Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles avec #hauts grades tag

RAPMM Réception 4ème Degré Maître Secret (1)

5 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel RAPMM Publié dans #hauts grades

Les travaux ayant été ouverts dans les formes rituelles précédemment indiquées.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Mes Frères et Soeurs, il va être procédé à l'Initiation au 4èmedegré des Vénérables Maîtres ……………… Maître des Cérémonies, veuillez vous rendre auprès des récipiendaires. Vous leur ferez subir le tuilage aux trois premiers degrés, puis vous vous présenterez avec eux à la porte du Temple, après vous être assuré qu'ils sont décorés et préparés conformément aux prescriptions rituelles.

 

Le Maître des Cérémonies va vérifier que les récipiendaires sont en tenue de Maître: tablier, cordon, gants blancs et chapeau. Il pose sur le front de chacun d'eux un voile noir transparent au centre duquel est fixée une petite équerre argentée. Puis accompagné des récipiendaires le Maître des Cérémonies se présente à la porte du Temple où il frappe en Maître du 3ème degré.

 

Le Capitaine des Gardes. - Entrouvrant la porte... Qui vient ici ? Qui approche de ce lieu de tristesse et de chagrin ?

 

Le Maître des Cérémonies. - De l'Extérieur... Le Maître des Cérémonies, accompagnant des Vénérables Maîtres, régulièrement initiés au premier degré (apprentis maçons) et successivement élevés au deuxième degré (compagnons) puis au troisième degré (Maîtres). Des Maîtres Secrets, témoins de leur zèle et ayant reconnu leur intelligence les ont présentés afin qu'ils deviennent Maîtres Secrets. Sur la proposition de l'Atelier, le Suprême Conseil a demandé au Souverain Sanctuaire de leur conférer le 4èmedegré. Ils ont été nommés le ……………………………………...

 

Le Capitaine des Gardes. -  Trois Fois Puissant Maître, le Maître des Cérémonies se présente à la porte de la Loge, accompagnant des Vénérables Maîtres que le Suprême Conseil et le Souverain Sanctuaire a élevés au 4ème degré.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Accordez leur l'entrée du Temple !

 

Le Maître des Cérémonies pénètre dans le temple, suivi des Récipiendaires qui font la marche de Maître. La porte est refermée sans bruit derrière eux. Le Maître de Cérémonies les conduit entre les colonnes, au centre de la Loge.

 

Vénérables Maîtres, après avoir présenté à notre loge de Perfection un morceau d'architecture et répondu de façon satisfaisante aux questions qui vous ont été posées, vous avez été élevés au 4ème  degré. Maître Secret, par le Suprême Conseil et le Souverain Sanctuaire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm. Les Maîtres Secrets qui vous ont proposés, vous connaissent et se portent garants de votre dévouement et de votre esprit fraternel. Il va donc être procédé à votre Initiation au 4èmedegré de notre Ordre Universel, dans les formes régulières et Traditionnelles.

Maître des Cérémonies, remplissez votre office !

 

Le Maître des Cérémonies retire aux récipiendaires leur décor de Maître, puis leur fait poser l'index et le médius de la main droite sur les lèvres.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Vénérables Maîtres, lorsque vous avez été admis dans la Loge qui comporte les degrés d'apprenti, de Compagnon et de Maître, vous avez été initiés à chacun de ces degrés et le symbolisme vous en a été expliqué.Le nouveau degré pour lequel vous avez été proposés nécessite, lui aussi, une Initiation à laquelle il va être procédé. Vous venez d'être dépouillés de vos décors de Vénérables Maîtres : Symboliquement, cela signifie que ce que vous avez appris jusqu'à ce jour en Franc-Maçonnerie n'est rien auprès de ce qu'il vous reste à apprendre. Vous allez être, dans cette loge de Perfection, comme des apprentis dans la loge du premier degré. Toutefois, vous n'êtes pas, comme ceux-ci, des ignorants complets dont l'esprit reste marqué par l'état profane.

 

Nous savons qu'en obtenant les degrés de Compagnon et de Maître vous avez acquis deux degrés d'instruction. Mais cette instruction n'est pas complète, pas plus que n'est complète la perception de la lumière à travers le bandeau symbolique. Vous ne comprenez pas bien, de même que vous ne voyer pas bien. Nous vous dévoilerons tout à l’heure le point fondamental de la doctrine particulière de ce degré, mais avant tout vous devez savoir que la discrétion Maçonnique à laquelle vous vous êtes engagés par Serment lors de votre première Initiation et lors de chacune de vos augmentation de salaire, est encore plus stricte au 4èmè degré. Pour vous en manifester le symbole, nous allons vous clore les lèvres avec le Sceau du Secret.

Maître des Cérémonies, venez prendre sur l'autel le Sceau du Secret et allez clore symboliquement les lèvres des Vénérables Maîtres.

 

Le Maître des Cérémonies se rend à l'autel sous le signe du Secret. Le Trois Fois Puissant Maître descend lui aussi vers l'autel, sous le signé du Secret. De la main gauche il tend le Sceau au Maître des Cérémonies qui le saisit également de la main gauche, puis retourne vers les Récipiendaires. - Il retire les doigts posés sur les lèvres de ces derniers, les leur place sur le cœur et leur appuie le Sceau sur les lèvres. Il replace les Récipiendaires sous le signe du Secret et retourne vers l'Autel où il restitue le Sceau au Trois Fois Puissant Maître. Celui-ci remonte à son plateau.

 

Maître des Cérémonies, veuillez passer autour du cou des récipiendaires la corde à nœud coulant et les placer, en file indienne, chacun tenant l'extrémité de la corde (de la Sœur) du Frère qui le suit.

Vous prendrez vous-même l'extrémité de la corde (de la Sœur) du Frère placé en tête de file. Maître des Cérémonies faites abandonner le Signe du Secret aux Vénérables Maîtres et faites leur accomplir les quatre voyages symboliques.

 

Le Maître des Cérémonies conduit les récipiendaires, il leur fait faire un tour complet du Temple et les arrête devant l'autel.

 

Mes (Sœurs) Frères, la Franc-Maçonnerie vous a fait sortir du monde de l'ignorance, des préjugés et des superstitions. Elle vous a tiré de la servitude, de l'erreur. Vous ne vous forgerez point des idoles humaines pour agir aveuglément sous leur impulsion, mais vous déciderez par vous-mêmes de vos opinions et de vos actions. Vous ne prendrez pas les mots pour les idées et vous vous efforcerez toujours de découvrir l'idée sous le symbole. Vous n'accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie.

 

Le Maître des Cérémonies fait accomplir aux récipiendaires, un 2ème tour du Temple.

Lorsqu'ils passent devant le Frère Inspecteur, cet officier frappe un coup de maillet B

Parvenus devant l'Autel, ils s'arrêtent une deuxième fois.

 

Ne vous payer pas de mots, n’accordez à qui que ce soit une confiance aveugle,  mais écoutez tous les hommes avec attention et déférence. Ayez la ferme résolution de les comprendre.

Respectez toutes les opinions, mais ne les acceptez pour justes que si elles vous apparaissent comme telles après les avoir examinées. Ne profanez pas le mot de Vérité en l'accordant aux conceptions humaines. La Vérité absolue est inaccessible à l'esprit humain; il s'en approche sans cesse, mais ne l'atteint jamais.

 

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires continuent le 2ème voyage.

 Quand ils passent devant le Frère Inspecteur cet officier frappe deux coups de maillet

BB  Ils s'arrêtent une troisième fois devant l'Autel.

 

Quelque admiration que vous inspire le spectacle de l'Univers, du Macrocosme au Microcosme, souvenez-vous que vous ne l'admirez qu'en proportion de votre faiblesse en présence de son immensité. Il n'y a de réellement admirable que la Loi Universelle qui régit toutes les choses dans leur ensemble et chaque chose dans son détail.

 

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires continuent par le 3ème voyage.

Quand ils passent devant le Frère Inspecteur, cet officier frappe trois coups de mailletBBB  Ils s'arrêtent une quatrième fois devant l'Autel.

 

Ce que la Franc-Maçonnerie vous demande, c'est d'aimer la Justice, de la révérer, de marcher dans ses voies, de la servir de tout votre coeur et de toute votre âme.

 

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires terminent le 4ème voyage.

Quand ils passent devant le Frère Inspecteur, ils s'arrêtent.

 

Le Frère Inspecteur. - Frappe quatre coups de maillet BBBB

Qui voyage ainsi avec vous, Maître des Cérémonies ?

 

Le Maître des Cérémonies. - Des Vénérables Maîtres qui cherchent la Parole Perdue.

 

Le Frère Inspecteur. - Hélas! Elle n'a pas encore été retrouvée. Que demandez-vous pour ces Vénérable Maîtres ?

 

Le Maître des Cérémonies. - L'Initiation au quatrième degré de Maître Secret.

 

Les sentences ci-après doivent être prononcées lentement, d'un ton soutenu mais sans forcer la voix.

 

L'Orateur. - Malheur à ceux qui aspirent à ce dont ils sont indignes !

 

L'Hospitalier. - Malheur à ceux qui veulent assumer une charge qu'ils ne peuvent pas porter !

 

Le Trésorier. - Malheur à ceux qui acceptent légèrement des devoirs et qui ensuite, les négligent !

 

Le Frère Inspecteur. - Sachez, mes (Sœurs) Frères, que l'idéal de la Franc-Maçonnerie est l'accomplissement du Devoir porté jusqu'au Sacrifice. Etes-vous prêts à faire votre Devoir en toute circonstance et quoi qu'il puisse vous en coûter ?

 

Les Récipiendaires. - Chacun son tour.

Je le suis !

 

Le Frère Inspecteur. - Vos travaux peuvent n'être pas récompensés, car celui qui sème ne récolte pas toujours. Etes-vous prêts à accomplir le Devoir parce qu'il est le Devoir, "sans songer à la récompense" et à être satisfait de l'approbation de votre seule conscience ?

 

Les Récipiendaires. - Chacun son tour.

Je le suis !

 

Le Frère Inspecteur. - S'il en est ainsi, souvenez-vous de cette maxime :

" Il n'est nullement besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ".

 

Les Récipiendaires. - Chacun son tour.

Je m'en souviendrai.

 

Le Frère Inspecteur. - Avancez devant l'Autel Sacré et là, contracter une alliance avec nous en vous engageant à accomplir toujours les Devoirs du quatrième degré.

 

Les Récipiendaires sont conduits devant l'Autel et placés, face à l'Orient sous le Signe du Secret. Le Maître des Cérémonies donne à chacun un flambeau allumé, tenu dans la main gauche.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Qui reste ainsi devant l'Autel sous le signe du Secret ?

 

Le Maître des Cérémonies. - Ce sont des Vénérables Maîtres qui ont été régulièrement examinés, ils ont fait les quatre voyages et répondu convenablement aux questions du Frère Inspecteur. Ils attendent maintenant ici, de recevoir l'investiture de Maître Secret.

 

L'Orateur. - Le Devoir est pour nous aussi inflexible que la Fatalité !

 

L'Hospitalier. - En santé ou en maladie, en prospérité ou en adversité, le Devoir est pour nous aussi exigeant que la Nécessité !

 

Le Trésorier. - Le Devoir s'impose à nous, le jour comme la nuit. Dans le tumulte de la cité, dans la solitude du désert, le Devoir est avec nous, toujours impératif comme la Destinée !

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Vous entendez, Vénérable Maîtres !

Reconnaissez-vous sans réticence que le Devoir est la grande Loi de la Franc-Maçonnerie, inflexible comme la Fatalité, exigeant comme la Nécessité, impératif comme la Destinée ?

Baissez la main et répondez.

 

Les Récipiendaires. - Chacun son tour.

Je le reconnais.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Que cherchiez-vous dans vos voyages ?

 

Le Maître des Cérémonies. - La Vérité et la Parole Perdue.

 

Le Trois Fois Puissant Maître.          

Telle la Lumière que vous portez, et que vous ne voyez qu'imparfaitement au travers du bandeau qui trouble votre vue, la Vérité est une lumière que l'homme perçoit plus ou moins confusément. Elle peut pourtant se révéler dans tout son éclat à celui qui veut ouvrir les yeux et regarder.

"La route du Devoir mène sûrement à la Vérité". Mais cette route est longue et difficile et, parce qu'il tente de l'abréger en prenant des sentiers, l'homme s'égare dans le labyrinthe de l'erreur. Si vous voulez trouver la Vraie Lumière et la Parole Perdue, inclinez-vous devant notre Autel sacré contractez une sincère alliance avec nous ; prenez l'obligation de garder fidèlement les secrets et de remplir les devoirs du 4ème degré. Debout, Soeurs et Frères Maîtres Secrets !

Vénérables Maîtres, posez votre main gauche tenant le flambeau, sur le volume de la Loi Sacrée, puis les deux premiers doigts de votre main droite sur votre cœur, vous allez répéter après moi, en articulant à haute voix, la formule du serment.

 

 Moi    …….., en présence du Grand Architecte de l'Univers et des Frères ici assemblés, je fait solennellement et sincèrement alliance avec eux, et m'engage par serment à ne jamais révéler aucun des secrets de ce degré à aucune personne au monde autre que celles qui y ont droit, et après avoir été dûment autorisé à le faire. Je promets et je jure, en outre, allégeance au Suprême Conseil et au Souverain Sanctuaire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, obéissance à ses Règlements, statuts et édits, suivant les principes et les anciennes Traditions Maçonniques ; obéissance aux règlements de la Loge des Maîtres Secrets et de Perfection à laquelle je vais appartenir pendant trois années au moins, et ce aussi longtemps que je continuerai d'être membre de cet Atelier. En outre, je promets et je jure de rester fidèle jusqu'à la mort à tous les devoirs que je suis requis d'accomplir envers l'Humanité, envers mon Pays, envers ma Loge, envers ma Famille, envers mon Frère, envers mon Ami ; de ne jamais manquer à ma Patrie, à ma Loge, à ma Famille, à mon Frère ou à mon Ami, en cas de nécessité, détresse, danger et persécution".

 

Pause.

 

Maître des Cérémonies, retirez le flambeau, la corde et le bandeau des récipiendaires et qu'ils se placent sous le signe du secret. Le Maître des cérémonies exécute l'ordre.

 

Le Trois Fois Puissant Maître. - Mes (Sœurs) Frères, vous étiez plongés dans l'obscurité ; nous vous rendons la Lumière et plaçons vos pieds sur le chemin du Devoir qui conduit à cette vraie Lumière dont ceci est l'emblème. Que cette équerre qui fut posée sur votre front vous rappelle toujours que vous devez marcher droit devant vous et ne pas vous laisser entraîner dans les sentiers fleuris de l'Erreur. Qu'elle vous rappelle aussi que vous êtes maintenant passée de l'équerre au compas, comme le géomètre passe des lignes droites et des angles par lesquels il mesure la surface de la Terre aux grandes courbes et aux cercles par lesquels il mesure le mouvement des astres. Vous commencez, maintenant, à vous élever au-dessus de la surface de la terre et à pénétrer dans les hautes régions de la Connaissance Spirituelle. Vous voyez notre Loge en deuil et les Frères encore plongés dans la douleur que leur a causée la mort du Maître Hiram. A la suite de cette mort, la Lumière et la Vérité ont été éclipsés, l'Ignorance et l'Erreur répandent partout la tristesse et les Ténèbres. La douleur provoquée par la perte de ceux que nous aimons est naturelle, mais les lamentations sont stériles et nous devons nous rappeler que ce n'est pas seulement la disparition d'un ami et d'un bienfaiteur qui nous afflige: nous déplorons aussi la perte de la Vraie Parole, dont nous sommes maintenant privés. Nous devons donc inlassablement la rechercher, jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée

Lire la suite

REAA Initiation au 4e degré Maître Secret (2)

5 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel 4àme REAA Publié dans #hauts grades

Vénérables Maîtres, posez votre main droite dégantée sur le Volume de la Loi Sacrée, puis votre main gauche sur le cœur.  

 

Vous allez répéter après moi la formule du serment  

 

A LA GLOIRE DU GRAND ARCHITECTE DE L'UNIVERS, EN PRÉSENCE DES FRÈRES ICI

 

ASSEMBLÉS,

 

MOI N…, JE FAIS SOLENNELLEMENT ET SINCÈREMENT ALLIANCE AVEC EUX ET

 

M'ENGAGE PAR SERMENT À NE JAMAIS RÉVÉLER AUCUN DES SECRETS DE CE DEGRÉ À AUCUNE PERSONNE AU MONDE AUTRE QUE CELLES QUI Y ONT DROIT ET APRÈS AVOIR ÉTÉ DÛMENT AUTORISÉ À LE FAIRE. JE PROMETS ET JE JURE ‑ALLÉGEANCE AU. SUPRÊME CONSEIL DES SOUVERAINS GRANDS INSPECTEURS GÉNÉRAUX DU 33e DEGRÉ, ‑ OBÉISSANCE À SES RÈGLEMENTS, STATUTS ET DÉCRETS, SUIVANT LES VRAIS PRINCIPES ET LES ANCIENNES TRADITIONS MAÇONNIQUES, .TE PROMETS ET JE JURE DE RESTER FIDÈLE JUSQU'À LA MORT À TOUS LES DEVOIRS QUE JE SUIS REQUIS D'ACCOMPLIR ENVERS L'HUMANITÉ, ENVERS MON PAYS, ENVERS MA LOGE, ENVERS MA FAMILLE, ENVERS MON FRÈRE, ENVERS MON AMI, ENVERS MON PROCHAIN, ET DE NE JAMAIS Y FAILLIR EN CAS DE NÉCESSITÉ, DÉTRESSE, DANGER ET PERSÉCUTION.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Maître des Cérémonies, remplissez votre office.

Le Maître des Cérémonies enlève le bandeau aux récipiendaires et leur fait remettre leur gant en main droite.  

Mes Frères, nous vous avons enlevé le bandeau qui obscurcissait votre vue et nous vous mettons sur le chemin du Devoir qui conduit à la vraie Lumière. Que cette équerre qui fut posée sur votre front vous rappelle toujours que vous devez marcher droit devant vous et ne pas vous laisser entraîner dans les sentiers de l'Erreur. Qu'elle vous rappelle aussi que vous êtes passés de l'équerre au compas, des lignes et des angles par lesquels le géomètre mesure la surface de la terre, aux courbes et aux cercles par lesquels l'astronome mesure le mouvement des astres. Vous commencez maintenant à pénétrer dans les hautes régions de la Connaissance spirituelle.  

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAITRE

 

Vous voyez notre Loge en deuil et les Frères encore plongés dans la douleur que leur a causée la mort du Maître Hiram. À la suite de cette mort, la Lumière et la Vérité ont été éclipsées.  

La douleur provoquée par la perte de ceux que nous aimons est naturelle, mais les lamentations sont stériles et nous devons nous rappeler que ce n'est pas seulement la disparition d'un ami et d'un bienfaiteur qui nous afflige: nous déplorons aussi la perte de la vraie Parole dont nous sommes maintenant privés. Nous devons inlassablement la rechercher, jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée. Le Trois Fois Puissant Maître se lève, s'approche des récipiendaires et étendant successivement le glaive sur leur tête :  

À la Gloire du Grand Architecte de l'Univers, au nom et sous les auspices du Suprême Conseil de France, en vertu des pouvoirs dont je sais investi, je vous crée, institue et reçois Maître Secret de cette Respectable Loge de Perfection. Le Trois Fois Puissant Maître retourne à son plateau. Sachez que rien ne s'accomplit sans efforts. Vous avez encore bien des degrés à gravir avant d'approcher de la vraie Lumière et de découvrir la Parole connue des anciens initiés. Nouveaux Maîtres Secrets, restez debout devant l'autel.  

 

·Prenez place, mes Frères.     

 

Vous venez, mes Frères, de contracter l'obligation de suivre imperturbablement la route du Devoir, mais vous devez savoir qu'il est parfois plus facile de faire son devoir que de le connaître.  

 

L'ORATEUR

 

Comment parviendrez‑vous à cette connaissance ? Par le concours que vos aînés vous donneront, ici comme dans la Loge des trois premiers degrés. La Connaissance est un bien héréditaire que chaque génération de Francs‑Maçons augmente et qu'elle transmet à celle qui la suit. Ainsi en a‑t‑il été dans les temps passés; ainsi en sera‑t‑il dans les temps à venir. C'est pour cela que vous devez à ces Frères aînés confiance et déférence, sans jamais pourtant aliéner votre liberté de jugement. Chaque société a sa conception morale du Devoir, chaque âge a la sienne correspondant à son sens moral. Mais rappelez‑vous que nous sommes tous soumis à la grande Loi universelle du Grand Architecte. Notre Devoir, c'est la quête de la Parole perdue.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Comme le demandait à l'Éternel le Roi Salomon « Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple, pour discerner le Bien du Mal. ». (1 Rois 3 : 9) Conformons‑nous, en toute circonstance, au Bien, sans complaisance pour nos préjugés et nos intérêts. Souvenons‑nous que les nobles pensées viennent du coeur et que l'accomplissement du Devoir exige souvent un sacrifice. Ayez toujours présentes à l'esprit la brièveté de la vie humaine et l'immense tâche que nous devons accomplir. Ne vous attardez pas dans les sentiers fleuris, mais hâtez‑vous de gravir les pentes abruptes de la montagne, de crainte que la Mort ne vous surprenne avant que vous n'ayez approché du sommet.

        

Le Trois Fois Puissant Maître se lève à son plateau et présente la couronne aux récipiendaires. Dans cette couronne, le Laurier est l'emblème de la victoire que vous devez remporter sur vos passions; l'Olivier, celui de la paix et de l'union qui doivent toujours régner entre des Frères. Ceux qui, dans l'Antiquité, allaient consulter l'Oracle de Delphes portaient de semblables couronnes, comme en portaient aussi les prêtres romains dans les grandes solennités. En progressant dans les voies de la Franc‑Maçonnerie, n'attendez pas un oracle dont les réponses pourraient vous égarer ou vous décevoir : commencez maintenant la marche ascendante qui fera de vous les adeptes et les apôtres de la Vérité. Je vous couronne de Laurier et d'Olivier, dans l'espérance de vos succès futurs et de votre ultime victoire. Maître des Cérémonies, Frère Expert, veuillez m'assister. Décorez les nouveaux Maîtres Secrets du tablier et du sautoir du 4e degré.  

     

Je vous présente cette clef d'ivoire, bijou de ce degré, emblème de la Discrétion. a lettre « Z » sur le panneton est l'initiale du mot hébreu Ziza. Souvent traduit par «resplendeur», il signifie également «balustrade ». C'est, en effet, une véritable barrière qui vous sépare encore du Saint des Saints situé à l'Orient de cette Loge. Ce rappel du lieu le plus sacré du Temple de Jérusalem où était déposée l'Arche d'Alliance vous laisse entendre que c'est en cet endroit seulement que vous pourrez prendre connaissance des mystères les plus secrets de la Franc‑Maçonnerie. Pour l'instant, il vous est interdit de franchir cette barrière; mais vous avez la clé et, quelque jour, il vous sera permis d'ouvrir et de passer. Les préjugés, les passions et l'erreur placent de nombreux obstacles entre l'homme et la Vérité; mais il n'est point de difficultés que l'énergie, la persévérance et l'intention droite ne puissent surmonter.

 

Maître des Cérémonies, veuillez conduire les nouveaux Maîtres Secrets à l'Occident.  

 

·Debout, mes Frères !  

 

Frère Premier Inspecteur, veuillez inviter les membres de cette Respectable Loge de Perfection à reconnaître désormais comme Maîtres Secrets les Frères N…, N…, et à les aider dans  

l'accomplissement des devoirs de notre grade.  

 

LE PREMIER INSPECTEUR

 

Mes Frères, je vous invite à reconnaître désormais comme Maîtres Secrets les Frères N…, N…, placés à l'Occident, et à les aider dans l'accomplissement des devoirs de notre degré.  

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Nous allons célébrer par une batterie d'allégresse la venue parmi nous des nouveaux Maîtres Secrets. À moi, mes Frères, par le signe et par la batterie  

 

•••••• •  

 

·Prenez place, mes Frères !  

 

Maître des Cérémonies, veuillez conduire les nouveaux Maîtres Secrets aux places qui leur sont réservées. (En tête de la colonne du Septentrion).

 

Quand tous ont pris place : Je vais maintenant donner un résumé de l'instruction du 4e degré à l'intention des nouveaux membres de la Loge.

   

Frère Expert et Maître des Cérémonies, veuillez m'assister.  

 

Instruction du 4e degré  

 

(Dialogue entre le Trois Fois Puissant Maître et le Premier Inspecteur)

     

D ‑ Êtes‑vous Maître Secret ?

R ‑ Oui, je m'en glorifie.

D ‑ Comment avez‑vous été reçu Maître Secret ?

R ‑ En passant de l'Équerre au Compas.

D -  Où avez‑vous été reçu Maître Secret ?

R ‑ Sous le Laurier et l'Olivier.  

D ‑ Quel âge avez‑vous ?  

R ‑ Trois fois vingt‑sept ans accomplis.  

D ‑ Quel est le mot de passe du 4e degré ?  

R ‑ Ziza, qui signifie « resplendeur » ou « balustrade».  

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Le signe du Secret ou du Silence se fait en portant aux lèvres fermées l'index et le majeur de la main droite, puis en laissant retomber le bras le long du corps. Il n'y a pas d'ordre au 4e degré. Le Maître Secret se tient debout, les bras le long du corps. Lorsqu'un Maître Secret prend la parole, il fait le signe et baisse la main aussitôt.  

 

Attouchement : la griffe du Maître. Remonter ensuite la main jusqu'au coude, en balançant par sept fois le bras, pendant que l'on approche jambe droite contre jambe droite, en se touchant par l'intérieur.

 

Mots sacrés: IOD ‑ADONAÏ ‑ IVAH. Ces trois mots sont trois des noms qui désignaient Dieu dans la Bible.  

 

La couleur blanche du tablier, sa bordure noire sont emblématiques de la douleur qu'éprouvèrent les Initiés du Temple en apprenant la mort du Maître Hiram, ainsi que la perte du mot des Maîtres.  

 

L'opposition du blanc et du noir symbolise aussi le conflit perpétuel existant dans l'univers des choses et dans l'âme de tout homme, entre la Lumière et l'Ombre, le Bien et le Mal, la Vérité et l'Erreur. C'est là une lutte qui a commencé avec le Temps.  

 

L'œil figuré sur la bavette bleue du tablier est le symbole du Soleil, oeil de l'Univers, qui était pour les anciens l'image de la Divinité, le grand Archétype de la Lumière.La batterie est de sept coups, par six et un : •••••• •  

 

L 'instruction étant terminée :  

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

La parole est à l'Orateur. Celui‑ci prononce l'allocution de bienvenue. En particulier, il insistera sur la conduite à tenir en Loge symbolique par les nouveaux Maîtres Secrets. Remerciements du Trois Fois Puissant Maître.

     

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Frères Maîtres Secrets, je vais procéder à la clôture des Travaux.

 

Lire la suite

REAA Initiation au 4e degré Maître Secret (1)

5 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel 4ème degré REAA Publié dans #hauts grades

Les Travaux ont été ouverts dans les formes rituelles précédemment indiquées.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

·Mes Frères, il va être procédé à l'initiation au 4e degré des Vénérables Maîtres N…, N…

 

Maître des Cérémonies, remplissez votre office !

 

(Pause)

 

Accompagné des récipiendaires, le Maître des Cérémonies se présente à la porte du Temple où il frappe en Maître du 3e degré

 

••• ••• •••

 

L'EXPERT

Entrouvrant la porte

 

Qui vient ici? Qui approche de ce lieu de tristesse et de chagrin ?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

De l'extérieur

 

Le Maître des Cérémonies, accompagnant les Vénérables Maîtres N . . . . . . . . ., N . . .. . . . . . régulièrement initiés au 1er  degré (Apprentis Maçons) et successivement élevés au 2e degré (Compagnons), puis au 3e degré (Maîtres).

 

Des Maîtres Secrets, témoins de leur zèle et ayant reconnu leurs aptitudes, les ont présentés afin qu'ils deviennent Maîtres Secrets.

 

Sur la proposition de l'Atelier, le Suprême Conseil de France les a nommés au 4e degré.

 

L'EXPERT

Trois Fois Puissant Maître, le Maître des Cérémonies se présente à la porte de la Loge, accompagnant les Vénérables Maîtres N…, N…, que le Suprême Conseil de France a nommés au 4e degré.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Frère Expert, accordez‑leur l'entrée du Temple !

 

L'Expert ouvre la porte à deux battants.

 

Le Maître des Cérémonies pénètre dans le Temple, suivi des récipiendaires qui exécutent la marche du Maître. La porte est refermée sans bruit derrière eux. Le Maître des Cérémonies les conduit au centre de la Loge.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

 

Vénérables Maîtres, après avoir présenté à notre Loge de Perfection un morceau d'architecture et répondu de façon satisfaisante aux questions qui vous ont été posées, vous avez été nommés au 4e degré, Maître Secret, par le Suprême Conseil de France.

 

Les Maîtres Secrets qui vous ont proposés vous connaissent. et se portent garants de votre dévouement et de votre esprit fraternel.

 

Il va donc être procédé à votre initiation au 4e degré du Rite Écossais Ancien et Accepté dans les formes traditionnelles.

 

 (Pause)

 

Maître des Cérémonies, remplissez votre office !

 

Le Maître des Cérémonies retire aux récipiendaires leurs décors de Maître (tablier, cordon et chapeau) et leur fait quitter l'ordre. Les récipiendaires restent gantés.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Vous venez d'être dépouillés de vos décors de Vénérables Maîtres.

 

Nous savons qu'en obtenant les degrés de Compagnon et de Maître, vous avez acquis deux degrés d'instruction. Mais cette instruction n'est pas complète, pas plus que n'est complète la perception de la lumière à travers le bandeau symbolique posé sur vos yeux.

 

De même que vous ne voyez pas bien, vous ne comprenez pas bien.

 

Vous allez, dans cette Loge de Perfection, accomplir un nouvel apprentissage.

 

Nous vous dévoilerons tout à l'heure le point fondamental de la légende particulière de ce degré; mais, avant tout, vous devez savoir que la discrétion maçonnique à laquelle vous vous êtes engagés par serment, lors de votre première initiation et de chacune de vos augmentations de salaire, est encore plus stricte au 4e degré.

 

Pour vous en manifester le symbole, nous allons vous clore les lèvres avec le Sceau du Secret.

 

Le Trois Fois Puissant Maître descend de son trône, le sceptre (sceau) sur les lèvres. Il leur place successivement la main droite sur le cœur et leur appuie le Sceptre sur les lèvres. Il remet les récipiendaires sous le signe du Secret et remonte à son plateau.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

·Maître des cérémonies, faites abandonner le signe du Secret aux Vénérables Maîtres, unissez‑les à vous par la corde symbolique et faites‑leur accomplir le premier voyage rituel.

 

Le Maître des Cérémonies passe autour du cou de chacun des récipiendaires la corde à nœud  coulant et les place en file indienne, chacun tenant de la main droite l'extrémité de la corde du Frère qui le suit.

 

Il prend lui‑même l'extrémité de la corde du Frère placé en tête de file.

 

 (Pause)

 

Le Maître des Cérémonies conduit les récipiendaires, il leur fait faire dextrorsum  un tour complet du Temple.

 

Quand ils passent devant le Premier Inspecteur, cet Officier frappe un coup de maillet

·

Parvenus devant l'autel, ils s'arrêtent une première fois.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Mes Frères, la Franc‑Maçonnerie vous a fait sortir du monde de l'ignorance, des préjugés et des superstitions. Elle vous a tirés de la servitude de l'erreur.

 

Vous ne vous forgerez point d'idoles. humaines pour agir aveuglément sous leur impulsion, mais vous déciderez par vous‑mêmes de vos opinions et de vos actions.

 

Vous ne prendrez pas les mots pour des idées et vous vous efforcerez toujours de découvrir l'idée sous le symbole.

 

Vous n'accepterez aucune idée que vous ne compreniez et ne jugiez vraie.

 

(Pause)

 

Maître des Cérémonies, faites accomplir aux récipiendaires leur deuxième voyage rituel.

 

Le Maître des Cérémonies fait accomplir aux récipiendaires, un deuxième tour du Temple.

 

Quand ils passent devant le Premier Inspecteur, cet Officier frappe deux coups de maillet

 

· ·

 

Parvenus devant l'autel, ils s'arrêtent une deuxième fois.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Ne vous payez pas de mots, n'accordez à qui que ce soit une confiance aveugle, mais écoutez tous les hommes avec attention et déférence. Ayez la ferme résolution de les comprendre.

 

Respectez toutes les opinions, mais ne les acceptez pour justes que si elles vous apparaissent comme telles après les avoir examinées.

 

Ne profanez pas le mot de Vérité en l'accordant aux conceptions humaines.

 

La Vérité absolue est inaccessible à l'esprit humain; il s'en approche sans cesse, mais ne l'atteint jamais.

 

(Pause)

 

Maître des Cérémonies, faites accomplir aux récipiendaires leur troisième voyage rituel.

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires accomplissent un troisième tour du Temple.

 

Quand ils passent devant le Premier Inspecteur, cet Officier frappe trois coups de maillet.

Ils s'arrêtent une troisième fois devant l'autel.

 

· · ·

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Quelque admiration que vous inspire le spectacle de l'Univers, du macrocosme au microcosme, souvenez‑vous que vous ne l'admirez qu'en proportion de votre faiblesse en présence de son immensité.

 

Il n'y a de réellement admirable que la Loi universelle qui régit toutes les choses dans leur ensemble et chaque chose dans son détail.

 

(Pause)

 

Maître des Cérémonies, faites accomplir aux récipiendaires leur quatrième voyage rituel.

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires entament le quatrième voyage en accomplissant un tour complet du Temple.

 

Quand ils passent devant le Premier Inspecteur, cet Officier frappe quatre coups de maillet.

Ils s'arrêtent une quatrième fois devant l'autel.

 

· · · ·

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Ce que la Franc‑Maçonnerie vous demande, c'est d'aimer la Justice, de la révérer, de marcher dans ses voies, de la servir de tout votre coeur et de toute votre âme.

 

Le Maître des Cérémonies et les récipiendaires terminent le quatrième voyage en allant de l'autel à l'Occident. ils s'arrêtent devant le Premier Inspecteur.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

·Il frappe un coup de maillet.

 

Qui voyage ainsi avec vous, Maître des Cérémonies ?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

Des Vénérables Maîtres qui cherchent la Vérité et la Parole perdue.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

Hélas! Elle n'a pas encore été retrouvée.

 

(Pause)

 

Que demandez‑vous pour ces Vénérables Maîtres?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

Qu'ils soient initiés au grade de Maître Secret.

 

L'ORATEUR

Malheur à ceux qui aspirent à ce dont ils sont indignes.

 

L'HOSPITALIER

Malheur à ceux qui veulent assumer une charge qu'ils ne peuvent pas porter.

 

LE TRÉSORIER

Malheur à ceux qui acceptent légèrement des devoirs et qui, ensuite, les négligent.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

Sachez, mes Frères, que l'idéal de la Franc‑Maçonnerie est l'accomplissement du Devoir porté jusqu'au sacrifice. Êtes‑vous prêts à faire votre devoir en toutes circonstances, quoi qu'il puisse vous en coûter ?

 

LES RÉCIPIENDAIRES

Chacun à son tour

 

Je le suis.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

Vos travaux peuvent n'être pas récompensés, car celui qui sème ne récolte pas toujours. Êtes‑vous prêts à accomplir votre devoir parce qu'il est le Devoir, sans songer à la récompense, et à être satisfaits de l'approbation de votre seule conscience?

 

LES RÉCIPIENDAIRES

Chacun à son tour

 

Je le suis.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

S'il en est ainsi, souvenez‑vous de la maxime du Taciturne

 

« Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ».

 

LES RÉCIPIENDAIRES

Chacun à son tour

Je m'en souviendrai.

 

LE PREMIER INSPECTEUR

Maître des Cérémonies, veuillez conduire les récipiendaires devant l'autel sacré pour qu'ils y contractent une alliance avec nous et s'engagent à accomplir toujours les devoirs du 4e degré.

Les récipiendaires sont conduits devant l'autel et placés face à l'Orient sous le signe du Secret.

Le Maître des Cérémonies donne à chacun un flambeau allumé, tenu dans la main gauche.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Qui reste ainsi devant l'autel sous le signe du Secret ?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

 Ce sont les Vénérables Maîtres N… N…  , qui ont été régulièrement examinés, qui ont fait les quatre voyages et répondu aux questions du Premier Inspecteur. Ils attendent maintenant de recevoir l'investiture de Maître Secret.

 

L'ORATEUR

Le Devoir est pour nous aussi inflexible que la Fatalité !

 

L'HOSPITALIER

En santé ou en maladie, en prospérité ou en adversité, le Devoir est pour nous aussi exigeant que la Nécessité !

 

LE TRÉSORIER

Le Devoir s'impose à nous, le jour comme la nuit. Dans le tumulte de la cité, dans la solitude du désert, le Devoir est avec nous, toujours impératif comme la Destinée !

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Vous entendez, Vénérables Maîtres

 

Reconnaissez‑vous sans réticence que le Devoir est la grande Loi de la Franc‑Maçonnerie, inflexible comme la Fatalité, exigeant comme la Nécessité, impératif comme la Destinée?

Baissez la main et répondez.

 

LES RÉCIPIENDAIRES

Chacun à son tour

 

Je le reconnais.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Que cherchiez‑vous dans vos voyages ?

 

LE MAÎTRE DES CÉRÉMONIES

La Vérité et la Parole perdue.

 

LE TROIS FOIS PUISSANT MAÎTRE

Telle la lumière que vous portez et que vous ne voyez qu'imparfaitement au travers du bandeau qui trouble votre vue, la Vérité est une lumière que l'homme perçoit plus ou moins confusément. Elle peut pourtant se révéler dans tout son éclat à celui qui veut ouvrir les yeux et regarder.

La route du Devoir mène sûrement à la Vérité. Mais cette route est longue et difficile et, parce qu'il tente de l'abréger en prenant des raccourcis, l'homme s'égare dans le labyrinthe de l'erreur.

Si vous voulez trouver la vraie Lumière et la Parole perdue, inclinez‑vous devant notre autel sacré; contractez une sincère alliance avec nous; prenez l'obligation de garder fidèlement les secrets et de remplir les devoirs du 4e degré.

 

Maître des Cérémonies, remplissez votre office.

 

Le Maître des Cérémonies reprend le flambeau et la corde aux récipiendaires.

 

(Pause)

 

·Debout, mes Frères Maîtres Secrets.

 

 

Lire la suite

SO : Réception d'un Postulant

29 Juin 2012 , Rédigé par Rituel SO Publié dans #hauts grades

Le Supérieur tient un bref discours dans lequel il présente l’Initiandus[1]. Puis, il invite les membres du Chapitre à voter en leur âme et conscience. A cet effet, il dit au plus jeune des Postulants:

Le Supérieur: -” Frère Postulant, procédez à la distribution.”

Le Postulant distribue à chaque membre du Chapitre un haricot blanc et un noir, puis regagne sa place. Le Supérieur laisse quelques secondes de réflexion et dit:

Le Supérieur: -” Frère Postulant, recueillez les votes.”

Le plus jeune des Postulants recueille les votes dans une urne, le vote favorable sous forme d’un haricot blanc et défavorable sous forme d’un noir. Ensuite, il porte l’urne à l’un des Chevaliers qui se tiennent devant la porte. Celui-ci la prend et vient se placer face au Supérieur au centre de la pièce, compte les votes et annonce le résultat à voix haute. Si il se trouve trois (ou plus) haricots noirs, il dit:

Le Chevalier: -” Le scrutin comporte  “n”  noirs et “n” blancs, l’Initiandus est refusé.”

S’il se trouve moins de trois haricots noirs, il dit:

Le Chevalier: -” Le scrutin comporte “n” noirs et “m” blancs, l’Initiandus est accepté.”

 Le Supérieur: -” Frère Chevalier, allez préparer l’Initiandus et faites-le se présenter à la porte.”

Le Chevalier qui était resté à la porte sort et va chercher l’Initiandus. Arrivé devant la porte, il lui fait ôter son habit, ne lui laissant que sa cotte d’armes et son tablier. Il lui fait remonter les manches et se laver les mains et les essuyer dans un linge blanc. Il lui place un cierge allumé en main gauche et le fait frapper par trois fois à la porte.

Le Supérieur: -” Voyez qui va là?

Le Chevalier qui était resté à l’intérieur entrouvre la porte et demande[2]:

Le Chevalier: -” Qui va là?”

L’Initiandus:[]-” Un libre Maçon reçu, qui accomplit un autre pas.”

Le Chevalier (après avoir refermé la porte): -” C’est un libre Maçon reçu, qui accomplit un autre pas.”

Le Supérieur: -” Demandez-lui le mot d’Apprenti?”

Le Chevalier: -” Quel est le mot d’Apprenti?”

L’Initiandus: -” J-k-n.”

Le Chevalier: -” J-k-n.”

Le Supérieur:-”Demandez-lui le mot de Compagnon?”

Le Chevalier: -” Quel est le mot de Compagnon?

L’Initiandus: -” B-z.”

Le Chevalier: -” B-z.”

Le Supérieur: -” Demandez-lui le mot de Maître?”

Le Chevalier: -” Quel est le mot de Maître?”

L’Initiandus: -” Il a été perdu, mais M-b-k est mon Maître.”

Le Chevalier: -” Il a été perdu, mais M-b-k est son Maître.” 

Le Supérieur: -” Sous les ordres de qui a-t-il travaillé?”

Le Chevalier: -” Sous les ordres de qui avez-vous travaillé?”

L’Initiandus: -” J’ai travaillé sous les ordres de N-t-m.”

Le Chevalier: -” Il a travaillé sous les ordres de N-t-m.”

Le Supérieur: -” Demandez-lui comment il se nomme?”

Le Chevalier: -” Quel est votre nom?”

L’Initiandus: -” Eques Professus N. N.”

Le Chevalier: -” Il se nomme Eques Professus N. N.”

Le Supérieur: -” Quel âge a-t-il?”

Le Chevalier: -” Quel est votre âge?”

L’Initiandus: -” Seize ans.”

Le Chevalier: -” Il a seize ans.”

Le Supérieur: -” Est-ce de sa propre volonté et sans contrainte aucune qu’il vient?”

Le Chevalier: -” Venez-vous de votre propre volonté et sans aucune contrainte?”

L’Initiandus: -” Oui.”

Le Chevalier: -” Il est ici de sa propre volonté et sans aucune contrainte.”

Le Supérieur: -” A-t-il suffisamment de talents?”

Le Chevalier: -” Avez-vous suffisamment de talents?”

L’Initiandus: -” Oui.”

Le Chevalier: -” Il a suffisamment de talents.”

Le Supérieur: -” Faites-le entrer à mon signal.”

Le Chevalier éteint toutes les lumières et ouvre la porte au coup de cloche du Supérieur. Le Chevalier préparateur fait entrer l’Initiandus en lui faisant tenir le cierge allumé en main gauche. Il le fait mettre au signe d’ordre de Maître Ecossais et avancer dans cette position auprès du Supérieur. Le Supérieur marque un temps de silence et demande au candidat:

Le Supérieur: -” Que demandez-vous?”

L’Initiandus: -” Je demande à faire un autre pas dans l’Ordre.”

Le Supérieur: -” Vous demandez quelque chose d’important. Cependant, pouvez-vous désigner, parmi nous, quelqu’un qui se porte caution de votre conduite?

L’Initiandus: -” Le Frère N. peut se porter caution.”

Le Supérieur: -” Frère N., vous portez-vous caution de ce  Frère?”

Le Frère interrogé se lève et répond:

Le Frère: -” Oui, je m’en porte garant.”

Puis, il se rassoit.

Le Supérieur: -” Vous entreprenez quelque chose de très important, que vous désirez, un autre pas dans notre Ordre. Alors, sachez que quiconque entre dans un Ordre n’a plus, désormais, sa liberté, mais que sa volonté doit être soumise à la volonté de ses Supérieurs et qu’il doit vivre selon la loi, la règle et les voeux. Réfléchissez à cela et soyez prêt à accomplir tout cela scrupuleusement. Aussi, expliquez-vous à ce propos.”

L’Initiandus: -” Oui, je suis prêt.”

Le Supérieur: -” Approchez-vous et agenouillez-vous sur le coussin.”

Le Chevalier rallume les quatre lumières et entrouvre le baldaquin derrière le Supérieur. Il pose ensuite le livre des Evangiles sur une couverture rouge sur les genoux du Supérieur et fait poser dessus la main droite du candidat.

L’un des Clercs s’approche et lit la formule du serment qui est répétée par l’Initiandus.

Formule de serment

“Moi, N., je promets et je jure, par mon âme et sur ces Saints Evangiles, de toujours me comporter, durant ce temps de Postulance, selon les règles et les statuts de l’Ordre, selon ce qu’ils m’exigent d’être; de faire preuve d’obéissance au Supérieur de cette maison, ainsi qu’à tous ceux qui ont autorité sur moi; d’aller partout où ils m’ordonneront d’aller, de faire ce qu’ils m’ordonneront de faire, sans jamais demander pour quelle raison; d’observer le silence le plus absolu sur tout ce que je pourrai entendre, voir et concevoir concernant l’Ordre; d’avoir du zèle pour la Sainte Foi et l’Ordre; de ne jamais entreprendre quoi que ce soit contre lui, mais de suivre jusqu’au bout avec empressement ce qui rassemble; de ne pas abandonner la Postulance et, si l’autorisation de  quitter l’Ordre m’était donnée, de promouvoir les avantages de l’Ordre auprès des hommes courageux.”

Le Chevalier s’approche, retire le cierge de la main du candidat, l’éteint et les assistants disent:

Les assistants: -” Amen.”

Le Supérieur ôte le tablier de maçon du Postulant en disant:

Le Supérieur: -” Dépose cela. Tu n’es plus au travail, mais au repos dans la maison du Seigneur.”

Puis il met ses deux mains sur les épaules du Postulant en disant:

Le Supérieur: -” Je te reçois Postulant de l’Ordre. Pratique des moeurs pures, une obéissance prompte, un silence sacré. Désormais, tu te nommeras Frater (ou Soror) N... (prénom latin).”

Il l’invite ensuite à se relever et lui attache le cordon blanc autour de la taille en disant: 

Le Supérieur: -” Je te ceins de la ceinture de Vérité afin que tu puisses aux jours mauvais résister et demeurer ferme.”

Il lui passe au col la croix attachée à un ruban blanc moiré en disant:

Le Supérieur: -” Reçois cette croix sainte pour la défense de laquelle notre Ordre a été institué; qu’elle soit à jamais pour toi et pour tes Frères une source de bénédictions et de gloire.”

Il tient les mains jointes du Postulant dans les siennes et l’embrasse sur la joue droite (osculum pacis en disant:

Le Supérieur: -” Que la paix du Seigneur soit toujours avec toi.”

Le Postulant: -” Amen.”

Le Supérieur fait se tourner le Postulant vers le Clerc qui sera chargé de son instruction en disant:

Le Supérieur: -” Je te remets à celui-ci pour ton instruction, afin qu’il te forme selon les règles de l’Ordre.”

Le Clerc: -” Je te reçois, afin que je te forme selon les règles de l’Ordre.”

Le Supérieur: -” Frère Chevalier, reconduisez le Postulant à l’extérieur.”

Le Chevalier raccompagne le Postulant à l’extérieur et lui fait rabaisser ses manches. Il le ramène à la porte (sans chapeau et sans épée) où il lui fait frapper trois coups.  Le Supérieur répond par trois sonneries de cloche.   Le Chevalier ouvre la porte. Le Préparateur fait se placer le Postulant au signe de Postulant et le fait avancer face au Supérieur.

Le Supérieur: -” Frère Postulant, approchez vers ma droite.”

Le Postulant approche en restant au signe. Lorsqu’il est arrivé près du Supérieur, celui-ci dit:

Le Supérieur: -” Ce degré, que vous venez de franchir aujourd’hui, est pour vous un temps de probation, comme toutes vos épreuves précédentes, également pour rechercher, afin de pouvoir vous conformer à votre vocation. Vous êtes aujourd’hui, ainsi que vous venez de l’entendre, dans la Postulance pour entrer dans un Ordre dont le nom et la disposition seront, par la suite, portés à votre connaissance. Combien de temps cela durera-t-il? Seule votre conduite est à même de le déterminer. Toutefois, remarquez que vous en êtes très proche et que vous êtes déjà sur le dernier degré pour, en son temps, pénétrer dans le sanctuaire. Vous apercevez déjà l’éclat de l’Ordre, mais seulement de loin, et cela doit vous faire connaître le sens du signe.”Le Supérieur se lève, se penche vers l’oreille droite du Postulant et dit à voix basse, en lui tenant les mains jointes:

Le Supérieur: -” Le mot est  J-h-v...” Il se rassoit et continue: -” ... c’est l’ancien mot de Maître, celui qui a été perdu mais qui a été retrouvé dans les îles écossaises. Cependant, ce mot n’est à donner nulle part ailleurs que dans une assemblée de Postulants dûment constituée, lorsqu’il vous y sera demandé. Surtout, du fait que vous portez maintenant le nom de Postulant, vous n’aurez plus jamais à servir; commence, dès lors, une toute autre action. Ici, un mur est tracé entre nous et nos Frères; ici s’arrêtent les symboles de la Maçonnerie et, à partir de maintenant, ce qui suit doit être caché à quiconque y est étranger, de la manière la plus sacrée. Ainsi, gardez le silence le plus absolu, pratiquez l’obéissance envers vos Supérieurs et, surtout, craignez Dieu. Que le Seigneur te bénisse, afin que tu produises de nombreux fruits.”

Après un silence, le Supérieur dit:

Le Supérieur: -” Frère Chevalier, conduisez notre Frère à sa place.”

Le Chevalier accompagne le nouveau Postulant à sa place dans l’assemblée.

Le Supérieur: -” Frère N., donnez lecture de l’instruction.”

Le Frère: Instruction pour un Postulant reçu

-“Mon Frère, vous voyez, à l’occasion de votre entrée dans cette assemblée, comme tout a considérablement changé. Cependant, vous voyez aussi comme au début, lorsque vous êtes devenu Maçon, que l’on vous donne l’assurance qu’un temps viendra où la langue des symboles cessera et tout ce que ces derniers renferment vous sera alors clairement expliqué. Ce temps, si ardemment attendu sur les chemins obscurs de la Maçonnerie, est à présent arrivé. Vous n’êtes plus dans une Loge, mais vous êtes entré dans la maison des Postulants de notre Ordre. La Maçonnerie trouve ici son aboutissement. Apprentis, Compagnons et Maîtres sont laissés en arrière, pour travailler à l’extérieur à cet édifice que nous, dans le secret, nous nous efforçons d’amener en pleine lumière. Votre tablier de cuir vous a été ôté et placé, avec raison, sur le côté, de la même manière que sont habillés nos Frères qui couvrent cette assemblée ; ceci signifie que, sous le vêtement de la Maçonnerie, nous jouissons d’un parfait silence et de la sécurité. L’une est déjà accomplie mais l’autre n’attend pas qu’une explication complète vous soit donnée. Mon Frère, ceci n’arrivera seulement que lorsque vous aurez terminé cette Postulance et que vous vous serez bien comporté durant celle-ci, car seule votre conduite peut prolonger ou raccourcir ce temps. Cependant, pour vous donner quelque explication, je veux brièvement vous entretenir de ce qui a été entrepris avec vous, puis vous conduire à une certitude des devoirs que vous devrez observer de la manière la plus scrupuleuse. Vous avez d’abord été conduit dans une pièce faiblement éclairée où règne le silence, pour vous rappeler le sentiment de l’âme paisible, propice aux décisions importantes, afin de vous montrer que, lorsque vous vous trouviez, pour ainsi dire, en tant que Maçon, dans la véritable lumière, cela ne pouvait vous indiquer la véritable voie, mais qu’une main étrangère, celle d’un guide secret, vous serait donnée. Vous avez donc été appelé vers l’Ordre; mais avant, vous avez dû abandonner votre épée et vos vêtements. Chez nous, les armes sont choses tout à fait irritantes. Car vous avez été appelé à un degré de paix, et la sûreté par les armes est à laisser à d’autres. Un tablier de cuir était la seule chose qu’on vous ait laissée, et c’est revêtu de celui-ci que vous avez été conduit à la porte de la Maison de la Postulance. Alors, l’entrée chez nous vous a été donnée par quelqu’un, comme seules sont les voies de la Maçonnerie. C’est la seule porte légale par laquelle on peut pénétrer. Mais, auparavant, vous avez dû vous laver les mains, car l’endroit où vous pénétrez est saint, et votre détermination pour cela fut très appréciée parmi nous. Ensuite, on vous mit un cierge allumé en main gauche. Ceci devait être pour vous un signe, que vous cherchiez quelque chose qui était caché, mais que c’était pleinement digne d’une recherche pénible. Vous le trouverez sûrement, au cas où vous devriez atteindre la dernière extrémité[7]. Différentes questions vous ont été posées. Celles qui concernent la Maçonnerie et leur sens vous sont déjà connues et s’expliquent donc pour vous d’elles-mêmes. Cependant, veuillez retenir ceci: le mot de Maître, dans lequel résidait la sainteté et qui reflète, depuis, l’abomination et la désolation, a été perdu. Perdu mais retrouvé dans les îles écossaises, en un lieu où le lion terrible ne rugit pas, où le coq perfide ne chante pas et où une femme bavarde ne peut caqueter; bref, là où tout est aussi calme que dans la vallée de Josaphat, en Terre Sainte. Vous n’auriez pu aller plus avant, si vous n’aviez travaillé sous les ordres du Maître N-t-m. Lorsque vous êtes entré, vous avez constaté que tout était dans l’obscurité, car le temps et les circonstances ont tout assombri. Là où il était midi, il est à présent minuit. Là où il y avait des palais, il n’y a plus que des ruines. Pourtant, la lumière luit au milieu des ténèbres et des ruines s’élève un nouvel édifice. S’il lui ressemble ou même s’il est encore plus beau, il faut s’en remettre à Dieu et au temps. Car, si les jours et les ans changent en suivant le cours de la nature, tout repose dans la main de Dieu, aussi longtemps qu’ils dureront. Pour finir, vous avez prononcé vos voeux de Postulant; ayez constamment à l’esprit les obligations auxquelles vous vous êtes engagé. Votre premier devoir, c’est l’obéissance. Celui qui ne pratique pas l’obéissance rompt ses voeux. Car aucune société ne peut tenir sans supérieurs qui édictent des lois, - et vous devez obéir aux lois - ni sans subordonnés qui exécutent les ordres des supérieurs avec la plus stricte obéissance. En tout premier lieu, vous devez obéissance au Révérend Supérieur, ensuite au Vénérable, sous peine d’être placé sous leurs surveillance et direction particulières. Vous devrez aller là où ils vous diront de résider; ce qu’ils vous ordonneront, vous devrez l’exécuter sans poser aucune question au sujet de la raison, car leurs exigences répondent aux lois, à la conscience et à l’amour. En outre, soyez attaché au silence le plus absolu. Il en coûte peu de se taire, et ce qui est exprimé par la langue ne peut être récupéré. Si l’on se comporte ainsi pour des secrets de peu d’importance, il sera alors plus facile de taire ceux qui sont plus importants. Il n’y a, en vérité, aucune chose qui ne soit un secret en elle-même; ce qui fait d’une chose un secret, ce sont le temps, les circonstances et la manière d’être des hommes. C’est pourquoi ils sont grands ou petits, selon qu’ils paraissent être de peu d’importance à celui-ci ou véritablement grands et d’importance à celui-là. Même le nom du degré auquel vous venez d’accéder aujourd’hui ne doit pas être nommé par vous; même les projets que vous élaborez doivent rester enfermés dans  votre coeur, afin que vous n’en fassiez part même à un Frère de votre degré. Celui qui se tait, et auquel vous les dévoilez, pensera bientôt, lui aussi, que ce qu’il a dans son coeur est indigne. Soyez alors assuré que, s’il va de conserve avec vous dans cette voie, vous serez comme deux égarés sur une route qui ne mène nulle part. Votre dernière obligation, la plus élevée, c’est le zèle pour la Sainte Foi et pour le mieux de l’Ordre. Ensuite, tout s’explique de soi-même: qui est froid dans ses devoirs envers Dieu le sera également dans les autres; qui est tiède dans le zèle pour le mieux de l’Ordre éloigne infidèlement sa main de l’œuvre à laquelle il s’est voué par les serments les plus solennels, et sa défaillance porte en elle-même les germes de sa propre punition. Soyez fidèle à vos devoirs! Tout se dénouera de soi-même dans la suite des temps. Tout se montrera dans la véritable Lumière. Alors, tout vous démontrera, enfin, que rien ne s’est passé inutilement, que rien de ce qui vous était arrivé était fortuit ou sans rapport avec vous. Je souhaite que vous puissiez voir ce jour et j’appelle sur vous, à compter de demain, toutes sortes de choses heureuses, par les saints nombres 7 et 9.”    

Lorsque l’instruction a été lue, le Supérieur, imité de tous les Frères, se lève. Tous se mettent à l’ordre de Postulant et le Supérieur prononce la prière:

Le Supérieur: -“Prions: Sois avec nous, Seigneur, Père très saint,

sois avec nous, Dieu éternel et tout-puissant,

toi qui nous a choisis en Jésus-Christ

avant  la création du monde,

pour être saints en ta présence dans l’amour,

pour être tes fils adoptifs en ton Fils bien-aimé.

A chaque pas de l’histoire, tu as mis à part des hommes

pour qu’ils te servent dans l’obéissance et la foi

et soient parfaits comme tu es parfait.

C’est ainsi que tu as appelé Abraham,

lui ordonnant de quitter la maison de son père,

pour le pays que tu lui montrerais.

Tu t’es révélé à Moïse

et tu en as fait le conducteur de ton peuple au désert.

Sur la montagne de l’Horeb,

tu as fait entendre ta voix à Elie le prophète,

et tu l’as empli d’un zèle jaloux pour ton saint Nom.

Parmi les enfants des femmes, tu as distingué Jean-Baptiste,

pour en faire le témoin de ta lumière.

Enfin, pour nous montrer le chemin vers toi,

tu nous as envoyé ton propre Fils, Jésus-Christ,

né de la Vierge Marie.

Il appela à sa suite douze disciples pour vivre avec lui

et pour être les témoins de sa mort et de sa résurrection.

Au jour de la Pentecôte,

il répandit sur eux l’Esprit de sainteté, qui vient d’auprès de toi.

A leur communauté, tu adjoignis de nombreux croyants

et cette multitude, fidèle à la communion fraternelle,

n’avait qu’un coeur et qu’une âme.

Depuis lors, par ton Esprit Saint,

tu ne cesses d’appeler d’innombrables fils

à la sainteté de la profession cléricale.

Regarde avec bonté nos Frères et Soeurs.

Sanctifie-les, bénis-les, garde-les pour toujours.

Donne-leur, Seigneur, le fruit de l’Esprit

qui est charité, joie, paix,

patience, serviabilité, bonté, confiance dans les autres,

douceur et maîtrise de soi.

Que ton Esprit soit leur vie;

que ton Esprit les fasse agir

et qu’il les garde en son amour.

Conduis-nous tous ensemble à la vie éternelle.

Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.”

Le Supérieur et les Frères se rassoient et le Supérieur poursuit l’ordre du jour ou annonce la fermeture de l’assemblée.

 



           

          

             

             

             

             

           

Lire la suite

REAA : Initiation au 19ème degré

28 Juin 2012 , Rédigé par Rituel REAA 19ème degré Publié dans #hauts grades

Le récipiendaire principal est revêtu du décor du 18e degré.

T.F.P.               Vénérable Frère Maître des Cérémonies, introduisez les récipiendaires que nous attendons et conduisez-les auprès du Vénérable Frère Surveillant.

Surv.               Mes Frères, que venez-vous chercher ici?

Récip.  Je cherche à pouvoir enfin contempler la Jérusalem Céleste.

Surv.               Remettez vos décors au Vénérable Maître des Cérémonies et ceignez ce bandeau de satin bleu autour du front, qui vous permettra d’exaucer votre souhait.

T.F.P.               Mes Frères, à votre entrée dans cet Aréopage, il faut que je vous prévienne du caractère plus ésotérique des rituels qui y sont pratiqués.

Il vous sera aussi demandé de prendre des engagements plus stricts vis-à-vis de vos Frères. Au cours de vos initiations antérieures, dans votre Loge de Perfection et dans votre Chapitre, vous avez pris l'engagement, non seulement de vous perfectionner vous-même,  mais aussi d'aider vos Frères en toutes circonstances, dans la mesure de vos moyens.

Ici, nous vous demanderons, non seulement d'honorer vos engagements antérieurs, mais aussi de guider vos Frères afin qu'ils ne basculent pas dans l'erreur. Nous vous demanderons en plus de pardonner à ceux qui vous ont offensés. A ce grade il vous sera aussi demandé de mépriser la perfidie, la violence et le fanatisme, comme de respecter ceux qui ne partagent pas vos opinions ou votre croyance.

Mes Frères, prenez-vous cet engagement ?

Vous Frère X............    Vous Frère Y............., vous Frère Z...........

Récip.              Oui                               Oui                             Oui.

T.F.P.               Mes Frères,  je reçois cette promesse.

Mes Frères, le thème symbolique de cette initiation au 19e degré de Grand Pontife, puise sa légende dans l' Apocalypse de Saint Jean, que le Vénérable Frère Orateur va vous communiquer.

Orat.               Saint Jean raconte dans l' Apocalypse ;  (XXI- 10 à 27 et XXII- 1 à 13)

"Et l'ange m'emporta en esprit sur une grande et haute montagne. 

Il me montra la Ville Sainte,  la Jérusalem Céleste, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, avec la Gloire de Dieu.

Son éclat était pareil à celui d'une pierre précieuse, comme du jaspe cristallin. Elle avait une grande et haute muraille et douze portes. A chacune des portes veillait un ange, et sur chacune d’elles était inscrit le nom d’une des douze tribus des fils d’Israël.

Il y avait trois portes à l'Orient, trois portes au Midi, trois portes à l'Occident et trois portes au Nord.

La muraille de la Ville avait douze assises et sur chacune d'elles était inscrit le nom d’un des douze Apôtres de l’Agneau Mystique.

Celui qui me parlait tenait une mesure, un roseau d'or pour mesurer la Ville, ses portes et sa muraille.

Il mesura la Ville quadrangulaire dont la longueur était égale à la largeur, avec son roseau d'or et mesura douze mille stades. 

Il mesura ensuite la muraille,  et trouva cent quarante-quatre coudées, mesure d'homme, qui était celle de l’ange.

Les assises de la muraille étaient de pierres précieuses, et chacune des douze portes, recouverte de perles.

Il n'y avait pas de sanctuaire dans la Ville, car son sanctuaire

c' était  le Seigneur Dieu tout-puissant et l'Agneau Mystique.

La Ville Sainte n’avait pas besoin que brille le Soleil ni la Lune pour l' éclairer, car la Gloire de Dieu l'illumine et l'Agneau est son flambeau.

Au milieu de la Ville, au bord du "Fleuve de Vie",  il y avait un arbre,  "L'Arbre de Vie",qui  produit douze fois par an un fruit, rendant son fruit chaque mois.

Ses  feuilles servaient à  la guérison des nations.

Il n'y aura plus de nuit pour les Elus, ils n'auront plus besoin de lampe, ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera.

T.F.P.               Mes Frères, vous avez longtemps cherché la route qui devait vous conduire à la Jérusalem Céleste.

Elle fut pénible et parsemée d'embûches ainsi que d'obstacles multiples surgissant à chacun de vos pas, telle l'hydre dont les trois têtes toujours renaissantes symbolisent la calomnie, le mensonge et la trahison.

Contemplez maintenant le tableau de ce grade.

Frère Maître des Cérémonies, dévoilez le tableau du grade.

M.d.C              Exécution

T.F.P.               Le tableau de ce grade représente la Jérusalem Céleste, un carré parfait, dont les murailles sont percées de douze portes, trois dans chacune des faces et, en son centre, «l'Arbre de Vie»

Elle plane dans les nues, prête à écraser les ruines de la Jérusalem terrestre, symbole des erreurs et du fanatisme des hommes.

En contemplant la Jérusalem Céleste, que ce symbole vous rappelle la Loi Nouvelle et la légende qui dit que saint Jean fut le premier Maître qui tint Loge de Perfection.

Vénérable Frère Maître des Cérémonies, amenez les récipiendaires devant l'Autel en leur demandant de faire trois pas en avant en partant du pied gauche, et à chaque pas de porter le genou droit en terre en étendant le bras droit horizontalement vers l'Autel.

Après chaque génuflexion il faut ramener les pieds en équerre.

Quand tous les récipiendaires sont rassemblés devant l’Autel:

Debout et à l'ordre, mes Vénérables Frères.

Mes Frères, cet acte d'humilité me permet de vous demander de confirmer l'engagement que vous venez de prendre à votre entrée dans cette loge en promettant:

- de mépriser la perfidie, la violence et le fanatisme;

- de respecter les opinions et croyances d'autrui;

- de défendre la Franc-Maçonnerie;

- de respecter les Statuts et Règlements du Suprême Conseil pour la Belgique ainsi que les Règlements de cet Aréopage.

Si vous acceptez cet engagement, veuillez poser la main droite sur les Trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie, et dites :  je le jure !

Vous Frère X............  Vous Frère Y.......... Vous Frère Z ............

Je vous donne acte de votre serment.

Les régions au repos.

Je puis maintenant vous revêtir de la robe blanche.

Le Frère Maître des Cérémonies revêt le récipiendaire principal de la robe blanche.

T.F.P.               Mes Vénérables Frères, vous portez dès cet instant le titre de Grand Pontife, 19° degré du REAA, et nous vous reconnaissons comme Fidèles et Vrais Frères.

Il me reste à vous faire revêtir du cordon du grade par le Vénérable Frère Maître des Cérémonies.

Ce cordon se porte de la gauche vers la droite. Il est cramoisi bordé de blanc. Il est décoré de douze étoiles d’or sur le devant. A sa partie supérieure est brodé la lettre Alpha majuscule,  et vers le bas la lettre Omega majuscule.

Le bijou est un carré long d’or, sur une face est gravée la lettre Alpha, sur l’autre la lettre Omega.

Vénérable Frère Maître des Cérémonies, veuillez m'assister pour communiquer les mots, signes et attouchements du grade.

Le signe  d' ordre consiste à étendre le bras droit horizontalement, la main et les deux premiers doigts étendus, les trois derniers abaissés en équerre vers le bas.

L'attouchement  se fait en portant réciproquement la paume de la main droite au front de l'autre.

Le premier dit ALLELUIA,  le second répond: Louez le Seigneur.

Le premier réplique: IMMANUEL,  et le second répond: Que Dieu vous assiste. Puis tous deux disent ensemble: AMEN.

La batterie est de douze coups égaux ============

Le mot de passe est : IMMANUEL.

Le mot sacré est : ALLELUIA.

Vénérable Frère Maître des Cérémonie, veuillez conduire les Vénérables Frères nouvellement initiés dans les régions.

T.F.P.               Vénérable Frère Surveillant, veuillez m'assister pour l'instruction du grade.

INSTRUCTION DU GRADE

T.F.P.               Qui êtes-vous ?

Surv.               Je suis un Grand Pontife ou Sublime Ecossais de la Jérusalem Céleste.
Je sais que tout est Alpha, Oméga et Immanuel.

T.F.P.               Où avez-vous reçu ce grade ?

Surv.               Dans un lieu qui n'a besoin ni de la lumière du soleil, ni de celle de la lune pour être éclairé.

T.F.P.               Que signifie cette réponse ?

Surv.               Les Grands Pontifes n'ont nul besoin de lumière, leur foi en la Vérité les éclaire.

T.F.P.               Pourquoi les Fidèles et Vrais Frères refusent-ils richesses et honneurs?

Surv.               Leur attachement à la Franc-Maçonnerie, la fidélité à leurs serments, leur constante pratique des vertus, et leur amitié sincère envers tous les Frères constitue leur richesse.

T.F.P.               Que représente le tableau de la loge ?

Surv.               Une Ville ayant la forme d’un carré parfait muni sur chaque côté de trois portes.
Au milieu de la Ville il y a un Arbre produisant douze fruits différents et des feuilles.
La Ville semble flotter sur les nuages pour descendre sur les ruines de la Jérusalem terrestre.

T.F.P.               Expliquez cette image.

Surv.               La Ville en forme de carré parfait, symbolise l'ancestrale Franc-Maçonnerie, ressuscitée par les Grands Pontifes, afin de faire renaître le Vieux Temple de ses ruines, ruines que symbolise la Jérusalem terrestre.

T.F.P.               Comment se fait-il que l'ancestrale Maçonnerie ait été ruinée à ce point, alors que nous sommes tous liés par des engagements à la fois indissolubles et sans équivoque ?

Surv.               Comme le veut la légende, ceci fut prédit par Jean, qui fut le premier à tenir Loge de Perfection.

T.F.P.               Où Jean a-t-il dit delà ?

Surv.               Dans la Révélation, lorsqu'il parle de Babylone et de la Ville Céleste.

T.F.P.               Que signifie l'Arbre aux douze fruits différents, au centre de la Ville Céleste ?

Surv.               C'est « l'Arbre de Vie » qui nous enseigne les douceurs de la vie.
Ses douze fruits rappellent aux Grands Pontifes qu'ils doivent se réunir tous les mois afin de s'instruire et de se soutenir mutuellement.
Ses feuilles servent à guérir les nations.

T.F.P.               Que signifie le bandeau de satin bleu ?

Surv.               Il permet à celui qui en est ceint de contempler la Jérusalem Céleste.

T.F.P.               Que signifie la décoration bleue, piquetée d'étoiles d'or, de la Loge des Grands Pontifes ?

Surv.               Le bleu est le symbole de la modération, de la fidélité et de la douceur, vertus dont doivent s'imprégner les Fidèles et Vrais Frères.

Les étoiles représentent ceux qui ont témoigné leur attachement à l'Ordre et qui ont mérité de contempler la Jérusalem Céleste.

T.F.P.               Que signifie tout est ici Alpha, Omega et Immanuel ?

Surv.               Je cherche l'origine et la fin.

Lire la suite

REAA : Initiation au 20ème degré

28 Juin 2012 , Rédigé par Rituel REAA 20ème degré Publié dans #hauts grades

 

 

V.G.M.            Vénérable Frère Maître des Cérémonies, veuillez introduire les frères récipiendaires. Un récipiendaire est désigné. Il est revêtu du décor du dix-neuvième degré, avant d’entrer dans le temple.

Disposition 1 (p.1)Le Maître des Cérémonies conduit les récipiendaires entre les surveillants, puis ils prennent place devant le Volume de la Loi Sacrée.

Disposition 2 (p.2) Le Maître des Cérémonies conduit les récipiendaires entre les surveillants, puis il conduit le récipiendaire désigné au fauteuil, devant l'Autel.Les autres prennent place sur la colonne du nord.  

V.G.M.       Mes VV. Frères, la loge des Grands Maîtres des Loges Symboliques est tendue de bleu et de jaune pour rappeler l'azur du ciel et l'or des nuages au milieu desquels l'Eternel apparut à Moïse sur le mont Sinaï pour lui dicter les Tables de la Loi. Le Maître de la Loge est nommé « Vénérable Grand Maître ».

Il est assisté par deux surveillants qui siègent à l’Occident.

Le trône du maître de la loge est à l’Orient et devrait se trouver sur une estrade de neuf marches.

Au sud-est, se trouve un chandelier à neuf branches, en souvenir des neuf premiers Grands Maîtres. Il reste toujours allumé pour rappeler que la présence de neuf Grands Maîtres est requise pour constituer la loge des Grands Maîtres des Loges Symboliques.

A droite de l'Autel, se trouve un récipient dans lequel brûle un feu de braises. Devant l’Autel, sont déposées deux épées croisées, pour rappeler que le récipiendaire est reçu par le fer et le feu.

Le fer symbolise les misères du monde. Le feu, symbole de pureté, est le passage obligé pour atteindre la Vérité. Vénérable Frère Orateur, veuillez nous rappeler l'origine historique de ce vingtième degré du Rite.

Orat.               Au 18ème siècle, aux premiers temps de l'introduction de la Franc-Maçonnerie spéculative en Europe, la charge de Vénérable Maître de loge était conférée à vie et sa consécration avait lieu par l'initiation au grade de "Maître ad Vitam". Au cours des années, l'élection des Vénérables Maîtres des loges symboliques étant devenue annuelle, ce grade perdit de son importance, mais il fut néanmoins maintenu dans le cadre du Rite Ecossais Ancien et Accepté sous le titre de "Grand Maître des Loges Symboliques ».

V.G.M.            Frère récipiendaire, la tradition veut que je vous interroge sur les arcanes de tous les degrés de la Franc-Maçonnerie qui vous ont été conférés jusqu'à ce jour, en vous informant qu' ici vous représentez Zorobabel.

Je sais que vos Frères vous reconnaissent comme Franc-Maçon. Donnez-moi le mot sacré de l'apprenti de la Franc-Maçonnerie Ecossaise.

Réc.                 Je ne sais ni lire ni écrire, je ne sais qu'épeler. Donnez-moi la première lettre, je vous donnerai la suivante.

V.G.M.                        B

Réc.                             O

 

V.G.M.                        A

Réc.                             Z

V.G.M.            Qu’avez-vous appris de plus ?

Réc.                 A dégrossir ma pierre brute en éternel apprenti que je resterai ma vie durant.

V.G.M.            Mon Frère, que vous a enseigné le deuxième degré?

Réc.                 J'ai appris à me servir des outils de la Franc-Maçonnerie et, lorsque tout était perdu, à recommencer; alors, j'ai vu briller dans les ténèbres l' Etoile Flamboyante au milieu de laquelle était inscrite la lettre G, symbole du Grand Architecte de L’Univers.

V.G.M.            Avez-vous été élevé au grade de Maître Maçon ?

Réc.                 L'acacia m'est connu. Je sais aussi qu'Hiram Abi fut le premier architecte du Temple de Salomon et qu'il fut assassiné par trois mauvais compagnons qui symbolisent l’ignorance, le mensonge et l'ambition.

Mais Hiram reste immortel.

V.G.M.            Avez-vous été promu Maître Secret ?

Réc.                 Je suis passé de l'équerre au compas, j'ai vu le tombeau du Maître Hiram et mes lèvres furent scellées par le sceau du secret.

V.G.M.            Etes-vous Maître Parfait ?

Réc.                 J'ai vu le cercle et le carré, et je sais que le cœur de notre Maître Hiram repose sous une dalle triangulaire sur laquelle est gravée une branche d'acacia.

V.G.M.            Avez-vous été reçu Secrétaire Intime ?

Réc.                 Accusé d'une faute grave, j'ai été pardonné et ensuite j'ai représenté Yahoben afin de reconstituer le triangle parfait, qui avait été brisé par l'assassinat du Maître Hiram Abi.

V.G.M.            Avez-vous été promu Prévôt et Juge ?

Réc.                 Oui, car je connais la boîte d'ébène, dont j'ai reçu la clef.

V.G.M.            Et comme Intendant des Bâtiments ?

Réc.                 Yahoben, chef des artisans travaillant le bronze, j'ai participé avec quatre autres maîtres à la décoration du Saint des Saints qui avait été interrompue à la mort d'Hiram Abi.

V.G.M.            Avez-vous ensuite été désigné comme Elu des Neuf ?

Réc.                 Elu, j'ai pénétré le premier dans la caverne où se cachait Abhiram, que j'ai transpercé du poignard. Le Roi Salomon, en sage, m'a pardonné d'avoir transgressé ses consignes.

V.G.M.            Avez-vous été choisi comme Illustre Elu des Quinze ?

Réc.                 Oui, après cinq jours de vaines recherches, Zerbal, Stolkin et moi avons découvert dans la carrière nommée Ben-Deqer, dans le pays de Gath, les deux autres meurtriers d'Hiram Abi.   

V.G.M.            Avez-vous ensuite été récompensé de votre zèle ?

Réc.                 Oui. Le Roi Salomon me désigna comme Elu des Douze et il me montra les trésors ramenés de Giv'on: l'Arche d'Alliance, la boîte en or dans laquelle était conservé le cœur du Fidèle, le palmier, le chandelier à sept branches et le voile du Saint des Saints.

V.G.M.            Le Roi Salomon a-t-il continué à vous considérer parmi ses fidèles ?  

Réc.                 Comme Emerch, j'ai été désigné Grand Maître Architecte et j'ai appris à connaître les trois genres d'architecture, les cinq ordres d'architecture et les dix-neuf sciences.

V.G.M.            Avez-vous été reçu Royal Arche de Salomon ?

Réc.                 J'ai découvert le temple d'Enoch, j'ai traversé ses neuf voûtes et j'ai retrouvé sous la neuvième voûte le Delta en or.

V.G.M.            Vous a-t-on révélé ensuite les secrets de Grand Elu, 14ème degré du Rite ?

Réc.                 J'ai pénétré sous la voûte secrète, et j'ai contemplé le Delta en or sur lequel sont gravées les lettres Yod Hé Vav Hé.

V.G.M.            Ayant ainsi terminé le cycle des grades de perfection,

avez-vous reçu la permission d'accéder aux grades capitulaires ?

Réc.                 Je fus libéré par Cyrus en ma qualité de Zorobabel.

J'ai ensuite franchi le pont de Gandarah.

Reçu Chevalier d'Orient ou de l’Epée, j'ai entrepris la construction du Second Temple, l'épée d 'une main, la truelle de l'autre.

V.G.M.            Avez-vous reconstruit le Second Temple ?

Réc.                 Oui, et après sa reconstruction, en récompense de mon zèle, de mon ardeur et de mon courage, j'ai été désigné comme Prince de Jérusalem.

V.G.M.            Avez-vous appris la destruction du Second Temple ?

Réc.                 Certainement. Alors, j'ai aspiré à pouvoir contempler la Jérusalem céleste, dont l’Agneau Mystique est l’emblème.

V.G.M.            Qu’avez-vous fait ensuite ?

Réc.                 Par bonheur, j’ai pu contempler l 'Etoile Nouvelle.

En prenant mon bâton de pèlerin, j'ai découvert la Rose sur la Croix. Ensuite, j'ai rallumé le chandelier à sept branches et j'ai gardé en moi, comme dépôt sacré, la Foi, la Charité et l'Espérance.

V.G.M.            Et après ?

Réc.                 J'ai enfin pu contempler la Jérusalem céleste, planant au-dessus de la Jérusalem terrestre, détruite par l'incompréhension des maçons.

V.G.M.            C'est bien, mon Frère.

Orat.               Que le récipiendaire effectue neuf voyages, à la mémoire des neuf premiers Grands Maîtres qui ont fait le voyage à Jérusalem, et qui se nomment :

                                                                       1.Zorobabel

                                                                       2.Ezrah,

                                                                       3.Josué,

                                                                       4.Néhémie

                                                                       5.Azaryah,

                                                                       6.Ra'amyah,

                                                                       7.Mordekhai,

                                                                       8.Balsam,

                                                                       9.Mispar.

Conduit par le MdC, le récipiendaire effectue les neuf voyages. Au dernier voyage, il s’approche de l’autel en traversant les épées.

V.G.M.            Mes VV FF, Préparez-vous à prêter le serment d'usage.

Debout, Vénérables Frères. FF. Surveillants, veuillez m'assister;  

Les deux SS gagnent l'orient et se tiennent de part et d'autre de l'autel, l'épée à la main. Mes VV. FF, veuillez enlever votre décor, puis vous approcher de l'Autel.

V.G.M.            Vénérable Frère Orateur, veuillez donner lecture du serment que les frères récipiendaires ont à prêter.

Orat.               A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers.

En présence des Frères assemblés en loge de Grands Maîtres des Loges Symboliques, je promets solennellement de ne jamais révéler aucun des secrets du grade qui va m'être conféré, de respecter les Statuts, Règlements et Décrets du Suprême Conseil pour la Belgique et de secourir mes Frères, dans la mesure de mes moyens, en toutes circonstances".

V.G.M.            Frères récipiendaires, veuillez placer la main droite sur les trois Grandes lumière de la Franc-maçonnerie et répéter cette obligation, membre de phrase par membre de phrase en remplaçant mon nom par le vôtre.

Les FF. surveillants croisent les épées au-dessus de la tête du récipiendaire, tandis que le MdC rapproche d'eux le vase enflammé.

V.G.M.            Mes Frères, je prends acte de votre serment.

Le Vénérable Grand Maître étend son épée au-dessus des trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie, et dit: A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers, au nom et sous les auspices du Suprême Conseil pour la Belgique et en vertu des pouvoirs qui m'ont été conférés par le Souverain Grand Commandeur, je vous crée, consacre et reçois, Grand Maître des Loges Symboliques, Maître ad Vitam, vingtième degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

Vous Frère X........, Vous Frère Y......, Vous Frère Z...... 

Mon Vénérable Frère, je vous fais revêtir du cordon de ce grade. Ses couleurs sont le bleu et le jaune, elles symbolisent l'or et l'azur du ciel.

C'est en effet au milieu d'un nuage d'or dans un ciel bleu-azur que l' Eternel apparut à Moïse.

Le bijou qui y pend est un triangle d'or sur lequel est gravée la lettre R, qui est la première lettre du mot sacré du grade.

Vénérable Frère Maître des Cérémonies, veuillez m’assister afin de communiquer les arcanes du grade.

Le mot sacré du grade est Raza Betsilah.

Ce qui signifie: le mystère caché.

Le mot de passe est Yakhsan.

Ce qui signifie: noble.

On y répond par : Stolkin.

Il y a quatre signes.

Le premier, nommé signe d'introduction, rappelle la voûte d'acier bien connue. Il se fait en se tenant en face d’un Frère le bras droit levé en oblique devant le visage, comme si l’on brandissait une épée.

Le deuxième signe est le signe d'ordre; il consiste à former quatre équerres. On porte la main droite sur le cœur, les doigts joints et le pouce levé, ce qui forme deux équerres. On porte la main gauche ouverte à la hanche, troisième équerre et on joint les talons formant la quatrième équerre.  

Le troisième signe est celui qu’Aaron, Grand Prêtre, fit quand le Tabernacle fut achevé. Il consiste à se mettre à genoux, de se prosterner en posant les deux coudes à terre, la tête un peu penchée vers la gauche. On forme ainsi quatre équerres.

Le quatrième signe est celui que le Roi Salomon fit en voyant le Temple achevé. Il consiste à croiser les bras en équerre sur la poitrine, le droit par dessus le gauche, les doigts allongés et rapprochés, les pouces en équerre et les pieds en équerre, ce qui forme cinq équerres.

L’attouchement consiste à se prendre mutuellement le coude du bras droit avec la main droite, le presser quatre fois, puis laisser glisser la main le long de l'avant-bras jusqu'au poignet, et se donner réciproquement la griffe du Maître.

La marche se compose de neuf pas en équerre, afin de rappeler que le Maître ad Vitam fait neuf voyages avant d'être purifié par le fer et le feu.

La batterie de ce grade se compose de trois coups, par un coup suivi de deux coups rapprochés.  ===

Mes Vénérables Frères, la très longue instruction du grade peut être résumée en quatre points essentiels, que le Vénérable Frère Orateur va vous communiquer.

Orat.               Mes Vénérables Frères, l'instruction de ce grade nous enseigne que:

L'endroit où le corps de notre Maître Hiram-Abi avait été enseveli, fut indiqué par une branche de l’arbre à grenades, mais les Grands Elus, descendants des anciens Patriarches voulurent garder secret le vrai mystère de la Franc-Maçonnerie en convenant de dire qu'il s'agissait d'une branche d'acacia.

Les loges symboliques s'appelèrent "Loges de saint Jean", parce que l'histoire légendaire de la Franc-Maçonnerie fait remonter son origine aux Croisades et que les Parfaits Maçons, chevaliers et princes, firent connaître les mystères de l'Ordre aux Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, et qu'ils décidèrent de suivre la même loi et de fêter annuellement la saint Jean.

Hiram-Abi fut le premier architecte du Temple de Salomon, mais Salomon lui-même en tailla la première pierre sur laquelle devait reposer plus tard l’Arche d’Alliance dans le Saint des Saints. Cette pierre d'agate, ayant la forme d'un cube parfait, fut posée avant le lever du jour, pour nous rappeler que nous devons toujours entreprendre notre travail avec vigilance et au plus tôt. Elle fut scellée au moyen de ciment composé d'un mélange de farine, de lait, de vin et d'huile, comme le fit symboliquement le Grand Architecte de l'Univers lorsqu'il créa le monde en s'armant de douceur, de bonté, de sagesse et de force. Dans cette pierre d’agate fut enchâssé le précieux Delta en or sur lequel était gravé le nom du Grand Architecte de l’Univers.

En récompense, Salomon permit aux principaux maîtres de contempler la pierre cubique d'agate et la plaque d'or sur laquelle était gravé le Nom de Dieu et qui reposait sur un piédestal encadré de trois colonnes: Sagesse - Force - Beauté, entourées d'un cercle en bronze, dont le centre représente le point de perfection en Franc-Maçonnerie.

Lire la suite

REAA : Réception au 21ème degré

27 Juin 2012 , Rédigé par REAA : Rituel du 21ème degré Publié dans #hauts grades

Ch. D. G. - Chevalier Inspecteur, on frappe à la porte du Temple en Chevalier Prussien.

Ch. Insp. - Chevalier Commandeur Lieutenant, on frappe à la porte du Temple en Chevalier Prussien.

C. C. L.  - Chevalier de Garde, voyez quel est ce visiteur. Faites-vous donner le signe, l'attouchement, le mot de passe et les mots sacrés du grade. Vous ferez ensuite rapport au Chevalier Inspecteur . Le Ch\d\ G\  sort du Temple, se fait donner les arcanes du grade à voix basse par le Ch\        Introducteur, rentre dans le Temple et fait rapport à voix basse au Ch\ Inspecteur.

Ch. Insp.  - Chevalier Commandeur Lieutenant, ce visiteur est le Chevalier Introducteur. Il a parfaitement répondu aux questions. Il est accompagné de Maîtres Maçons descendant d'Hiram qui portent un tablier de Maître et des gants blancs.

C. C. L. - En ce cas, Chevalier Inspecteur, rendez-vous au parvis et demandez au Chevalier Introducteur ce que ces Maîtres Maçons descendant d'Hiram viennent chercher ici. Le Ch\ Insp\ se rend à la porte et frappe un coup.

Ch. Insp.  X De l'extérieur, le C\ lntroducteur  répond trois coups égaux lents :    n          n   n .Le Ch\ d\ G\ ouvre la porte. Le Ch\ Inspecteur sort et demande:

Ch. Insp. - Ch\Introducteur, que demandent ces Maîtres Maçons descendant d'Hiram?

Ch. Intr. - Ils demandent à être reçus Chevaliers Prussiens. Le Ch\ Insp\ rentre dans le Temple.

Ch. Insp.   - Chevalier Commandeur Lieutenant, les Maîtres Maçons descendant d'Hiram demandent à être reçus Chevaliers Prussiens.

C. C. L. - Faites-les entrer, mais demandez-leur au préalable le mot de passe du Maître Maçon. (Tubalcaïn)  - Chevaliers, l'épée à la main. Le Ch\ Intr\ fait entrer les candidats, le candidat désigné faisant les pas du Maître (départ du pied gauche !).

Ch. Insp. - Chevalier Commandeur Lieutenant, je réponds d'eux. Ils sont Maîtres Maçons descendant d'Hiram.

C. C. L. Chevaliers, je vous présente des Maîtres Maçons descendant d'Hiram qui demandent à être reçus Chevaliers Prussiens.      - Si vous y consentez, pointez votre épée vers eux. Les Chevaliers pointent Ieurs épées vers les récipiendaires.

C. C. L.  Mes Frères, mes braves Chevaliers et moi y consentons, à condition que vous renonciez à tout orgueil pendant le restant de votre vie.

Récip. - J'y renonce.

C. C. L. - Dans ce cas, commencez par faire acte d'humilité.                                     - Approchez-vous de moi par trois génuflexions sur le genou gauche. Le Ch\ Intr\ amène un récipiendaire devant le C\C\L\(qui se rend à côté de l’autel) par trois génuflexions du genou gauche et le fait rester à genou. Les autres récip\ restent entre les colonnes.

C. C. L.  - Baisez le pommeau de cette épée. - Chevalier Introducteur, veuillez les conduire tous devant l’autel. Le Ch\ Intr\ relève le récipiendaire "principal"et va chercher les autres entre les colonnes et les conduit tous devant l'autel.

C. C. L.  - Chevaliers, levez-vous. Regardons tous l'astre de la nuit. - Chevalier d'éloquence, donnez lecture du serment des Chevaliers Prussiens

Ch. d’El.  "Je promets sur ma foi de Maître Maçon descendant d'Hiram de garder les secrets qui vont m'être confiés sous trois conditions :

- Je ne révélerai jamais les mystères de notre Ordre qu'à un homme que j'aurai reconnu pour Maître Maçon;

- Je serai affectueux et compatissant pour tous les Chevaliers de notre Ordre;

- Je ne souffrirai jamais, qu'aucun homme porte le bijou de notre Ordre, à moins qu'il ne se soit fait reconnaître comme Chevalier Prussien. "

C. C. L. - Etes-vous disposé à prêter ce serment ?      - Vous, Frère..., vous, Frère..., vous, Frère... .

Récip. - Je le suis.

C. C. L. - Dans ce cas, à l'appel de votre nom, posez la main droite dégantée sur les trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie et dites ”Je le jure".      - Vous, Frère..., vous, Frère..., vous, Frère... .

Récip. - Je le jure.

C. C. L.  Je prends acte de ce serment. - Chevaliers, prenez place. - Chevalier Introducteur, veuillez conduire les nouveaux Chevaliers aux places qui leur sont réservées. Le C.C.L. retourne à sa place

C. C. L.  - Vous allez maintenant apprendre l'histoire des Noachides, ou Chevaliers Prussiens.

- Le Grand Maître Général de l'Ordre, que l'on nomme Grand Commandeur, a été le Très Illustre Frère Frédéric II, roi de Prusse. Ses ancêtres, depuis trois cents ans, étaient protecteurs de cet Ordre. Les Chevaliers Prussiens, qui ne connaissaient que le Grand Architecte de l'Univers , le glorifiaient tous les ans à la pleine lune de mars. Pour cette occasion ils s'assemblaient dans un lieu retiré et célébraient la mémoire de la destruction de la tour de Babel, due à la confusion des langues, cet acte du Créateur, qui provoqua la désunion des ouvriers et leur dispersion à travers le monde.

Ch. d’El.  - C'est pourquoi les Chevaliers Prussiens, descendants de Phaleg, architecte de la tour de Babel, se réunissent la nuit de pleine lune de chaque mois pour tenir loge et qu'ils ne peuvent faire de réception qu'au clair de lune, dans un endroit retiré. Ainsi leur Ordre remonte à plus loin que celui des Maçons descendants d'Hiram, car la tour de Babel fut bâtie plusieurs siècles avant le Temple de Salomon.

Ch. Insp. - Il y a fort longtemps, les Chevaliers Prussiens étaient connus sous le nom de Noachides, ou descendants de Noé, que nous nommons maintenant Noé.

- Les païens les appelèrent Titans, car ils voulurent escalader le ciel pour détrôner Jupiter. Ces descendants de Noé, nonobstant l'arc-en-ciel que le Seigneur avait donné aux hommes en signe de réconciliation et par lequel il les assurait qu'il ne se vengerait plus d'eux par un déluge universel, construisirent une tour assez élevée pour les mettre à l'abri de la vengeance divine.

Ch. d’El. - L'Ecriture nous apprend (Genèse, XI - 1 à 9) :  Toute la terre avait un seul langage et un seul parler. - Or il advint, quand les hommes partirent de I’Orient, qu’ils rencontrèrent une plaine au pays de Shinear en Asie, et y demeurèrent. Ils se dirent l'un à l'autre "Allons, briquetons des briques , et flambons-les à la flamme". La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. - Puis ils dirent "Allons, bâtissons-nous une ville et une tour dont la tête soit dans les cieux. " - Après qu’ils eurent jeté les fondations de cet édifice, le Seigneur, dit encore l'Ecriture, jeta les yeux sur la terre et vit l’orgueil des enfants des hommes. Il descendit sur la terre pour confondre leurs projets téméraires. A cette fin, il mit la confusion dans les langues des ouvriers. - C'est pourquoi  l'on appelle cette tour, la tour de Babel, le mot Bavel signifiant en hébreu "confusion". Ce fut la nuit de  pleine lune de mars que le Seigneur opéra ce miracle.

Ch. Insp. - Plus tard, Nemrod, héroïque chasseur devant l'Eternel, y fonda une ville, appelée Babylone, c'est-à-dire "Enceinte de confusion" (Genèse, X - 8 à 10).

C. C. L.  - Phaleg, qui avait conçu l'idée de la tour de Babel et en avait dirigé la construction, était le plus coupable.  Se condamnant à une pénitence rigoureuse, il se retira dans le nord de l'Allemagne, où il arriva après bien des peines et des fatigues endurées dans des pays déserts où il n'avait trouvé pour toute nourriture que des racines et des fruits sauvages. - Dans cette région, que l'on appelle la Prusse, il construisit quelques cabanes pour se mettre à l'abri des intempéries. - Il érigea un Temple en forme de triangle, dans lequel il s'enfermait pour implorer la miséricorde de l'Eternel et la rémission de son péché.

Ch. Insp. - L'an 553, en fouillant à quinze coudées de profondeur dans les mines de sel de Prusse, on découvrit un bâtiment de forme triangulaire au milieu duquel se trouvait une colonne de marbre blanc.  Sur sa base, toute cette histoire était écrite en hébreu. - A côté de cette colonne,  il y avait un tombeau de grès, contenant de la poussière et une pierre d'agate portant l'épitaphe suivante: " Ici reposent les cendres de l'architecte de la tour de Babel. Le Seigneur eut pitié de lui, parce qu'il devint humble." - Le texte de la colonne nous dit aussi que Phaleg était fils d'Eber, dont le père était fils d' Arpaxad, qui était fils de Shem, fils aîné de Noé.

C. C. L. - C'est pourquoi le mot de passe est PHALEG, c'est-à-dire division ou confusion, et les mots sacrés SHEM, CHAM, YAPHET, les trois fils de Noé, que l'on traduit par renommée, noirceur, beauté: - SHEM : celui qui transmet le nom de l'ancêtre du peuple élu (Genèse, X, 21 à 31) - CHAM:     ancêtre des ennemis du peuple de Dieu, parmi lesquels les Cananéens (Genèse X, 6 à 20). - YAPHET : ancêtre des peuples indo-européens dans le nord et l'ouest de Qana’an (Genèse X, 1 à 5). - Voilà, mon Frère, le grand secret de ce grade. - Malheur à vous si vous étiez assez téméraire pour être indiscret. Soyez bien circonspect et, à l'exemple de notre architecte Phaleg, pratiquez l'humilité. - Chevalier Introducteur, conduisez nos nouveaux Noachides devant l’autel.

C. C. L.  - Enlevez maintenant ce décor de Maître Maçon descendant d'Hiram. - Debout Chevaliers ! - A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, au nom et sous les auspices du Suprême Conseil pour la Belgique, en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés par le Souverain Grand Commandeur, - Toi,…, je te crée (glaive sur la tête),  Je te consacre (glaive sur l'épaule droite), et je te reçois (glaive sur l'épaule gauche) - Noachite ou Chevalier Prussien, 21edegré du Rite Ecossais Ancien et Accepté; lève-toi, Noachite ; - Toi,…, je…- Chevaliers, reprenez place. - Je vous fais remettre le tablier et les gants jaunes en usage à ce grade, ainsi que ce ruban noir porté de droite à gauche. Il porte le bijou, un triangle équilatéral d'or traversé par une flèche d'argent, pointe en bas. - Chevalier Introducteur, veuillez conduire les nouveaux Chevaliers aux  stalles qui leur sont réservées.

C. C. L. - Chevalier Inspecteur connaissez-vous les enfants de Noé ?

Ch. Insp.  - J'en connais trois : SHEM, CHAM, YAPHET.

C. C. L. - Donnez-moi le mot de passe.

Ch. Insp. - PHALEG.

C. C. L. - Chevalier Inspecteur, quel est l'attouchement ?

Ch. Insp. - Le premier Chevalier prend, entre le pouce et l'index droits, le pouce droit du second Chevalier en disant "SHEM"; - le second Chevalier fait de même en disant "CHAM"; - le premier Chevalier recommence en disant "YAPHET".

C. C. L.  - Chevalier Inspecteur , mettez-vous à l'ordre. Ch. Insp.(après avoir exécuté) - Ceci s'exécute en levant les bras vers le ciel, le visage tourné vers l'Orient, où se lève la lune.

C. C. L. - Chevalier Inspecteur, quel le signe ?

Ch. Insp.  - C'est en fait également un attouchement. Le premier Chevalier montre les trois premiers digts (pouce, index, médius) de la main droite; Le second Chevalier en fait autant,  puis iI prend les doigts du premier en disant "FRÉDÉRIC II".  Le premier Chevalier répond en faisant Ia même chose et en disant " NOÉ".

C. C. L. - Chevalier Inspecteur, exécutez la batterie.

Ch. Insp.  - La batterie se compose de trois coups également espacés et s'exécute lentement :              n        n        n

C. C. L.  - En quelle Loge avez-vous été reçu Chevalier Prussien ?

Ch. Insp.  - Dans une Loge où la lune donnait la lumière. Il ne pouvait y avoir d'autre lumière.

C. C. L.  - La construction de la tour de Babel était-elle une entreprise louable ?

Ch. Insp. - Non, la perfection était impossible car l'orgueil en était le premier fondement.

C. C. L. - Est-ce pour imiter les enfants de Noé que vous en gardez la mémoire ?

Ch. Insp. - Non, c'est au contraire pour avoir leur faute devant les yeux.

C. C. L.  - Où repose le corps de Phaleg ?

Ch. Insp. - Dans un tombeau.

C. C. L. - Phaleg a-t-il été réprouvé ?

Ch. Insp.  - Non, la pierre d'agate dit que Dieu eut pitié de lui, parce qu'il était devenu humble.

C. C. L. - Comment avez-vous été reçu Chevalier Prussien ?

Ch. Insp. - Par trois génuflexions, puis en baisant le pommeau de l'épée.

C. C. L. - Pourquoi avez-vous dû faire trois génuflexions ?

Ch. Insp. - Pour me rappeler que, pendant toute ma vie, je dois pratiquer l'humilité.

C. C. L. - Pourquoi les Chevaliers Prussiens portent-ils un triangle ?

Ch. Insp. - En mémoire du Temple de Phaleg.

C. C. L. - Pourquoi le triangle est-il traversé d'une flèche pointant vers le bas ?

Ch. Insp.- En mémoire de ce qui est arrivé à la tour de Babel. - Le tablier et les gants jaunes sont en mémoire de tous les ouvriers de la tour. Le cordon noir est une marque de tristesse.

C. C. L. - Chevalier Chancelier, veuillez donner lecture des excuses.

Ch. Ch.  …

C. C. L.  - Chevalier Introducteur, veuillez faire circuler le tronc de bienfaisance.

SALUTATIONS

C. C. L.  - Debout et à l'ordre, Chevaliers.  - Le temps de se retirer est venu. Le C\C\L\  va fermer le V\ L\ S\  et dit,  de l’autel

C. C. L. - La loge est obscurcie. Le panneau lunaire s'obscurcit.

C. C. L. - Tous ensemble, Chevaliers : PHALEG - PHALEG - PHALEG .

C. C. L. - Retirons-nous en paix, au signe de fidélité. La C\ O\ D\ quitte le Temple, suivie des Chevaliers.

Lire la suite

REAA : Réception du 22ème degré (2)

27 Juin 2012 , Rédigé par Rituel du 22ème degré du REAA Publié dans #hauts grades

Frère Maître des Cérémonies veuillez remettre les décors du grade aux nouveaux Chevaliers Royal Hache.

 

Mes Frères, vous porterez désormais ce ruban dont l'arc-en-ciel est un des symboles majeurs de ce grade. Le bijou est une hache semblable à celles sous lesquelles vous venez d'être investi.

 

MUSIQUE

 

Le T.S. montre aux initiés les lettres inscrites sur la hache.

 

T.S.                  Mes Frères, comme vous le voyez, la hache des Chevaliers Royal Hache, Princes du Liban, porte deux séries de lettres. Ce sont les initiales de noms qui sont liés à l'histoire du Temple de Salomon.

 

L :. LIBAN : c'est là que furent coupés les cèdres, comme vous venez de l'apprendre; les consonnes de ce mot sont aussi celles des mots hébreux signifiant blanc ou encens.

 

S :. SALOMON, Roi plein de sagesse qui fit bâtir le Premier Temple.

 

A :. ABDA, père d'Adoniram.

 

A :. ADONIRAM, qui prit la direction des travaux après la mort du Maître Hiram.

 

C :. CYRUS, qui après avoir conquis un royaume immense, rompit avec les habitudes cruelles de ses prédécesseurs, mit fin à la captivité des exilés et leur permit de retourner à Jérusalem et d'entreprendre la reconstruction du Temple. (Esdras I, 1 à 11)

 

D :. DARIUS, héritier spirituel de Cyrus, qui donna à Zorobabel un second édit autorisant la reprise des travaux du second  Temple. (Esdras VI, 6 à 12)

 

X :. XERXES, pour Artaxerxès qui, après la délation des ennemis de Juda et de Benjamin, fit interrompre les travaux. (Esdras IV, 18 à 24)

 

Z :. ZOROBABEL, ordonnateur de la reconstruction du second Temple.

 

A :. ANANYAH, fidèle gardien des murailles entourant le second Temple. (Néhémie VII, 2)

 

Et sur I'autre face:

 

S :. TSIDONI, c'est-à-dire Sidoniens, habiles bûcherons habitant les monts Liban.

N :. NOÉ, qui construisit l’Arche avec ses trois fils Shem, Kham et Yaphet.

 

S :. SHEM, symbole du bien. C'est lui qui transmit le nom, et qui est l'ancêtre du peuple élu.(Genèse X, 21 à 31)

 

C :. KHAM, symbole du mal. C'est lui qui engendra les ennemis du peuple de Dieu, parmi lesquels les Cananéens. (Genèse X, 6 à 20)

 

J :. JAPHET, ancêtre des peuples indo-européens dans le nord et l'ouest de la Palestine. (Genèse X, 1 à 5) II dirigea la coupe des cèdres.

 

M :. MOÏSE, qui conduisit le peuple pendant l’exode, mais ne put entrer en terre promise.

 

Enfin

 

B :. BETSALEL :              )

                                                         et                      )           ils furent les artisans de l’Arche

O :. OHOLIAV:                                  )            d’Alliance et du Tabernacle.

(Exode XXI, 1)

 

Vous le voyez, mes Frères, chacune de ces lettres évoque un symbole.

 

Mes Frères sur les régions, vous avez vu comment les nouveaux Princes du Liban se sont soumis à ce qui leur a été prescrit.

Employons-nous auprès de nos Grands Patriarches à obtenir leur admission au Conseil de la Table ronde.

 

Quant à vous, mes Frères, allez vous recueillir et vous préparer à occuper dignement la place que nous allons solliciter pour vous.

           

Le M.d.C. couvre le temple avec les néophytes et les emmène en un lieu de réflexion

.

MUSIQUE

 

Attendre le retour du M.d.C.

 

T.S.                  Mes Frères, veuillez retourner votre sautoir afin que le côté ponceau soit visible. Je vais désigner 10 Frères qui prendront place avec moi à la table ronde. Les autres prendront place sur les régions, debout au signe de fidélité.

 

J’ai encore quelques recommandations à vous faire:

Le Frère Orateur portera le Volume de la Loi Sacrée, l’équerre et le compas, il les disposera dans le second temple sur un lutrin à l’angle NE;

Le Patriarche 1erSurveillant prendra place au point nord,

Le Patriarche 2ndSurveillant au point sud;

J’occuperai le point est, tandis que la stalle située au point ouest restera libre.

 

Au moment de l'investiture, lorsque je vous dirai "Patriarches, mes Frères, faites votre devoir", vous vous lèverez et dirigerez vos glaives vers un point situé au dessus de la tête du récipiendaire. Après l’investiture vous déposerez vos glaives.

 

Frère Maître des Cérémonies, veuillez éteindre tous les flambeaux.

 

Le M.d.C. conduit les FFF.des régions dans le 2ndtemple, puis vient chercher le T.S. et les participants à la Table ronde. Il les introduit dans le 2ndtemple.)

 

CONSEIL DES PATRIARCHES

 

MUSIQUE à l'entrée du cortège

 

Gr.P.                Prenez place, mes Frères.

 

Tous les Patriarches ayant pris place, le M.d.C. couvre le temple et va chercher les récipiendaires. Il s’assure que leur sautoir a le côté arc-en-ciel visible.

 

Arrivé devant la porte du temple, il frappe : X  X

 

Le Couvreur entrouvre.

 

Couvr Qui nous amenez-vous ?

 

M.d.C.            De jeunes Princes du Liban qui désirent être admis au Conseil des Patriarches.

 

Couvr.            Grand Patriarche, de jeunes Princes du Liban désirent être admis au Conseil des Patriarches.

 

Gr.P.                Frère Couvreur, donnez-leur l'entrée.

 

Aussitôt que le M.d.C. et les récipiendaires ont pénétré dans le temple, le Patriarche 1erSurv. quitte sa place et dirige son épée horizonta-lement vers les yeux du récipiendaire principal en disant:

 

P.1er S.           Jurez-vous discrétion, humilité, foi et obéissance ?

 

R.                    Je le jure.

 

Le Patriarche 1er Surveillant conduit le récipiendaire principal à une certaine distance de la place ouest de la table ronde et rejoint sa place.

Le M.d.C. dispose les autres récipiendaires derrière le principal.

 

Gr.P.                           Mes Frères, quoique vous soyez hommes, sachez qu'en entrant ici, vous devez déposer toutes les passions humaines; car, ainsi, vous vous disposerez à recevoir les principes de l'homme sage, ou plutôt vous cesserez d'être homme pour devenir sectateur de la vertu. Les Patriarches qui composent ce Conseil ont pris en considération la demande qui leur a été faite par le Collège de vous admettre en son sein. Ils vous accordent cette faveur.

Vous allez être plus particulièrement attachés à la Maçonnerie. Vos Frères vous deviendront plus chers. Et vous leur deviendrez plus chers. Leurs besoins seront les vôtres et les vôtres seront les leurs. Car ici, mes Frères, il n'y a point de distinction entre nous que celle que donne la vertu. Je vous préviens qu’il ne sera plus en votre pouvoir de renoncer aux exigences de la vertu.

 

Mes Frères, genou droit en terre.

 

Patriarches, mes Frères, debout et faites votre devoir.

 

Les Patriarches tendent leurs glaives comme dit plus haut.

 

Le G.P. fait le tour de la table, se place devant le récipiendaire et étend son glaive au dessus de sa tête.

 

Il répète le processus pour chaque candidat.

 

Gr.P.                           En vertu des pouvoirs que je détiens, et du consentement unanime de tous les Patriarches, mes Frères et mes Pairs, je vous reçois membre du Conseil de la Table Ronde.

 

Le G.P. remet son glaive au M.d.C., relève le récipiendaire et lui donne l'accolade, lui retourne son décor et le fait asseoir à la place qui lui est réservée.

 

Il rejoint ensuite la sienne avec son glaive.

 

Les autres candidats restent derrière le principal.

 

Gr.P.                Patriarches, reprenez vos places.

 

Les régions au repos.

 

Frère Maître des Cérémonies et vous, Patriarche 1er Surveillant, aidez-moi à transmettre les arcanes du grade à notre nouveau Patriarche.

 

Le M.d.C. va se placer derrière le Grand Patriarche et exécute au fur et à mesure.

 

Gr.P.                Frère Maître des Cérémonies, mettez-vous à l'ordre.

L'ordre consiste à porter les deux mains à l'épaule droite comme si l'on tenait une hache, la main droite au dessus de la gauche.

 

Frère Maître des Cérémonies, exécutez le signe de demande.

Quittant la position d'ordre, on abaisse rapidement les deux mains vers la cuisse gauche, comme pour abattre un arbre à la hache.

 

Frère Maître des Cérémonies, exécutez le signe de réponse

On élève les deux mains, doigts étendus, paumes vers l’extérieur, à hauteur du front et on les laisse retomber sans bruit sur les cuisses.

 

L'attouchement se fait en se prenant mutuellement les mains en croisant les droites sur les gauches, en signe de bonne foi.

 

La marche: on fait trois pas croisés, en partant du pied droit, puis l’on ramène le pied.

 

Frère Maître des Cérémonies, exécutez la batterie.

==

 

Les mots de passe sont : YAPHET - OHOLlAV - LIBAN.

 

Les mots sacrés sont: NOÉ - BETSALEL - TSIDONI.

 

Patriarche 1er Surveillant, enseignez aux nouveaux Patriarches les premiers éléments de proportion et de dimension.

 

Le P.1er S. vient auprès du récip., lui fait prendre le compas, lui apprend à choisir la dimension et lui fait tracer un cercle.

 

Gr.P.                Mon Frère, ceci symbolise notre système moral et montre que la vie d'un sage doit être un cercle continuel de la pratique des vertus.

Ne perdez jamais de vue le principe fondamental de notre Ordre : Les Maçons se sont associés pour construire l'édifice de la perfection humaine.

 

Orat.               L'histoire de ce grade nous fournit les notions suivantes: nos ancêtres, les Sidoniens, furent employés à la coupe des cèdres sur le Mont Liban sous la conduite de Yaphet.

 

Leurs descendants, sous la conduite du prince Hérodias, y coupèrent, pour la construction de l'Arche d'alliance, les cèdres qui avaient grandi de nouveau. Ensuite, sous les ordres de Salomon, ils abattirent ceux nécessaires à l'édification du Temple. Parmi les Sidoniens installés sur le Mont Liban, Salomon forma divers collèges dont les membres avaient à justifier de leurs progrès, non seulement dans la science de la coupe des bois, dans celles des proportions, mesures et qualités, mais aussi dans la pratique de toutes les vertus qui caractérisent un sage.

 

Un Conseil choisi parmi les membres de ces collèges fut constitué pour veiller à la partie spirituelle de cette institution.

 

Gr.P.                Le leçon de ce grade, mes Frères, tient en quelques mots:

 

" LE PASSAGE DE LA MULTIPLICITÉ A L'UNITÉ”

 

Je vous souhaite d'y parvenir.

 

Le G.P. frappe un coup de son glaive sur la table.

P.1er S.           frappe un coup de son glaive sur la table.

 

P.2d S.            frappe un coup de son glaive sur la table.

 

Gr.P.                           Patriarches de la Table ronde, félicitons-nous d'avoir augmenté le nombre des sectateurs de la Vertu.

 

Gr.P.                Debout et à l'ordre, mes Frères !

 

Patriarches, mes Frères, tirons en l'honneur de nos nouveaux Patriarches une batterie d'allégresse.

 

A moi, par le signe de demande,

par le signe de réponse.

A moi, par la batterie:           ==

et l'acclamation         HZ, HZ, HZ

 

Prenez place, mes Frères.

Lire la suite

REAA : Réception du 22ème degré (1)

27 Juin 2012 , Rédigé par REAA Rituel du 22ème degré Publié dans #hauts grades

 

T.S.                             Frère Maître des Cérémonies, allez quérir les Frères Noachites que nous attendons et amenez-les à la porte du temple.

 

MUSIQUE

 

Le M.d.C. sort et conduit les Noachites, préparés par le M.d.C. adjoint, (dont le « principal » porte tablier et gants jaunes) à la porte du temple.

 

II frappe lentement en Chevalier Prussien:

 

X          X          X

 

Couvr.             entrouvre la porte

Qui frappe ainsi ?

 

M.d.C.             Des Noachites qui désirent travailler à la réédification du temple.

 

Couvr.             Referme la porte

2d Sage Prince, ce sont des Noachites qui désirent travailler à la réédification du temple.

 

2d S.P.             1er Sage Prince, ce sont des Noachites qui désirent travailler à la réédification du temple.

 

1er S.P.           Très Sage, ce sont des Noachites qui désirent travailler à la réédifi­cation du temple.

 

T.S.                  Frère Couvreur, ouvrez la porte du temple.

 

Le couvreur exécute.

Le M.d.C., conduisant les N., avance d'un pas dans le temple.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, répondez-vous de ces Noachites ?

 

M.d.C.             Oui, Très Sage.

 

T.S.                  Sont-ils instruits ?

 

M.d.C.             Oui, Très Sage.

 

T.S.                  Savent-ils lire et écrire ? Sont-ils braves, forts, résignés ?

Et surtout, sont-ils vertueux ?

 

M.d.C.             Oui, Très Sage, il le sont.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, introduisez ces Frères Noachites plus avant, entre les Sages Princes.

 

T.S.                  Frères Noachites, consentez-vous à jurer sur le Volume de la Loi Sacrée, dépôt de la foi des sectateurs de la Vertu, de tout abandonner pour suivre vos Frères au Mont Liban et de consacrer votre vie entière à la réédification du Temple du Grand Architecte de l’Univers ?

 

Chaque R.       Oui.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, donnez une hache à un Noachite.

 

Le M.d.C. fait asseoir les récipiendaires autres que le « principal », puis prend la hache posée devant le tableau, la pose sur l'épaule droite du récipiendaire la lame vers le bas et la lui fait soutenir de la main droite au bas du manche.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, faites faire au Frère Noachite le premier des trois voyages mystérieux.

 

Le M.d.C. se place devant le 1er S.P, puis le néophyte, suivi du 2d S.P.

 

Les deux S.P. portent également la hache sur l'épaule droite de la même façon que le récipiendaire.

 

Partant de l'Occident, on fait lentement le tour du tableau à chaque voyage, avec un arrêt devant le F.Orateur pour la lecture des textes.

 

A chaque arrêt les S.P. encadrent le néophyte.

 

MUSIQUE DOUCE pendant les voyages.

 

Orat.               (Genèse VI, 7 à 14)

Et le Seigneur dit: J'exterminerai de la surface de la terre les hommes que j'ai créés, et depuis l'homme jusqu'au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel, car je me repens de les avoir faits. Mais Noé, que nous appelons maintenant Noé, avait trouvé grâce aux yeux du Seigneur.

 

Voici l'histoire de Noé:

Noé était un homme juste, intègre parmi ses contemporains, et il marchait avec Dieu. Noé engendra trois fils, Shem, Kham et Yaphet. La terre se corrompit au regard de Dieu et elle se remplit de violence. Dieu vit la terre: Elle était pervertie car toute chair avait une conduite perverse sur la terre. Le Seigneur dit à Noé: “La fin de toute chair est arrivée, je l'ai décidé, car la terre est pleine de violence à cause des hommes et je vais les détruire avec la terre. Fais-toi une arche en bois de gopher. Tu disposeras cette arche en cellules et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors.

 

1er S.P.           Très Sage, le premier voyage est terminé.

 

T.S.                  Frère Noachite, consentez-vous à jurer d'employer le précieux outil que vous portez à la construction du nouveau Temple ?

 

N.                    Oui.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, faites faire au Noachite le deuxième voyage.

 

Orat.               (1Rois V, 1 à 13)

Le Roi de Tyr, Hiram, envoya ses serviteurs vers Salomon, car il avait appris qu'on l'avait oint pour roi à la place de son père, et Hiram avait toujours aimé David. Et Salomon envoya ce message à Hiram: "Tu sais que mon père David n’a pu bâtir une maison pour le nom du Seigneur à cause des guerres que ses ennemis lui ont faites de tous côtés, jusqu'à ce que le Seigneur les eut mis sous la plante de ses pieds. Maintenant le Seigneur m'a donné le repos de toutes parts.

Je n'ai ni adversaire, ni contrariété du sort. J'ai l'intention de construire une maison au nom du Seigneur, comme le Seigneur l'a dit à mon père David: 'Ton fils, que je mettrai à ta place sur ton trône, ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom.'

Maintenant, ordonne que l’on me coupe des cèdres du Liban.

Mes serviteurs seront avec tes serviteurs, et je te payerai le salaire de tes serviteurs tel que tu l’auras fixé. Tu sais, en effet, qu'il n’y a personne parmi nous qui soit habile à couper les bois comme les Sidoniens."

 

Lorsque Hiram entendit les paroles de Salomon, il éprouva une grande joie et dit: "Béni soit aujourd'hui le Seigneur qui a donné à David un fils sage pour chef à ce grand peuple."

Et Hiram manda ceci à Salomon: "J'ai reçu ton message. Je satisferai tous tes désirs en bois de cèdre et de cyprès.

Mes serviteurs les descendront du Liban à la mer; iIs les disposeront en radeaux et je les expédierai par mer à destination de l'endroit que tu m’indiqueras; là, je les ferai délier et tu les prendras.

Et toi, tu feras ce que je désire, en livrant des vivres à ma maison.”

(Rois IV, 24 à 26)

 

Ainsi Hiram livrait à Salomon des bois de cèdre et de cyprès autant qu'il en voulut; et Salomon livrait à Hiram vingt mille kors de blé pour l’entretien de sa maison plus vingt kors d’huile d'olives concassées, et cela chaque année. Et le Seigneur donna la sagesse à Salomon, comme il le lui avait promis, et il y eut bonne entente entre Hiram et Salomon et tous deux conclurent une alliance.

1er S.P.           Très Sage, le deuxième voyage est terminé.

 

T.S.                             Frère Noachite, avant votre admission à ce grade, le Collège des Princes exige de vous que vous consentiez à signer de votre sang l'obligation qui doit vous lier.

 

Etes-vous prêt à le faire ?

 

N.                                Oui.

 

T.S.                             Frère Maître des Cérémonies, faites faire au Noachite le troisième voyage.

 

Orat.               (Ezrah III, 6 à 8)

Dès le premier jour du septième mois, les enfants d’Israël commencèrent à offrir des holocaustes au Seigneur, bien que les fondations du sanctuaire du Seigneur ne fussent pas encore posées. Puis on donna de l'argent aux tailleurs de pierre et aux charpentiers; aux Sidoniens et aux Tyriens on remit vivres, boissons et huile, pour qu’ils acheminent par mer jusqu’à Yaffa du bois de cèdre en provenance du Liban, selon l'autorisation accordée par Cyrus, roi de Perse.

C’est la seconde année de leur arrivée au Temple de Dieu à Jérusalem, le deuxième mois, que Zorobabel, fils de Shealtiel, et Yehoshu’a, fils de Yehotsadaq, avec le reste de leurs frères, les prêtres, les lévites et tous les gens rentrés de captivité à Jérusalem, commencèrent l’ouvrage, et ils confièrent aux lévites de vingt ans et au dessus la surveillance des travaux du second Temple du Seigneur.

 

1er S.P.           T.S., le troisième voyage est terminé

 

Les deux S.P. restent à côté du candidat.

 

T.S.                  Frère Maître des Cérémonies, prenez sa hache au Noachite et retirez-lui ses décors et ses gants. Vous l’amènerez ensuite avec ses compagnons, les autres Noachites, devant l’autel, afin qu’ils prêtent tous leur serment d’obligation.

 

Le M.d.C. enlève la hache au Noéide et la pose devant le tableau.

Il conduit les Noachites devant l'autel, les deux S.P. restant à leurs côtés.

 

T.S.                  Princes du Liban, mes Frères, debout et à l’ordre.

 

Mon Frère, posez votre main droite sur les trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie, et vous, mes Frères, reliez-vous à lui en posant la main droite sur l’épaule de celui qui est devant vous.

Frère Orateur, veuillez donner lecture du serment des Chevaliers Royal Hache.

 

Orat.               Sur ce Volume de la Loi Sacrée, dépôt de la foi des sectateurs de la Vertu, moi ............................ je renouvelle expressément et sans aucune restriction, tous les engagements que j’ai déjà contractés.

 

Je jure de tout abandonner pour suivre les Princes du Liban, mes Frères, et de travailler ma vie entière à la réédification du temple, en me servant du précieux outil qui m'a été confié.

 

Ainsi m’aide le Grand Architecte de l'Univers.

 

T.S.                  Mes Frères, que chacun d'entre vous, à l'appel de son nom, pose la main droite sur les trois Grandes Lumières et dise "Je le jure".

 

                        Vous, Frère…, vous Frère… .

 

Mes Frères, je prends acte de votre serment.

 

Le T.S. se rend vers l’autel avec sa hache pour la consécration (un récipiendaire à la fois).

 

T.S.                  Mon Frère, genou droit en terre.

 

Mes Frères, formons la croix spatiale.

 

Les SS. PP. croisent leurs haches dans le plan horizontal au-dessus de la tête du Noachite Le T.S. tient sa hache verticalement, le bout du manche sur l’intersection des deux haches des SS.PP.. Le corps du candidat complète ainsi la croix spatiale.

 

T.S.                  A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers,

Au nom et sous les auspices du Suprême Conseil pour la Belgique, et en vertu des pouvoirs qui m’ont été conférés par le Souverain Grand Commandeur,

Je vous crée, vous consacre et vous reçois Chevalier Royal Hache, Prince du Liban, 22e degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Le T.S. donne sa hache au M.d.C. pour l’accolade.

 

T.S.                  Chevalier Royal Hache, levez-vous !
Au nom de tous vos Frères, je vous donne l'accolade fraternelle.

Frère Maître des Cérémonies, veuillez reconduire les Sages Princes à leur stalle.

Les régions au repos.

 

Le T.S. reprend sa hache et regagne sa stalle.

Lire la suite

REAA : Réception du 23ème degré

27 Juin 2012 , Rédigé par REAA : rituel du 23ème degré Publié dans #hauts grades

L’Introducteur va trouver le Cand\dans la chambre de préparation et lui dit :

D. Etes-vous le fils d’Hiram ?

R. Oui, je le suis.

Puis il lui bande les yeux, le conduit dans la chambre obscure, lui défend de ses découvrir qu’au coup qu’il entendra frapper à la porte, le fait mettre à genoux sur le tabouret devant l’autel, ferme la porte, entre dans le temple & se place à l’Occ\

S.G. Sacrificateur :     D’où venez-vous ?

Intr\De dehors du Temple.

D.  Avez-vous trouvé le fils d’Hiram ?

R.  Je l’ai introduit dans la chambre obscure

G.Sacrif\ Puisqu’il est introduit, allez lui faire voir la lumière. Après quoi vous le ferez parvenir à la porte du Temple.

Le F\Introducteur sort, donne le signal au Cand\qui se découvre la vue. Quelques instants après, il entre, le poignard à la main et dit :

D. Avez vous bien réfléchi sur le grade que vous allez recevoir ? Etes vous bien sûr de vous-même ?

R.         ………………

Le f\ Introducteur le dépouille de toute arme offensive et défensive à la réserve du poignard qui est son cordon noir, le conduit à la porte du Temple, frappe 15 coups ainsi

….. I ….. I …..

S.G. Sacrif\ :  f\ G\ Prêtre, faites voir qui c’est. Si c’est le Cand\ faites le entrer à la manière accout\

Le Cand \ à la porte, le G. Sacrif\ dit : Que voulez vous ? La grâce de parler au Souv\ G. Sacrificateur. Qui êtes-vous ? Le fils d’Hiram.

Le G.Sacrif\ frappe un coup, tous les ff\ se lèvent. Le G. Sacrif\, accompagné des deux G. Prêtres, descend du trône, se place en dehors du Sanctuaire au Midi et dit :  Puisque c’est le fils d’Hiram que nous avons en si grande vénération, nous ne pouvons le recevoir qu’avec honneur ; Il vient sans doute pour accomplir les vœux promis ; Ainsi G\ Surv\ faites le entrer en la manière accoutumée.

L’introducteur conduit le Cand \ en , les deux mains croisées sur l’estomac, se place au Septentrion vis à vis le Souv\ Sacrificateur. Ensuite le Surv. dit : Souv\ Sacrificateur, le fils du grand homme est introduit.

 Le Souv\ Sacrif\ dit : Que demandez vous, mon f\ ?

R. La grâce d’accomplir les vœux si longtemps promis.

Le S\Sacrif\ : Puisque une cause si juste vous amène, nous allons combler vos souhaits. F\ Surv\ dépouillez cet homme de ses habits profanes, habillez le avec les ornements nécessaires pour un tel sacrifice.

Le Surv\lui ôte ses habits, sa veste et son chapeau.

L’Introducteur lui fait mettre une robe blanche et une écharpe rouge, lui donne un encensoir avec du feu dedans, le conduit à l’Occ\où il le fait mettre à genoux.

Le S\ Sacrif\ : Mon f\, avant de poursuivre plus avant, il faut que vous prêtiez de nouveau l’obligation d’App\Ceci exécuté (on) le retourne le dos à l’O\, les yeux couverts des deux mains.

Le S\ Sacrif\ accompagné des deux G. Prêtres passent en silence le Sanctuaire et se placent au trône, le premier frappe un coup.
Le Surv \retourne le Cand\ à l’O\ toujours la vue couverte.

Le S\ Sacrif \ frappe un 2èmecoup.

Le voile disparaît, le Sanctuaire paraît tout éclatant de lumière.

Le S\ Sacrif\ frappe un 3èmecoup. Le Cand\ se découvre la vue.

Le S\ Sacrif \ dit : f\ Surv\ faites avancer le Cand\ à l’autel par 5 pas égaux pour y prêter son obligation.

Obligation.

Je m’engage sur ma parole d’honneur de ne faire connaître à qui que ce soit les secrets qui vont m’être confiés, en cas d’infraction je consens d’être sacrifié aux mânes de mon père, et que ma tête soit mise au dessus du Grand Portail du Temple pour servir d’exemple aux indiscrets ; que Dieu me soit en aide.

Investiture

Le S\ Sacrif\ descend du trône, fait relever le Cand\, le mène à l’autel des sacrifices où il met le feu, aussitôt la flamme éteinte, tous les ff\ se lèvent, applaudissent par trois cops égaux et crient :   « Le vœu est accompli et le sacrifice consommé ».

Le S\ Sacrif\ remonte au trône où il fait monter le Cand\ jusqu’au 3èmedegré et le constitue en ces termes : Par le Pouvoir que je tiens de la Sainte Cité, je vous élève à l‘éminent grade de Chef du Tabernacle. Il frappe trois coups de poignard, le 1ersur la tête, le 2èmesur l’épaule gauche et le 3èmesur l’épaule droite ; ensuite il lui donne les signes, mots et attouchements.

Le Signe se fait en avançant le pied droit et portant la main droite à l’encensoir.

Le mot de passe est Hiram

L’attouchement se fait en se croisant les 2 doigts de la main gauche, et en ce état se donne.

Le mot sacré est Libertas

L’attribut est un encensoir, attaché à une écharpe.

(Delaulnaye : la batterie est de sept coups (six et un) ; la marche est de six pas égaux plus un grand. Pour Vuillaume, la batterie est de trois coups égaux et la marche de cinq pas égaux)

Après ces instructions, le Cand\ se place au midi. Un des Prêtres fait le discours suivant.

Discours.

Ce que vous venez d’acquérir, vous montre qu’Hiram a été vengé par la mort des malheureux compagnons, et que c’est vous qui représentez sin fils pour accomplir les vœux si longtemps promis. Quoique Hiram a été vengé, on ne laisse point de lui sacrifier tous les indiscrets, les lâches et les vicieux. Il s’en est déjà trouvé un nombre infini, il s’en trouve encore tous les jours, mais pour vous, mon f\, nous sommes persuadés que vous ne serez jamais du nombre. C’est ce que je vous souhaite avec l’assistance du G\ A\ de l ’U\

Instruction.

D         Qui êtes-vous ?

R          J’ai l’avantage d’être Chef du Tabernacle

D         Comment y êtes vous parvenu ?

R          Par le Grand Sacrifice

D         Que signifie ce sacrifice ?

R          L’action de grâce rendu au G\ A\ de l ‘U\ en mémoire de la vengeance prise sur les            assassins d’Hiram

D         Comment êtes vous entré dans le Sanctuaire ?

R          Par cinq pas égaux.

D         Qu’avez vous aperçu dans le Sanctuaire ?

R          L’arche et la gloire du G\ A\ de l’U\, l’autel des parfums et celui des holocaustes.

D         A quoi sert l’autel des holocaustes

R          Il étoit réservé pour brûler les sacrifices que l’on y offrait.

D         Où avez vous été conduit avant d’entrer dans le Temple ?

R          Un f\ m’a bandé les yeux et m’a conduit dans un endroit ténébreux.

D         Que vous a-t-il dit ensuite ?

R          Il m’a défendu de me découvrir la vue, qu’au coups que j’entendrais frapper.

D         Après ce coup qu’avez vous aperçu ?

R          Un squelette qui tenait une inscription.

D         Que signifie la tenture blanche et les colonnes rouges et noires ?

R          Le blanc signifie l’innocence, le rouge le sang répandu, & le noir la trahison.

D         Où avez vous été constitué ?

R          Dans le sanctuaire par trois coups.

D         Que signifient les trois coups ?

R          Les 3 coups que l’innocent reçu dans le Temple.

D         Que signifie le mot sacré ?

R          La liberté des maçons d’à présent.

D        Que signifie le mot de passe ?

R          Le nom de l’innocent qui est le père du chef du Tabernacle.

D         Que signifie le signe ?

R          Que nous devons être toujours prêts à adorer le G\ A\ de l’U\

            et faire les premiers pas pour assister les indigents.

 



 

 

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>