Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles avec #hauts grades tag

REAA : initiation au 9ème degré (2)

11 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel REAA Publié dans #hauts grades

Le texte du serment dont on vient de vous donner lecture porte l'empreinte de l'époque très ancienne à laquelle il fut composé. Les origines de notre Ordre se perdent dans la nuit des temps. Son histoire par moments est confuse, mais les Francs-Maçons de tous les temps s'occupaient moins de retrouver ses sources que de se mettre spontanément au service de l'humanité. Et c'est là le secret de sa puissance. Son but est immuablement la recherche de la vérité. Son outil non plus n'a jamais changé: la raison. De tous les temps, les Francs-Maçons retrouvaient Hiram abattu sous les coups de ses meurtriers, et les travaux interrompus. Ils ont toujours lutté avec l'outil que leur a donné l'équité. Vous avez reçu les premières instructions. Elles seraient vaines si vous n'aviez pas encore appris à aimer la vertu et à agir pour la raison. Maintenant pour vous, l'heure de la lutte approche. A partir d'aujourd'hui même, notre Ordre exige de vous l'obligation de combattre dans ses rangs au nom du perfectionnement de l'humanité. Nous n'exigerons pas de vous ce que votre conscience pourra condamner, pas plus que nous ne vous demanderons de renoncer à votre liberté personnelle, mais nous devons avoir la certitude que vos occupations quotidiennes ne seront pas un obstacle à notre cause commune. Vous pouvez avoir votre opinion personnelle sur toute chose, vous pouvez exprimer cette opinion, mais vous ne pouvez pas avoir le droit d'opposer à nos travaux la force paralysante de l'inertie. Lorsque votre raison, en plein accord avec le serment que vous avez pris, exigera que vous agissiez, vous agirez. Finalement le serment que nous avons exigé de vous nous donne le droit de vous confier des missions en dehors du Temple, avec la certitude que vous les accomplirez.  Si vous n'avez pas confiance en notre Ordre, retirez-vous de ce Temple. Ce n'est pas nous qui vous avons convoqué, c'est vous qui avez frappé à notre porte. Si vous êtes veules et de cœur lâche, laissez-nous. Nous ne cherchons pas un grand nombre de Frères, mais des Frères aux âmes trempées. Êtes-vous prêt à porter serment? Ils répondent  Que chacun d'entre vous tende la main droite, et prononce clairement : "Je le jure". Ils obéissent Si l'un d'entre vous viole le serment qu'il vient de prendre, son corps ne sera point jeté aux oiseaux rapaces, ni déchiqueté, mais en vérité, je vous le dis : si l'un de vous nous trompe par indigence d'esprit, celui la retournera au monde des basses et viles passions qu'il n'aurait jamais du quitter. Et s'il nous trompe par lâcheté, nous le chasserons de nos Temples comme le dernier des derniers. Debout et à l'ordre, mes Frères

   A  L\G\D\G\A\D\L'U\

 Au nom et sous la juridiction du Suprême Conseil du Rite Écossais Ancien et Accepté pour la France, je vous élis, vous reçois et vous confirme dans le degré des Élus des 9 dans ce souverain chapitre n° 895.

Frère Inspecteur, veuillez donner lecture du serment qu'à notre tour nous prenons envers nos nouveaux Frères Élus des 9

Inspecteur  Nous promettons à nos Frères nouvellement élus de ne jamais les abandonner dans aucune action entreprise par eux en pleine harmonie avec les buts de notre respectable Ordre. Sans toutefois nous engager en ce qui concerne leurs affaires privées, nous leur promettons aide et appui en toute action qu'ils entreprendront dans l'intérêt de notre Ordre. Si l'un de nos Frères se trouvait admis dans un service public, nous nous engageons à le soutenir tant qu'il suivra le droit chemin, et à le prévenir s'il s'en écarte. Nous nous engageons à prendre avec toutes nos forces la défense d'un Frère qui aurait pâti par fidélité à notre Ordre.

TSM   Afin de raffermir les liens qui nous unissent à nos nouveaux élus, que tous les Frères de ce Souverain Chapitre tendent la main droite dans un élan de fraternité, et prononcent les mots: "Je le jure".

Tous les Frères   JE LE JURE.

TSM (Aux nouveaux élus)   En signe de notre alliance vous porterez ce cordon ainsi qu'est la coutume parmi les Frères Élus depuis la nuit des temps. (Ils portent le cordon sur l'épaule droite comme au 3ème degré)  Mes chers Frères, je vous invite à vous joindre à moi pour fêter l'heureuse acquisition réalisée ce jour par le REAA en général et ce souverain chapitre en particulier, dans la personne des Frères se trouvant entre les colonnes. A moi mes Frères, par le signe et la batterie Prenez place, mes Frères Frère Surveillant, je te prie de communiquer aux nouveaux élus les signes, les attouchements ainsi que l'enseignement conformément au rituel.

Inspecteur TSM l'enseignement a été communiqué aux nouveaux Frères élus.

TSM rères nouvellement initiés, veuillez prendre vos places.

INSTRUCTION RITUELLIQUE

TSM                 Nous allons maintenant, Frère Stolkin et moi, vous donner, par questions et réponses, l'instruction rituèllique du Maître Élu des 9
Écoutez attentivement.

TSM                 Êtes vous Maître Élu des 9?

Inspecteur       Le sort seul en a décidé. La caverne m'est connue.

TSM                 Qu'avez-vous vu dans cette caverne?

Inspecteur       Une lampe, une fontaine, un poignard et le traître ABIRAM.

TSM                 Quel était l'usage de tout cela?

Inspecteur       La lampe m'a éclairé, la fontaine m'a désaltéré, avec le poignard j'ai vengé la mort de notre Respectable Maître Hiram-Abif.

TSM                 Où avez-vous été reçu?

Inspecteur       Dans la salle d'audience de Salomon.

TSM                 Combien d'Intendants des Bâtiments furent élus ce jour là?

Inspecteur       9. Je fus du nombre.

TSM                 Dans quel nombre furent choisis ces 9?

Inspecteur       Dans un nombre d'environ 90.

TSM                 Quel motif vous a engagé à solliciter le degré de Maître Élu des 9?

Inspecteur       Le désir de venger la mort du Maître Hiram-Abif.

TSM                 Où avez-vous trouvé son assassin?

Inspecteur       Au fond d'une caverne située au pied d'une montagne, au bord de la mer, près d'un buisson ardent, dans le voisinage de JEPPE.

TSM                 Qui vous a montré le chemin?

Inspecteur       Un inconnu.

TSM                 Par quelle route êtes-vous passé?

Inspecteur       Par des chemins inaccessibles et obscurs.

TSM                 Qu'avez-vous fait en arrivant dans la caverne?

Inspecteur       J'ai ramassé un poignard que j'ai trouvé par terre et j'ai frappé le traître à la tête et au cœur. Celui ci expira aussitôt.

TSM                 Qu'a-t-il dit avant d'expirer?

Inspecteur       Il a dit une parole que je ne puis répéter.

TSM                 Donnez-moi la première lettre de la première syllabe, je vous donnerai celle de la seconde.

Inspecteur       N

TSM                 K. Que signifient ces 2 lettres?

Inspecteur       NEKA, mot hébreu qui signifie "Je suis frappé"

TSM                 A quel mot cette parole répondait-elle?

Inspecteur       A NEKAM qui signifie "Vengeance".

TSM                 De quelle façon votre réception a-t-elle été faite?

Inspecteur       Par vengeance, désobéissance, clémence, et par 8 + 1.

TSM                 Expliquez-moi cela.

Inspecteur       Par vengeance, parce que j'ai détruit un traître. Par désobéissance parce que j'ai outrepassé les ordres du Roi. Par clémence, car mes Frères ont intercédé pour obtenir mon pardon
Par 8 et 1 car nous étions 9

TSM                 Qu'avez-vous fait après avoir tué le traître?

Inspecteur       Je lui ai coupé la tête, j'ai apaisé ma soif, j'ai rejoint mes Frères qui criaient "Vengeance".

TSM                 Qu'y avait-il encore à faire?

Inspecteur       Plus rien. Tout était achevé et Hiram-Abif vengé.

TSM                 Comment vous a reçu le roi Salomon?

Inspecteur       Avec indignation, parce qu'il se proposait de faire justice lui-même. Il ordonna ma mort. Je ne dus la vie qu'à l'intervention de mes Frères qui ont témoigné de mon zèle.

TSM                 Que représente la chambre obscure dans laquelle vous avez été enfermé avant votre réception?

Inspecteur       Elle représente la caverne où j'ai découvert le traître.

TSM                 Pourquoi vous a-t-on bandé les yeux pour vous y conduire?

Inspecteur       Pour m'indiquer les difficultés et l'obscurité des chemins qui conduisent à la caverne.

TSM                 Que signifient les coups qui ont été frappés pour avertir de faire ce que vous deviez faire?

Inspecteur       Ils m'ont fait souvenir du traître endormi et ils m'ont rappelé combien peu l'on doit se croire en sûreté et hors de danger, après avoir commis un crime.

TSM                 Comment travaillent les Maître Élus des 9?

Inspecteur       L'obscurité les oblige à mettre leurs mains en avant pour éviter de se heurter la tête contre quelques obstacles. Les routes qu'ils suivent sont mauvaises et difficiles et les obligent à marcher en croisant les jambes. C'est pourquoi, quand ils sont assis dans ce chapitre, ils croisent toujours le genou droit sur le genou gauche.

TSM                 Que représente le chien que l'on voit, sur le tableau, accompagnant l'homme qui va vers la caverne?

Inspecteur       L'inconnu qui conduit l'élu.

TSM                 Que signifie le bras nu armé d'un poignard?

Inspecteur       La vengeance suit toujours le coupable.

TSM                 Que représentent le cordon noir et le poignard que nous portons?

Inspecteur       Le noir est la marque du deuil de tous les Maîtres, en souvenir de la mort de Hiram-Abif. Le poignard est l'arme de la punition du crime.

TSM                 Par quelles emblèmes figurez-vous les 9 Élus?

Inspecteur       Par les 9 rosettes rouges sur le cordon, par les 9 lumières, 8 et 1,, dans le chapitre. Par les 9 coups, 8 et 1 de la batterie. Par les 9 baisers, 8 et 1, reçus à ma réception. Et enfin par les 9 gouttes de sang répandues par le Maître, qui ont été conservées sur le pavé, jusqu'à l'accomplissement de la vengeance.

TSM                 Comment portez-vous votre cordon?

Inspecteur       De l'épaule gauche à la hanche droite, avec un poignard suspendu en bas.

TSM                 De quelle couleur est votre tablier?

Inspecteur       Il est blanc, en peau, bordé et doublé de noir. Au centre, il porte 9 taches rouges de sang. Sur la bavette est un bras nu ensanglanté, tenant un poignard plein de sang.

TSM                 Quelle tenture tapisse le chapitre?

Inspecteur       Le chapitre est tendu de rideaux noirs, soutenus par des colonnes alternativement rouges avec des larmes blanches et blanche avec des larmes rouges. Ces 2 couleurs représentent l'une le sang qui a été répandu et l'autre l'ardeur et la pureté des Élus.

TSM                 Pourquoi n'avez-vous qu'un Surveillant?

Inspecteur       Parce que le Chapitre se tenait toujours dans le palais de Salomon. Il n'y avait qu'un seul favori pour surveiller ce qui s'y passait.

TSM                 Donnez-moi le mot sacré

Inspecteur       NEKAM

TSM                 A quelle heure les Élus sont partis à la recherche des traîtres?

Inspecteur       A l'entrée de la nuit, dès que l'obscurité commença à couvrir la terre.

TSM                 Quand sont-ils revenus?

Inspecteur       Au point du jour.

TSM                 Quel âge avez-vous?

Inspecteur       8 et 1 ans accomplis.

TSM                 Quelle est la morale du degré de Maître Élu des 9?

Inspecteur       En aucun cas la vengeance n'est permise.

TSM                 Ceci termine la cérémonie de réception d'un nouveau Maître Élu des 9, 9ème degré du Rite Écossais Ancien et Accepté.

Lire la suite

REAA : initiation au 9ème degré (1)

11 Juillet 2012 , Rédigé par Rituell REAA Publié dans #hauts grades

TSM Frère Maître des Cérémonies, va rejoindre les Frères .......... et dis leur que par ordre des Grands Élus Parfaits et Sublimes Maçons, ils ont été élevés aux 5ème, 6ème, 7ème et 8ème degrés de notre Ordre. Dis-leur également que les instructions correspondantes leur seront communiquées en temps opportun. Si toutefois ils insistent pour être admis parmi les élus, amène-les au seuil du Temple. Le Maître des Cérémonies obéit, et amène les candidats à la porte du Temple, où il frappe au 8ème degré OOO OOO OO

Gardien du Temple Frère Inspecteur, des Intendants du Bâtiment frappent à la porte du Temple.

Inspecteur TSM,, des Intendants du Bâtiment frappent à la porte du Temple.

TSM Informe-toi de ce qu'ils désirent.

Inspecteur  Frère Gardien du Temple, demande ce que désirent ces Frères

Gardien Que désirent ces Francs-Maçons?

MdC  Ils insistent pour être admis parmi les élus.

Inspecteur  TSM, le Frère Maître des Cérémonies les a amenés au seuil du Temple car Ils insistent pour être admis parmi les élus.

TSM Qu'on les introduise dans le Temple. Musique. Le Maître des Cérémonies et les candidats entrent d'un pas précipité. Frère Maître des Cérémonies, pourquoi as-tu amené ici ces Intendants des bâtiments?

MdC  TSM, ils insistent pour être admis parmi les élus.

TSM aux candidats Mes Frères, vous a-t-on amenés ici de votre plein gré?

Les Candidats  Oui.

TSM  Vous participez déjà depuis de longues années à la construction du Temple. Fidèles à votre serment, vous nous avez aidés consciencieusement. Êtes vous convaincus de la sincérité des hauts principes que vous avez acquis chez nous?      Les candidats répondent. Frère Inspecteur, quel est notre devoir?

Inspecteur Le Vénérable Maître Hiram a été assassiné

TSM  Que signifient ces paroles?

Inspecteur Sortant des ténèbres de la nuit, lentement, dans de lourdes souffrances, accablé de pressentiments, torturé par le doute, l'esprit humain a atteint la lumière. Aujourd'hui, cette lumière s'est éteinte.

TSM Hiram, c'est la raison. Ils étaient harassants, les labeurs des premiers bâtisseurs du Temple. Le crime dont vous avez entendu parlé, a rendu impossible la continuation des travaux. Jamais crime plus vil ne fut commis sur terre. Frère Inspecteur, quel est notre devoir?

Inspecteur Le Vénérable Maître Hiram a été assassiné

TSM Que signifient ces paroles?

Inspecteur Les travaux du Temple sont suspendus.

TSM Pourquoi?

Inspecteur  Parce que les meurtriers de Hiram sont en vie.

TSM Pour quelle raison les bâtisseurs du Temple doivent-ils être intrépides et résolus?

Inspecteur Parce qu'ils doivent retrouver les meurtriers de Hiram, et les châtier.

TSM  (l'interrompant) Ne dis plus rien... Mes Frères ainsi que vous le savez, l'homme est asservi. Qu'il soit le bourreau, ou sa victime, il est toujours dominé par le crime. Allons-nous gémir éternellement? Vous avez reçu les degrés selon vos mérites. Nous vous avons suivis attentivement. Les Frères ont confiance en vous. Pouvons-nous compter sur vous? Ils répondent Frère Inspecteur, réponds-tu du courage de ces Frères Francs-Maçons?

Inspecteur Les Frères ont confiance en eux.

TSM  Ont-ils jusqu'à présent accompli consciencieusement les devoirs qu'ils ont assumés?

Inspecteur  Les Frères l'attestent.

TSM Peux-tu garantir qu'ils n'ont pas participé au meurtre de Hiram?

Inspecteur Personne ne les soupçonne de cela.

TSM Peux-tu garantir qu'ils ne sont pas responsables de la mort de Hiram?    Le Surveillant reste silencieux   Le TSM se lève.Cet homme, n'est-il pas  un des meurtriers de Hiram? Silence            Réponds donc! Silence Réponds!

Inspecteur  TSM, je ne puis lire dans l'âme d'un homme.

TSM  (s'assied)  Tu as raison, mais il y a des indices qui permettent de reconnaître le meurtrier. Saisis l'un d'eux. Éclairé son visage, et réponds à mes questions. Le Surveillant obéit.

TSM Lis-tu sur son visage les signes de l'ignorance? Porte-t-il l'empreinte de l'obstination stupide qui engendre le fanatisme, cette soumission servile, outil inerte entre les mains du bourreau?

Inspecteur Non, TSM, son visage ne porte pas ces signes.

TSM  Y vois-tu l'empreinte de vices et d'ignobles passions, preuves d'un cœur lâche, prêt à se profaner et à trahir ses frères?

Inspecteur  SM, son visage ne porte pas une telle empreinte.

TSM  Son visage ressemble-t-il à celui d'un homme esclave de ses passions, esclave de la cupidité, sacrifiant sa raison aux satisfactions matérielles et sa conscience à l'ambition? Y vois-tu des traces de cruauté?

Inspecteur TSM, son visage ne porte pas de telles traces.

TSM  Si tu ne perçois pas en lui des traces d'ignorance, de vice ou de cruauté, c'est qu'il n'est pas le meurtrier de Hiram. Examine les autres.

Inspecteur TSM, je me porte garant de ces Frères Francs-Maçons: ils sont purs de tout vice, de toute cruauté, de toute ignorance.

TSM  Dans ce cas, répondez-moi, mes Frères, avez-vous confiance en nous comme nous l'avons en vous? Les candidats répondent Si c'est ainsi, vous allez écouter la légende de Hiram, dont le début vous a été communiqué.

Orateur Lorsque l'on informa le roi Salomon que Hiram n'était pas apparu parmi les bâtisseurs du Temple, il ordonna que l'on cessât tous travaux et défendit que l'on payât les ouvriers tant que l'on n'eut pas découvert Hiram mort ou vif. Tous les Frères se lancèrent à sa recherche. La tombe de Hiram, sur laquelle était plantée une branche d'acacia, fut découverte par le Frère Inspecteur, ce qui fit accroître la confiance que Salomon lui témoignait. Mais le roi ne pouvait admettre que la mort de Hiram restât impunie. Aussi donna-t-il l'ordre de poursuivre les meurtriers, et promit-il une haute récompense à celui qui les lui ramènerait. Un jour que Salomon s'entretenait dans son palais avec les Maîtres, dont le nombre était supérieur à 90, le chef de la garde entra, et déclara qu'un étranger voulait confier au roi un secret de la plus haute importance. Les Frères ressentirent beaucoup d'inquiétude en voyant la hâte avec laquelle Salomon quitta la salle pour se rendre auprès de l'inconnu. Mais son absence fut de courte durée. Salomon revint dans la salle et les informa que l'étranger connaissait l'endroit où s'étaient réfugiés les meurtriers du Maître et qu'il offrait d'y conduire tous ceux qui désiraient le suivre. Tous les Frères, dans un grand élan du cœur, se déclarèrent prêts à l'accompagner. Salomon en ressenti une profonde satisfaction, mais il déclara que 9 maîtres suffiraient et que le sort désignerait ceux qui allaient poursuivre les meurtriers, et ceux qui auraient l'honneur de reprendre les travaux de reconstruction du Temple. Des billets portant les noms de tous les maîtres furent placés dans une urne et les neufs Frères dont les noms sortirent furent ainsi élus.

TSM Mes Frères, vous êtes parmi les 9 Élus. Avez-vous assez de courage pour accomplir la tâche sacrée qui vous échoit? Les Candidats Nous sommes prêts à verser notre sang pour le bien de tous.

TSM  Savez-vous que Hiram personnifie le Savoir et la Liberté détruite par la force inerte de l'ignorance et de la superstition? Les Candidats Nous le savons.

TSM   En vous joignant à nous, vous attirez à vous la colère de la foule, le mépris des puissants de ce monde. Votre sort sera la pauvreté, et, aux yeux des non-initiés, le déshonneur. Y consentez-vous? Chaque candidat J'y consens.

TSM  Dans ce cas, partez. Tachez de tout comprendre, et d'agir en consé­quence. Que votre maison et votre conscience aient éclairé par la lumière de la Loi éternelle qui gouverne les mondes ? Allez là où vous appeler le devoir, et que s'accomplisse ce qui doit s'accomplir. Frère Maître des Cérémonies, conduis les Élus à l'endroit qui convient. Le Maître des Cérémonies conduit les candidats hors du Temple, et pendant que le TSM lit son discours, il leur apprend que selon l'ancien rituel un des candidats était introduit dans un second temple, représentant la caverne dans laquelle s'était réfugié le meurtrier de Hiram, un nommé Abaïram. Un des Frères représentait le meurtrier endormi; mais ensuite, et sans que le candidat le remarque, ce Frère était remplacé par un mannequin. On proposait alors au candidat de trancher la tête d'Abaïram après quoi il devait revenir dans un premier temple et se présenter devant le TSM tenant dans une main la tête sanglante et dans l'autre le poignard. Le Maître des Cérémonies explique aux candidats que l'un d'entre eux devra tenir dans les cérémonies qui doivent suivre le rôle du meurtrier d'Abaïram. (Pendant l'absence des candidats, le TSM prend la parole comme suit.)

TSM   Mes Frères, nous allons sous peu connaître la valeur de nos candidats. Ils vont être conduits devant le meurtrier de l'esprit humain, devant celui qui détruisit la raison et rendit stérile toute œuvre créatrice. Ils sont armés de poignards, le meurtrier sera à leur merci. Comment doivent-ils se comporter? Je dois selon la légende, proposer à chacun de vous de se pencher sur cet angoissant problème que doivent résoudre nos candidats. Nous ignorons d'où nous venons, ce que nous sommes, et ce que nous deviendrons après notre mort. Il n'y a ni début ni fin. Tout se transforme. Qu'est-ce que l'homme? Un germe dans le sein de sa mère, à peine perceptible au microscope. Ce germe est tout un organisme, dans son état embryonnaire. Il grandit, il pense, il se décompose, ses pensées disparaissent, son corps redevient charbon, phosphore. Il retourne à la matière d'où il provient. La vie de l'homme, c'est une étincelle, un instant dans les ténèbres de la nuit éternelle. Une voix intérieure nous dit: "Hâtez-vous de voir et de connaître". D'immenses espaces s'ouvrent devant l'homme. Mais quelque chose l'empêche de voir. Que doit-il faire pour y arriver? S'il tarde d'une seconde, l'étincelle de sa vie s'éteindra. Il rentrera dans la nuit sans avoir connu la vérité. Le meurtrier de Hiram est devant lui. A-t-il le droit de tuer? Que chacun de vous se dise : Je suis une étincelle dans la nuit éter­nelle. Dans un instant, je rentrerai dans les ténèbres. Le meurtrier d'Hiram m'empêche de voir.  Ai-je le droit de tuer? Si quelqu'un de vous dit : en quoi cela me concerne-t-il que le meurtrier de Hiram reste en vie? "Je proviens de la matière. Je connais la chair et sa puissance. Je me soucie peu de voir la vérité ou de croire voir, alors qu'on me trompe". Sachez que celui qui parle ainsi n'est pas un franc-maçon. Nous ne sommes pas seuls. Nous faisons œuvre commune en compagnie de nos pareils. Si quelqu'un vous dit "Cela ne te regarde pas, ce que font les autres", sachez que cet homme n'est pas un franc-maçon. Nos têtes ploient sous le joug de l'ignorance et de la violence. Les travaux des Francs-Maçons n'ont qu'un seul but : la libération. Frère Gardien du Temple, fais savoir au Maître des Cérémonies qu'il peut se présenter en compagnie des candidats. Pause jusqu'à ce que l'on vienne frapper à la porte du Temple

 Le MdC frappe à la porte du Temple   OO OO OO OO   O

Inspecteur TSM, on frappe à la porte du Temple en Frère Élu des 9

TSM Renseigne-toi pour savoir de quoi il s'agit.

Inspecteur  TSM, les élus ont accompli leur devoir. Ils ont hâte de se présenter devant toi.

TSM  Qu'ils entrent. Les candidats entrent à pas précipités, et ne s'arrêtent qu'au pied de l'autel. Le premier brandit un poignard sanglant.

Candidat  J'ai poignardé le meurtrier de Hiram.

Inspecteur (Se précipitant sur lui)Qu'as-tu fait? Qu'as-tu fait?

Candidat Le meurtrier de Hiram est mort de ma main.

TSM  Malheureux, tu es devenu toi-même un meurtrier. Cette lame sanglante m'inspire le dégoût. Réponds, qui t'a accordé le droit de juger et de châtier? Mes Frères, cet homme a osé croire que le crime peut être au service de la vérité. Il a placé la passion personnelle au-dessus de l'Équité. Il a été inspiré par un fanatisme aveugle, et un stupide orgueil. Tous les Frères Se mettent debout et crient: NEKAM (puis tout le monde s'assied)

Inspecteur Saisit le candidat, et dit: A genoux! Il lève le poignard pour le frapper, mais le candidat fait le signe de détresse

TSM   Insensé! A quoi pensez-vous? Désirez-vous à votre tour vous souiller de sang? Quand l'homme abandonnera-t-il enfin cette habitude de tout régler par le sang? Les envoyés de divers partis politiques ont tenté d'accaparer nos temples: des fanatiques religieux ont essayé de masquer leur passion et leurs superstitions sous le manteau de la Maçonnerie. Mais leurs attaques n'ont jamais réussi à détourner les Francs-Maçons de leur voie. Ils la suivent sans dévier, considérant la vérité au-dessus des préjugés et des avantages fortuits, écartant le vice autant comme but que comme moyen. Vous, mes Frères, saurez profiter de l'enseignement que vous avez reçu ce soir. On vous a mis face à face avec le meurtrier de Hiram. La caverne sombre dans laquelle vous l'avez retrouvé, c'est votre conscience. Vous tuerez en elle votre inclination secrète pour vos passions et vos vices. Nous vous convoquerons ici soit pour vous instruire, soit pour instruire d'autres Frères. Vous trouverez des excuses pour ne pas répondre à notre appel. Vous alléguerez comme prétexte des affaires dans le monde profane. C'est là qu'apparaîtra votre lâcheté. Aurez-vous assez de force de volonté pour la vaincre, lorsque nous vous demanderons une partie infime de votre temps, aurez-vous le cœur de sacrifier de vos plaisirs habituels pour venir ici, et vous étancher à la source de la vertu et de la vérité? Et lorsque nous aurons besoin ne fut ce que d'une toute petite part de votre fortune pour la réussite d'une noble entreprise, aurez-vous le courage de sacrifier une heure de votre bien-être pour l'intérêt de notre cause commune? Ce sont là des coups de poignards que nous exigeons de vous. Êtes-vous prêt à obéir? Répondez. Ils répondent Frère Maître des Cérémonies indique leur place aux candidats.     Frère Orateur je te prie de donner lecture de la suite de la légende.

Orateur  Dès que leurs noms furent cités, les visages des 9 Élus rayonnèrent de joie. Salomon leur ordonna de suivre l'étranger vers la caverne où le meurtrier, Abaïram, s'était réfugié. Les 9 élus se mirent en route. Pendant un certain temps, ils marchèrent ensemble, mais l'un d'entre eux, nommé Joabert, brûlant d'impatience et assoiffé de vengeance, devança les autres et pénétra le premier dans la caverne. A la lumière d'une lampe qui brûlait à l'intérieur, il vit le meurtrier se reposant sur le dos. Oubliant les instructions de Salomon, Joabert saisit son poignard et frappa le meurtrier à la tête. Sous le coup, celui ci se ranima, la rage au cœur, mais la blessure, et l'aspect intrépide de Joabert le firent trébucher. Il tomba, et criant désespérément "Nekam", "Nekam", ce qui veut dire vengeance, il rendit l'âme. Ivre de fureur, Joabert trancha la tête du meurtrier de Hiram, et la plaça à ses pieds avec le poignard. Puis, voyant une source d'eau fraîche sourdre de la caverne, il se rafraîchit et, se couchant par terre, s'endormit profondément. Entre-temps, les 8 autres élus arrivèrent en compagnie de l'étranger. Moins assoiffés de vengeance que Joabert, ils brûlaient du désir d'exécuter la volonté le roi. Quelle fut donc leur stupéfaction lorsqu'ils virent Joabert endormi avec la tête d'Abaïram, et le poignard sanglant à ses pieds. Leur premier cri fut "Nekam!" "Nekam!". Leurs cris réveillèrent Joabert qui se leva en sursaut, et cria également  "Vengeance!". Les Frères lui demandèrent "Qu'as-tu fait, Joabert? Que dira le roi?" Le front de Joabert s'assombrit. Il se rendait compte de la gravité de son crime. Il ne lui restait qu'un seul espoir de salut : la miséricorde du roi.   Prenant d'une main la tète d'Abaïram, et de l'autre le poignard, il suivit les Frères, qui l'emmenèrent au palais.. Lorsque Salomon apprit que les Élus étaient revenus le jour même, il fut fort satisfait. Il ne doutait pas qu'ils avaient ramené le meurtrier d'Hiram. Il méditait sur le châtiment que demandait une justice pure, quand il aperçut Joabert tenant à la main la tête d'Abaïram. Sur le coup, Salomon ne put retenir la colère qui l'envahit. Mais ensuite, se dominant, généreusement il pardonna à Joabert.

- Le serment -

TSM  Debout et à l'ordre, mes Frères  S'adressant aux postulants Approchez-vous de l'Orient. Frère Orateur, je vous prie de donner lecture du texte du serment religieusement respecté par les Frères Élus des 9 depuis les temps immémoriaux.

Orateur  Devant le Grand Architecte de l'Univers, et devant cette auguste assemblée, je jure sur l'honneur d'un homme de bonne foi et d'un franc-maçon de ne jamais dévoiler à un profane ni à un Frère de grade inférieur le secret du grade suprême de Maître Élu des 9. Je jure d'accomplir tous les devoirs qui relèvent de l'enseignement de ce degré, et être prêt à sacrifier à la mémoire de Hiram toute personne coupable d'avoir violé son serment. Et s'il m'arrivait le grand malheur d'enfreindre mon serment, que je sois poignardé en sacrifice à la mémoire d'Hiram. Que mes yeux soient brûlés par le fer incandescent, et mon corps jeté aux oiseaux rapaces, et déchiqueté. Et que mon souvenir soit à jamais odieux aux enfants de la Veuve.

Lire la suite

Rite Français 1er Ordre grade d’élu

10 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel Rite Français Publié dans #hauts grades

OUVERTURE

Lorsque le Conseil s'assemble, tous les Frères sont habillés, à l'exception du  cordon qu'ils doivent porter sur le bras gauche. Le Très Sage se met au bas de l'Autel et passe le cordon noir à tous les  Frères, l'un après l'autre, suivant leurs dignités et offices.

Ensuite, le Très Sage dit:

T:.S:.: Frère Grand Inspecteur, quel est le premier devoir d'un Grand  Inspecteur Élu?

G:.I:.: Très Sage, c'est de s'assurer si tous les Frères sont Élus T:.S:.: Assurez-vous-en, Grand Inspecteur.

(Le Grand Inspecteur s'en assure, et en rend compte au Très Sage.)

T:.S:.: Quel est le second devoir d'un Élu?

G:.I:.: Très Sage, c'est de voir si les travaux sont couverts.

T:.S:.: Assurez-vous-en, Grand Inspecteur.

(Le Grand Inspecteur s'en assure et en rend compte au Très Sage.)

T:.S:.: Êtes-vous Élu Secret?

G:.I:.: Une caverne m'est connue, une lampe m'a éclairé, une source m'a désaltéré.

T:.S:.: Quelle heure est-il?

G:.I:.: L'étoile du jour qui paraît nous annonce que le soleil va se lever et qu'il  est temps de nous mettre à l'ouvrage.

 T:.S:.: Puisque ce juste dessein vous anime et que le soleil va se lever, Grand  et Sévère Inspecteurs, Frères Élus Secrets, le conseil va s'ouvrir:

A moi, mes Frères! (Tous les Frères, guidés par le Très Sage, font le signe et applaudissent. Le  Très Sage frappe huit coups égaux et un lent.)

T:.S:.: Le Conseil des Élus est ouvert.

Il frappe un coup et dit:

T:.S:.: En place, mes Frères.

(Le Secrétaire fait la lecture de la planche des derniers travaux, après  laquelle on introduit les visiteurs, s'il y en a.)

T:.S:.: Frère Sév:. Inspecteur, prenez avec vous deux Élus, faites à l'extérieur  de la chambre du Conseil la recherche la plus scrupuleuse; il est important

que je sois assuré que nous ne pouvons être entendus.

(Le Sévère Inspecteur sort, accompagné de deux Élus. Un moment après, on  frappe à la porte en Maître.)

Sur l'annonce du Grand Inspecteur, le Très Sage dit:

T:.S:.: Quel est le Maître assez téméraire pour venir troubler nos travaux?  Faites voir qui frappe, Frère Grand Inspecteur.

(Le Grand Inspecteur, après s'en être assuré par la voie du Maître de  Cérémonies, dit:)

G:.I:.: Ce sont les Élus envoyés faire leur visite, qui se sont emparés d'un des  ouvriers du Temple et qui l'amènent.

T:.S:.: Que l'entrée leur soit donnée.

(Les portes s'ouvrent; le Frère Sév:. Inspecteur entraîne le candidat à  l'occident en disant:)

F:.S:.I:.: Voici un des ouvriers du Temple que nous avons trouvé près d'ici;  nous ignorons ses desseins.

(Tous les Élus crient vengeance et tournent leurs poignards vers le  Récipiendaire. Du même temps, le Grand Inspecteur lui pose un poignard

sur le coeur, prêt à le frapper.)

T:.S:.: Qui es-tu?

(Le Sévère Inspecteur lui dicte les réponses.)

R:.: Je m'appelle Joaben, Maçon de la classe des Maîtres. T:.S:.: Que veux-tu?

R:.: Me jeter à vos pieds et vous demander la grâce d'être le vengeur d'Hiram. T:.S:.: Brisez ses liens; qu'il soit libre ainsi que tout Maçon doit l'être.

(On le délie.)

T:.S:.: Assurez-nous, mon Frère, par vos réponses, de la vérité que ce que  vous venez d'avancer.

Êtes-vous Maître? R:.: Éprouvez-moi.

(Le Très Sage fait des questions tirées de l'instruction du grade de Maître  pour s'assurer s'il est instruit.)

T:.S:.: Donnez l'attouchement, les mots et le signe de Maître au Frère Grand  Inspecteur.

(Il les donne.)

T:.S:.: Frères qui composez le Conseil, êtes-vous satisfaits?

(Tous les Frères lèvent la main droite qu'ils font retomber ensemble sur la  cuisse droite, en signe d'approbation.)

T:.S:.: Puisque le Frère réunit tous les suffrages, Frère Grand Inspecteur,  faites-le avancer neuf pas (trois d'apprenti, trois de compagnons, trois de

maître), jusqu'au Trône, pour y venir prêter son Obligation entre nos mains.

(Le Frère Grand Inspecteur le fait avancer jusqu'au Trône où, étant arrivé, il  lui met le genou droit à terre, la main droite sur le livre de la Sagesse, et

tient, de la gauche, le compas qui embrasse un maillet.

Le Très Sage pose son poignard sur le front du Frère et le Grand Inspecteur  lui met le sien derrière le dos; puis, le Très Sage dit:)

T:.S:.: Mon Frère, si vos dispositions sont sincères, prononcez avec moi:

OBLIGATION

"Je promets, foi de maçon, devant le Grand Architecte de l'Univers et cette  Assemblée, de ne jamais révéler à aucun homme qui n'ait fait ce que j'ai fait,  le Secret des Élus. Je promets d'en remplir scrupuleusement les obligations.  Je tiendrai mes engagements, ou que la mort la plus affreuse soit l'expiation

de mon parjure; que mon corps devienne la proie des vautours et que ma  mémoire soit en exécration aux Enfants de la Veuve par toute la Terre."

(L'obligation prêtée, le Très Sage dit:)

T:.S:.: Frère Grand Inspecteur, faites retourner le Frère à l'occident; faites-lui  faire les pas en arrière pour lui apprendre que l'on a rien sans peine et qu'il  ne doit jamais s'offenser des mortifications ordonnées par le jugement de la

Loge, l'humilité étant le véritable chemin de la perfection maçonne; qu'il  prenne place parmi nous.

(Arrivé à l'occident, le Grand Inspecteur le fait asseoir sur le tabouret entre  lui et le Frère Sévère Inspecteur, et le Très Sage dit:)

T:.S:.: Frères Élus, mes Frères! Depuis qu'un assassinat affreux nous a privé  de l'Architecte qui, par ses vertus et ses lumières, avait mérité d'avoir la

conduite de l'Édifice fait pour y chanter les louanges du Grand Architecte de  l'Univers, tout est dans la consternation parmi les ouvriers, et dans un deuil

universel; l'Étoile du Matin n'appelle plus les ouvriers à l'Ouvrage. J'ai  imploré celui qui rend vains tous les travaux des hommes, s'il ne construit

pas lui-même. Il a daigné exaucer mes prières, il ne veut pas que le crime  reste impuni plus longtemps. Un inconnu s'est offert à moi; il m'a révélé la

retraite des assassins d'Hiram. Cette découverte mérite le plus grand secret  et une prompte délibération.

(A ce moment, tous les Frères crient: Vengeance!)

T:.S:. (Adressant la parole au Récipiendaire): Frère Maître, votre zèle à  accomplir cette commission importante égale sans doute celui des autres

membres de mon Conseil. Je n'en veux déférer l'honneur à aucun; le sort va  décider de celui qui sera choisi. Frère Maître des Cérémonies, faites votre office.

(Le Frère Maître des Cérémonies présente le scrutin au candidat, qui en tire  un papier sur lequel est écrit Joaben et le présente ensuite à tous les Élus.

Ensuite, le Très Sage dit:)

T:.S:.: Joaben, vos voeux sont remplis, soyez le chef d'une si noble

entreprise. Je n'ai pas besoin de vous faire sentir toute l'importance de  l'emploi que je vous confie. Allez du côté de Joppa, près d'une caverne au

bord de la mer, nommée la caverne Bénacar, vous y trouverez Abibalc et ses  complices; tâchez de les amener. Souvenez-vous de n'attenter à leur vie

qu'autant que la vôtre sera en danger... Partez!

Ici se fait le voyage. Le Sévère Inspecteur accompagne le Récipiendaire. Après  avoir accompli leur mission, ils rentrent, ce dernier tenant de la main droite

le poignard, le bras levé, prêt à frapper, le gauche étendu le long du corps.  Ils se placent à l'occident en s'écriant: Le crime est puni!

T:.S:.: Qu'une si juste vengeance serve d'exemple aux pervers et leur montre  la fin qui attend les coupables. Que pendant trois jours, les têtes des

assassins soient exposées avec leurs outils dans l'intérieur des ouvrages.  Ces trois jours expirés, leurs outils seront brisés, leurs têtes seront brûlées

et les cendres jetées aux vents, pour qu'il n'y ait plus mémoire d'eux parmi  les hommes et les Maçons; que la connaissance du forfait et de la juste

punition reste à jamais concentrée parmi les Maçons.

(Le rideau se lève et laisse apercevoir les têtes exposées, ainsi qu'il a été dit.  Le Très Sage continue et dit:)

T:.S:.: Apprenez, mon Frère, que tout ceci s'est passé, et que tout ce que  vous avez exécuté est fait pour vous retracer de la manière la plus forte les

premiers engagements que vous avez contractés en entrant dans l'Ordre, et  la punition justement méritée de quiconque se rend parjure. Tout vous a

annoncé la vengeance, mais l'Ordre est bien loin de vous inspirer un pareil  sentiment; il vous engage, au contraire, à ne jamais oublier que tout bras

armé autrement que par un pouvoir légitime ne peut être que criminel. Venez maintenant, mon Frère, recevoir la récompense que vous avez méritée.

Et vous tous, mes Frères, aidez-moi à faire un Élu.

(Le Maître des cérémonies conduit le Récipiendaire au Trône pour y  renouveler son Obligation, pendant laquelle tous les Élus sont tournés vers lui, la main étendue.

Le Très Sage lui pose son poignard sur l'épaule droite et lui dit:)

T:.S:.: Au nom du Grand Orient de ... , en son Grand Chapitre, et par les  pouvoirs que m'a donné le Chapitre de ... , je vous fais Élu. (Il lui passe le cordon noir et le revêt du tablier d'Élu.)

T:.S:.: Nous avons dans ce grade, comme dans les précédents, un signe, une  parole et un attouchement.

Le Signe se fait par celui qui demande en tirant son poignard de sa main  droite et en le levant comme pour frapper. Celui qui répond ferme le point de la main droite et, ainsi fermé, le lève puis le renverse. L'Attouchement, pour celui qui le demande, est, après avoir fermé la main droite, d'en lever le pouce et de le présenter à celui à qui on le demande. Celui-ci doit répondre en saisissant de la droite le pouce à pleine main. (On  répète alternativement trois fois la même chose.)

Le Mot sacré est N... , qui signifie Vengeance. Le mot de passe est A... .

Allez maintenant, mon Frère, vous faire reconnaître à tous les Frères en leur  donnant le signe, la parole et l'attouchement, en commençant par le Frère Grand Inspecteur.

(Cela fait, le Très Sage le proclame en disant:)

T:.S:.: Frères Grand et Sévère Inspecteurs, Frères Élus Secrets, vous  reconnaîtrez à l'avenir le Frère N... pour membre du Conseil des Élus Secrets

du Chapitre de ... , en son premier Ordre.

(Les Frères Grand et Sévère Inspecteurs répètent l'annonce. Tous les Élus,  guidés par le Très Sage, applaudissent. Le nouveau reçu remercie; son

applaudissement est pareillement couvert par la même batterie.)

T:.S:. (s'adressant au Récipiendaire): Frère nouvellement admis au Conseil  des Élus, le désir d'acquérir de nouvelles connaissances maçonniques vous a

fait solliciter le premier grade au-dessus de la Maçonnerie symbolique. Peut- être vous êtes-vous figuré voir à découvert les divers objets que l'emblème

vous a tenu voilés dans les grades précédants, ne craignez pas d'être trompé  dans votre attente, mais la carrière que vous avez à parcourir est longue et

pénible; un zèle infatigable allègera vos travaux. Vous avez percé les ténèbres  de la nuit, la lumière a brillé à vos yeux dès l'instant de votre initiation,

chaque jour elle vous éclairera davantage, et si vous avez la force de  persister, vous atteindrez le véritable but. Prenez place, mon Frère, parmi les Élus; prêtez une oreille attentive à  l'instruction qui va vous être faite; elle vous éclairera sur ce qui paraît à vos yeux, et dont vous n'avez pu jusqu'à présent avoir l'intelligence. (Le Maître des Cérémonies le fait placer; ensuite le Frère Orateur fait un  discours auquel il joint l'historique du grade.)

INSTRUCTION

D. Êtes-vous Élu Secret?

R. Une caverne m'est connue, une lampe m'a éclairé, une source m'a désaltéré.

D. Qu'avez-vous fait en cette qualité?

R. J'ai été chargé d'une commission importante dont j'ai reçu le prix. (On  montre son cordon.)

D. Quel était votre projet? R. Venger le crime.

D. Quelle vengeance était permise aux Maçons?

R. La juste punition des assassins de leur respectable Maître, de l'exprès commandement du Roi.

D. Où le projet de vengeance s'est-il formé? R. En un conseil secret.

D. A quelle heure?

R. Dans l'obscurité de la nuit.

D. Quand êtes-vous parti? R. Avant le jour.

D. Qui vous éclairait? R. L'Étoile du Matin.

D. Par où avez-vous débuté?

R. Par la destruction de deux coupables.

D. Où les avez-vous découverts?

R. Fuyant à travers des rochers escarpés.

D. Avez-vous été plus loin?

R. J'ai pénétré à l'intérieur d'une caverne effroyable.

D. Qu'y avez-vous trouvé?

R. Le traître venant de rentrer, se disposant à chercher du repos.

D. Qu'est-il arrivé?

R. Saisi de frayeur à l'aspect d'un Maître, il s'est fait justice lui-même.

D. Que vous restait-il à faire?

R. Rien, puisque la vengeance était accomplie.

D. Quelle heure était-il alors?

 R. Le soleil venait de se cacher.

D. Quel âge avez-vous?

R. Neuf semaines sur sept ans, à cause des neuf semaines qui se passèrent avant la punition du délit.

D. Que signifie la formule de votre réception?

R. Ce qui s'est passé pour la formulation et l'exécution du projet. D. D'où viennent les huit lumières et une plus grande, séparée du reste?

R. Elles représentent les neuf Élus; la plus grande indique leur chef. D. Que marquent les six autres lumières?

R. Les six maîtres qui leur furent joints à titre d'Élus, après leur retour. D. Que signifient les couleurs de la chambre du Conseil?

R. Le noir signifie la noirceur de l'action, les flammes expriment notre ardeur  à en tirer vengeance, et le rouge dénote qu'elle ne peut être éteinte que par le rouge du sang des coupables.

D. Que signifient les inscriptions que l'on voit sur les poteaux où les têtes sont plantées?

R. Que le Ciel qui juge les actions des hommes en est le vengeur certain et

ne laisse jamais le crime impuni.

D. Que signifie le chien?

R. Que le moindre indice sert souvent à déceler le coupable. D. Que signifie la caverne?

R. Qu'il n'est lieu si obscur et si caché qui puisse mettre les pervers à l'abri  du supplice ou du remords.

D. Que signifie le bras tenant un poignard?

R. Que les nôtres doivent être toujours prêts à frapper sur ce qui offense et

blesse la vertu.

D. Que signifient l'Étoile du Matin et les huit autres?

R. L'heure du départ et le nombre des Élus. Cela signifie en même temps que l'on ne saurait s'y prendre de trop bonne heure lorsqu'il s'agit de faire une  bonne action.

D. Que signifie l'escalier taillé dans le roc et si difficile?

R. Qu'il faut franchir les pas les plus scabreux pour parvenir à la destruction du vice.

D. Que signifie la lampe?

R. Que nous recevons une lumière imprévue dans les démarches dictées par  le Grand Architecte.

D. Que signifie la source trouvée inopinément?

R. Que la Providence n'abandonne jamais dans les besoins pressants.

Lire la suite

L'Arche Sainte ou le guide du Franc-Maçon (extrait)

10 Juillet 2012 Publié dans #hauts grades

NEUVIÈME GRADE , OU MAITRE ÉLU DES NEUF.

 

La troisième série des grades maçonniques est composée du Maître Elu des neuf, du Maître Elu des quinze et du Sublime Chevalier Elu. Ils reposent sur le même fond, c'est-à-dire, sur une fable absurde.

 

L'idée qui a servi de base à ces trois grades était anti-maçonnique. Elle n'a pu sortir que du cerveau vindicatif d'un sectaire. Greffée sur la souche maçonnique, elle a produit des fruits bien amers pour notre institution. Depuis plus d'un demi-siècle, ses ennemis se sont servis des grades d'élus comme d'une arme terrible, dont ils lui ont porté des coups meurtriers. Lisez Barruel, Cadet - Gassicourt, Lefranc et les journaux soudoyés par la société de Jésus; toutes les calomnies dirigées contre notre institution, ont leur source dans les grades templiers. Les mots de vengeance et de mort qu'ils renferment, ont été diversement interprétés, et ont prêté matière à toutes sortes d'imputations.

 

Eh ! pourquoi conserver ces grades, nous dira-t-on ? Voilà précisément la question à résoudre.

 

Les maçons, pas plus que les autres membres de la société profane, n'ont embrassé la cause des Chevaliers du temple.

 

Ces derniers, à certaines époques, ont pu demander secours et protection à la franc-maçonnerie et s'abriter sous son toit; ils ont pu, dans le calme de la sécurité et dans l'ardeur de leur désir de refaire leur position perdue, créer des grades en rapport avec la situation de leur esprit, et vouloir en doter la franc - maçonnerie ; mais jamais celle-ci n'a dû les admettre comme complément de son existence. Seulement quelques adeptes peu orthodoxes, dans certains pays se sont revêtus, sans trop savoir pourquoi, du cordon à poignard, et cela surtout lorsque des réformateurs ont eu donné aux grades dont il s'agit une signification toute morale.

 

Du reste, nous espérons qu'un simple résumé de la fable sur laquelle repose ces grades, suffira pour attirer sur eux la désapprobation de ceux de nos frères qui n'ont point vieilli dans la routine, et qui se laissent toujours guider par le flambeau de la raison.

 

Nous avons vu, au grade de Maître parfait, que Salomon fit élever à Hiram un tombeau qui fut placé dans une salle séparée du temple, appelée Chapitre. Ce fut dans ce lieu que Salomon tint désormais ses conseils secrets. Or, au grade d'Elu des Neuf, Salomon préside son conseil, lorsqu'Hiram, roi deTyr, se présente sur les marches du trône pour demander vengeance de la mort de l'architecte du temple. Le président attend l'avis de l'assemblée qu'il a consultée, lorsqu'un grand bruit se fait entendre. Un inconnu est arrivé clandestinement jusqu'à la porte du Chapitre, où il veut pénétrer, malgré les gardes, pour faire une confidence à Salomon. Ce dernier, qui, dans le septième grade, donnait une leçon de sagesse et de modération au roi de Tyr, en arrêtant sa main homicide, s'oublie à son tour. N'écoutant que sa colère, il ordonne à ses gardes de sacrifier sur-le-champ aux mânes d'Hiram, l'intrus qui a voulu surprendre les secrets du conseil. Mais le roi de Tyr, qui est maintenant le plus sage, émet l'avis qu'au lieu de livrer cet inconnu à la mort, on le fasse introduire dans le Chapitre, les mains liées, les yeux couverts d'un bandeau, et qu'il soit entendu. Cette proposition est adoptée, et l'inconnu paraît devant le conseil.

 

Salomon lui demande quels sont les motifs de sa démarche. Il répond qu'il a découvert la demeure de l'un des meurtriers d'Hiram, et qu'il vient la faire connaître au roi.

 

Salomon, après avoir consulté le Chapitre sur les mesures à prendre dans cette circonstance, met dans une urne les noms des membres qui le composent, et les neuf premiers élus par le sort, sont envoyés au lieu indiqué par l'inconnu pour s'emparer de la personne du meurtrier.

 

Jocaber, — Joaben, suivant le rite français,— secrétaire intime de Salomon, est nommé chef de l'expédition. Elle sort de Jérusalem pendant la nuit, marche au milieu des ténèbres par des chemins inconnus et difficiles jusqu'aux environs de Joppé, où elle arrive avant l'aurore. Jocaber, impatient et sans doute guidé par un génie vengeur, devance ses compagnons, s'enfonce dans les ravins, au milieu d'énormes rochers et d'affreux précipices. Il brave héroïquement tous les obstacles de la nature, et échappe, comme par miracle, à mille périls. Enfin, il aperçoit, — probablement à la clarté d'une étoile miraculeuse, — au fond d'un précipice, un chien qui se désaltère à une source d'eau vive. L'animal se tait et disparaît derrière un buisson, d'où s'échappent quelques rayons de lumière. Jocaber s'avance hardiment, et découvre une caverne derrière le buisson. Il y pénètre et aperçoit Abiram, l'un des meurtriers du maître, étendu sur le sol, se livrant aux douceurs du sommeil. Une lampe est allumée à côté de lui, et un poignard s'est échappé de sa main. Judith avait à traverser une armée ennemie, à tromper la surveillance des gardes d'Olopherne pour accomplir son projet; mais Abiram est seul, endormi et sans défenseurs... Allons! courageux et loyal Jocaber, ministre du plus sage et du plus juste des hommes, la victime est prête! ramasse ce poignard! Pour punir le meurtre, fais-toi meurtrier! Allons, frappe ! C'est bien! Le sacrifice est achevé... le sang coule en bouillonnant du sein de ta victime ; la pâleur de la mort s'étend sur son visage et décolore ses lèvres; ses membres se raidissent ; un dernier râle s'échappe de sa bouche... Omne consummatum est !

 

Mais, ce n'est pas assez de préméditation, d'horreur et de lâcheté ! Coupe la tête d'Abiram, et emporte-la comme un glorieux trophée, à ton royal maître qui te récompensera. Tes compagnons te rejoindront plus tard pour être témoins de ton triomphe!...

 

Ainsi s'accomplit la mission des Neufs Elus, ou plutôt de l’Elu des Neuf. Triste et honteuse histoire que notre plume a retracée avec autant d'exactitude que de dégoût. Maintenant, nous le demandons à nos lecteurs, les ennemis de notre institution n'ont-ils pas beau jeu, lorsqu'ils ont à leur service de telles armes contre elle ?



DIXIÈME GRADE , OU ILLUSTRE ÉLU DES QUINZE.

 

Salomon est averti par un de ses intendants qui vient de parcourir le pays de Geth, que les deux autres meurtriers d'Hiram se sont retirés dans cette contrée. ll choisit donc cette fois quinze Elus, au nombre desquels sont les neuf de la première expédition, et les envoie au roi Maacha, avec une demande d'extradition des deux criminels, nommés Sterkin et Oterfus, désignés sous d'autres noms au grade précédent.

 

Maacha donna aux envoyés de Salomon des guides pour les diriger dans la recherche des deux coupables. Après bien des courses inutiles et des fatigues sans nombre, ils parvinrent cependant à les trouver dans une carrière de BenDicat. Ils s'emparèrent d'eux, les chargèrent de chaînes et les conduirent à Jérusalem, où Salomon ordonna qu'on les mît dans les cachots d'une tour nommée Hésar, pour les livrer le lendemain à la mort la plus cruelle ; ce qui fut exécuté à dix heures du matin. Ils furent attachés à drux poteaux par les pieds et le cou, les bras liés derrière. On leur ouvrit le corps depuis la poitrine jusqu'aux parties génitales, et on les laissa de cette façon à l'ardeur du soleil l'espace de huit heures. Les mouches et les autres insectes s'abreuvèrent de leur sang. Ils faisaient entendre des plaintes si lamentables, que leurs bourreaux furent émus de compassion, ce qui les obligea à leur couper la tête. Leurs corps furent jetés hors des murs de Jérusalem pour être livrés aux bêtes féroces. Salomon ordonna ensuite que les tètes des deux criminels fussent, comme celle d'Abiram, exposées hors de la ville, sur des pieux, dans le même ordre que les meurtriers s'étaient placés dans le temple pour assassiner Hiram, afin de donner un exemple à tous ses sujets, et particulièrement aux ouvriers maçons.

 

Ainsi, voilà l'un des premiers principes de l'ordre social : « Nul ne peut se faire justice à soi-même, » foulé aux pieds par une institution établie sur les bases de l'équité et du progrès ! Voilà la délation, l'assassinat, la haine et la vengeance, la cruauté et la barbarie, honorés par des hommes aimant la justice, la douceur, l'honneur et la vertu !

 

Dans la refonte des grades, en 1786, le Grand-Orient , au lieu d'effacer de l'ancien rituel tous ces grades, sans même en conserver le souvenir, les résuma dans un seul sous le titre d'Elu SECRET; c'est celui qui figure dans le rite français. Les réformateurs essayèrent de modifier l'historique que nous avons retracé, de moraliser l'action du héros ; mais en lui ôtant son caractère odieux, ils ne parvinrent qu'à le rendre ridicule. Dans ce grade, le nombre des Elus est réduit à sept, sans doute pour rendre hommage à ce chiffre mystérieux. Jocaber, se nomme Joaben. Lorsqu'il se présente dans la caverne, il trouve mort le meurtrier d'Hiram. Il n'a donc plus le motif de s'écrier en le voyant : Nekam! c'est-àdire vengeance ! puisque le meurtrier s'est fait justice à lui-même en se poignardant. Il a encore moins raison de détacher la tête du cadavre.

 

Voici comment le F.-. Vassal, qui fut l'un des officiers les plus éclairés et les plus distingués du Grand-Orient, disait du grade d'Elu, il y a plus de vingt ans, dans son Cours complet de maçonnerie :

 

« L'Elu ne doit plus figurer parmi les grades maçonniques que comme historique, et le Grand-Orient doit interdire aux Chapitres de conférer un grade qui flétrirait et ferait abhorrer l’ initiation. »

 

Le Grand - Orient a laissé les Chapitres suivre son rituel sans leur donner aucun avis, sans leur faire aucune recommandation. Fort heureusement, beaucoup ont trouvé dans leur intelligence et dans leur droiture, le moyen d'abandonner ce grade. Ils n'ont fait que le communiquer aux récipiendaires Rose-Croix. C'est encore trop; il faut qu'il soit entièrement oublié.



ONZIEME GRADE, OU LE SUBLIME CHEVALIER ÉLU.

 

Ce grade est le dernier conservé de la nombreuse série de ce nom; il est le complément des deux qui précèdent. C'est à Salomon qu'est encore attribué sa création.

 

Pour être admis à ce grade, il faut prouver qu'on a puni tous les traîtres...

 

Cette obligation , aussi banale que ridicule. ressort du reste de l'historique du grade.

 

Salomon, après avoir vengé les mânes d'Hiram, voulut récompenser les quinze élus qui avaient été à la recherche des meurtriers. ll confia au sort le soin de désigner douze d'entre eux pour leur donner, en récompense de leur « noble action », le gouvernement de douze tributs. Il leur communiqua en outre les manuscrits renfermés dans le tabernacle, et les tables de la loi écrite par Moïse sur le mont Sinaï. Pourquoi Salomon, après avoir confié à quinze personnes, les plus éclairées de son royaume un office, digne d'agents subalternes, n'en récompensa-t-il que douze? L'historique se tait sur ce fait, qui a, du reste, motivé un autre grade d’Elus, dans lequel ne figurent que douze personnages. Le reste du grade est d'une incohérence et d'une invraisemblance telles, que nous renonçons à en parler.

 

Somme totale, ce grade est aussi nul sous le rapport de l'instruction, qu'il est contraire à la véritable morale.

 

Le signe du grade, qui est à peu près celui de rose-croix , signifie que le récipiendaire doit porter constamment une croix pour lui rappeler ses fautes pardonnées.

Source : http://legende-hiram.blogspot.fr/2010/07/blog-post_26.html

Lire la suite

Étude du 9e degré dit de l'Elu des neuf

9 Juillet 2012 Publié dans #hauts grades

Le récit historico mythique évoque la recherche des meurtriers d’Hiram (cf. page 209 et 210de Raoul BERTEAUX)
« Salomon publia un édit pour faire rechercher les criminels dans tout le royaume, promettant de grandes récompenses a celui qui les amènerait devant lui.
Quelque temps après, Salomon était dans son palais, s'entretenant avec plus de 90 Maîtres, quand le Capitaine de ses Gardes lui annonça qu'un « inconnu » demandait à lui révéler un secret important. Les Maîtres furent alarmés de la facilité avec laquelle Salomon accueillit l'« inconnu ».
La conversation ne fut pas longue.
Salomon rassura les Maîtres en leur apprenant que l'« inconnu » connaissait la retraite des assassins et qu'il s'offrait à y conduire ceux qui voudraient l'accompagner.
Tous les Maîtres montrèrent un égal empressement. Le roi déclara que le sort déciderait de ceux qui iraient saisir les meurtriers. Pour que le nombre ne fut pas trop grand, il le fixa à 9 et fit mettre le nom des Maîtres présents dans une urne. Les 9 Maîtres dont les noms sortirent de l'urne furent désignés.
Les 9 Elus reçurent l'ordre de Salomon de suivre l'« inconnu » jusqu'à la caverne où les traîtres s'étaient réfugiés.
L'un d'eux, nommé Jhaoben, trouva la marche trop lente et précipita ses pas. Il arriva le premier à la caverne, située dans la montagne, au bord de la mer, près de Joppa. L'entrée de la caverne était cachée par un buisson.
L'Elu pénétra dans la caverne. Tandis qu'il y séjournait et se familiarisait avec la pénombre, il but de l'«eau vive » contenue dans un broc placé sur une table. A la lueur d'une lampe il aperçut un corps endormi. Considérant qu'il s'agissait d'un des meurtriers recherchés, il saisit un poignard et le frappa à la tête, puis au coeur. Le meurtrier de Hiram se leva furieux, mais ses blessures le firent chanceler. Il aperçut Jhaoben et s'écroula en criant avec rage « Nekam », ce qui signifie vengeance.
Les autres Elus arrivèrent dans la caverne et virent Jhaoben et la dépouille du meurtrier, dont le nom était Ab-Hiram. Ils représentèrent à leur compagnon qu'il avait transgressé les ordres de Salomon en dérobant ce traître au jugement auquel il devait être soumis. Ils pensaient que le roi ne laisserait pas impunie cette désobéissance, mais ils lui promirent d'invoquer sa clémence.
Ensemble, ils reprirent le chemin de Jérusalem.
Jhaoben se présenta devant le roi Salomon qui lui reprocha d'avoir outrepassé sa mission, mais qui lui pardonna, estimant que son zèle était une excuse ».

Commentaires

1 - Salomon après avoir fait face aux problèmes de la continuation des travaux du temple publie un édit pour faire rechercher les criminels moyennant une récompense pour qui les ramènerait. C’est une oeuvre de justice qui est ici souhaitée.

2 - Le thème de l’ « inconnu » qui demande à être introduit requiert à mon sens quelques mots de réflexion. Que signifie symboliquement « l’inconnu » : révélateur d’un secret.

Il s’agit certes dans ce récit mythique d’un personnage étranger à cette communauté de connaissants. L’inconnu vient à nous pour nous révéler un secret. C’est ce qui est inconnu de nous, qui nous fait sortir de l’ignorance, même si cet inconnu fait peur, épouvante. Et Salomon montre dans ce récit mythique qu’il faut savoir accueillir parmi nous, en nous donc l’inconnu.

Baudelaire dans son poème « la mort » dans les Fleurs du mal écrivait : « Plonger au fond du gouffre. Enfer ou ciel, qu’importe ?
Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau ! »
Et Victor Hugo dans postcriptum de ma vie écrivait « ..Toute la haute puissance intellectuelle vient de ce souffle, l’inconnu. »
En clair, c’est l’inconnu qui guide les pas des neuf élus et de Jhaoben vers la caverne… c’est ce qui est inconnu de nous et en nous qui doit nous guider.

3 – la symbolique du nombre 9
Dans la mythologie grecque ce nombre a valeur rituelle. A titre d’exemples les neuf muses sont nées de Zeus lors de neuf nuits d’amour. Léto souffre pendant neuf jours et neuf nuits les douleurs de l’enfantement. Déméter parcourt le monde pendant neuf jours à la recherche de sa fille Perséphone.
Neuf semble être la mesure des gestations, des recherches fructueuses et symbolise le couronnement des efforts, l’achèvement d’une création (cf. le dictionnaire des symboles).
Dans la symbolique maçonnique ; le nombre neuf représente dans son graphisme une germination vers le bas donc matérielle, tandis que le chiffre six représente au contraire une germination vers le haut donc spirituelle. Le nombre neuf ne serait-il pas le nombre symbolisant les recherches fructueuses dans le monde matériel, à savoir cette recherche des assassins d’Hiram.


4 - Le maître élu des neuf : Jhaoben
Jhaoben n’est pas pour nous un inconnu. Il était apparu en qualité de simple intendant de Salomon au 6e degré. En fait au 6e degré ; voulant toujours trop bien faire concernant la sécurité de son maître Salomon il écoute ce qu’il ne doit pas écouter. Il est alors perçu comme un espion mais il peut plaider sa cause et sa bonne foi. Et les deux rois Hiram roi de Tyr et Salomon le nomment secrétaire intime ou maître par curiosité et il est chargé de rédiger le nouveau traité d’alliance.
Jhaoben est maintenant devenu un maître élu des neuf. Mais là encore, il précipite ses pas, il arrive avant les autres et au lieu de faire prisonnier le meurtrier d’Hiram ou tout au moins le présumé meurtrier il le tue de deux coups de poignards. L’un à la tête, l’autre au coeur. Celui-ci meurt en criant « NEKAM » ce qui signifie vengeance.
Jhaoben a outrepassé sa mission, substituant par excès de zèle, la vengeance à l’esprit de justice.

5 - Le nom du premier meurtrier d’Hiram-Abi a pour nom Ab-hiram ce qui signifierait « qui rejette le père » ou qui immole le père (le préfixe ab en français indique au propre comme au figuré l’écart ou la séparation).

6 – La symbolique de la caverne.
Le passage dans la terre est un thème fréquemment utilisé dans l’enseignement initiatique de la FM. Je ne retiendrai pour le 9e degré de la symbolique de la caverne que celui du complexe de TROPHONIUS (cf. le dictionnaire des symboles). Car il y a plus d’un point commun avec le récit historico mythique du 9e degré. En effet la caverne est un symbole de l’inconscient et de ses dangers, souvent inattendus. L’antre de Trophonius peut être considéré comme l’un des plus parfaits symboles de l’inconscient.

Voici le mythe grec :
« Trophonius, roi d’une petite province et illustre architecte, construisit avec son frère, Agomède, le temple d’Apollon à Delphes. Le roi Hyrius les ayant ensuite chargés de construire un édifice pour ses trésors, ils ouvrirent un passage secret pou voler ses richesses ; s’en étant aperçu, Hyrius tendit un piège et Agomède fut pris. Ne pouvant le dégager et ne voulant pas être reconnu par les traits du visage de son frère, Trophonius lui trancha la tête pour l’emporter avec lui. Mais il fut aussitôt engloutit dans les entrailles de la terre. Dix ans plus tard, la Pythie, consultée pour mettre fin à une terrible sécheresse recommande de s’adresser à Trophonius dont elle indique le séjour dans un antre au fond des bois… Mais on ne pouvait le consulter qu’à travers d’effroyables épreuves. Une suite de vestibules souterrains et de grottes conduisait à l’entrée d’une caverne, qui s’ouvrait comme un trou froid, béant et noir. Le consultant y descendait par une échelle, qui aboutissait à un autre trou, d’une ouverture plus étroite. Il y introduisait les pieds, le corps y passait à grand peine ; ensuite c’était la chute rapide et précipitée au fond de l’antre. Il en revenait la tête en bas, les pieds en l’air, remonté très rapidement aussi par une machine invisible. Pendant toute la course, il tenait en main des gâteaux de miel qui l’empêchaient de toucher à la machine et et une nuit. Les incrédules ne revoyaient plus le jour. Les croyants entendaient parfois l’oracle ; revenus à la surface, ils étaient assis sur un siège nommé « Mnémosyne » (déesse de la mémoire) ils évoquaient les terribles impressions ressenties, dont ils seraient frappés toute leur vie. On disait couramment des personnes graves et tristes : elle a consulté l’oracle de Trophonius ».
«Le complexe de Trophonius, qui tua son frère pour ne pas être reconnu coupable, est celui des personnes qui renient les réalités de leur passé, pour étouffer en elle le sentiment de culpabilité.
Mais le passé inscrit au fond de leur tête ne disparaît pas pour autant. Il continue de les tourmenter, pour toutes sortes de métamorphoses (serpents, etc.) jusqu’au moment où elles acceptent de la ramener à la lumière du jour, de le sortir de l’antre et de le reconnaître comme leur appartenant. La caverne symbolise l’exploration du moi primitif, refoulé dans les profondeurs de
l’inconscient »

Ainsi donc à ce degré, l’image de la caverne est à considérer comme un modèle symbolique composé d’un ensemble d’images :
1 - Un buisson cache l’entrée de la caverne. C’est l’image de l’arbre qui plonge ses racines dans les ténèbres de la terre et déploie son feuillage vers le ciel, dans la lumière. Point n’est besoin d’insister sur ce symbole du lien vivant entre le ciel et la terre, entre la matière et l’esprit, l’inconscient et le conscient.
2 – Une bougie est allumée, c’est l’image du feu qui brûle en nous, dans les profondeurs des ténèbres inconscientes. Ce feu qui nous éclairera peut être en nous-mêmes.
3 – Un broc contient de l’ « eau vive », image de l’eau de source proche de toute caverne sacrée. L’eau vive, c’est l’eau de la vie, c’est ici en quelque sorte le symbole de l ‘eau naissante de la terre, symbole de la fécondation par absorption afin que la germination future se fasse vers la lumière. Ainsi la bougie et l’eau vive, au coeur des ténèbres de la caverne symbolisent la dualité fondamentale des ténèbres et de la lumière qui signifie qu’au coeur des ténèbres se trouvent des sources de lumière.
4 – Un poignard : il ne s’agit pas d’une épée arme symbolique du combat loyal mais d’un poignard. Cette arme est un symbole important du 9e degré en sa qualité d’arme de pénétration mais qui n’a pas la qualité symbolique de l’épée qui sépare le bien du mal. Elle pénètre ici l’esprit et le coeur dans la ténèbre et le sommeil. N’est-ce point le symbole de l’intuition fulgurante,
incontrôlée, qui soudain nous pénètre au plus profond de nous-mêmes jusqu’à la faire mourir à son existence inconsciente en l’amenant à la lumière. Le poignard est bi-métallique : il symbolise aussi la dualité. Sa lame est d’argent et son manche est d’or figurant les valeurs femelle et mâle, la lune et le soleil, le passif et l’actif, le yin et le yang, ici la connaissance indirecte et directe. Le tout en une seule arme de pénétration.
Il est donc clair que la « pénétration » est à considérer comme fondamentale au 9e degré, comme un « acte primordial », à la fois pénétration de le « terre-mère » qu’est la caverne et la pénétration du poignard dans la tête et le coeur. Nous verrons d’ailleurs que la réponse au mot sacré sera NEKAN qui signifie « a pénétré ».
La pénétration n’est-elle pas l’action de l’esprit par laquelle on accède à la compréhension, par laquelle on CONNAIT….
Voyons brièvement les aspects du rituel GLOTON qui est celui de notre atelier de perfection.

« Le récipiendaire est introduit dans le temple, il prend connaissance des raisons par lesquelles Salomon a pris la décision de poursuivre les meurtriers d’Hiram Abi. La légende du grade lui est communiquée.
Le récipiendaire est conduit dans la chambre aménagée en caverne. Il porte un bandeau sur les yeux. Selon un jeu scénique qui comporte des variantes ; il enlève le bandeau et regarde autour de lui et voit le gisant ; il boit de l’eau vive ; il saisit le poignard et frappe le gisant. Le récipiendaire est ramené dans le temple, il pénètre à pas précipités, en brandissant son poignard et en disant : justice est faite. Il lui est reproché d’avoir outrepassé sa mission, mais il est excusé en raison de son zèle. Il est procédé à la prestation de serment, puis à l’instruction du grade et à la communication des mots, signes et attouchements »

La morale du grade :

En aucun cas, la vengeance n’est permise.

Décoration du temple

Le Temple représente la salle d'audience du palais de Salomon ; il est tendu de noir -semé de flammes rouges, et soutenu par des colonnes alternativement rouges et blanches.
Il est éclairé par neuf lumières, huit en octogone autour de l'Autel, une entre l'autel et l'orient.
L'autel est tendu de noir avec deux épées croisées et un poignard.
Les FF
ont tous les jambes croisées, le coude droit sur le genou, les mains devant la tête, qui est appuyée sur l'épaule droite.
La Loge prend le nom de Chapitre ; le Président, qui représente Salomon, Très Souverain. Il y a un député de Salomon, qui est le roi Hiram et un seul surveillant, prenant la titre d'Inspecteur, représentant Stolkin. Le récipiendaire figure Johaben, chef des neuf Elus envoyés à la recherche des assassins d'Hiram.

Mémento

Signe.
Faire le simulacre de frapper au front le Tuileur, avec un poignard ; la réponse est de passer la main droite sur le front, comme pour s'assurer qu'il est ensanglanté ; Faire le simulacre de plonger le poignard dans le coeur du Tuileur en disant MAKEN (vengeance), la réponse est de porter la main au coeur en disant HAHCEN.

Attouchement. –
Présenter la main droite fermée, le pouce levé, au tuileur qui saisit le pouce avec la main droite le pouce levé. (l’on voit ainsi huit doigts et un levé, qui représentent les neuf Elus.)

Mots sacrés. - Ceux du 2e signe
Mot de Passe. - LOK, LAHOGEB ou LAKTUGAB, nom du chef du Tabernacle, favori
de Salomon.
Marche. - Il n'y a pas
Batterie. – Huit et un
Age - huit et un ans accomplis.
Insignes – Tablier blanc taché de rouge, doublé et bordé de noir, sur la bavette, un bras tenant un poignard ; cordon noir de gauche à droite, à la pointe, neuf rosettes ; bijou.- un poignard. - Salomon et Hiram sont vêtus de tuniques royales, avec une couronne sur la tête et un sceptre en main.

Lire la suite

MISRAIM réception au 8éme Degré Intendant des Batiments (2)

8 Juillet 2012 , Rédigé par Rite de Misraïm Publié dans #hauts grades

Le Trois Fois Puissant Prenez place mes Frères. Je vais maintenant donner l'instruction du 8ème degré à l'intention de notre nouveau membre.

Dialogue entre Le Trois Fois Puissant et Le Premier Surveillant 

Instruction au 8ème degré.

Le Trois Fois PuissantPose les Questions. 

Le Premier Surveillant Donne les réponses.

question : Êtes-vous Intendant des Bâtiments ?

Réponse : Je connais les 7 marches de l'exactitude qui mènent au Saint des Saints. J'ai vu une grande lumière et les 3 lettres mystérieuses J. J. J.

question : Pourquoi vous a-t-on élevé à ce degré ?

Réponse : Pour diriger mon cœur et éclairer mon entendement.

question : Quel est votre devoir ?

Réponse : D'encourager mes Frères par mon exemple à pratiquer la vertu et à tenir mes ouvrages sous le secret.

question : Pourquoi a-t-on exigé de vous des preuves de Compagnon et de Maître avant de vous recevoir. ?

Réponse : Pour me montrer que c'est par gradation que je suis arrivé à la perfection.

question : Que vous désignent les trois premiers degrés ?

Réponse : L'Apprenti montre la vertu morale et le Maître la vertu héroïque.

question : Que signifient les mystérieuse lettres qui sont dans les angles de votre bijou ?

Réponse : Les deux première signifient JAKINAI ‑ JEA, que symbolise la divine beauté, la 3ème est l'initiale du mot sacré.

question : Que signifie le cercle dans le triangle ?

Réponse : Il marque l'immensité de Dieu qui n'a ni commencement ni fin.

question : Que signifient les 4 lettres dans le Cercle ‑ N. I. A. I. ?

Réponse : 0 toi, Éternel possesseur de tous les attributs.

question : Quels sont les principaux attributs de la Divinité ?

Réponse : Beauté, Sagesse infinie, Miséricorde, Science, Éternité, Perfection, Justice, Tendresse et Création.

question : Pourquoi aviez-vous les pieds nus lors de votre réception ?

Réponse : Parce que j'allais apprendre des choses saintes et que Moïse était ainsi quand il entra dans la terre sainte.

question : Qu'avez-vous entendu avant d'entrer ?

Réponse : Cinq grands coups.

question : Que nénotent-ils ?

Réponse : Les cinq points de la fidélité.

question : Qui les a produit ?

Réponse : Un Surveillant.

question : Pourquoi l'Étoile n'a-t-elle que cinq rayons ?

Réponse : Cela fait allusion aux cinq ordres d'architecture dont on fit usage pour la construction du Temple. ‑ Aux 5 points de la fidélité, aux 5 sens, pour que l'homme soit parfait, aux 5 lumières de la maçonnerie et aux 5 parties du monde habitées par les maçons.

question : Quels sont les cinq points de la fidélité ?

Réponse : D'agir, d'intercéder, de prier, d'aimer et de secourir ses Frères.

question : Avez-vous promis de garder le secret sur tout ce que vous avez vu ?

Réponse : Oui, Trois Fois Puissant.

question : Que vous êtes-vous imposé si vous y manquiez ?

Réponse : D'avoir mon corps coupé en deux et mes entrailles déchirées.

question : Comment avez-vous marché ?

Réponse : Par 5 pas graves.

Question : Pourquoi avez-vous paru mort et avez-vous été couvert d'un voile rouge ?

Réponse : Pour apprendre que tous les Frères doivent être morts au monde et à Tous les vices.

question : Que signifie la balance ?

Réponse : La balance est un attribut de la Justice, il faut l'exercer indistinctement sur tous les maçons et sur soi-même pour rectifier sa conduite.

question : Êtes-vous encore dans l'obscurité ?

Réponse : Le jour m'apparut et l'étoile mystérieuse est mon guide.

question : Quel âge avez-vous ?

Réponse : Trois fois neuf ans.

question : Comment marquez-vous 5, 7, 15, et où avez-vous atteint ce nombre ?

Réponse : De la manière dont on place les lumières.

question : Pour quelle raison y a-t-il du vert dans votre tablier ?

Réponse : Parce que je dois espérer d'arriver à de plus sublimes connaissances par mon zèle et ma constance dans la maçonnerie.

question : Que signifie votre bijou ?

Réponse : La triple essence de la Divinité.

question : Quelle heure est-il ?

Réponse : Sept heure du soir.

Le Trois Fois Puissant

Nous devons nous consacrer avec zèle et constance aux travaux susceptibles de donner la plus grande splendeur à notre Temple.

Signes.

De Surprise :    Porter les deux pouces sur les tempes, les mains étendues en équerre : reculer deux pas, puis avancer deux autres pas, portant ensuite les mains sur les yeux en disant ‑BENCHORIM –

D'Admiration :    Entrelacer les doigts des deux mains, les paumes en haut ; les laisser retomber sur la ceinture en regardant le ciel et prononçant ‑ HAKAR –

De Douleur :    Mettre la main droite sur le cœur et la gauche sur la hanche, puis se balancer trois fois sur les genoux en disant, le premier ‑ KI ‑ Le deuxième ‑ JAH ‑.

Attouchement :    Se frapper mutuellement le cœur avec la main droite; la passer ensuite au milieu du bras l'un de l'autre; ensuite prendre mutuellement avec la main gauche l'épaule droite en disant ‑ Le premier JAKINAI ‑, le deuxième ‑ JUDA.

Marche :    Cinq pas égaux.

Batterie :    Cinq coups égaux. l l l l l

Age :    Trois fois neuf, 27 ans.

L'instruction étant terminée.

Le Trois Fois Puissant La parole est à l'Orateur.

L’Orateur prononce l'allocution de bienvenue.

Le Trois Fois Puissant Mes Frères, je vais procéder à la clôture des Travaux.

Lire la suite

MISRAIM Réception au 8éme Degré Intendant des Batiments (1)

8 Juillet 2012 , Rédigé par Rite de Misraïm Publié dans #hauts grades

Les travaux ayant été ouverts dans les formes rituelles précédemment indiquées.

Le Trois Fois Puissant

Mes Frères, il va être procédé à la réception au 8ème degré du Frère ………… Prévôt et Juge.  

Maître des Cérémonies, veuillez vous rendre auprès du récipiendaire et préparez le conformément aux prescriptions rituelles.  

Le Maître des Cérémonies va vérifier que le récipiendaire est sans aucun décor, en chemise, les pieds nus. Puis il se présente à la porte du Temple, qu'il entrouvre.  

Le Trois Fois Puissant  

Trois Fois Illustre Inspecteur, Tito, comment ferons-nous. pour réparer la perte de notre Maître Hyram-Abif qui était chargé des ornements de la Chambre secrète qui renferme l'arche d'alliance et qui assure à tous la protection de Dieu Très Puissant. Le Maître nous a été enlevé par le plus horrible des crimes, et nous sommes privés de ce Respectable Chef. Que pouvons-nous faire ?  

Le Premier Surveillant  

Trois Fois Puissant, je conçois toute la difficulté à remplacer notre Maître Hyram-Abif.

Je crois que le seul remède est de faire appel aux disciples formés par lui.  

Le Deuxième Surveillant  

Trois Fois Puissant nous avons ici Adoniram, qui s'occupe de la superintendance des travaux. Puis Stolkin, chef des charpentiers. Et Zelec, chef des tailleurs de pierre. Et enfin Gareb, chef des graveurs et des orfèvres.  

Le Premier Surveillant  

Je crois qu'il faut faire de chacun un chef de chaque ordre, pour réunir tous les moyens et finir la chambre secrète jusqu'au troisième étage.  

Le Trois Fois Puissant  

J'accepte votre proposition et conseil mes Frères. Pour vous le prouver, je vous établis, vous Frère Surveillant : Tito, Trois Fois Illustre Inspecteur et vous Frère Deuxième Surveillant : Adoniram, Introducteur, " Inspecteurs et Conducteurs" de cet ouvrage. Réunissez les disciples et ordre vous est donné de les conduire à l'Orient.  Les deux Surveillants sortent, trois Frères les suivent. Dans les parvis les Frères s'interpellent.  

Le Premier Surveillant montrant le Frère Deuxième Surveillant dit :  « Voici Adoniram, superintendant des travaux ».  

Un Frère dit: « Je suis Stolkin, chef des charpentier ».  

Le deuxième Frère dit:  

« Je suis Zelec, chef des tailleurs de pierre ».  

Le Troisième Frère dit: « Je suis Gareb, chef des graveurs et des orfèvres ».  

Le Premier Surveillant « Mais où se trouve Jhaoben, chef des artiste du bronze ».  

Le Maître des Cérémonies répond pour le récipiendaire : « Me voici ». A ce moment les trois Frères et le Frère Maître des Cérémonies rentrent dans la Loge. Les Frères Surveillants restent avec le récipiendaire.  

Le Deuxième Surveillant  

Avez-vous, mon Frère, assez de zèle pour vous appliquer avec attention à tous les ouvrages qu'il plaira au Trois Fois Puissant de vous donner.  

Le Récipiendaire  

Je regarde comme mon plus grand bonheur et mon plus grand avantage d'accomplir ce que le Trois Fois Puissant désirera de moi.  

Le Deuxième Surveillant Lui demande alors les Signes, les Paroles et les Attouchements des trois premiers degrés. Puis, il frappe à la porte par : ll,    l,    ll,   l,    ll,    ll,    l,    ll,    ll.

 LE Trois Fois Puissant Qui vient ici ?  

Le Deuxième Surveillant C'est un ouvrier de la Chambre du Milieu.  

Le Maître des Cérémonies Ouvre la porte.  

Le Deuxième Surveillant Prend le récipiendaire par la griffe de Maître, le mène devant l'Autel des Serments et lui demande de se mettre à genoux.  

Le Premier Surveillant Qui a suivi, met dans la main gauche du récipiendaire une branche d'acacia.  

Le Trois Fois Puissant Debout, mes Frères.  

Mon Frère Jhoaben, posez votre main gauche tenant la branche d'acacia, sur le volume de la Loi Sacrée, puis répétez après moi, en articulant à haute voix, la formule du serment.

" Moi ……………………………….., en présence du Grand Architecte de l'Univers et des Illustres Frères ici assemblés, je jure et promets de garder éternellement les secrets de ce degré.  Je réitère en outre ma promesse d'allégeance au Rite de Misraïm, obéissance à ses règlements statuts et édits, suivant les vrais principes et les anciennes traditions maçonniques. Sous les peines de mes premières obligations d'avoir mon corps séparé en deux et d'avoir mes entrailles arrachées. Ainsi que Dieu me maintienne dans la Justice et l'Équité. Amen... Amen... Amen...  

Le Premier Surveillant Au moment où le récipiendaire prononce les dernières paroles de l'obligation, couvre, avec un voile rouge transparent le récipiendaire. Puis le prend par les épaules, le relève et le fait asseoir sur un tabouret.  

Le Trois Fois Puissant  

Mon Frère, la décoration du Saint des Saints avait été entreprise personnellement par Hiram‑Abif, qui n'a pu terminer ce travail avant sa mort. Salomon décida donc de confier le travail aux Chefs des cinq Ordres d'architecture sous la direction d'Adoniram et de Tito.

Il vous est demandé de consacrer maintenant votre temps et votre tâtent à la grande oeuvre commencée par Hiram. Nous espérons, mon Frère, que vous contribuerez au même but.

Mais vous ne pourrez remplacer notre Maître dans cet ouvrage qu'en ayant la même fermeté qu'il eut en méprisant la mort plutôt que de découvrir les mystère de notre Ordre. Nous espérons que vous l'imiterez.  

Le Trois Fois Puissant descend de l'Orient et enlève le voile rouge et la branche d'acacia du récipiendaire.  

Le Récipiendaire se lève.  

Le Premier Surveillant et Le Second Surveillant retournent à leur plateau.  

Le Trois Fois Puissant A la Gloire du Grand Architecte de L'Univers, au nom du Suprême Conseil du Rite de Misraïm, je vous reçois et institue Intendant des Bâtiments, 8ème degré dans cette Loge de Perfection.  

Le Maître des Cérémonies remet le tablier et le cordon du grade.  

Le Trois Fois Puissant remonte à l'Orient.  

Le Maître des Cérémonies conduit le nouveau Frère sur les colonnes.

Lire la suite

RAPMM réception au 8ème degré – Intendant des Bâtiments.

8 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel RAPMM Publié dans #hauts grades

Les travaux ayant été ouvert dans les formes rituelles précédemment indiquées.

Le Trois Fois Puissant. Mes Frères, il va être procédé à la réception au 8ème degré du Frère..... Prévôt et Juge. Maître des Cérémonies, veuillez vous fondre auprès du récipiendaire et préparez le conformément aux prescriptions rituelles. Le Maître des Cérémonies va vérifier que le récipiendaire est sans aucun décors, en chemise, les pieds nus. Puis il se présente à la porte du Temple, qu'il entrouvre.

Le Trois Fois Puissant.

Trois Fois Illustre Inspecteur, Tito, comment ferons-nous pour réparer la perte de notre Maître Hyram-Abif qui était chargé des ornements de la Chambre secrète, qui renferme l'arche d'alliance et qui assure à tous la protection de Dieu Très Puissant.

Le Maître nous a été enlevé par le plus horrible des crimes, et nous sommes privés de ce Respectable Chef.

Que Pouvons-nous faire ?

Le Premier Surveillant.

Trois Fois Puissant, je conçois toute la difficulté à remplacer notre Maître Hyram-Abif.

Je crois que le seul remède est de faire appel aux disciples formés par lui.

Le Deuxième Surveillant.

Trois Fois Puissant nous avons ici Adoriram, qui s'occupe de la super intendance des travaux.  Puis Stolkin, chef des charpentiers.  Et Zelec, chef des tailleurs de pierre.  Et enfin Gareb, chef des graveurs et des orfèvres.

Le Premier Surveillant.

Je crois qu'il faut faire de chacun un chef de chaque ordre, pour réunir tous les moyens et finir la chambre secrète jusqu'au troisième étage.

Le Trois Fois Puissant.

J'accepte votre proposition et conseil mes Frères.  Pour vous le prouver, je vous établis, vous Frère Surveillant: Tito, Trois Fois Illustre Inspecteur et vous Frère Deuxième Surveillant: Adoniram, Introducteur, " Inspecteurs et Conducteurs de cet ouvrage.  Réunissez les disciples et ordre vous est donné de les conduire à l'Orient. Les deux Surveillants sortent, trois Frères les suivent. Dans les parvis les Frères s'interpellent.  Le Premier Surveillant montrant le Frère Deuxième Surveillant dit: - "Voici Adoniram, superintendant des travaux". Un Frère dit: - "Je suis Stolkin, chef des charpentier". Le deuxième Frère dit: - "Je suis Zelec, chef des tailleurs de pierre". Le troisième Frère dit:  »Je suis Gareb, chef des graveurs et des orfèvres". Le Frère Premier Surveillant dit: - "Mais où se trouve Jhaoben, chef des artiste du bronze". Le Maître des Cérémonies répond pour le récipiendaire: - "Me voici". A ce moment les trois Frères et le Frère Maître des Cérémonies rentrent dans la Loge. Les Frères Surveillants restent avec le récipiendaire.

Le Deuxième Surveillant.

Avez-vous, mon Frère, assez de zèle pour vous appliquer avec attention à tous les ouvrages qu'il plaira au Trois Fois Puissant de vous donner ?

Le Récipiendaire.

Je regarde comme mon plus grand bonheur et mon plus grand avantage d'accomplir ce que le Trois Fois Puissant désirera de moi. Le Frère Deuxième Surveillant lui demande alors les Signes, les Paroles et les Attouchements des trois premiers degrés. Puis, il frappe à la porte par: OO-O-OO-O-OO-OO-O-OO-OO.

Le Trois Fois Puissant.

Qui vient ici ?

Le Deuxième Surveillant.

C'est un ouvrier de la Chambre du Milieu. Le Maître des Cérémonies ouvre la porte. Le Frère Deuxième Surveillant prend le récipiendaire par la griffe de Maître le mène devant l'Autel des Serments et lui demande de se mettre à genoux.Le Frère Premier Surveillant, qui a suivi, met dans la main gauche du récipiendaire une branche d'acacia.

Le Trois Fois Puissant.

Debout, mes Frères.

Mon Frère Jhoaben, posez votre main gauche tenant la branche d'acacia, sur le volume de la Loi Sacrée, puis répéter après moi, en articulant à haute voix, la formule du serment.

Moi...........en présence du Grand Architecte de l'Univers et des Illustres Frères ici assemblés, je jure et je promets de garder éternellement les secrets de ce degré.

Je réitère en outre ma promesse d'allégeance au Suprême Conseil et au Souverain Sanctuaire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, obéissance à ses règlements statuts et édits, suivant les vrais principes et les anciennes traditions maçonniques.  Sous les peines de mes premières obligations - d'avoir mon corps séparé en deux et d'avoir mes entrailles arrachées.

Ainsi que Dieu me maintienne dans la Justice et l'Equité. Amen...  Amen... Amen...

Au moment où le récipiendaire prononce les Dernières paroles de l'obligation, le Premier Surveillant couvre, avec un voile rouge Transparent, le récipiendaire.  Puis le prend par les épaules; le relève et le fait asseoir sur un tabouret.

Le Trois Fois Puissant.

Mon Frère, la décoration du Saint des Saints avait été entreprise personnellement par Hiram-Abif, qui n'a pu terminer ce travail avant sa mort.  Salomon décida donc de confier le travail aux Chefs des cinq Ordres d'architecture sous la direction d'Adoniram et de Tito.

Il vous est demandé de consacrer maintenant votre temps et votre talent à la grande oeuvre commencé par Hiram.

Nous espérons, mon Frère que vous contribuerez au même but.

Mais vous ne pourrez remplacer notre Maître dans cet ouvrage qu'en ayant la même fermeté qu'il eut en méprisant la mort plutôt que de découvrir les mystères de notre Ordre.  Nous espérons que vous l'imiterez. Le Trois Fois Puissant descend de l'Orient et enlève le voile rouge et la branche d'acacia du récipiendaire. Celui-ci se lève. Les Surveillants retournent à leur plateau.

A la Gloire du Grand Architecte de L'Univers, au nom du Suprême Conseil et du Souverain Sanctuaire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, je vous reçois et institue Intendant des Bâtiments, 8ème degré dans cette Loge de Perfection. Le Maître des Cérémonies remet le tablier et le cordon du grade.

Le Trois Fois Puissant remonte à l'Orient. Le Maître des Cérémonies conduit le nouveau Frère sur les colonnes.

Prenez place mes Frères

Je vais maintenant donner l'instruction du 8ème degré à l'intention de notre nouveau membre.

Dialogue entre le Trois Fois Puissant et le Premier Surveillant.

D.        Etes-vous Intendant des Bâtiments ?

R.         Je connais les 7 marches de l'exactitude, qui mène au Saint des Saints. J'ai vu

            une grande lumière et les 3 lettres mystérieuses J. J. J.

D.        Pourquoi vous a-t-on élevé à ce degré ?

R.         Pour diriger mon coeur et éclairer mon entendement.

D.        Quel est votre devoir ?

R.         D'encourager mes Frères par mon exemple à pratiquer la vertu et à tenir mes

ouvrages sous le secret.

D.         Pourquoi a-t-on exigé de vous des preuves de Compagnon et de Maître avant de vous recevoir. ?

R.         Pour me montrer que c'est par gradation que je suis arrivé à la perfection.

D.        Que vous désignent les trois premiers degrés ?

R.         L'Apprenti montre la vertu morale et le Maître la vertu héroïque.

D.        Que signifient les mystérieuses lettres qui sont dans les angles de votre bijou ?

R.         Les deux premières signifient JAKINAI - JEA, que symbolise la divine beauté,

la 3ème est l'initiale du mot sacré.

D.        Que signifie le cercle dans le triangle ?

R.         Il marque l'immensité de Dieu qui n'a ni commencement ni fin.

D.        Que signifient les 4 lettres dans le Cercle - N. I. A. I. ?

R.         0 toi, Eternel possesseur de tous les attributs.

D.        Quels sont les principaux attributs de la Divinité ?

R.         Beauté, Sagesse infinie, Miséricorde, Science, Eternité, Perfection, Justice,

Tendresse et Création.

D.        Pourquoi aviez-vous les pieds nus lors de votre réception ?

R.         Parce que j'allais apprendre des choses saintes et que Moïse était ainsi quand

il entra dans la terre sainte.

D.        Qu'avez-vous entendu avant d'entrer ?

R.         Cinq grands coups.

D.        Que dénotent-ils ?

R.         Les cinq points de la fidélité.

D.        Qui les a produit ?

R.         Un Surveillant.

D.        Pourquoi l'Etoile n'a-t-elle que cinq rayons ?

R.         Cela fait allusion aux cinq ordres d'architecture dont on fit usage pour la construction du Temple. - Aux 5 points de la fidélité, aux 5 sens, pour que l'homme soit parfait, aux 5 lumières de la

              maçonnerie et aux 5 parties du monde habitées par les maçons.

D.        Quels sont les cinq points de la fidélité ?

R.         D'agir, d'intercéder, de prier, d'aimer et de secourir ses Frères.

D.        Avez-vous promis de garder le secret sur tout ce que vous avez vu ?

R.         Oui, Trois Fois Puissant.

D.        Que vous êtes-vous imposé si vous y manquiez ?

R.         D'avoir mon corps coupé en deux et mes entrailles déchirées.

D.        Comment avez-vous marché ?

R.         Par 5 pas graves.

D.        Pourquoi avez-vous paru mort et avez-vous été couvert d'un voile rouge ?

R.         Pour apprendre que tous les Frères doivent être morts au monde et à tous

les vices.

D.        Que signifie la balance ?

R.         La balance est un attribut de la Justice, il faut l'exercer indistinctement sur tous

les maçons et sur soi-même pour rectifier sa conduite.

D.        Etes-vous encore dans l'obscurité ?

R.         Le jour m'apparut et l'étoile mystérieuse est mon guide.

D.        Quel âge avez-vous ?

R.         Trois fois neuf ans.

D.        Comment marquez-vous 5, 7, 15, et où avez-vous atteint ce nombre ?

R.         De la manière dont on place les lumières.

D.        Pour quelle raison y a-t-il du vert dans votre tablier ?

R.         Parce que je dois espérer d'arriver à de plus sublimes connaissances par mon

zèle et ma constance dans la maçonnerie.

D.        Que signifie votre bijou ?

R.         La triple essence de la Divinité.

D.        Quelle heure est-il ?

R.         Sept heures du soir.

Le Trois Fois Puissant.

Nous devons nous consacrer avec zèle et constance aux travaux susceptibles de donner la plus grande splendeur à notre Temple.

Signes.

De Surprise: Porter les deux pouces sur les tempes, les mains étendues en équerre; reculer deux pas, puis avancer deux autres pas, portant ensuite les mains sur les yeux en disant - BENCHORIM -.

D'Admiration: Entrelacer les doigts des deux mains, les paumes en haut; les laisser retomber sur la ceinture en regardant le ciel et prononçant - HAKAR - .

De Douleur: Mettre la main droite sur le coeur et la gauche sur la hanche, puis se balancer trois fois sur les genoux en disant, le premier - KI - Le deuxième - JAH

Attouchement: Se frapper mutuellement le cœur avec la main droite; la passer ensuite au milieu du bras l'un de l'autre; ensuite prendre mutuellement avec la main gauche l'épaule droite en disant : Le premier JAKINAI -, le deuxième - JUDA.

Marche:          Cinq pas égaux.

Batterie:         Cinq coups égaux.

Age: Trois fois neuf, 27 ans.

L'instruction étant terminée.

Le Trois Fois Puissant.

La parole est à l'orateur. Celui-ci prononce l'allocution de bienvenue.

Le Trois Fois Puissant.

Mes Frères, je vais procéder à la clôture des Travaux.

Lire la suite

REAA 8ème degré réception

8 Juillet 2012 , Rédigé par REAA 08 Publié dans #hauts grades

Le Récipiendaire attend dans les parvis, il est déganté et pieds nus, et décoré en P\

TFPM               Illustre Frère Tito, comment ferons-nous pour réparer la perte de notre maître Hiram-Abif, qui était chargé des ornements de la chambre secrète renfermant l'Arche sainte qui assurait les Israélites de la présence et de la protection de Dieu, le tout puissant.

1er S                J'éprouve moi-même toutes les difficultés que nous aurons à réparer la perte de notre Respectable Maître Hiram-Abif. Dans ce cas, je crois que le seul remède est de désigner un chef pour chaque ordre d'architecture et de réunir tous les moyens dont nous sommes capables pour finir l'ouvrage de la chambre secrète jusqu'à son troisième étage.

TFPM               Votre conseil est trop bon pour ne pas être suivi. Pour nous le prouver, je vous établis, vous Frère Tito et votre frère Adoniram, l'un inspecteur, et l'autre Introducteur pour un tel ouvrage.             

TFPM               Frères Inspecteur et introducteur, voyez dans la chambre du milieu. Les 2 Surveillants sortent du Temple dont la porte est refermée et entourent le récipiendaire.

1er S                (dans les parvis) Y a-t-il ici des chefs des 5 ordres d'architecture?

Récipiendaire (dans les parvis) Me voilà!

2ème S            (dans les parvis) Avez-vous, mon cher Frère, assez de zèle pour vous appliquer avec attention à tous les ouvrages qu'il plaira au TFPM de nous donner?

Récipiendaire (dans les parvis) Je regarde comme mon plus grand bonheur, mon plus grand avantage, d'accomplir ce que le TFPM désirera de moi.

2ème S            (dans les parvis) Donnez-moi les signes, paroles et attouchements des 3 premiers degrés. Le Récipiendaire les donne Le 2ème S frappe à la porte du Temple par 5+7+15 coups

Couvreur         (dans le Temple) TFPM on frappe à la porte du Temple.

TFPM               Voyez qui frappe ainsi.

Couvreur         (Après avoir entrouvert la porte) Qui frappe ainsi?

2ème S            (dans les parvis) C'est un ouvrier de la chambre du milieu

Couvreur         (Après avoir refermé la porte) TFPM, c'est le Frère Introducteur qui accompagne un ouvrier de la chambre du milieu.

TFPM               Donnez leur l'entrée du Temple. Le 2ème S (Introducteur) tenant le récipiendaire par la griffe du Maître lui fait faire 5 fois le tour du Temple, en lui faisant admirer une fois la Colonne Beauté et termine en lui faisant faire, du plateau du 1er Surveillant à l'autel 5 pas lents en le faisant agenouiller. Pendant ce temps, le 1er Surveillant (Inspecteur) s'est placé près de l'autel, de façon à se trouver à la gauche du Récipiendaire agenouillé. Quand ce dernier est en position, le 1er Surveillant lui place dans la main gauche une branche d'acacia.

TFPM               Debout mes Frères Le Récipiendaire va prêter son obligation, que je vais lui dicter, après avoir posé sa main droite sur le Livre de la Loi sacrée.

OBLIGATION

 MOI, N..., Je jure et promets, en présence du G.A.D.L.U. et des Frères ici rassemblés, de garder éternellement le secret sur les mystères du degré d'Intendant des Bâtiments qui vont m'être confiés dans un moment et sur ceux qui me le seront ultérieurement. Je promets d'avoir une entière obéissance et soumission à tous les statuts et décrets, qui me seront communiqués par le Grand Conseil des Princes de Jérusalem, sous les peines de mes premières obligations, soit d'avoir le corps séparé en deux et d'avoir mes entrailles arrachées. Ainsi, que Dieu me maintienne dans la justice et l'équité, Amen Amen Amen. Au moment où le récipiendaire prononce les mots ""entrailles arrachées" le 1er Surveillant le couvre d'un voile rouge. A la fin de l'obligation, le 1er Surveillant relève le Récipiendaire en le prenant sous les aisselles et le fait asseoir, sur un tabouret au centre du temple Il lui retire le voile rouge.

TFPM               Prenez place, mes Frères.

 Mon Respectable Frère, quand Salomon voulut porter à la plus haute perfection l'ouvrage qu'il avait commencé, il fut obligé d'employer les 5 chefs des 5 ordres d'architecture et de mettre à la tête Tito et Adoniram. Salomon était convaincu du zèle et de la capacité de ceux qu'il employait à perfectionner son ouvrage glorieux. De même nous espérons, mon Frère, que vous contribuerez en tout ce que vous pourrez pour atteindre ce même but. La situation de la mort dans laquelle vous avez été un instant vous montre que vous ne pourrez remplacer notre Respectable Maître Hiram-Abif dans cet ouvrage qu'ayant sa fermeté et son mépris de la mort, plutôt que de découvrir les secrets de notre Ordre. Nous espérons que vous l'imiterez. Je vais maintenant vous communiquer les mots, signes et attouchements dont nous nous servons pour nous faire reconnaître de nos semblables. Il y a 3 signes, que va vous montrer le Frère Expert.

                            Le 1er signe est celui de la surprise. Il se fait en portant les 2 pouces sur les tempes, les mains ouvertes en équerre, les paumes devant soi. Puis on recule de 2 pas et l'on avance de 2 pas. Porter ensuite les mains sur les yeux pour les couvrir en disant BENCHORIM.

                            Le 2ème signe est celui de l'admiration. Il se fait en entrelaçant les doigts des 2 mains, puis en posant les mains sur la tête, les paumes dirigées vers le haut. Puis on laisse tomber les mains sur les hanches et l'on regarde le ciel en disant ACHAR.

                            Le 3ème signe est celui de la douleur. Il se fait en mettant la main droite sur le cœur et la main gauche sur la hanche gauche. Plier légèrement 3 fois le genou en disant HAY.                       Si l'on est 2, l'autre dit JAH.  

                        L'attouchement se fait comme suit. L'un frappe de sa main droite le cœur de l'autre, qui répond de même. Puis l'on se donne mutuellement les bras droits et l'on se prend de la main gauche l'épaule droite de l'autre en disant l'un JAKINAI l'autre JUDA.

                        Le mot sacré est JAKINAI

                        Le mot de passe est JUDA

                        L'age est de 3 fois 9 ans

                        La batterie se fait par 5 coups régulièrement espacés

                        La marche comprend 5 pas égaux lents                             

TFPM               Nous allons maintenant vous donner, cher Frère, l'instruction par questions que je poserai et par réponses que fera l'Inspecteur. Écoutez attentivement.

INSTRUCTION RITUELLIQUE

TFPM               Êtes vous Intendant des Bâtiments?

1er S                J'ai monté les 7 marches de l'exactitude.

                        J'ai pénétré dans les parties intérieures du Temple.

                        J'ai vu une grande lumière au milieu de laquelle j'ai aperçu les 3 lettres mystérieuses J J J en caractères hébraïques, sans savoir ce qu'elles signifiaient.

TFPM               Comment avez vous été introduit dans cette Loge?

1er S                En reconnaissant sincèrement mon ignorance.

TFPM               Pourquoi avez-vous été reçu?

1er S                Pour dissiper les ténèbres dans lesquelles j'étais plongé et me procurer la vraie lumière, c'est à dire pour diriger mon cœur et éclairer mon entendement.

TFPM               Où avez vous été reçu?

1er S                Dans un lieu merveilleux plein de charme où résident la Vérité et la Souveraine Sagesse.

TFPM               Quel est votre devoir?

1er S                Encourager mes Frères par mon exemple à pratiquer la vertu et tenir mes ouvrages sous le secret.

TFPM               Pourquoi a-t-on exigé de vous des preuves de vos degrés d'Apprenti, de Compagnon et de Maître maçon, avant de vous recevoir?

1er S                Pour me montrer que c'est par gradation que je suis capable d'arriver à la perfection.

TFPM               Que vous désignent les 3 premiers degrés?

1er S                L'apprenti montre la vertu morale, et le maître maçon la vertu héroïque.

TFPM               Pourquoi donc ce degré avancez vous puis reculez vous?

1er S                Pour démontrer, par cette dégradation, qu'un de nous met en opposition l'humilité et l'orgueil qui nous est naturel, que nous devons avancer dans le chemin de la vertu et en faire le but de toutes nos actions et que nous devons enfin faire ce qui est décent.

TFPM               Pouvez-vous m'expliquer les mystères secrets de votre Loge?

1er S                Je vais le faire aussi bien qu'il me sera possible.

TFPM               Que signifient les lettres mystérieuses qui sont dans les angles de votre bijou?

1er S                Les 2 premières signifient JAKINAI et JAH, mots qui indiquent la toute puissance divine. La troisième est l'initiale du nom ineffable.

TFPM               Que signifie le cercle dans le triangle?

1er S                Il marque l'immensité de Dieu, qui n'a ni commencement ni fin.

TFPM               Que signifient les 4 lettres J A J N qui sont dans le cercle?

1er S                Des mots hébreux signifiant, O toi, Éternel possesseur de tous les divins attributs.

TFPM               Quels sont les principaux attributs de la divinité?

1er S                La beauté, la sagesse infinie, la science, la miséricorde, l'éternité, la création, la perfection, la justice, les tendresses.

                        Les noms des 3 premiers attributs contiennent ensemble 27 lettres, ou 9 + 9 + 9. De même pour les 3 noms suivants et pour les 3 derniers. Ce qui forme au total 81 lettres qui forment le carré que l'on voit dans le triple triangle ou étoile à 9 pointes, chaque pointe portant les attributs des 9 vertus.

TFPM               Pourquoi placez-vous Salomon dans le Temple?

1er S                Pour montrer qu'il fut le premier à consacrer un Temple à Dieu.

TFPM               Pourquoi y placez-vous la mer d'Airain?

1er S                Pour avertir que le Temple du Seigneur est sacré et qu'on ne peut entrer qu'après avoir été purifié.

TFPM               Que signifie le coté gauche du Temple?

1er S                L'ordre maçonnique, sous les lois des emblèmes et des cérémonies.

TFPM               Que signifie le coté droit du Temple?

1er S                La vraie maçonnerie, sous les lois de la grâce et de la vérité.

TFPM               Que signifie le tombeau, situé sur le pavé mosaïque de la porte du sanctuaire du Temple des Prévôts et Juges?

1er S                Il montre qu'après avoir été purifiés par la mort, nous pourrons paraître devant Dieu.

TFPM               Que signifie le chandelier à 7 branches?

1er S                La présence de l'esprit saint dans le cœur de tous les vrais observateurs des lois de Dieu.

TFPM               Pourquoi, lors de votre réception, aviez vous les pieds nus?

1er S                Parce que  j'allais apprendre des choses sacrées et que Moïse était ainsi, quand il pénétra en terre sainte.

TFPM               Qu'avez-vous entendu avant d'entrer?

1er S                5 grands coups.

TFPM               Que dénotent-ils?

1er S                Les 5 points de la fidélité.

TFPM               Qui les a frappé?

1er S                Le Surveillant introducteur.

TFPM               Qu'a-t-il fait de vous?

1er S                Il m'a conduit 5 fois autour du Temple.

TFPM               Pourquoi cela?

1er S                Pour me faire admirer la beauté.

TFPM               Quelle impression ont fait sur vous les 5 voyages?

1er S                Une grande surprise, l'admiration et la douleur.

TFPM               Pourquoi une grande surprise?

1er S                Parce que j'ai vu ce qui était renfermé dans l'Étoile Flamboyante.

TFPM               Qu'y avait-il  dans cette étoile?

1er S                Le saint nom du G\A\D\L\U\

TFPM               Pourquoi dette étoile n'a-t-elle que 5 rayons?

1er S                Parce que ces 5 rayons font allusion aux 5 Ordres d'architecture dont on fit usage pour la construction du Temple ainsi qu'aux 5 points de la fidélité, aux cinq sens naturels, sans lesquels un homme ne peut être parfait et encore aux 5 lumières de la Maçonnerie et aux 5 parties du monde habitées par les maçons.

TFPM               Quels sont les 5 points de la fidélité?

1er S                Agir, intercéder, prier, aimer et secourir ses Frères

TFPM               Pourquoi avez-vous été saisi d'admiration et de douleur?

1er S                En voyant la beauté du Temple et de ses ornements.

TFPM               Avez-vous vu toutes les beautés du Temple?

1er S                Je n'en ai vu qu'une partie.

TFPM               Pour quelle raison ne les avez-vous pas toutes vues?

1er S                Une épaisse muraille qui en couvrait une partie m'en a empêché. Mais par mon zèle à arriver à la perfection de l'Art Royal, j'espère qu'un jour mes yeux n'éprouveront aucun obstacle.

TFPM               Pourquoi avez-vous ressenti de la douleur?

1er S                Parce que les ornements du Temple ont rappelé à ma mémoire la mort de notre Respectable Maître Hiram-Abif, cruellement assassiné.

TFPM               Avez-vous été atterré par la douleur?

1er S                Non, mais je l'eus sans doute été, si quelqu'un, que j'ai reconnu plus tard pour un Frère, ne m'avait soutenu.

TFPM               Comment l'avez-vous reconnu pour Frère?

1er S                Par le grand nom qu'il a invoqué, après avoir prononcé le mot sacré JAKINAI, que j'ai vu dans le centre de l'Étoile Flamboyante.

TFPM               Avez-vous promis de garder le secret sur tout ce que vous avez vu?

1er S                Oui, TFPM.

TFPM               Que vous êtes-vous imposé si vous y manquiez?

1er S                D'avoir mon corps coupé en 2 et mes entrailles arrachées.

TFPM               Comment avez-vous marché?

1er S                Par 5 pas lents que j'ai faits en avançant vers l'autel pour y prêter mon obligation.

TFPM               Pourquoi avez-vous paru mort et avez-vous été couvert d'un voile rouge?

1er S                Pour apprendre que tous les Frères doivent être morts au monde et à tous les vices.

TFPM               Que signifie la balance que l'on vous a donnée dans le degrés précédent?

1er S                La balance est un attribut de la justice. Elle m'a été donnée pour l'exercer indistinctement sur tous les maçons et pour rectifier ma conduite, car je désire mériter le nom de la lettre qui m'a été donnée lors de ma réception au degré d'Intendant des Bâtiments.

TFPM               Avez-vous vu le TFPM.

1er S                Je l'ai vu.

TFPM               Où était-il placé?

1er S                Sous un dais bleu céleste, parsemé d'étoiles brillantes.

TFPM               Comment était-il vêtu?

1er S                D'or et d'azur.

TFPM               Pourquoi?

1er S                Parce que Dieu apparu ainsi à Moïse sur le mont Sinaï, quand Dieu lui donna les tables de la Loi.

TFPM               Étiez-vous encore dans l'obscurité?

1er S                Le jour m'est apparu  et l'étoile mystérieuse était mon  guide.

TFPM               Où avez-vous été conduit?

1er S                Je ne puis le dire.

TFPM               Quel âge avez-vous?

1er S                3 fois 9 ans.

TFPM               Comment marquez-vous 5, 7 et 15 et où avez-vous atteint ce nombre?

1er S                De la manière dont on place les lumières.

TFPM               Que signifient-elles?

1er S                Je vous ai déjà expliqué les 2 premières. Les dernières représentent les 15 maîtres qui retrouvèrent le corps d'Hiram-Abif sous une branche d'acacia.

TFPM               Pourquoi y a-t-il du vert dans votre tablier?

1er S                Parce que je dois espérer arriver à de plus sublimes connaissances par mon zèle et ma constance dans la maçonnerie.

TFPM               Que signifie votre bijou?

1er S                La triple essence de Dieu.

TFPM               Quelle heure est-il?

1er S                Sept heures du soir.

TFPM               Quelle est la morale du degré d'Intendant des Bâtiments?

1er S                Nous devons nous consacrer avec zèle et constance aux travaux capables de donner la plus grande splendeur à notre Temple

Lire la suite

Étude du 8e degré dit de l'intendant des bâtiments ou Maître en Israël.

8 Juillet 2012 , Rédigé par Thomas Dalet Publié dans #hauts grades

Avant d’aborder la symbolique du 8e degré voyons rapidement l’argument sur lequel repose le rituel d’initiation au 8e degré dit de l’intendant des bâtiments ou maître en Israël. Je rappelle que jusqu’au 8e degré nous sommes toujours sur le thème de la construction du temple et l’enseignement qui est développé jusqu’à ce grade est celui de la formation des maîtres maçons qui participent aux travaux interrompus par la mort d’Hiram Abi et cela jusqu’à la dédicace du temple.

Le récit historico mythique évoque les dispositions prises pour assurer la reprise des travaux du temple (cf. page 199 du livre de Raoul BERTEAUX) :
« Selon la légende de ce grade, la décoration du saint des saints avait été entreprise personnellement par Hiram Abi, qui n’avait pu terminer ce travail avant sa mort.
Salomon décida de ne pas confier le travail à un seul maître, mais bien aux chefs des cinq ordres d’architectures, qui devaient agi conjointement, sous la direction de sept maîtres secrets, chacun des chefs étant responsable pour la part qui concernait son domaine de compétences.
Adoniram, à qui Hiram Abi avait déjà confié la super intendance des travaux, est désigné pour diriger le groupe des cinq. Les quatre autres membres du groupe sont respectivement les chefs des artistes du bronze, le chef des charpentiers, le chef des tailleurs de pierre, le chef des graveurs et orfèvres ».

Selon notre rituel : celui d’Edmond GLOTON ;
les réunions se tiennent dans un appartement du palais du roi Salomon,
le président de la loge représente Salomon et porte le titre de trois fois puissant,
le 1er surveillant représente TITO, prince des HARODIM, je rappelle que TITO était le président au 7e degré et que HARODIM signifie président ou gouverneur, c’est ainsi que l’on nommait les trois mille six cents chefs ou préfets que Salomon avait établi sur les ouvriers du temple. Je rappelle que prince n’est pas roi, la fonction de prince symbolise la promesse d’accès à un pouvoir suprême. Il s’appelle Trois Fois Illustre Inspecteur. Je rappelle qui est illustre celui dont le renom est éclatant du fait d’un mérite ou de qualité extraordinaire. Il y a dans illustre comme un dérivé de LUX et LUCIS signifie LUMIERE. C’est donc symboliquement un générateur de
lumières.
Le second surveillant représente ADONIRAM, il est appelé INTRODUCTEUR
Le récipiendaire est appelé JOHABEN : il a les pieds nus (ou JHAOBEN) qui signifierait fils de Dieu, enfant de Dieu

L ‘essentiel de la cérémonie de réception du candidat réside dans l’incorporation du néophyte dans le groupe des cinq membres chargé de la décoration du saint des saints.

Le 8e degré met en oeuvre un groupe de cinq personnages conforme au modèle symbolique du 7e degré soit quatre plus un. (Cf. page 203 de BERTEAUX)
« Il leur est demandé s’ils acceptent en tant que disciple d’Hiram Abi de consacrer leur temps et leur talent à la grande oeuvre commencée par Hiram Abi, leur réponse étant affirmative, ils sont invités à se retirer dans la chambre de préparation. Le récipiendaire est interrogé sur les enseignements des degrés antérieurs de la loge de perfection. Il lui est conseillé d’être indulgent sur le travail mais exigeant sur les principes. Les cinq participants se débarrassent de leurs décors de maître parfait et endossent une robe blanche. Ils effectuent cinq voyages au cours desquels ils entendent des propos sur la bienfaisance et la charité. Ensuite le candidat prête serment, reçoit communication des mots, signes et attouchements. Enfin il ceint le tablier et est revêtu du cordon du grade. L’orateur récapitule les enseignements des degrés antérieurs depuis le premier degré et attire l’attention du néophyte sur les enseignements cachés des grades. »

L’initié au 8e degré est donc appelé Intendant des bâtiments ou Maître en Israël. Intendant vient du latin « superinteden », c’est à dire de surveiller, être capable d’étendre au loin de diriger sa vue. C’est un haut fonctionnaire, agent du pouvoir royal, investi d’attributions illimitées quant aux services généraux de son administration. Historiquement ils étaient les
véritables maîtres du royaume.
La définition du mot intendant et ses commentaires historiques nous font saisir ce qui justifie pleinement le second nom attribué au 8e degré à savoir Maître en Israël. Il n’est pas maître d’Israël mais en Israël, désignant ainsi le lieu où s’exerce son pouvoir de surveillance. Ce qui signifie que si le pouvoir est illimité dans son principe, dans l’exercice de sa fonction, il est limité en un lieu où ce pouvoir doit s’exercer et pour la tâche à accomplir et qu’en sa qualité de maître, il doit s’efforcer de maîtriser son pouvoir donc se maîtriser.
Ayant ainsi abordé la signification globale de ce 8e degré, approfondissons notre approche symbolique.

La décoration du temple :

Le temple est tendu de rouge, il est éclairé par vingt sept lumières en trois groupes.
Cinq devant le second surveillant : l’Introducteur,
Sept devant le premier surveillant : le Trois Fois Illustre Inspecteur,
Quinze devant le Trois Fois Puissant.

Il y a en plus cinq autres lumières autour de l’autel disposées comme les cinq points d’un dés (quatre formant le carré et une plus grande au milieu).
A l’orient, un cercle inscrit dans un triangle équilatéral avec au centre J
, J, J signifiant les épithètes de Dieu ; JAH, JACHINAI et JEHOUDA. Il y aussi une étoile flamboyante de cinq pointes avec au centre la lettre J les cinq pointes représentent les cinq ordres architecturaux et la lettre J au centre au lieu de la lettre G
au grade de compagnon signifie que nous passons du plan opératif au plan spirituel.
J
pouvant signifier tout ce qui concerne Dieu donc l’idéal de spiritualité, alors que la lettre G
nous incitait à développer nos connaissances dans la géométrie, la gravitation, le génie, la génération, la gnose. L’étoile flamboyante, symbole de l’idéal de perfection est un symbole clé du thésaurus maçonnique, qui réapparaît au 8e degré. Elle signifie que par cet idéal nous sommes
appelés à poursuivre encore et plus loin notre quête vers plus de spiritualité. Mais le nombre cinq est ici signe d’union, il est le nombre du centre, de l’harmonie et de l’équilibre. Il est égal à la somme du premier pair et du premier nombre impair. Il est le chiffre des hiérogamies c’est à dire du mariage du principe céleste et du principe terrestre.
Il est le symbole de l’homme bras et jambes écartés. Il est aussi symbole de l’univers deux axes, l’un vertical, l’autre horizontal passant par un même centre. Il est de ce fait symbole de l’Ordre et de la Perfection.
Si le nombre cinq était déjà le nombre du 7e degré, il est au centre du 8e degré en tant que nombre à mettre en oeuvre. En effet si la batterie au 7e degré était de cinq coups (quatre plus un), au 8e degré il s’agit de cinq coups également espacés. Il s’agit d’un cinq mis en oeuvre et réalisé dans sa totalité harmonieuse.

Comme je vous l’ai déjà exprimé lors des planches précédentes, on ne peut tout voir, tout présenter, tout analyser. Chaque degré est une totalité symbolique en soi.

Le mémento.

Les signes, il y en a trois :
Signe de surprise ; porter les deux pouces aux tempes les mains étendues en équerre, reculer puis avancer de deux pas et mettre les mains sur les yeux en disant BENKHRIN (fils d’hommes libres)
Signe d’admiration ; entrelacer les doigts des deux mains les paumes en haut, les laisser retomber sur la ceinture en regardant le ciel et en prononçant HAKAR c’est le nom de Dieu. Il signifie le seul de son espèce ; c’est à dire l’UN : la source de TOUT.
Signe de douleur ; mettre la main droite sur le coeur et la gauche sur la hanche puis se balancer trois fois sur les genoux en disant le premier HHAI (vie vivante) et le second JAH (Dieu)
Un attouchement : se frapper mutuellement le coeur avec la main droite puis la passer sous le bras gauche, ensuite prendre l’épaule droite de la main gauche en disant le premier JACHINAI, le second répond JUDA.
Le mot sacré et le mot de passe sont ceux de l’attouchement.
La marche ; cinq pas égaux ; L’intendant monte les sept marches d’exactitudes et connaît les cinq points de fidélité.
La batterie : cinq coups égaux.
L’âge : trois fois neuf ( vingt sept ans).
Les décors : un tablier blanc bordé de vert et doublé de rouge, un cordon rouge moiré porté en écharpe de droite à gauche et comme bijou un triangle où sont gravés le mot sacré et le mot de passe.

Evoquons la symbolique des couleurs au 8e grade
Le blanc de la robe que revêt l’initié au 8e grade et le blanc du tablier, c’est le signe d’inaccompli qui annonce l’accomplissement. Il est associé aux rites de passage. C’est aussi le blanc qui consacre ceux qui ont pu s’élever jusqu’à une certaine hauteur.
Le vert qui borde le tablier blanc, ce vert végétal qui réapparaît périodiquement à chaque printemps est évocateur d’une renaissance dans la tradition chrétienne, il est couleur de l’espérance. Pour l’islam, il est couleur de la connaissance. Pour nous l’association du blanc et du vert évoque la justice et l’innocence.
Le rouge qui double le tablier et qui est la couleur du cordon. Le rouge du tablier est la couleur du coeur et de l’âme, la couleur symbole de la science ésotérique de la concentration. Et le rouge visible du cordon est un rouge solaire, signe de l’ardeur, de la
jeunesse et de l’amour. Il est le symbole de la force d’expansion.

La morale du grade

Nous devons nous consacrer avec zèle et constance aux travaux susceptibles de donner la plus grande splendeur à notre Temple.

Source : http://emsomipy.free.fr/

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>