Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Articles avec #histoire de la fm tag

La franc-maçonnerie a-t-elle encore un sens au 21e siècle?

19 Novembre 2013 , Rédigé par X Publié dans #histoire de la FM

En 40 ans, la franc-maçonnerie a perdu presque 50% de ses adhérents aux Etats-Unis.

En France et ailleurs en Europe le nombre de francs-maçons augmente, mais les dissensions de toute sorte sont fréquentes. Elles contrecarrent les raisons de notre adhésion à ce mouvement. L'influence de la franc-maçonnerie sur la société a régressé partout. N'est-ce pas le moment pour réfléchir sur le sens et le rôle de la Franc-Maçonnerie au 21.siècle et redémarrer sur d'autres bases?

Introduction

La franc-maçonnerie est un mouvement initiatique que certains confondent avec une religion, d'autres avec un mouvement politique, une occasion de se réunir entre amis pour philosopher, ou bien un organisme de bienfaisance. Enfin, pour de nombreux maçons il s'agit principalement, sinon uniquement, d'un système de moralité à la fois voilé et explicité par des allégories et illustré par des symboles. Toutes ces démarches sont respectables et correspondent en partie au rôle de la franc-maçonnerie, mais elle n'a pas été créée uniquement ou principalement pour elles.

·         Si la franc-maçonnerie s'identifie à une assemblée de croyants, elle cesse d'être unique et irremplaçable.

·         Quand elle tente de jouer le rôle de parti politique ou de syndicat, elle n’accomplit pas non plus sa tâche spécifique. Par ailleurs, elle ne dispose pas d'outils appropriés pour être vraiment efficace dans ces domaines.

·         Ses règles de fonctionnement n'en font pas non plus le meilleur club de débats.

·         En se limitant à la bienfaisance, elle est surpassée par les ONG et autres sociétés caritatives.

·         La "haute valeur morale" étant la condition d'admission en maçonnerie, on peut concevoir que le travail en loge sert à la développer, mais la Constitution d'Anderson,fondatrice, lui assigne encore d'autres tâches.

·         Quant à certaines loges, transformées en instrument de promotion d'intérêts personnels, elles trahissent la franc-maçonnerie.

Certes, la franc-maçonnerie offre à ses adhérents une dimension spirituelle et morale, mais elle n'est pas nécessairement religieuse. Elle les incite à s'impliquer davantage dans la cité, mais ne se substitue pas pour autant aux partis, syndicats, associations, ni à l'université. Enfin, elle ne doit pas être un groupement d'intérêts. Ces confusions réduisent l'impact de la franc-maçonnerie et il n'est pas surprenant que depuis 40 ans elle ait perdu presque la moitié de ses effectifs, notamment aux Etats-Unis.

Cependant, la diminution de son attractivité n'est pas due uniquement à de telles erreurs d'entendement, pas plus qu'à la prétendue baisse d'intérêt des sociétés occidentales pour la spiritualité. Si cette baisse était réelle, les "sectes" et autres nouveaux chemins vers la transcendance ne fleuriraient pas autant, en particulier aux USA.

Il ne faut pas oublier que presque depuis la naissance de la franc-maçonnerie moderne, en 1723, les tenants de pensées centralisatrices et autoritaires expriment leur hostilité, parfois la haine, de sa nature humaniste, égalitaire et de sa liberté d'esprit. La premièreBulle papale date de 1738... Elle a été suivie par plus de deux siècles de calomnies et de tentatives de déstabiliser la franc-maçonnerie qui ont brouillé encore davantage son image. En Europe, les attaques et la persécution des francs-maçons par les nazis et les communistes du bloc soviétique sont dans toutes les mémoires.

Il n'est donc pas étonnant que les non-initiés, et parfois les francs-maçons eux-mêmes ne comprennent plus bien le sens profond et le rôle spécifique de ce mouvement.

La franc-maçonnerie moderne invite ses membres à faire un travail sur eux-mêmes et à assumer vis à vis de l'humanité des devoirs qu'aucune autre organisation ne prend en compte. Elle leur offre une méthode initiatique particulière. Toutefois, pour savoir si la franc-maçonnerie a encore un sens au 21e siècle, il faut revenir à ses fondamentaux.

XVe – XVIIIe siècles: époque charnière de l'histoire occidentale

Pour saisir le sens de la franc-maçonnerie dans le monde actuel il faut d'abord se rappeler les circonstances de sa naissance il y a trois siècles.

La franc-maçonnerie moderne a surgi à un moment de basculement de civilisation européenne où quatre loges de Londres ont considéré utile, et même nécessaire, de se fédérer et de doter l'initiation maçonnique traditionnelle d'un contenu réactualisé.

·         A la Renaissance, au XVe et XVIe siècles, l'Europe a redécouvert la puissante culture antique gréco-romaine.

·         Le saut technologique des transports maritimes permet de relier les continents et de découvrir de nouveaux territoires. En même temps, les échanges en Europe se développent grâce aux relais postaux, créés au XVe siècle pour les courriers administratifs et militaires, puis ouverts aux privés. L'invention de l'imprimerie les a enrichis.

·         Parallèlement, de nombreuses sciences connaissent un développement radical et de nouvelles disciplines naissent. La recherche s'affranchit d'un bon nombre de préjugés,  ses méthodes deviennent plus fiables, ses résultats vérifiables.

·         Toutes ces avancées approfondissent la connaissance de la plupart des civilisations du monde, passées et présentes, et posent les prémices d'une meilleure compréhension entre les individus et les sociétés éloignées.

L’acquisition de ces savoirs a abouti, entre autres, à la création de l'Encyclopédie.

Cette richesse d'informations et d'expériences, à la fois personnelles et collectives, sans équivalent jusqu'alors, rendait possible un bond dans l'étude de l'homme, de sa place dans l’univers et de l'univers lui-même. Elle posait les fondements d'une nouvelle étape du développement de l'humanité.

Naissance d'une civilisation planétaire

Divisés jusque-là en familles, clans, tribus, villages, pays et divers autres groupements, limités dans le temps et l’espace, les humains ont commencé à se percevoir comme parties prenantes d'entités planétaires durables, économiques, politiques et culturelles. Cela n'a pas dissout les sous-ensembles précités, mais a fait comprendre que les hommes et les femmes étaient aussi des parcelles de l'humanité, sorte d’organisme composé de tous les humains. Ce nouveau concept de l'humanité qui s’inscrit peu à peu dans la réalité "palpable", a abouti, au XVIIIe siècle à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, au XIXe siècle à la Déclaration universelle des droits de l'homme qui place ce dernier sous la protection de l'ensemble de la communauté, puis au XXe siècle à la création de tribunaux supra-nationaux jugeant les "crimes contre l'Humanité". Quelle sera la prochaine expression de cette philosophie?

Méthodes de création d'une civilisation planétaire

La formation d'une entité planétaire peut s'effectuer soit par la domination d'un pays ou d'une civilisation sur les autres, soit par la construction d'une humanité multiculturelle, basée sur le respect des différences. La première méthode existe et se perpétue depuis la nuit des temps au niveau des clans, pays, religions. La deuxième est utilisée moins souvent.

Les auteurs de la Constitution d'Anderson semblent avoir été convaincus que la mise en commun du potentiel de l'humanité dans sa diversité pourrait être la condition indispensable de réussite de la "mondialisation" qui s'annonçait.

Comment l'ont-ils exprimé ? De quelle manière leur héritage peut-il contribuer au succès de la construction pacifique d'une civilisation planétaire multiculturelle?

Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne faisaient partie des penseurs les plus éclairés de leur temps. Plusieurs appartenaient à l'Académie Royale de Londres. Scientifiques et philosophes, ils évoluaient parallèlement au mouvement des Lumières en France. Ils avaient l'intuition, et sans doute  aussi les moyens de comprendre rationnellement, l'esprit de leur époque et de le traduire en action. C'est à peu près comme si au XXe siècle la méthode initiatique aurait été repensée par Einstein, Bergson, Freud, Marie Curie, Ghandi et quelques autres de leurs pairs...

Pour faire saisir la merveilleuse richesse des savoirs, accumulés par les générations précédentes, au plus grand nombre de leurs contemporains et de leurs successeurs, ils les ont rassemblés sous forme de rituels et de symboles, régis par les règles spécifiques d'un système initiatique. Ils n'ont pas traité ces connaissances, opinions et pratiques du point de vue historique. Ils ne les ont pas non plus exposés sous forme logique, mais représentés par des images faciles à mémoriser. A  la différence de "vraies" encyclopédies, les symboles et rituels maçonniques ne décrivent pas les connaissances, ils se contentent de les évoquer et de dessiner les liens qui les unissent par-dessus les civilisations. En plus, ces rituels et symboles contiennent le mode d'emploi orientant l'utilisation de tous ces savoirs vers la création d'une "humanité nouvelle".

L'origine des symboles, rites et rituels maçonniques est étonnamment disparate. A première vue, mélanger les cultures égyptienne, grecque et romaine, les religions juive et chrétienne, les procédés initiatiques des alchimistes et des templiers, réunir dans un même ensemble des francs-maçons "opératifs" et "spéculatifs", risquait d'aboutir à un kaléidoscope de contradictions. Nos savants prédécesseurs auraient certainement été en mesure d'élaborer un système cohérent sans recourir à ces mélanges, sans anachronismes et contresens apparents. Pourquoi alors, à leurs yeux, pouvait-il paraître nécessaire de nous transmettre leur vision du monde par une telle méthode qui nécessite l’acquisition d'une grille de lecture permettant d'attribuer aux symboles des valeurs en fonction du contexte de leur utilisation ?

La réponse à ces questions se trouve dans la pratique maçonnique. Ce qui précède semble très compliqué, mais dans les temples l'initiation fonctionne sans que l'on soit nécessairement conscient de tous les tenants et aboutissants.

La franc-maçonnerie moderne est une sorte d'"encyclopédie universelle condensée". Pour "décompresser" ces savoirs, ses adeptes doivent fournir un intense effort. Le but n'est  pas d'acquérir l'ensemble des connaissances contenues dans les rituels et symboles, chacun acquière les informations qui trouvent un écho dans ses propres connaissances et expériences. Cependant, l'immersion dans l’atmosphère des loges favorise l'étude des idées les plus variées, souvent très éloignées de ce que les francs-maçons rencontrent dans leur vie de tous les jours. Ainsi apprennent-ils assez vite à déchiffrer les symboles, à écouter les opinions les plus contradictoires et à tolérer même celles qui s'opposent à leurs convictions. Il ne s'agit pas de les accepter passivement, pas plus que de renoncer à sa propre personnalité, bien au contraire. Les échanges qui s'ensuivent sont un bon entrainement à étayer ses propres pensées, et aussi à les exposer clairement, sans pour autant tenter de les imposer aux autres. Cet élargissement de l'horizon développe l'imagination. Par extension, l’initiation maçonnique fait comprendre que tout sur la terre est lié, au point d'être interdépendant.

Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne étaient écologistes avant l'heure.

Tolérance, liberté d'esprit, fraternité

Les membres des quatre loges de Londres étaient tous des fidèles sujets de sa Majesté et des bons croyants protestants mais, pour les raisons déjà exposées, ils ressentaient le besoin d'une liberté absolue de conscience. L'article premier de la Constitution d'Anderson qu'ils ont rédigée exprime clairement cette exigence:

"Un maçon est obligé, selon son Ordre, d'obéir à la loi morale et s'il entend bien l'art, il ne sera jamais un athée stupide ni un profane libertin. Quoique dans le vieux temps les maçons fussent obligés d'être de la religion de chaque pays où ils étaient, cependant on juge maintenant qu'il est plus convenable de les obliger seulement à être de la religion dont tous les honnêtes gens conviennent, en gardant leurs opinions particulières pour eux-mêmes: c'est à dire être des hommes vrais et bons, ou hommes d'honneur et d'honnêteté, peu importe par quel nom ou conviction ils peuvent être distingués; ainsi la maçonnerie devient-elle le Centre de l'Union et le moyen d'établir une étroite et solide amitié parmi des personnes qui auraient dû être à jamais maintenus à distance."

"…  être de la religion dont tous les honnêtes gens conviennent" ne fait évidemment référence à aucune église ni foi métaphysique car aucune n'est commune à tous. Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne pensaient à la morale "des hommes vrais et bons, ou hommes d'honneur et d'honnêteté", qu'ils espéraient universelle. Elle semble exister, fondée à la fois sur l'instinct de survie et les exigences de la vie en commun. Elle incite, au moins dans les conditions de vie "normales", à la coopération et interdit de nuire aux autres.

Pour rendre "palpables" les liens unissant tous les humains et ''rassembler ce qui est épars'', ils ont forgé la notion de "fraternité universelle". Ils voulaient que les francs-maçons soient le point de départ et le centre de l'union de cette nouvelle humanité.

Ces hommes étaient vraiment admirables. Considérer, après tant de guerres interminables, tous les humains comme frères et vouloir dialoguer avec eux sans préjugés était une idée bouleversante.

Certes, de nombreuses religions sont fondées sur l'idée de fraternité, mais elle diffère en plusieurs points de la fraternité des francs-maçons:

·         La fraternité religieuse est toujours "verticale" car elle relie les humains en tant qu'enfants d'un être supérieur, leur Père.

·         Être issus tous du même père tout puissant est rassurant.

·         La fraternité qui en résulte est fondée sur la soumission à ce père, voire à ceux qui le représentent.

·         Elle est synonyme de l'amour qui, à l’instar des familles de sang, devrait régner entre les membres des églises.

·         Pour les religions la fraternité se limite presque toujours à leurs adeptes et à eux seuls.

·         Certaines églises ont tenté d'imposer leur croyance même aux non-croyants par le feu et l’épée, moyens pas vraiment appropriés pour répandre fraternité et amour...

·         La fraternité maçonnique est "horizontale". Elle résulte d'une décision individuelle de percevoir les autres comme ses frères et d'être reconnu à son tour comme leur frère.

·         A priori, l'homme se méfie de tous ceux qui diffèrent de lui. Considérer par un choix volontaire,  directement, sans intermédiaire, les autres, tous les autres, comme frèresdemande un grand effort. La "méthode maçonnique" prépare les "initiés" à le fournir et leur offre les outils nécessaires.

·         La fraternité qui en résulte est fondée sur la liberté.

·         Plus que l'amour, elle exprime un lien. Il s'agit de comprendre et de ressentir à quel point les humains sont interdépendants à la fois entre eux et avec tout ce qui les entoure. Le caractère viscéral de ce lien pouvait être supposé depuis longtemps, grâce à l'observation de la nature en général et celle des foetus humains aux différents stades de leur évolution. Au XIXe siècle, ce lien a été prouvé par la théorie de l'évolution des espèces de Darwin, puis re-confirmé encore plus fermement un siècle plus tard par l'écologie.

·         Les observations scientifiques actuelles prouvent que la diversité est la condition indispensable du développement et du maintien de la vie sur la terre. Les fondateurs de la franc-maçonnerie moderne ont eu l’intuition de l'importance vitale de la diversité. Leur concept de la "fraternité universelle" enseigne la compréhension de toutes les visions du monde et, compte-tenu de ce qui précède sur l'évolution, le respect de toutes les formes de vie.

·         Les francs-maçons n'ont jamais voulu imposer par force l'adhésion à leur mouvement. Tous "les honnêtes gens" devraient en faire partie, toutefois cela ne dépend que de leurs libre-arbitre.

La fraternité religieuse et la fraternité maçonnique ne s'excluent pas, elles jouent chacune un autre rôle.

L'homme doit être capable d'être à la fois indépendant et de savoir se soumettre. Son indépendance d'esprit l'aide à apprendre, à comprendre, à développer un regard critique. Par contre, son interdépendance avec les autres, donc la nécessité de vivre en société, l'oblige parfois à obéir. La société lui permet de survivre et également de confronter son savoir avec celui des autres, de vérifier sa pertinence, de l'enrichir et de le rendre utile. Enfin, sa double nature d'individu et de parcelle de divers ensembles l'aide à choisir entre opinions et intérêts (le sien et celui de la collectivité) parfois opposés, puis d'agir en fonction de ce choix. Ces qualités contradictoires et complémentaires, apparemment inconciliables, peuvent coexister en alternance.

Exigence morale

La franc-maçonnerie est une vision du monde, une méthode initiatique d'apprentissage et une exigence morale. Ses concepteurs étaient conscients que, pour arriver à bon port, leur projet devait être fondé sur des "valeurs" et encadré par elles.

Les valeurs de la franc-maçonnerie moderne sont issues de la morale profane et religieuse, notamment protestante, de l'Angleterre du XVIIe et XVIIIe siècles. Elles ont été enrichies par d'autres apports. Bons sujets de sa Majesté et, pour la plupart, croyants fidèles, nos ancêtres ont été sûrs du bien-fondé de leurs convictions, mais ont été capables de relativiser leurs opinions. Ils admettaient que la franc-maçonnerie pouvait évoluer, se transformer et se diversifier suivant les pays. Ils savaient que si le "point ferme" d'Archimède était indispensable pour faire "bouger la terre", il pouvait être situé à divers endroits.

Si elle est maniée correctement, la méthode maçonnique exclue tout dogmatisme. Au contraire, dès ses origines la franc-maçonnerie moderne est vouée à la diversification car chaque maçon, chaque loge, obédience et pays déchiffrent son contenu en fonction de leurs cultures personnelles et collectives. La Constitution d'Anderson prône le respect et la tolérance. L'une des clefs  de ce système se trouve dans le symbole du "pavé mosaïque"...

Conclusion

Commencée à la Renaissance, accentuée au XVIIe siècle, confirmée au XVIIIe, l'unification du monde se poursuit jusqu'à aujourd'hui et continuera demain. Aujourd'hui les États hésitent entre la conquête et l'association. Ils tentent de collaborer pacifiquement, mais  s'arment au point de pouvoir détruire l'humanité entière. Certains pensent être en mesure d'imposer leur domination par intimidation, sans arriver à l'extrémité d'une guerre mondiale, mais ils marchent sur la corde raide, risquant de précipiter dans l'abîme avec eux toute l´humanité.

Cet armement à outrance relève de la folie. Même si une superpuissance arrivait à s'accaparer du monde, les problèmes posés par la construction d'une civilisation planétaire sont tellement complexes qu'un État ou un petit groupe d’États, aussi puissant soit-il, ne peut pas les maîtriser. L'exemple de nombreux très grands empires prouve que, mus par une seule vision, ils ont été voués à la destruction. La difficulté ne consiste pas uniquement dans la quantité de données "objectives" à prendre en compte, mais dans l'incroyable diversité des humains qui leur permet de s'adapter et de survivre dans  pratiquement n’importe quelles conditions. Elle résonne avec l’instinct vital de notre espèce et c'est aussi pour cette raison que chaque groupe défend sa particularité avec énergie.

L'initiation maçonnique ouvre l'esprit à la diversité, à la tolérance, au respect et à l'amour des autres. Elle nous permet de nous débarrasser de nos préjugés et d'imaginer une profonde réorganisation de nos modes de vie dont nous sommes prisonniers. Ainsi, la franc-maçonnerie moderne est-elle l'amorce d'une nouvelle civilisation.

Si pour la survie de l'humanité la diversité des cultures est aussi importante que la bio-diversité, alors la franc-maçonnerie est toujours d'actualité. En sommes-nous suffisamment conscients? Sommes-nous dignes de cet héritage? N'a-t-il pas été dilapidé ou trahi?

Source : http://www.call-of-bratislava.com/

Lire la suite

GLNF Décret N° 1595

7 Novembre 2013 , Rédigé par JPS Publié dans #histoire de la FM

Lire la suite

Extrait du communiqué de la Loge France D'Irlande 884 signé par son Vénérable Maître JCD

6 Novembre 2013 , Rédigé par X Publié dans #histoire de la FM

« En France, les Frères pétitionnaires issus de nombreuses régions se réuniront pour s’instruire à la pratique maçonnique irlandaise et continentale écossaise à l’intérieur de Réunions d’Instruction, ce qui permettra de recevoir de nouveaux Frères qui désirent rester dans la Tradition régulière.

En Irlande, les Frères se réuniront en Tenue officielle 3 à 4 fois par an à Dublin sous les auspices de la Grande Loge d’Irlande, ou éventuellement dans une autre ville irlandaise, en vue de travailler en français et régulariser les Frères qui désireront les rejoindre. »

source : http://lavigiefm.canalblog.com/archives/2013/11/03/28349503.html

Donc les tenues d’instructions auront lieu en France, mais les tenues régulières auront lieu à Dublin. Il n’est donc pas question de création de District.

Lire la suite

Le District Irlandais en France : rumeur ou intox

5 Novembre 2013 , Rédigé par T.D Publié dans #histoire de la FM

Selon mes sources la RL France d’Irlande N°884 n’est autorisée par la Grande Loge d’Irlande qu’à se réunir uniquement au temple du 17 Molesworth Street, à Dublin sous peine de voir sa charte retirée immédiatement. La création d’un District Irlandais en France n’a donc jamais été à l’ordre du jour.

En ces temps troubles pour une partie de la Franc-Maçonnerie, il est parfois difficile de savoir qui dit la vérité. Ce qui est dommage c'est que la Franc-Maçonnerie est justement la recherche de la Vérité. Entre les vérités, infos, rumeurs, intox, méfiances, mensonges, calomnies il est difficile de reconnaître la Franc-Maçonnerie des origines, la Franc-Maçonnerie de Tradition. S'il est vrai que la RL France d'Irlande N°884 a été consacrée à Dublin en présence du Député Grand-Maître de la Grande Loge d'Irlande, pourquoi avoir parlé quasi immédiatement de la création d'un District irlandais en France? Je reste sur cette question : pourras-t-on se réunir en France en étant membre de la RL France d'Irlande 884 ? A priori non.

Vos réponses et interventions m'intéressent sachant que je souhaite que nos échanges restent courtois.

Lire la suite

la GLTF et le GPORF ont signé un protocole d’accord

3 Novembre 2013 , Rédigé par GLTF Publié dans #histoire de la FM

Le 19 octobre, le Grand Maitre de la Grande Loge Traditionnelle de France et le Grand Prieur du Grand Prieuré des Ordres Rectifiés Français ont signé un protocole d’accord et de reconnaissance qui prévoit que :

1. Le GPORF reconnaît la régularité et l’autorité de la GLTF sur les Loges symboliques pratiquant le Rite Ecossais Rectifié du 1er au 3ème degré.

2. Il est admis que cet accord ne peut fonctionner qu’avec une parfaite compréhension entre les deux parties. Pour ce faire, elles organiseront au moins une réunion informelle par an, et plus en cas de besoin.

3. La GLTF s’engage à ce que tous les Frères des Loges pratiquant le Rite Ecossais Rectifié sous son obédience qui désirent intégrer une Loge de Maîtres Ecossais de Saint André soient informés des accords entre elle-même et le GPORF, afin qu’ils rejoignent les dites Loges du GPORF à l’exclusion de toute autre Juridiction.

4. Le GPORF assure la GLTF d’une pratique rigoureuse du Rite Ecossais Rectifié du 4ème au 6ème degré du Rite et dans l’application des rituels actuellement reconnus par les Grands Prieurés réguliers internationaux.

5. Cet accord implique une reconnaissance mutuelle des deux puissances maçonniques, la GLTF et le GPORF.

Ainsi, désormais, tous les Maîtres Maçons pratiquant le Rite Rectifié au sein des loges de la G.L.T.F., qui rempliront les conditions nécessaires et suffisantes, pourront aspirer à poursuivre dans la sérénité, leur parcours initiatique et spirituel au sein des Loges de Maîtres Ecossais de Saint André, des Commanderies et des Préfectures placées sous l’autorité du G.P.O.R.F.

Source : www.gltf.fr

Lire la suite

Consécration de la RL France d'Irlande

2 Novembre 2013 , Rédigé par JP Publié dans #histoire de la FM

La consécration de la Loge France d'Irlande dans le Temple de la Grande Loge d'Irlande le 26 octobre 2013 a été immortalisée à travers une photo de circonstance. Apparaissent ici autour du Vénérable Maître de cette Loge franco-irlandaise, Jean-Claude Dorion, le député Grand Maître de la Grande Loge d'Irlande Douglas T. Grey et m'une des chevilles ouvrières de l'initiative, Michel Ducas.

Source : www.hiram.be

6012071-8964102-copie-1.jpg

Lire la suite

Règlement intérieur de la GLEFU

23 Septembre 2013 , Rédigé par GLEFU Publié dans #histoire de la FM

ARTICLE 1 : Nom de l’Obédience

 

Le 8 janvier Deux mille treize s’est constituée à l’Orient de Limoges l’Obédience de la Fraternité Universelle.

Le 13 septembre 2013, l’Assemblée Générale extraordinaire de l’OFU a modifié les statuts et le nom de l’Obédience, qui devient Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle.  

 

ARTICLE 2 : Rites

 

Les Rites constituent l’ensemble des règles et cérémonies, constituant un tout cohérent et défini, en différents grades ou degrés (Apprenti – Compagnon – Maître), tout ceci dans le respect de la base de la Franc Maçonnerie de tradition. La Grande Loge de la Fraternité Universelle, pour s’adapter au mieux à la personnalité de ses membres, à leurs aspirations et à leur recherche spirituelle, accepte une large diversité de rites parmi lesquels : REAA ou Rite Ecossais Ancien Accepté, RER ou Rite Ecossais Rectifié, RE ou Rite Emulation, RF ou Rite Français ou Moderne, RY ou Rite d'York, Rite égyptien Memphis Misraïm.

Les Francs-Maçons considèrent les rites comme les véhicules de leur progression initiatique. La GLEFU est organisée de manière à respecter et protéger les spécificités des Rites.

Ceux-ci se déploient en fonction des degrés qui leur sont attachés grâce à des rituels.

La GLEFU entretient des relations de collaboration fraternelles avec les juridictions ordinales et les autres corps maçonniques complémentaires.

 

ARTICLE 3 : Composition du Conseil de Grande Loge

 

Le Conseil de Grande Loge est composé des membres issus des Loges adhérentes de La Grande Loge européenne de la Fraternité Universelle. Il se réunit au moins une fois par an à l’occasion de l’Assemblée Générale Ordinaire. Conformément aux statuts de la GLEFU, lors des Assemblées Générales, chacune des Loges adhérentes sera représentée par son Vénérable Maître et ses passés Vénérables Maîtres. Lors des délibérations, chaque Loge détiendra une voix.

 

ARTICLE 4 : Fonctionnement du Conseil d’Administration

 

Le Conseil d’Administration encore appelé Conseil d’Obédience est élu en Conseil de Grande Loge à l’occasion de l’Assemblée Générale Ordinaire. Peuvent être élus au Conseil d’Administration, les V\M\ et passés V\M\ des Loges adhérentes de la GLEFU. Le Conseil d’Administration est composé de neuf membres. Il délibère sur les demandes d’admission de nouveaux membres et désigne celles des Obédiences sœurs avec lesquelles il entend que la GLEFU officialise des relations inter-obédientielles.

 Le Conseil d’Administration se réunit selon un planning annuel défini en début d’année maçonnique.  Les Comptes Rendus des travaux du Conseil d’Administration sont présentés en Conseil de Grande Loge au cours de l’Assemblée Générale Ordinaire.  

ARTICLE 5 : le Bureau

 

Le Bureau se réunit autant que nécessaire sur simple demande du Président. Il administre les affaires courantes de l’Obédience, anime le Conseil d’Obédience et le Conseil de Grande Loge et assure une mission de représentation intra- et inter-obédientielles. Les Comptes Rendus des travaux du Bureau sont présentés au cours des Conseils d’Administration.  

 

ARTICLE 6 : Rôles des membres du Bureau

 

Le Président (Grand Maître)

Le Président a un rôle d’animateur des différentes réunions et de représentation de l’Obédience. Si nécessaire, son signe distinctif sera un cordon porteur de la médaille de l’Obédience.

 

Il est assisté par deux Vice-Présidents qui prennent le titre de « Assistant Grand Maître », et « Député Grand-Maître ».  

 

Le Secrétaire (Grand Secrétaire)

Le Secrétaire de l’Obédience est chargé de la correspondance, de la maintenance du site internet, de l’envoie des convocations aux différentes réunions, de la rédaction ainsi que de la lecture et/ou transmission des comptes rendus.  

 

Le Trésorier (Grand Trésorier)

Le Trésorier de l’Obédience a pour mission de collecter les cotisations. Les chèques doivent être libellés à l’ordre de « La Grande Loge de la Fraternité Universelle». Les cotisations doivent être réglées lors de l’adhésion ou dans les trente jours qui suivent l’Assemblée Générale Ordinaire. Les cotisations sont appelées au début de chaque année maçonnique. Elles sont collectées au plus tard au 31 janvier de l’année maçonnique en cours. Le non-paiement de la cotisation de l’année constitue un motif de radiation de la Loge suivant la procédure de l’article 9 des statuts.  

 

ARTICLE 7 : Admission des nouveaux membres

 

Ø  Les adhérents de le GLEFU sont exclusivement des Loges maçonniques, personnes morales régies par des statuts de type association loi 1901. Cette qualité exclue ipso facto toute adhésion de personnes physiques.

 

Ø  Pour devenir membres, les Loges postulantes s’engagent à respecter les prérequis définis par la Charte de La Grande Loge de la Fraternité Universelle, dont un exemplaire est annexé à ce Règlement Intérieur.

 

Ø  Pour permettre au Conseil d’Obédience de statuer sur la demande d’admission, la Loge postulante devra produire un exemplaire de ses statuts et un exemplaire de son règlement intérieur.

 

Ø  Le Conseil d’Obédience statue sur les demandes d’admission lors de chacune de ses réunions trimestrielles.

 

Ø  L’adhésion d’une nouvelle Loge sera adoptée à l’unanimité des votants, à main levée. Dans le cas d’une demande d’un seul membre du Conseil d’Obédience, il sera procédé à un vote à boules.

 

Ø  Chaque Loge adhérente devra se conformer aux statuts et règlements de la GLEFU.

 

Ø  Une patente pourra être délivrée si la Loge adhérente la demande. Celle-ci en prendra les frais à sa charge.

   

ARTICLE 8 : Perte de la qualité de membre

 

Démission

La démission doit être adressée au Président du conseil par lettre recommandée. Elle n’a pas à être motivée par le membre démissionnaire.  

 

 Radiation

Comme indiqué à l’article 9 des statuts généraux, la radiation d’un membre peut être prononcée par le conseil, pour motif grave. Sont notamment réputés constituer des motifs graves :

* la non-participation aux activités de l’association ;

* toute action de nature à porter préjudice, directement ou indirectement, aux activités de l’association ou à sa réputation.

En tout état de cause, les représentants de la Loge intéressée doivent être en mesure de présenter sa défense, préalablement à toute prise de décision. La décision de radiation est adoptée par le conseil statuant à la majorité des deux tiers des membres présents.

 

La cotisation versée à l’association est définitivement acquise, même en cas de démission ou de radiation d’un membre en cours d’année.  

 

ARTICLE 9 : Relations inter-obédientielles

 

Le Président ou son représentant est seul habilité à représenter l’Obédience auprès des autres Obédiences.

   

ARTICLE 10 : Modification du règlement intérieur

 

Le présent règlement intérieur pourra être modifié par l’Assemblée Générale Ordinaire.   

 

ARTICLE 11 : Dispositions générales

 

L’appartenance à « La Grande Loge de la Fraternité Universelle » entraîne de fait l’adhésion au présent règlement intérieur. Afin que nul ne l’ignore un exemplaire est remis à chaque RL\ adhérente. Pour l’interprétation du présent règlement et pour toutes les questions qu’il ne règle pas spécifiquement, application sera faite des décisions prises en Conseil d’Obédience.  

   

Annexe « Charte de la Grande Loge de la Fraternité Universelle »

 

1.      Croire en un principe suprême.

2.      La présence indispensable d'un « livre de la Loi », qui est la Bible, parmi les objets utilisés en loge. Les initiés prennent leurs Obligations sur, ou en pleine vue, du Volume de la Loi Sacrée ouvert, qui est la Bible, ou sur le livre qui est considéré comme sacré par la personne concernée.

3.      Que les trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie, à savoir le Volume de la Loi Sacrée, l'Equerre et le Compas, soient toujours exposées quand  les travaux sont ouverts.

4.      La Grande Loge de la Fraternité Universelle a été dûment reconnue par trois Loges ou plus, régulièrement constitués.

5.      La légende d'Hiram au troisième degré.

6.      Le symbolisme faisant référence à l'art de bâtir.

7.      Le fait que tous les membres des Loges de l’Obédience soient des personnes, nées libres, et d'âge mûr.

8.      Interdiction de toutes discussions politiques ou religieuses.

9.      Une Loge doit être constituée  par un nombre minimum de 7 membres.

10.  La pratique des trois degrés symboliques : Apprenti, Compagnon et Maître.

11.  Que les principes des Anciens Landmarks, des coutumes et des usages de la Fraternité soient strictement observés. 

 

Lire la suite

Francs-Maçons: Daniel Keller en "appelle à un humanisme de combat"

8 Septembre 2013 , Rédigé par François Koch Publié dans #histoire de la FM

Le nouveau Grand Maître du Grand Orient, première obédience française, veut mobiliser ses frères contre les ennemis de l'humanisme et devenir le poil à gratter des politiques. Dirigeant d'entreprise de 54 ans, Daniel Keller a réservé son premier grand entretien à L'Express.

"Je ne crois pas qu'il faille être pessimiste", confie à L'Express Daniel Keller, nouveau Grand Maître du Grand Orient.

Vous avez été élu Grand Maître du GODF avec une posture de candidat de la rupture face à celui de la continuité. En quoi votre obédience privilégiait une vision à court terme des enjeux sociétaux?

Les grandes lois de la IIIe République ont été en moyenne préparées dix à quinze ans en amont par le GODF. Par exemple, la grande loi sur l'Ecole publique, laïque, gratuite et obligatoire de 1882 a été discutée dans les loges dès le début des années 1870. A cette époque, la Franc-maçonnerie est l'antichambre du monde de demain. Il faut aujourd'hui organiser notre réflexion collective afin de redevenir des anticipateurs.

Quels chantiers à long terme le GODF devrait-il favoriser?

Quelle doit être la démocratie juste de demain? Nous vivons un moment de bascule, à la fin d'un modèle pensé après la guerre et aujourd'hui en crise. Comment donner un nouveau souffle de justice sociale? Cette réflexion ne viendra pas du Grand Maître à travers des déclarations tonitruantes.

Etes-vous aussi pessimiste que Michel Barat, Alain Bauer et Rochez Dachez selon qui les obédiences maçonniques produisent de l'eau tiède ou rien?

Je ne crois pas qu'il faille être pessimiste. La franc-maçonnerie offre un mode de production intellectuelle original et atypique. Complexe, lente et laborieuse, la coordination du travail de 1200 loges mérite notre investissement. A défaut, on ne produit que de l'eau tiède. Nous nous situons au seuil d'une démarche où il faut redonner envie aux loges et prendre le soin d'aller chercher leur production.

Pourquoi l'obédience ne sait pas mettre en valeur le travail des loges?

Parce qu'il y a une pesanteur sociologique, un manque d'inventivité, d'impulsion. Il faudra nager à contre-courant, ce qui n'est malheureusement pas la tendance naturelle.

Comment redonner au GODF le rayonnement qu'il a perdu afin qu'il redevienne une référence intellectuelle?

La situation du GODF n'est plus aujourd'hui ce qu'elle était en 1900, où il était quasi la seule force avec la Ligue des droits de l'homme. A une époque où il n'était pas rare qu'un vénérable maître d'une loge soit aussi président de conseil général, où les députés étaient bien représentés dans les ateliers. Depuis un siècle, beaucoup de groupements de pensée, de think tanks se sont créés avec une expertise plus performante que celle du GODF. Nous devons réfléchir aux valeurs de la société, sur ses principes d'organisation. Mais nous ne sommes ni un think tank ni un groupement d'experts.

N'est-ce pas un peu fumeux?

Non, car nous pouvons craindre d'être à l'aube de remises en cause de cet humanisme...

Un "humanisme de combat", dites-vous. De quoi s'agit-il?

Nous sommes confrontés à un anti-humanisme irrationnel, qui exacerbe les passions déraisonnables. A un moment où se développe une crise politique, économique et sociale, il faut redonner goût à l'humanisme de combat, car l'humanisme à des ennemis qu'il faut avoir le courage d'affronter.

Quels sont ces ennemis?

Les nationalismes en Europe, l'extrême droite en France, que l'on a inconsciemment banalisée. Ce sont des menaces, des dangers potentiels. Comme les intégrismes, ou certaines religions pareilles à un nouvel opium, un pansement à la crise.

Vous souhaitez que le GODF soit indépendant des partis. Il ne l'a donc pas été assez?

Je n'ai rien contre les partis politiques. Sans eux, il n'y pas de démocratie. Mais le GODF n'a ni les qualités ni les capacités d'un parti politique. Nous ne cherchons pas la conquête du pouvoir.

Vous avez jugé que le GODF n'était pas assez distant du PS...

Il nous faut être plus en amont des partis politiques. Sur nos valeurs, sur des questions sociétales, nous avons vocation à "challenger" les partis politiques, le PS ou un autre. Je rêve d'une situation où le GODF serait en mesure de les interpeller, de manière critique, sur la base de nos projets.

Un GODF davantage "poil à gratter"?

Oui. Nous avons l'opportunité de challenger les partis politiques, et ceux qui exercent le pouvoir, en posant de longs desseins.

Contribuerez-vous à l'amélioration de l'image de la franc-maçonnerie française?

Je souhaite donner envie à ceux qui m'écoutent de rejoindre la franc-maçonnerie. Les partis politiques sont en crise, ils n'ont jamais eu aussi peu de militants, c'est le cas aussi des associations. La franc-maçonnerie est une espérance pour l'avenir et aussi une voie destinée à améliorer la société. Nous ne sommes pas qu'une société de pensée, nous avons la chance d'utiliser une méthode initiatique très originale. Elle apprend la prise de distance, l'écoute, ce qui fait le plus défaut dans le monde d'aujourd'hui.

Partagez-vous le constat critique du trio Barat-Bauer-Dachez sur l'impérialisme autodestructeur des obédiences?

J'ai lu les bonnes feuilles de leurs Promesses de l'aube [Ed. Dervy], que j'ai trouvé passionnantes. Vous caricaturez un peu. J'ai dit à notre dernier convent: l'obédience ne doit être ni une simple boite aux lettres, ni une organisation bureaucratique et tatillonne. Ce n'est ni un regroupement occasionnel de loges ni une structure qui parle à la place des autres. Il faut donc trouver le chemin vertueux dans l'entre-deux. Ce qui n'est pas possible d'un claquement de doigts. C'est à nous d'inventer, mais ce sera long et difficile.

Tenterez-vous de reconstruire l'unité de la franc-maçonnerie française détruite depuis dix ans?

Sur la base de nos valeurs et de nos principes ­-le respect des autres et de soi-même, la tolérance mutuelle et la liberté absolue de conscience-, toutes les obédiences sont les biens venues. C'est ensuite une question de diplomatie. Mais ce n'est pas mon sujet de préoccupation n°1. C'est-à-dire que c'est important de dialoguer, de partager des valeurs communes, mais il ne faut pas faire des rapprochements à marche forcée, ni des fusions acquisitions. Je n'ai pas l'ambition de lancer des OPA sur des obédiences. En revanche, il faut trouver des terrains de convergence, des actions communes et être solidaires.

Comment le GODF va-t-il se comporter avec la Confédération maçonnique de France (4 obédiences, 52 000 frères... comme le GODF)?

Deux des quatre obédiences de la CMF, la Grande Loge de France (GLDF) et la Grande Loge traditionnelle symbolique Opéra (GLTSO), étaient présentes à notre convent du mois dernier. La GLDF et la GLTSO n'ont pas rompu le dialogue avec le GODF. Nous allons dialoguer. Et puis nous verrons bien. La CMF en est encore à ses balbutiements. Et nul ne connaît son avenir.

Les relations avec la GLDF vont-elles s'améliorer?

Je suis ouvert au dialogue, sur la base de nos principes et de nos valeurs. Les relations entre la GLDF et le GODF sont tellement anciennes, qu'elles ont dû passer à travers l'histoire par des pics et des creux... il y en aura d'autres. Cela ne constitue pas un problème insoluble, car les hommes et les femmes de bonne volonté peuvent toujours se rapprocher. Il faut prendre un peu de hauteur. Je ne serai pas le fauteur de troubles. Car il y a des choses beaucoup plus importantes.

Lesquelles?

Le regain d'intérêt que la franc-maçonnerie doit avoir dans la société, et le travail qu'il faut accomplir afin d'améliorer son image. Je suis préoccupé lorsque l'on abat des arbres de la laïcité qui viennent d'être plantés, lorsque l'on manifeste avec hostilité devant des temples maçonniques, lorsqu'on les tague. On aurait tort de prendre cela à la légère.

Vous avez été qualifié de premier Grand Maître " bauérien "... depuis la fin du mandat d'Alain Bauer, il y a dix ans. Une réaction?

Je le prends comme un compliment. Dire le contraire serait mal élevé. Mais je le connais en fait assez peu. Il n'y a donc pas de filiation entre lui et moi. Pour l'instant. Ce sera peut-être le cas si nous nous rencontrions à de nombreuses reprises


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/francs-macons-daniel-keller-en-appelle-a-un-humanisme-de-combat_1278838.html#vay4MJzKxpeFvUHg.99

Lire la suite

Message qui n'engage que son auteur

16 Juillet 2013 , Rédigé par Ch Grégoire Publié dans #histoire de la FM

J’ai du mal a comprendre l’obstination de l'éventuelle confédération de ces 4 obédiences qui pour un besoin de reconnaissance partielle vont a leur tour s isoler des 120 000 autres maçonnes et maçons de France. Sans doute que ca permettra à leurs dignitaires de voyager aux frais de leurs cotisants, mais a part ça, il faut admettre que ces reconnaissances de grandes loges n’apportent rien aux ff de base!

Personnellement, je pense que la maçonnerie universelle, c’est autre chose, c est reconnaître toutes les sœurs et tous les frères qui ont reçus l’ initiation , malgré les nuances existantes!?Ou alors je n ai rien compris ! Bon, c’est vrai qu’on aurait pu se rattacher en quittant l’obédience qui nous a ponctionne pendant des années, a une organisation déjà existante .Mais, c’était retourner dans ce système qu’on ne veut plus vivre! Lourdeur administrative, hiérarchie oppressive, autoritariste, capitations excessives (minimum 200 euros pour on ne sait quelle valeur ajoutée; sauf construction de temples, pour lesquels on reverse un loyer d environ 150 euros! on aurait intérêt a créer des SCI entre nous?).

En ce qui concerne la grande loge européenne de la fraternité universelle, nous revenons a la FM d’origine: les loges sont libres et souveraines, pratiquent le rite de leur choix, sans chef  et sous-chef, sans inspecteur (!);nous voulons juste respecter la tradition en travaillant sur les 3 grandes lumières, et en ayant référence au GADLU. La cotisation de 15 euros par an pour l ensemble de la loge sert à réunir ce qui est devenu épars et a se faire reconnaître par toutes les sœurs et tous les frères répandus sur la surface de la terre .Notre objectif est de revenir a la FM d’origine pure et sans tâche qui est la FM du 21ème siècle.

Finis les colifichets, les hochets et les sucettes, on ne veut plus de bleus ou de canaris qui pavanent a l orient et se font payer leurs voitures par les indemnités kilométriques ...Notre ambition : faire de la maçonnerie libre dans l’égrégore , l’émotion et la joie de se retrouver entre sœurs et frères qui partagent la même quête spirituelle en s’appuyant sur les piliers fondamentaux de la liberté ,de la tolérance et de la fraternité ,encore appelés Force, Sagesse et Beauté .

Bienvenue mes sœurs et mes frères a la Glef Universelle .

Christian Gregoire c.gregoire35@icloud.com 

 

Commentaire : j’apprécie beaucoup notre Frère Christian, c’est pourquoi je lui ouvre mon blog.

Par contre je soutiens sans réserve le projet des 4 Grandes Loges et je trouve que si son analyse est valable pour la GLNF et sa folie des grandeurs, elle n’a pas lieu d’être pour la Confédération Maçonnique.

Si d’autres Sœurs ou Frères veulent s’exprimer sur ce sujet, qu’ils m’envoient leurs textes sous word à mon adresse pod357@orange.fr et je les publierai. 

T.D

Lire la suite

Contact Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle

15 Juillet 2013 , Rédigé par T.D Publié dans #histoire de la FM

VF Christian Grégoire

c.gregoire35@icloud.com

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>