-Maçonnerie, dans sa propre encyclique " Quamquam dolores " du 29 Mai 1873 ).
Une déclaration de la Sacrée Pénitencerie, le 21 Septembre 1850, fixe l'extension des Bulles pontificales portées contre les Sociétés de ce genre(Old Fellows, Sons of temperance, Knights of Pythias), :
"Les Associations qui professent ne rien comploter contre la religion ou l'Etat et néanmoins forment une société occulte confirmée par le serment, sont comprises dans ces Bulles".
Le Dictionnaire d'Apologétique commente(p.127) : Il n'existe en effet, d'après le droit naturel et le droit divin révélé, que deux sociétés indépendantes et parfaites, l'Eglise et l'Etat ; or, une société secrète, quelle qu'elle soit, par le fait même de son secret, devient indépendante de l'Eglise et de l'Etat, qui n'ont aucun moyen de contrôle relativement à son but, son organisation, son action; elle est donc illégitime.

Allocution consistoriale prononcée à Rome par s.s. Pie IX le 25 Septembre 1865.
" Multiplices inter "
Vénérables Frères,
Parmi les nombreuses machinations et les moyens par lesquels les ennemis du nom chrétien ont osé s'attaquer à l'Eglise de Dieu et ont essayé, quoiqu'en vain, de l'abattre et de la détruire, il faut sans doute compter cette société perverse d'hommes, vulgairement appelée " maçonnique ", qui, contenue d'abord dans les ténèbres et l'obscurité, a fini par se faire jour ensuite, pour la ruine commune de la religion et de la Société humaine.

Lettre de s.s. Pie IX à son Vénérable Frère Georges, Archevêque de Paris, Monseigneur Darboy, du 26 Octobre 1865.
" Par une lettre écrite ".
....Vous n'ignorez pas que les sociétés maçonniques et d'autres associations d'iniquité semblables à celle-là, ont été condamnées par les Pontifes Romains ( Clément XII : constitution In eminenti ;
Benoît XIV : constitution Providas ; Pie VII : constitution Ecclesiam ; Léon XII : constitution Quo graviora ; Notre encyclique du 9 Novembre 1846 Et alibi ) , Nos prédécesseurs, et par Nous-mêmes ; que même des peines graves ont été portées contre elles. Ces sectes d'impiété, en effet, diverses de nom, liées pourtant entre elles par la complicité néfaste des plus criminels desseins, enflammées de la plus noire des haines contre notre Sainte Religion et contre le Siège apostolique, s'efforcent tant par des écrits pestilentiels distribués au loin, et dans tous les sens, que par des manoeuvres perverses et toutes sortes d'artifices diaboliques, de corrompre partout les moeurs et l'esprit, de détruire toute idée d'honnêteté, de vérité et de justice ; de répandre en tous lieux des opinions monstrueuses, de couver et de propager des vices abominables et des scélératesses inouïes ; d'ébranler l'empire de toute autorité légitime, de renverser, si cela est possible, l'Eglise catholique et toute société civile et de chasser Dieu Lui-même du Ciel.

Constitution de s.s. Pie IX du 12 Octobre 1869.
" Apostolicae sedis "
........Ceux qui s'affilient à la secte des Francs-Maçons ou des Carbonari, ou à toutes autres sectes semblables qui conspirent ouvertement ou secrètement contre l'Eglise ou contre les pouvoirs légitimes ; de même ceux qui favorisent ces sectes de quelque façon que ce soit ; qui ne dénoncent pas leurs coryphées et chefs occultes, et cela jusqu'à ce qu'ils les aient dénoncés.

Lettre de s.s. Pie IX à l'évêque de Récife au Brésil, avec prière de faire suivre à tous les évêques du Brésil, du 29 Mai 1873.
" Quamquam dolores "
........D'abord les cruels et terribles événements de la France, en secouant à la fin du siècle dernier, le monde entier,
ont manifesté l'esprit satanique de cette société. Ils ont montré qu'il fallait s'attendre à l'entière dissolution de l'humanité, si les forces de cette secte diabolique n'étaient pas brisées........C'est pourquoi après toutes les condamnations répétées de l'Eglise, accompagnées des sanctions les plus graves, après les faits rendus publics de ces sociétés impies manifestant leurs véritables intentions, après les troubles, calamités et crimes innombrables commis partout dont elles ne rougissent pas d'être glorifiées insolemment dans des écrits publics, on ne peut vraiment invoquer aucune excuse pour ceux qui s'y affilient. Cependant Nous constatons que ces sectes impies ne dévoilent leurs mystères qu'à ceux qui se montrent disposés par leur impiété à les recevoir, qu'elles demandent par conséquent à leurs adeptes un serment très stricte qui les engagent à ne révéler en aucun temps ou aucune circonstance rien de ce qui regarde cette société, à quiconque n'en faisant pas partie, ou à ne communiquer aucune information concernant les affiliés d'un certain grade à ceux d'un grade inférieur......Nous déclarons explicitement que personne désormais affilié à ces sociétés ne peut être exempt de ces peines spirituelles sous un quelconque prétexte, en alléguant la bonne foi ou une certaine probité extrinsèque dont ces sectes mêmes semblent se parer ; c'est pourquoi tous encourent absolument le même danger quant à leur salut éternel, tant qu'ils adhèrent à ces sectes.

Lettre encyclique de s.s. Pie IX du 21 Novembre 1873.
" Etsi multa luctuosa "
Dans ces conditions, Vénérables Frères, employez tout votre zèle à prémunir les fidèles confiés à vos soins contre les pièges et la contagion de ces sectes ainsi qu'à détourner du chemin de la perdition les personnes qui ont fait à ces mêmes sectes leur sinistre réputation. Mais surtout, dévoilez et combattez l'erreur de ceux qui, victimes ou instigateurs de la ruse, ne craignent pas de soutenir encore maintenant que ces groupuscules au service des ténèbres ont simplement pour but l'utilité et le progrès sociaux ainsi que la pratique de la bienfaisance mutuelle. Exposez-leur souvent, pour bien les leur ancrer dans l'esprit, les dispositions prises par les papes à ce sujet et enseignez-leur que celles-ci frappent non pas les seules loges maçonniques établies en Europe mais toutes celles, sans exception, qu'il peut y avoir en Amérique et dans les autres régions du monde entier.

Réponse du Saint Office approuvée par s.s. Léon XIII du 7 Mars 1883.
.....Les Francs-Maçons doivent être disposés à rétracter leur inscription, si et quand ils pourront le faire sans grave préjudice ; ils doivent se séparer en fait de la maçonnerie.....

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII du 20 Avril I884 sur la secte des Francs-Maçons.
" Humanum genus "
.........notre meilleur et plus solide espoir de guérison est dans la vertu de cette religion divine que les francs-maçons haïssent d'autant plus qu'ils la redoutent davantage. Il importe donc souverainement de faire d'elle le point central de la résistance contre l'ennemi commun. Aussi, tous les décrets portés par les Pontifes romains, Nos prédécesseurs, en vue de paralyser les efforts et les tentatives de la secte maçonnique, toutes les sentences prononcées par eux pour détourner les hommes de s'affilier à cette secte ou pour les déterminer à en sortir, Nous entendons les ratifier à nouveau, tant en général qu'en particulier........arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.

Instruction de la Congrégation du Saint Office du 10 Mai 1884 adressée à tous les évêques du monde catholique sur la Franc-Maçonnerie.
"Ad gravissima avertenda"
Pour détourner les maux très graves causés à l'Eglise et à tous les citoyens par la secte des Francs-Maçons et par les autres qui sont nées d'elle, N.S.P. le Pape Léon XIII, dans sa haute sagesse, a récemment adressé à tous les évêques du monde catholique la Lettre encyclique " Humanum genus ". Dans cette lettre, il démasque les doctrines de ces sectes, leur fin, leurs entreprises, il raconte les efforts qu'ont faits les Pontifes romains pour délivrer la famille humaine d'une peste si nuisible.

Lettre de s.s. Léon XIII aux évêques de Bavière du 22 Décembre 1887.
" Officio sanctissimo "
Mise en garde contre les Francs-Maçons et comportement à l'égard des non catholiques.

Il importe encore extrêmement, Vénérables Frères, que Vous écartiez et que Vous repoussiez les périls qui menacent Vos troupeaux par la contagion des Francs-Maçons. Combien les projets et les artifices de cette secte ténébreuse sont remplis de malice et dangereux pour l'Etat, Nous l'avons montré ailleurs dans une encyclique particulière et Nous avons indiqué les moyens de combattre et de détruire son influence. On ne pourra jamais assez avertir les chrétiens de se garder de cette faction scélérate : car, bien que, dés le principe, elle ait conçu une profonde haine contre l'Eglise catholique et qu'elle n'ait fait depuis que l'augmenter et l'exciter chaque jour, elle n'exerce pas toujours publiquement son inimitié, mais le plus souvent même elle agit subrepticement et hypocritement, surtout à l'égard de la jeunesse qui, dépourvue d'expérience et de sagesse, se prend tristement dans des filets cachés même sous les apparences de la piété et de la charité.

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII aux évêques, au clergé et au peuple d'Italie, du 15 Octobre 1890.
" Dell' alto del' apostolico Seggio "
......Il serait superflu de faire le procès des sectes dites maçonniques ; la cause est jugée : leur but, leurs moyens, leur doctrine et leurs actes sont connus avec une indiscutable certitude.
Animées de l'esprit de Satan dont elles sont l'instrument, elles s'inspirent d'une haine mortelle, implacable contre Jésus Christ et contre Son oeuvre qu'elles s'efforcent par tous les moyens de détruire et d'enchaîner. Cette guerre, en ce moment, se livre plus que partout ailleurs en Italie, où la religion catholique a jeté de plus profondes racines, et surtout à Rome où est le centre de l'unité catholique et le Siège du pasteur et docteur universel de l'Eglise. Il convient de retracer dés l'origine les diverses phases de cette guerre:.............

Lettre de s.s Léon XIII aux archevêques et aux évêques d'Italie d'Italie, du 8 Décembre 1892.
" Inimica vis "
.......Or, l'esprit commun à toutes les sectes antérieures qui se sont insurgées contre les institutions catholiques, a repris vie dans la secte que l'on nomme maçonnique, et qui, fière de puissance et de richesse, ne craint pas d'attiser avec une violence inouïe le feu de la guerre et de le porter dans tous les domaines les plus sacrés.

Lettre de s.s. Léon XIII au peuple italien du 8 Décembre 1892
" Custodi di quella fede "
.......Nous avons arraché le masque dont la maçonnerie se couvrait aux yeux du peuple, et Nous l'avons dévoilée dans sa hideuse difformité, dans son action ténébreuse et funeste.

Lettre de s.s Léon XIII du 8 Février 1893, sur le mariage civil en Italie.
.......car, ce n'est pas un mystère, mais un fait connu publiquement, que la secte maçonnique a dès longtemps médité cette nouvelle honte à l'Eglise, et maintenant, pour en venir à ses fins, elle impose à ses adeptes de la lui infliger. Les desseins de cette secte maudite sont toujours et partout les mêmes, c'est-à-dire directement hostiles à Dieu et à l'Eglise ; et il lui importe peu ou même pas du tout, Nous ne disons pas que les âmes soient perdues, mais que la société se précipite de plus en plus dans la décadence, et que la liberté tant chantée soit elle-même opprimée, pourvu qu'avec elle l'Eglise soit enchaînée et opprimée, pourvu que le sentiment chrétien soit affaibli et étouffé par degré au sein des multitudes.

Lettre apostolique de s.s. Léon XIII aux peuples et aux princes de l'univers, du 20 Juin 1894.
" Proeclara gratulacionis "
......Un autre péril grave pour l'unité, c'est la secte maçonnique, puissance redoutable qui opprime depuis longtemps les nations, et surtout les nations catholiques. Fière jusqu'à l'insolence de sa force, de ses ressources, de ses succès, elle met tout en oeuvre, à la faveur de nos temps si troublés, pour affermir et étendre partout sa domination. Des retraites ténébreuses où elle machinait ses embûches, la voici qui fait irruption dans le grand jour de nos cités ; et, comme pour jeter un défi à Dieu, c'est dans cette ville même, capitale du monde catholique, qu'elle a établi son Siège.

Lettre de s.s. Léon XIII à Monsieur le Cardinal M. Rampolla del Tindaro, Notre secrétaire d'Etat, du 8 Octobre 1895, au sujet des fêtes révolutionnaires du 20 Septembre.
Il y a déjà vingt cinq ans que, regardant autour d'elle, Rome voit, maîtres du terrain, les adversaires des institutions et des croyances chrétiennes. Elle voit les doctrines les plus perverses répandues ; la personne et le ministère du Vicaire de Dieu impunément méprisés ; la libre pensée opposée au dogme catholique, le Siège maçonnique à la Chaire de Pierre.

Bref de s.s. Léon XIII du 2 Septembre 1896, à M. le comm. Guillaume Alliata, président du Conseil-directeur de l'Union antimaçonnique, pour l'organisation du premier Congrès international.
Assurément, comme Nous l'avons proclamé ailleurs, les doctrines audacieuses, perverses, de cette secte, et les manoeuvres criminelles qu'elle emploie pour réussir causeraient moins de maux et s'affaibliraient même peu à peu, si les catholiques démasquaient avec plus d'énergie et d'habileté les francs-maçons. Ceux-ci, en effet, mettent leur confiance dans le mensonge et les manoeuvres ténébreuses ; c'est pourquoi, si l'on parvient à leur arracher le masque dont ils se couvrent, il est hors de doute que tous les honnêtes gens se refuseront à participer à leur détestable perversité et la réprouveront.

Constitution apostolique de s.s Léon XIII, du 25 Janvier 1897, ( ou Février 1897 ) .
" Officiorum ac munerum "
..........Sont encore défendus les ouvrages établissant que le duel, le suicide ou le divorce sont licites ; qui traitent des sectes maçonniques ou autres semblables, prétendent qu'elles sont utiles à l'Eglise et à la société, loin de leur être funestes, et qui contiennent des erreurs condamnées par le Siège apostolique.

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII aux évêques, au clergé et au peuple d'Italie, du 5 Août 1898.
" Spesse volta "
........pendant que l'on concédait aux sectes maçonniques la plus ample liberté, on réservait l'intolérance et d'odieuses vexations à cette unique religion qui fut toujours la gloire, le soutien et la force des Italiens......Nous avons appelé l'attention sur les progrès inévitables du socialisme et de l'anarchie et sur les maux sans fin auxquels ils exposaient la nation.Mais on ne Nous écouta pas. Le préjugé mesquin et sectaire s'imposa comme un voile sur l'intelligence et la guerre contre la religion fut continuée avec la même intensité.......

Lettre apostolique de s.s. Léon XIII à tous les Patriarches, Primats, Archevêques et Evêques du monde catholique, du I9 Mars 1902...
" Pervenuti all'anno "
C'est donc sûrement dans une intention perverse qu'on lance contre l'Eglise de semblables accusations. Oeuvre pernicieuse et déloyale dans la poursuite de laquelle va, précédant toutes les autres, une secte ténébreuse que la société porte depuis de longues années dans ses flancs et qui, comme un germe mortel, y contamine le bien-être, la fécondité et la vie. Personnification permanente de la révolution, elle constitue une sorte de société retournée dont le but est d'exercer une suzeraineté occulte sur la société reconnue et dont la raison d'être consiste entièrement dans la guerre à faire à Dieu et à son Eglise. Il n'est pas besoin de la nommer, tout le monde a reconnu la Franc-Maçonnerie, dont Nous avons parlé d'une façon expresse dans Notre encyclique " Humanum genus " du 20 Avril 1884 en dénonçant ses tendances délétères, ses doctrines erronées et son oeuvre néfaste.

Lettre de s.s Pie X, à la France, du 6 Janvier 1907.
" Une fois encore "
..........Les esprits impartiaux, même lorsqu'ils ne partagent pas notre foi, reconnaissent que si l'on combat sur le terrain religieux dans votre patrie bien-aimée, ce n'est point parce que l'Eglise y a levé l'étendard la première, mais c'est parce qu'on lui a déclaré la guerre à elle-même. Cette guerre, depuis vingt cinq ans surtout, elle ne fait que la subir. Voilà la vérité. Les déclarations, mille fois faites et refaites dans la presse, dans les Congrès, dans les Convents maçonniques, au sein du Parlement lui-même, le prouvent aussi bien que les attaques qu'on a progressivement et méthodiquement menées contre elle.

Lettre du Cardinal Merry del Val, Secrétaire d'Etat du Vatican, N° 50 416 du 5 Mai 1911 à S.E. le Cardinal Luçon, Archevêque de Reims.
Eminentissime Seigneur,
.......Sa Sainteté remercie le Fondateur, le Président, le Comité directeur et tous les membres de l'Association Antimaçonnique Française, de cette nouvelle assurance de leur entier dévouement, de cette protestation de travailler avec ardeur à défendre les intérêts de l'Eglise, à démasquer ses ennemis,...

Code de Droit Canonique
Promulgué le 27 Mai 1917 ; mis en vigueur le 19 Mai 1918, le jour de la Pentecôte. Pape : s.s. Benoît XV.
.....Canon 1399
Sont frappés d'interdit les livres.....
§8 : qui soutiennent que le duel, le suicide ou le divorce sont permis ; qui traitent des sectes maçonniques et autres sociétés du même genre, soutiennent qu'elles sont utiles et qu'elles ne sont pas nuisibles à l'Eglise et à la société civile.......

Constitution apostolique " Servatoris Jesu Christi " étendant à tout l'univers le Jubilé universel célébré à Rome en 1925.
......On n'absoudra pas non plus ceux qui seraient notoirement inscrits aux sectes maçonniques ou à d'autres sociétés défendues de même genre, à moins que, après avoir abjuré devant le confesseur et satisfait aux autres exigences du droit, ils ne se soient retirés de la secte et n'aient écarté autant que possible le scandale.......

Lettre Encyclique de s.s. Pie XI, du 29 Juin 1931, aux Patriarches, Primats, Archevêques, Evêques et autres Ordinaires en paix et communion avec le Siège apostolique : pour l' " Action catholique ".
AAS XXIII (I931) 285 - 312.
" Non abbiamo bisogno "
.......Mais Nous, au contraire, Nous, Eglise, religion, catholiques fidèles(et pas Nous seulement), Nous ne pouvons être reconnaissants de ce qu'après avoir mis dehors le socialisme et la maçonnerie, nos ennemis déclarés(et pas seulement nos ennemis à nous), on les ait si largement réintroduits, comme tout le monde le voit et le déplore ; ils sont même devenus d'autant plus forts et plus dangereux qu'ils sont plus dissimulés et, en même temps, favorisés par le nouvel uniforme.........

Facultés accordées par la S. Pénitencerie aux confesseurs pèlerins du Jubilé de 1950.
........§6. De même, ils ne doivent pas absoudre ceux qui, fût-ce secrètement, se sont affiliés à une secte condamnée, maçonnique ou autre de même nature, à moins qu'après avoir abjuré cette secte, au moins devant le confesseur lui-même, ils n'aient réparé le scandale et cessé d'apporter toute coopération active ou toute aide à leur secte ; à moins aussi qu'ils n'aient dénoncé, conformément au Canon 2336,§2, les prêtres et les religieux qui, à leur connaissance, seraient affiliés à la secte ; qu'ils n'aient livré tous les livres, manuscrits ou insignes de leur secte qui seraient encore en leur possession, ou promis sérieusement de les livrer ou de les détruire, une sérieuse pénitence étant en outre imposée, proportionnée à la gravité des fautes....

Constitution apostolique étendant le Jubilé au monde entier, du 25 Décembre 1950.
" Per annum sacrum "
.......4. De même, ils n'absoudront ceux qui ont adhéré, même en secret, à des sectes défendues, maçonniques ou d'autres du même genre, qu'aux conditions suivantes : qu'ils aient abjuré leur secte, au moins devant le confesseur, réparé le scandale et renoncé à toute coopération pratique ou activité en faveur de cette secte ; qu'ils aient dénoncé, selon la teneur du Canon 2336, 6°, tout ecclésiastique ou religieux qu'ils sauraient en faire partie ; qu'ils aient d'abord remis au confesseur les livres, manuscrits ou insignes se rapportant à la secte, qui doivent être transmis le plus tôt possible au Saint Office ou, au moins, pour des raisons justes et importantes, détruits de leurs propres mains. Il faut qu'ils aient au moins promis sincèrement de remplir le plus tôt possible, ces conditions. Il leur imposera, en outre, selon la gravité des fautes, une sérieuse pénitence salutaire et la confession sacramentelle fréquente........

Décret de la Suprême Sacrée Congrégation du Saint Office du 5 Janvier 1954.
....Par ailleurs, la mise à l'Index de ce livre constitue un efficace avertissement aux catholiques afin qu'ils ne se laissent pas tromper par ceux qui tentent de les persuader pour les attirer à la Franc-Maçonnerie, en prétextant un changement d'attitude de sa part à l'égard de l'Eglise catholique.......

s.s. Pie XII a fait parvenir à s. Exc. Mgr. Montini, archevêque de Milan, la lettre suivante de s. Exc. Mgr. Dell'Acqua, substitut de la Secrétairerie d'Etat à l'occasion de la VIII° semaine d'adaptation pastorale qui se tiendra en cette ville en Septembre :
Du Vatican, 23 Mai 1958.
....La rupture de l'unité chrétienne en Europe, l'athéisme scientifique, le rationalisme, l'illuminisme, le laïcisme, le matérialisme dialectique, la franc-maçonnerie, sont quelques unes des causes de ce lent processus d'égarement intellectuel et moral dont nous voyons aujourd'hui les ultimes conséquences....

Actes du Synode romain promulgués par s.s. Jean XXIII
N°247
Quant à ce qui concerne la secte maçonnique, les chrétiens se souviendront que les peines établies par le Code de droit canonique(Canon 2335) sont toujours en vigueur.

Texte de s.s. Jean XXIII du 4 Décembre 1960, de titre inconnu.
...La Franc-Maçonnerie revêt l'apparence extérieure de la religion mais est toujours prête aussi à combattre énergiquement contre le catholicisme.
Le laïcisme reconnaît la fonction strictement doctrinale et liturgique de l'Eglise mais il la limite pourtant et en empêche l'action.......

Déclaration de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur les Associations maçonniques, du 26 Novembre 1983.
........Le jugement négatif de l'Eglise sur la franc-maçonnerie demeure donc inchangé parceque ses principes ont toujours été considérés comme incompatibles avec la doctrine de l'Eglise ; c'est pourquoi il reste interdit par l'Eglise de s'y inscrire. Les catholiques qui font partie de la franc-maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s'approcher de la Sainte Communion.
Les autorités ecclésiastiques locales n'ont pas la faculté d'émettre sur la nature des associations de la franc-maçonnerie, un jugement qui entraînerait une dérogation à ce qui est mentionné ci-dessus, conformément à l'esprit de la Déclaration du 17 Février 1981 de cette même Sacrée Congrégation(cf. AAS 73, 1981, pp. 240-241).
Le Souverain Pontife Jean-Paul II, au cours de l'audience accordée au sous-signé le Cardinal Préfet, a approuvé la présente Déclaration adoptée au cours de la réunion ordinaire de cette Sacrée Congrégation et en a ordonné la publication.
Donné à Rome, au siège de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 26 Novembre 1983,
Joseph Cardinal Ratzinger, Préfet,
Fr. Jérôme Hamer, o.p., Archevêque titulaire de Lorium, Secrétaire

Lire la suite

Bulles papales et FM

26 Avril 2005 Publié dans #Eglise catholique et FM

 

Encyclique de s. s. Clément XII à tous les fidèles de Jésus Christ, Salut et Bénédiction Apostolique, du 28 Avril 1738.
"In eminenti"..........

.........Nous défendons sérieusement et en vertu de la sainte obéissance, à tous et à chacun des fidèles de Jésus-Christ, de quelque état, grade, condition, rang, dignité et prééminence qu'ils soient, laïques ou clercs, séculiers ou réguliers, méritant même une mention particulière, d'oser ou de présumer, sous quelque prétexte, sous quelque couleur que ce soit, d'entrer dans les dites sociétés de Francs-Maçons ou autrement appelées, ou de les propager, les entretenir, les recevoir chez soi ;.....

Encyclique de s.s. Benoît XIV du 16 Mars I751
"Providas"
..Nous,........avons décrété de confirmer par les présentes, la susdite constitution de Notre prédécesseur, insérée mot à mot, dans la forme spécifique, qui est la plus ample et la plus efficace de toutes, comme Nous la confirmons, corroborons, renouvelons de science certaine et de la plénitude de Notre autorité apostolique, par la teneur des présentes, en tout et pour tout, comme si elle était publiée de Notre propre mouvement, de Notre propre autorité, en Notre propre nom, pour la première fois ; voulons et statuons qu'elle ait force et efficacité à toujours.

Edit du Cardinal Consalvi, secrétaire d'Etat de s.s. Pie VII, du 13 Août 1814.
Par ces dispositions on entend dire que, pour ce qui regarde la foi interne et les peines ecclésiastiques encourues par ces malheureux qui, pendant le laps de temps qui vient de s'écouler, auraient eu ou auraient à l'avenir, le malheur de faire partie, en quelque manière que ce soit, des agrégations et réunions maçonniques sus-désignées, Sa Sainteté les soumet entièrement et sans exception , aux peines et réglementations statuées par les constitutions susdites de ses prédécesseurs...

Lettre Encyclique de s.s. Pie VII, du 13 Septembre 1821.
" Ecclesiam a Jesu Christo"
.....Nous sommes aussi frappé de l'exemple de Nos prédécesseurs, d'heureuse mémoire, Clément XII et Benoît XIV, dont l'un, par sa constitution "In eminenti" du 28 Avril 1738, et l'autre, par sa constitution "Providas" du 18 Mai 1751, condamnèrent et prohibèrent la société "De'Liberi Muratori" ou des Francs-Maçons, ou bien les sociétés désignées par d'autres noms, suivant la différence des langues et des pays, sociétés qui ont peut-être été l'origine de celle des Carbonari ou qui certainement lui ont servi de modèle
Plût à Dieu que ceux qui avaient le pouvoir en main eussent su apprécier ces décrets autant que l'exigeait le salut de la religion et de l'Etat !

Lettre apostolique de s.s. Léon XII, du 13 Mars 1826.
"Quo graviora"
.........Plût à Dieu qu'ils eussent été convaincus qu'ils devaient voir dans les Pontifes Romains, successeurs de saint Pierre, non seulement les pasteurs et les chefs de l'Eglise catholique, mais encore les plus fermes appuis des gouvernements et les sentinelles les plus vigilantes pour découvrir les périls de la société ! Plût à Dieu qu'ils eussent employé leur puissance à combattre et à détruire les sectes dont le Siège Apostolique leur avait découvert la perfidie ! Ils y auraient réussi dés lors ; mais, soit que ces sectaires aient eu l'adresse de cacher leurs complots, soit que, par une négligence ou une imprudence coupable, on eût présenté la chose comme peu importante et devant être négligée, les Francs-Maçons ont donné naissance à des réunions plus dangereuses encore et plus audacieuses.
On doit placer à leur tête celle des Carbonari, qui paraîtrait les renfermer toutes dans son sein, et qui est la plus considérable en Italie et dans quelques autres pays. Divisée en différentes branches et sous des noms divers, elle a osé entreprendre de combattre la religion catholique

Lettre encyclique de s.s. Pie IX du 9 Novembre 1846 à tous les Patriarches, Primats, Archevêques et Evêques.
" Qui pluribus "
( Note hors texte : Bien que cette encyclique ne mentionne pas explicitement la Franc-Maçonnerie, elle est insérée dans le corps du livre parceque s.s. Pie IX la cite comme faisant partie intégrante des enseignements des papes sur la Franc-Maçonnerie, dans sa propre encyclique " Quamquam dolores " du 29 Mai 1873 ).
Une déclaration de la Sacrée Pénitencerie, le 21 Septembre 1850, fixe l'extension des Bulles pontificales portées contre les Sociétés de ce genre(Old Fellows, Sons of temperance, Knights of Pythias), :
"Les Associations qui professent ne rien comploter contre la religion ou l'Etat et néanmoins forment une société occulte confirmée par le serment, sont comprises dans ces Bulles".
Le Dictionnaire d'Apologétique commente(p.127) : Il n'existe en effet, d'après le droit naturel et le droit divin révélé, que deux sociétés indépendantes et parfaites, l'Eglise et l'Etat ; or, une société secrète, quelle qu'elle soit, par le fait même de son secret, devient indépendante de l'Eglise et de l'Etat, qui n'ont aucun moyen de contrôle relativement à son but, son organisation, son action; elle est donc illégitime.

Allocution consistoriale prononcée à Rome par s.s. Pie IX le 25 Septembre 1865.
" Multiplices inter "
Vénérables Frères,
Parmi les nombreuses machinations et les moyens par lesquels les ennemis du nom chrétien ont osé s'attaquer à l'Eglise de Dieu et ont essayé, quoiqu'en vain, de l'abattre et de la détruire, il faut sans doute compter cette société perverse d'hommes, vulgairement appelée " maçonnique ", qui, contenue d'abord dans les ténèbres et l'obscurité, a fini par se faire jour ensuite, pour la ruine commune de la religion et de la Société humaine.

Lettre de s.s. Pie IX à son Vénérable Frère Georges, Archevêque de Paris, Monseigneur Darboy, du 26 Octobre 1865.
" Par une lettre écrite ".
....Vous n'ignorez pas que les sociétés maçonniques et d'autres associations d'iniquité semblables à celle-là, ont été condamnées par les Pontifes Romains ( Clément XII : constitution In eminenti ;
Benoît XIV : constitution Providas ; Pie VII : constitution Ecclesiam ; Léon XII : constitution Quo graviora ; Notre encyclique du 9 Novembre 1846 Et alibi ) , Nos prédécesseurs, et par Nous-mêmes ; que même des peines graves ont été portées contre elles. Ces sectes d'impiété, en effet, diverses de nom, liées pourtant entre elles par la complicité néfaste des plus criminels desseins, enflammées de la plus noire des haines contre notre Sainte Religion et contre le Siège apostolique, s'efforcent tant par des écrits pestilentiels distribués au loin, et dans tous les sens, que par des manoeuvres perverses et toutes sortes d'artifices diaboliques, de corrompre partout les moeurs et l'esprit, de détruire toute idée d'honnêteté, de vérité et de justice ; de répandre en tous lieux des opinions monstrueuses, de couver et de propager des vices abominables et des scélératesses inouïes ; d'ébranler l'empire de toute autorité légitime, de renverser, si cela est possible, l'Eglise catholique et toute société civile et de chasser Dieu Lui-même du Ciel.

Constitution de s.s. Pie IX du 12 Octobre 1869.
" Apostolicae sedis "
........Ceux qui s'affilient à la secte des Francs-Maçons ou des Carbonari, ou à toutes autres sectes semblables qui conspirent ouvertement ou secrètement contre l'Eglise ou contre les pouvoirs légitimes ; de même ceux qui favorisent ces sectes de quelque façon que ce soit ; qui ne dénoncent pas leurs coryphées et chefs occultes, et cela jusqu'à ce qu'ils les aient dénoncés.

Lettre de s.s. Pie IX à l'évêque de Récife au Brésil, avec prière de faire suivre à tous les évêques du Brésil, du 29 Mai 1873.
" Quamquam dolores "
........D'abord les cruels et terribles événements de la France, en secouant à la fin du siècle dernier, le monde entier,
ont manifesté l'esprit satanique de cette société. Ils ont montré qu'il fallait s'attendre à l'entière dissolution de l'humanité, si les forces de cette secte diabolique n'étaient pas brisées........C'est pourquoi après toutes les condamnations répétées de l'Eglise, accompagnées des sanctions les plus graves, après les faits rendus publics de ces sociétés impies manifestant leurs véritables intentions, après les troubles, calamités et crimes innombrables commis partout dont elles ne rougissent pas d'être glorifiées insolemment dans des écrits publics, on ne peut vraiment invoquer aucune excuse pour ceux qui s'y affilient. Cependant Nous constatons que ces sectes impies ne dévoilent leurs mystères qu'à ceux qui se montrent disposés par leur impiété à les recevoir, qu'elles demandent par conséquent à leurs adeptes un serment très stricte qui les engagent à ne révéler en aucun temps ou aucune circonstance rien de ce qui regarde cette société, à quiconque n'en faisant pas partie, ou à ne communiquer aucune information concernant les affiliés d'un certain grade à ceux d'un grade inférieur......Nous déclarons explicitement que personne désormais affilié à ces sociétés ne peut être exempt de ces peines spirituelles sous un quelconque prétexte, en alléguant la bonne foi ou une certaine probité extrinsèque dont ces sectes mêmes semblent se parer ; c'est pourquoi tous encourent absolument le même danger quant à leur salut éternel, tant qu'ils adhèrent à ces sectes.

Lettre encyclique de s.s. Pie IX du 21 Novembre 1873.
" Etsi multa luctuosa "
Dans ces conditions, Vénérables Frères, employez tout votre zèle à prémunir les fidèles confiés à vos soins contre les pièges et la contagion de ces sectes ainsi qu'à détourner du chemin de la perdition les personnes qui ont fait à ces mêmes sectes leur sinistre réputation. Mais surtout, dévoilez et combattez l'erreur de ceux qui, victimes ou instigateurs de la ruse, ne craignent pas de soutenir encore maintenant que ces groupuscules au service des ténèbres ont simplement pour but l'utilité et le progrès sociaux ainsi que la pratique de la bienfaisance mutuelle. Exposez-leur souvent, pour bien les leur ancrer dans l'esprit, les dispositions prises par les papes à ce sujet et enseignez-leur que celles-ci frappent non pas les seules loges maçonniques établies en Europe mais toutes celles, sans exception, qu'il peut y avoir en Amérique et dans les autres régions du monde entier.


Réponse du Saint Office approuvée par s.s. Léon XIII du 7 Mars 1883.
.....Les Francs-Maçons doivent être disposés à rétracter leur inscription, si et quand ils pourront le faire sans grave préjudice ; ils doivent se séparer en fait de la maçonnerie.....

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII du 20 Avril I884 sur la secte des Francs-Maçons.
" Humanum genus "
.........notre meilleur et plus solide espoir de guérison est dans la vertu de cette religion divine que les francs-maçons haïssent d'autant plus qu'ils la redoutent davantage. Il importe donc souverainement de faire d'elle le point central de la résistance contre l'ennemi commun. Aussi, tous les décrets portés par les Pontifes romains, Nos prédécesseurs, en vue de paralyser les efforts et les tentatives de la secte maçonnique, toutes les sentences prononcées par eux pour détourner les hommes de s'affilier à cette secte ou pour les déterminer à en sortir, Nous entendons les ratifier à nouveau, tant en général qu'en particulier........arrachez à la franc-maçonnerie le masque dont elle se couvre et faites la voir telle qu'elle est.

Instruction de la Congrégation du Saint Office du 10 Mai 1884 adressée à tous les évêques du monde catholique sur la Franc-Maçonnerie.
"Ad gravissima avertenda"
Pour détourner les maux très graves causés à l'Eglise et à tous les citoyens par la secte des Francs-Maçons et par les autres qui sont nées d'elle, N.S.P. le Pape Léon XIII, dans sa haute sagesse, a récemment adressé à tous les évêques du monde catholique la Lettre encyclique " Humanum genus ". Dans cette lettre, il démasque les doctrines de ces sectes, leur fin, leurs entreprises, il raconte les efforts qu'ont faits les Pontifes romains pour délivrer la famille humaine d'une peste si nuisible.

Lettre de s.s. Léon XIII aux évêques de Bavière du 22 Décembre 1887.
" Officio sanctissimo "
Mise en garde contre les Francs-Maçons et comportement à l'égard des non catholiques.

Il importe encore extrêmement, Vénérables Frères, que Vous écartiez et que Vous repoussiez les périls qui menacent Vos troupeaux par la contagion des Francs-Maçons. Combien les projets et les artifices de cette secte ténébreuse sont remplis de malice et dangereux pour l'Etat, Nous l'avons montré ailleurs dans une encyclique particulière et Nous avons indiqué les moyens de combattre et de détruire son influence. On ne pourra jamais assez avertir les chrétiens de se garder de cette faction scélérate : car, bien que, dés le principe, elle ait conçu une profonde haine contre l'Eglise catholique et qu'elle n'ait fait depuis que l'augmenter et l'exciter chaque jour, elle n'exerce pas toujours publiquement son inimitié, mais le plus souvent même elle agit subrepticement et hypocritement, surtout à l'égard de la jeunesse qui, dépourvue d'expérience et de sagesse, se prend tristement dans des filets cachés même sous les apparences de la piété et de la charité.

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII aux évêques, au clergé et au peuple d'Italie, du 15 Octobre 1890.
" Dell' alto del' apostolico Seggio "
......Il serait superflu de faire le procès des sectes dites maçonniques ; la cause est jugée : leur but, leurs moyens, leur doctrine et leurs actes sont connus avec une indiscutable certitude.
Animées de l'esprit de Satan dont elles sont l'instrument, elles s'inspirent d'une haine mortelle, implacable contre Jésus Christ et contre Son oeuvre qu'elles s'efforcent par tous les moyens de détruire et d'enchaîner. Cette guerre, en ce moment, se livre plus que partout ailleurs en Italie, où la religion catholique a jeté de plus profondes racines, et surtout à Rome où est le centre de l'unité catholique et le Siège du pasteur et docteur universel de l'Eglise. Il convient de retracer dés l'origine les diverses phases de cette guerre:.............

Lettre de s.s Léon XIII aux archevêques et aux évêques d'Italie d'Italie, du 8 Décembre 1892.
" Inimica vis "
.......Or, l'esprit commun à toutes les sectes antérieures qui se sont insurgées contre les institutions catholiques, a repris vie dans la secte que l'on nomme maçonnique, et qui, fière de puissance et de richesse, ne craint pas d'attiser avec une violence inouïe le feu de la guerre et de le porter dans tous les domaines les plus sacrés.

Lettre de s.s. Léon XIII au peuple italien du 8 Décembre 1892
" Custodi di quella fede "
.......Nous avons arraché le masque dont la maçonnerie se couvrait aux yeux du peuple, et Nous l'avons dévoilée dans sa hideuse difformité, dans son action ténébreuse et funeste.

Lettre de s.s Léon XIII du 8 Février 1893, sur le mariage civil en Italie.
.......car, ce n'est pas un mystère, mais un fait connu publiquement, que la secte maçonnique a dès longtemps médité cette nouvelle honte à l'Eglise, et maintenant, pour en venir à ses fins, elle impose à ses adeptes de la lui infliger. Les desseins de cette secte maudite sont toujours et partout les mêmes, c'est-à-dire directement hostiles à Dieu et à l'Eglise ; et il lui importe peu ou même pas du tout, Nous ne disons pas que les âmes soient perdues, mais que la société se précipite de plus en plus dans la décadence, et que la liberté tant chantée soit elle-même opprimée, pourvu qu'avec elle l'Eglise soit enchaînée et opprimée, pourvu que le sentiment chrétien soit affaibli et étouffé par degré au sein des multitudes.

Lettre apostolique de s.s. Léon XIII aux peuples et aux princes de l'univers, du 20 Juin 1894.
" Proeclara gratulacionis "
......Un autre péril grave pour l'unité, c'est la secte maçonnique, puissance redoutable qui opprime depuis longtemps les nations, et surtout les nations catholiques. Fière jusqu'à l'insolence de sa force, de ses ressources, de ses succès, elle met tout en oeuvre, à la faveur de nos temps si troublés, pour affermir et étendre partout sa domination. Des retraîtes ténébreuses où elle machinait ses embûches, la voici qui fait irruption dans le grand jour de nos cités ; et, comme pour jeter un défi à Dieu, c'est dans cette ville même, capitale du monde catholique, qu'elle a établi son Siège.

Lettre de s.s. Léon XIII à Monsieur le Cardinal M. Rampolla del Tindaro, Notre secrétaire d'Etat, du 8 Octobre 1895, au sujet des fêtes révolutionnaires du 20 Septembre.
Il y a déjà vingt cinq ans que, regardant autour d'elle, Rome voit, maîtres du terrain, les adversaires des institutions et des croyances chrétiennes. Elle voit les doctrines les plus perverses répandues ; la personne et le ministère du Vicaire de Dieu impunément méprisés ; la libre pensée opposée au dogme catholique, le Siège maçonnique à la Chaire de Pierre.

Bref de s.s. Léon XIII du 2 Septembre 1896, à M. le comm. Guillaume Alliata, président du Conseil-directeur de l'Union antimaçonnique, pour l'organisation du premier Congrès international.
Assurément, comme Nous l'avons proclamé ailleurs, les doctrines audacieuses, perverses, de cette secte, et les manoeuvres criminelles qu'elle emploie pour réussir causeraient moins de maux et s'affaibliraient même peu à peu, si les catholiques démasquaient avec plus d'énergie et d'habileté les francs-maçons. Ceux-ci, en effet, mettent leur confiance dans le mensonge et les manoeuvres ténébreuses ; c'est pourquoi, si l'on parvient à leur arracher le masque dont ils se couvrent, il est hors de doute que tous les honnêtes gens se refuseront à participer à leur détestable perversité et la réprouveront.

Constitution apostolique de s.s Léon XIII, du 25 Janvier 1897, ( ou Février 1897 ) .
" Officiorum ac munerum "
..........Sont encore défendus les ouvrages établissant que le duel, le suicide ou le divorce sont licites ; qui traitent des sectes maçonniques ou autres semblables, prétendent qu'elles sont utiles à l'Eglise et à la société, loin de leur être funestes, et qui contiennent des erreurs condamnées par le Siège apostolique.

Lettre encyclique de s.s. Léon XIII aux évêques, au clergé et au peuple d'Italie, du 5 Août 1898.
" Spesse volta "
........pendant que l'on concédait aux sectes maçonniques la plus ample liberté, on réservait l'intolérance et d'odieuses vexations à cette unique religion qui fut toujours la gloire, le soutien et la force des Italiens......Nous avons appelé l'attention sur les progrès inévitables du socialisme et de l'anarchie et sur les maux sans fin auxquels ils exposaient la nation.Mais on ne Nous écouta pas. Le préjugé mesquin et sectaire s'imposa comme un voile sur l'intelligence et la guerre contre la religion fut continuée avec la même intensité.......

Lettre apostolique de s.s. Léon XIII à tous les Patriarches, Primats, Archevêques et Evêques du monde catholique, du I9 Mars 1902...
" Pervenuti all'anno "
C'est donc sûrement dans une intention perverse qu'on lance contre l'Eglise de semblables accusations. Oeuvre pernicieuse et déloyale dans la poursuite de laquelle va, précédant toutes les autres, une secte ténébreuse que la société porte depuis de longues années dans ses flancs et qui, comme un germe mortel, y contamine le bien-être, la fécondité et la vie. Personnification permanente de la révolution, elle constitue une sorte de société retournée dont le but est d'exercer une suzeraineté occulte sur la société reconnue et dont la raison d'être consiste entièrement dans la guerre à faire à Dieu et à son Eglise. Il n'est pas besoin de la nommer, tout le monde a reconnu la Franc-Maçonnerie, dont Nous avons parlé d'une façon expresse dans Notre encyclique " Humanum genus " du 20 Avril 1884 en dénonçant ses tendances délétères, ses doctrines erronées et son oeuvre néfaste.

Lettre de s.s Pie X, à la France, du 6 Janvier 1907.
" Une fois encore "
..........Les esprits impartiaux, même lorsqu'ils ne partagent pas notre foi, reconnaissent que si l'on combat sur le terrain religieux dans votre patrie bien-aimée, ce n'est point parceque l'Eglise y a levé l'étendard la première, mais c'est parcequ'on lui a déclaré la guerre à elle-même. Cette guerre, depuis vingt cinq ans surtout, elle ne fait que la subir. Voilà la vérité. Les déclarations, mille fois faites et refaites dans la presse, dans les Congrès, dans les Convents maçonniques, au sein du Parlement lui-même, le prouvent aussi bien que les attaques qu'on a progressivement et méthodiquement menées contre elle.

Lettre du Cardinal Merry del Val, Secrétaire d'Etat du Vatican, N° 50 416 du 5 Mai 1911 à S.E. le Cardinal Luçon, Archevêque de Reims.
Eminentissime Seigneur,
.......Sa Sainteté remercie le Fondateur, le Président, le Comité directeur et tous les membres de l'Association Antimaçonnique Française, de cette nouvelle assurance de leur entier dévouement, de cette protestation de travailler avec ardeur à défendre les intérêts de l'Eglise, à démasquer ses ennemis,...

Code de Droit Canonique
Promulgué le 27 Mai 1917 ; mis en vigueur le 19 Mai 1918, le jour de la Pentecôte. Pape : s.s. Benoît XV.
.....Canon 1399
Sont frappés d'interdit les livres.....
§8 : qui soutiennent que le duel, le suicide ou le divorce sont permis ; qui traitent des sectes maçonniques et autres sociétés du même genre, soutiennent qu'elles sont utiles et qu'elles ne sont pas nuisibles à l'Eglise et à la société civile.......

Constitution apostolique " Servatoris Jesu Christi " étendant à tout l'univers le Jubilé universel célébré à Rome en 1925.
......On n'absoudra pas non plus ceux qui seraient notoirement inscrits aux sectes maçonniques ou à d'autres sociétés défendues de même genre, à moins que, après avoir abjuré devant le confesseur et satisfait aux autres exigences du droit, ils ne se soient retirés de la secte et n'aient écarté autant que possible le scandale.......

Lettre Encyclique de s.s. Pie XI, du 29 Juin 1931, aux Patriarches, Primats, Archevêques, Evêques et autres Ordinaires en paix et communion avec le Siège apostolique : pour l' " Action catholique ".
AAS XXIII (I931) 285 - 312.
" Non abbiamo bisogno "
.......Mais Nous, au contraire, Nous, Eglise, religion, catholiques fidèles(et pas Nous seulement), Nous ne pouvons être reconnaissants de ce qu'après avoir mis dehors le socialisme et la maçonnerie, nos ennemis déclarés(et pas seulement nos ennemis à nous), on les ait si largement réintroduits, comme tout le monde le voit et le déplore ; ils sont même devenus d'autant plus forts et plus dangereux qu'ils sont plus dissimulés et, en même temps, favorisés par le nouvel uniforme.........

Facultés accordées par la S. Pénitencerie aux confesseurs pèlerins du Jubilé de 1950.
........§6. De même, ils ne doivent pas absoudre ceux qui, fût-ce secrètement, se sont affiliés à une secte condamnée, maçonnique ou autre de même nature, à moins qu'après avoir abjuré cette secte, au moins devant le confesseur lui-même, ils n'aient réparé le scandale et cessé d'apporter toute coopération active ou toute aide à leur secte ; à moins aussi qu'ils n'aient dénoncé, conformément au Canon 2336,§2, les prêtres et les religieux qui, à leur connaissance, seraient affiliés à la secte ; qu'ils n'aient livré tous les livres, manuscrits ou insignes de leur secte qui seraient encore en leur possession, ou promis sérieusement de les livrer ou de les détruire, une sérieuse pénitence étant en outre imposée, proportionnée à la gravité des fautes....

Constitution apostolique étendant le Jubilé au monde entier, du 25 Décembre 1950.
" Per annum sacrum "
.......4.
De même, ils n'absoudront ceux qui ont adhéré, même en secret, à des sectes défendues, maçonniques ou d'autres du même genre, qu'aux conditions suivantes : qu'ils aient abjuré leur secte, au moins devant le confesseur, réparé le scandale et renoncé à toute coopération pratique ou activité en faveur de cette secte ; qu'ils aient dénoncé, selon la teneur du Canon 2336, 6°, tout ecclésiastique ou religieux qu'ils sauraient en faire partie ; qu'ils aient d'abord remis au confesseur les livres, manuscrits ou insignes se rapportant à la secte, qui doivent être transmis le plus tôt possible au Saint Office ou, au moins, pour des raisons justes et importantes, détruits de leurs propres mains. Il faut qu'ils aient au moins promis sincèrement de remplir le plus tôt possible, ces conditions. Il leur imposera, en outre, selon la gravité des fautes, une sérieuse pénitence salutaire et la confession sacramentelle fréquente........

Décret de la Suprême Sacrée Congrégation du Saint Office du 5 Janvier 1954.
....Par ailleurs, la mise à l'Index de ce livre constitue un efficace avertissement aux catholiques afin qu'ils ne se laissent pas tromper par ceux qui tentent de les persuader pour les attirer à la Franc-Maçonnerie, en prétextant un changement d'attitude de sa part à l'égard de l'Eglise catholique.......

s.s. Pie XII a fait parvenir à s. Exc. Mgr. Montini, archevêque de Milan, la lettre suivante de s. Exc. Mgr. Dell'Acqua, substitut de la Secrétairerie d'Etat à l'occasion de la VIII° semaine d'adaptation pastorale qui se tiendra en cette ville en Septembre :
Du Vatican, 23 Mai 1958.
....La rupture de l'unité chrétienne en Europe, l'athéisme scientifique, le rationalisme, l'illuminisme, le laïcisme, le matérialisme dialectique, la franc-maçonnerie, sont quelques unes des causes de ce lent processus d'égarement intellectuel et moral dont nous voyons aujourd'hui les ultimes conséquences....

Actes du Synode romain promulgués par s.s. Jean XXIII
N°247
Quant à ce qui concerne la secte maçonnique, les chrétiens se souviendront que les peines établies par le Code de droit canonique(Canon 2335) sont toujours en vigueur.

Texte de s.s. Jean XXIII du 4 Décembre 1960, de titre inconnu.
...La Franc-Maçonnerie revêt l'apparence extérieure de la religion mais est toujours prête aussi à combattre énergiquement contre le catholicisme.
Le laïcisme reconnaît la fonction strictement doctrinale et liturgique de l'Eglise mais il la limite pourtant et en empêche l'action.......

Déclaration de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur les Associations maçonniques, du 26 Novembre 1983.
........Le jugement négatif de l'Eglise sur la franc-maçonnerie demeure donc inchangé parceque ses principes ont toujours été considérés comme incompatibles avec la doctrine de l'Eglise ; c'est pourquoi il reste interdit par l'Eglise de s'y inscrire. Les catholiques qui font partie de la franc-maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s'approcher de la Sainte Communion.
Les autorités ecclésiastiques locales n'ont pas la faculté d'émettre sur la nature des associations de la franc-maçonnerie, un jugement qui entraînerait une dérogation à ce qui est mentionné ci-dessus, conformément à l'esprit de la Déclaration du 17 Février 1981 de cette même Sacrée Congrégation(cf. AAS 73, 1981, pp. 240-241).
Le Souverain Pontife Jean-Paul II, au cours de l'audience accordée au sous-signé le Cardinal Préfet, a approuvé la présente Déclaration adoptée au cours de la réunion ordinaire de cette Sacrée Congrégation et en a ordonné la publication.
Donné à Rome, au siège de la Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 26 Novembre 1983,
Joseph Cardinal Ratzinger, Préfet,
Fr. Jérôme Hamer, o.p., Archevêque titulaire de Lorium, Secrétaire

 

 

 

Lire la suite

Congrégation pour la Doctrine de la Foi (1983)

25 Avril 2005 , Rédigé par Mgr Ratzinger Publié dans #Eglise catholique et FM

CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

 DÉCLARATION SUR L’INCOMPATIBILITÉ ENTRE L’APPARTENANCE À L’ÉGLISE ET LA FRANC-MAÇONNERIE  

 

On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur.  

 

Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due au critère adopté dans la rédaction, qui a été suivi aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont inclues dans des catégories plus larges.  

 

Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion.  

 

Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus, dans la ligne de la déclaration de cette Congrégation du 17 février 1981 (cf. AAS 73, 1981, p. 240-241: DC 1981, n° 1805, p. 349. Voir aussi la déclaration de l’épiscopat allemand du 12 mai 1980, DC 1981, n° 1807, p. 444-448). 

Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal préfet soussigné, a approuvé cette déclaration, qui avait été délibérée en réunion ordinaire de la Congrégation, et en a ordonné la publication.  

 

A Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le 26 novembre 1983.

 Joseph, card. RATZINGER
Préfet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2